WikiLeaks voudrait des réponses
Après avoir su que Google a transmis aux autorités des données sur son personnel

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Il aura fallu pratiquement trois ans à Google pour porter à la connaissance de Wikileaks le fait que Mountain View ait divulgué des informations relatives aux courriels et aux données numériques appartenant à Sarah Harrison, Kristinn Hrafnsson et Joseph Farrel, des journalistes et éditeurs faisant partie des rangs du personnel de WikiLeaks, au gouvernement américain suite à un mandat secret délivré par un juge fédéral.

Aussi, lundi 26 janvier, Wikileaks a écrit une lettre adressée à son PDG Eric Schmidt pour protester contre le fait que le numéro un de la recherche n’ait révélé le mandat que le mois passé alors que depuis mars 2012 il est utilisé pour collecter des informations. Dans cette lettre, les avocats de Wikileaks se disent « étonnés et embêtés que Google ait attendu plus de deux ans et demi pour faire savoir à ses utilisateurs qu’un mandat de perquisition a été délivré à l’encontre de leurs archives ».

Rédigée par Michael Ratner, un avocat new-yorkais de Wikileaks du Centre des droits constitutionnels, la lettre somme Google de lui faire une liste de tous les éléments qui ont été fournis au FBI à la suite de ces mandats de perquisition ainsi qu’une copie des injonctions de la cour accompagnée de toutes les communications impliquant Google, les forces de l’ordre et/ou le United States District Court pour le District Est de Virginie. « S’il se fait trop tard pour que nos clients aient la notification qu’ils auraient dû avoir, ils peuvent encore avoir droit à une liste des divulgations faites par Google au gouvernement ainsi qu’une explication sur les raisons pour lesquelles Google a attendu plus de deux ans et demi avant de faire une quelconque notification », a expliqué l’avocat.

Ratner affirme que le mandat qui a été délivré en 2012 était en conjonction avec une enquête gouvernementale en cours sur WikiLeaks qui était suspecté d’espionnage, de complot dans le but d’espionner, de vol ou de détournement de biens appartenant au gouvernement américain, et de violation du Computer Fraud and Abuse Act. Toutefois, Google n’a notifié ses clients que le 23 décembre 2014. « Si mademoiselle Harrison, monsieur Hrafnsson ou monsieur Farrel avaient été au courant de telles procédures, ils auraient pu réagir et protéger leurs intérêts y compris leur droit à la vie privée, la liberté d’association et les perquisitions illégales », explique l’avocat.

Pour sa défense, Google a expliqué qu’il n’a été capable de parler de ce mandat plus de deux ans après à cause d’une clause de non-divulgation qui a été signée avec les inspecteurs fédéraux et qui l’obligeait à garder les demandes du gouvernement relatives aux données des employés de Wikileaks pour lui pendant un certain moment. D’ailleurs, un porte-parole de l’entreprise a affirmé à nos confrères du Wall Street Journal que l’entreprise continue le dialogue sur les réformes de la surveillance « qui nous permettraient d’être plus transparents ». « Notre politique est de parler au public des demandes gouvernementales relatives à leurs données, sauf dans certains cas, comme lorsque nous sommes tenus au secret par une injonction de la cour, ce qui, malheureusement, arrive assez souvent » a précisé Google.

Harrison, l’une des personnes qui a fait l’objet de la surveillance, s’est dite stressée uniquement par le fait de savoir que des officiels du gouvernement ont pu avoir accès à ses courriels privés : « savoir que le FBI a lu les mots que j’ai utilisés pour consoler ma mère lors d’un décès dans la famille me rend malade »

L’injonction de la cour donnait largement la main à la collecte de données puisqu’elle permettait d’intercepter pratiquement toutes les communications numériques en provenance ou à destination de ces trois cibles. Google a expliqué qu’il devait remettre le contenu de leurs courriels, y compris ceux qui étaient envoyés et reçus, même tous les projets de correspondance (brouillons) ainsi que les courriels supprimés. D’autres données comme les adresses de chaque courriel, la date ou encore l'heure faisaient également partie des éléments auxquels les forces de l’ordre pouvaient avoir accès.

Le FBI a également demandé toutes les archives concernant les comptes internet utilisés par les trois, y compris les numéros de téléphone et les adresses IP, les détails sur le temps et la durée de leurs activités en ligne ainsi que les adresses électroniques alternatives. Même les numéros de carte de crédit ou compte bancaire associé avec ces comptes devaient être révélés.

Alexander Abdo, avocat du personnel et experte de la vie privée au sein de l'American Civil Liberties Union, a déclaré que ces mandats de perquisition étaient « scandaleusement large» dans leur libellé.

« Il s’agit essentiellement de ‘remettre tout ce que vous avez sur cette personne’ », a-t-elle expliqué dit. « C’est troublant, car il est difficile de distinguer ce qu’a fait WikiLeaks dans ses divulgations de ce que les grands journaux font chaque jour lorsqu’ils parlent de représentants du gouvernement et publie des informations encore secrètes ».

Source : Wikileaks, WSJ


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Le gris Le gris - Membre habitué https://www.developpez.com
le 28/01/2015 à 8:45
Snowden avait donc raison.
Avatar de BugFactory BugFactory - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 28/01/2015 à 10:16
Google n'a pas le choix, c'est une société américaine donc soumise à la loi américaine.

Je me pose quelques questions sur l'enquête du FBI. Wikileaks est un wiki où un lanceur d'alerte peut publier des documents de manière anonyme. Les informations confidentielles qu'il publie ne sont donc à priori pas obtenues par l'espionnage. Hors ce sont des accusations d'espionnage qui ont lancé l'enquête. Impossible de ne pas penser aux révélations d'Edward Snowden, un autre lanceur d'alerte poursuivi par les autorités américaines.

A ce stade, il est impossible de faire confiance à qui que ce soit dans cette histoire. Il va falloir que je me trouve un nouveau webmail... Quelqu'un en connait un bon?
Avatar de gangsoleil gangsoleil - Modérateur https://www.developpez.com
le 28/01/2015 à 10:42
Citation Envoyé par Stéphane le calme  Voir le message
« Notre politique est de parler au public des demandes gouvernementales relatives à leurs données, sauf dans certains cas, comme lorsque nous sommes tenus au secret par une injonction de la cour, ce qui, malheureusement, arrive assez souvent » a précisé Google.

"nous on est gentil, on aurait vraiment voulu prévenir tout le monde, mais on n'avait vraiment pas le droit... On est (presque) les victimes dans cette affaire..."

Faut qu'ils arrêtent de nous prendre pour des cons chez Google quand même...
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 28/01/2015 à 13:02
Le business model de Google est connu depuis longtemps
Ce n'est pas une surprise d'apprendre toutes les infos que Google est en mesure de récolter sur ses utilisateurs.
Wikileaks, ce n'est pas des débutants
Chez eux, la parano n'est pas un défaut, c'est une qualité requise pour le job
Comment se fait il qu'ils utilisent les services de Google ???
Manquerai plus qu'ils "like" tout ce qu'ils trouvent sur Facebook et y publient toutes leurs photos perso pendant qu'on y est

Les tel à cartes prépayées, ils ne connaissent pas ?
Les VPN et proxy non plus ?

Ce n'est pas très logique tout ça...
Avatar de shadowmoon shadowmoon - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 28/01/2015 à 14:11
Saverok, en fait le FBI a demandé une collecte d'informations la plus large possible concernant ces personnes. Leurs messageries et d'autres services Google font "parti du lot". De plus, si j'ai bien compris le message de Stéphane le calme, ces personnes utilisaient les services Google dans le cadre de leurs communications personnelles, rien n'est explicitement évoqué concernant le cadre professionnel.
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 28/01/2015 à 15:47
Citation Envoyé par shadowmoon  Voir le message
Saverok, en fait le FBI a demandé une collecte d'informations la plus large possible concernant ces personnes. Leurs messageries et d'autres services Google font "parti du lot". De plus, si j'ai bien compris le message de Stéphane le calme, ces personnes utilisaient les services Google dans le cadre de leurs communications personnelles, rien n'est explicitement évoqué concernant le cadre professionnel.

Dans le cas de la news, on ne parle que des infos que Google a transmises au FBI
Il ne s'agit donc que des informations à la portées de Google
Même s'il est raisonnable de penser que ce mandat a également été délivré à d'autres sociétés, il n'en est pas fait mention dans la news

Ensuite, si les employés de Wikileaks prennent le max de précautions pour leurs actions pro, on peut raisonnablement penser qu'ils en feraient de mêmes avec leurs données privées s'ils y tiennent vraiment
Il existe plein de service mail concurrent de gmail
De même, il est assez simple d'utiliser un cryptage pgp et il y a des plugins / soft faciles d'utilisation où l'on peut convertir ses proches au besoin
S'ils sont sur leurs gardes, ils le sont tout le temps et pas en points tillés

On peut donc se dire que Wikileaks devait se douter de quelques choses et que les infos transmises au FBI par Google l'ont été parce que Wikileaks l'a laissé faire
Dans ces jeux d’espionnage, tout le monde trompe tout le monde
Les réaction d'indignation de ces employés de Wikileaks sont probablement totalement feintes
Avatar de shadowmoon shadowmoon - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 30/01/2015 à 14:48
Citation Envoyé par Saverok  Voir le message
Dans le cas de la news, on ne parle que des infos que Google a transmises au FBI
Il ne s'agit donc que des informations à la portées de Google
Même s'il est raisonnable de penser que ce mandat a également été délivré à d'autres sociétés, il n'en est pas fait mention dans la news

Si la news évoque aussi d'autres informations que celles fournies par Google, surtout dans ce passage :

Citation Envoyé par Stéphane le calme  Voir le message
Le FBI a également demandé toutes les archives concernant les comptes internet utilisés par les trois, y compris les numéros de téléphone et les adresses IP, les détails sur le temps et la durée de leurs activités en ligne ainsi que les adresses électroniques alternatives. Même les numéros de carte de crédit ou compte bancaire associé avec ces comptes devaient être révélés.

Pour ça le FBI a du faire des demandes auprès des FAI, des banques ...

Citation Envoyé par Saverok  Voir le message
Ensuite, si les employés de Wikileaks prennent le max de précautions pour leurs actions pro, on peut raisonnablement penser qu'ils en feraient de mêmes avec leurs données privées s'ils y tiennent vraiment

Su ce point je suis plutôt d'accord avec toi, et à mon avis, les employés de Wikileaks ont peut être laissé plus ou moins volontairement des informations "peu sécurisées"

Ainsi ta remarque :

Citation Envoyé par Saverok  Voir le message
On peut donc se dire que Wikileaks devait se douter de quelques choses et que les infos transmises au FBI par Google l'ont été parce que Wikileaks l'a laissé faire
Dans ces jeux d’espionnage, tout le monde trompe tout le monde

me parait assez pertinente, c'est le jeu "du chat et de la souris" avec de temps en temps une inversion des rôles
Offres d'emploi IT
Développeur java / hybris (h/f)
altima - Nord Pas-de-Calais - Roubaix (59100)
Stage Business analyst H/F
Philips - Ile de France - Suresnes (92150)
Développeur web - h/f
Multiposting - Ile de France - Paris (75000)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil