Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les écrivains s'inquiètent de la surveillance de masse qu'ils considèrent comme une censure
Selon le dernier rapport de PEN American Center

Le , par Michael Guilloux

0PARTAGES

2  0 
, selon le dernier rapport de PEN American Center

Une enquête auprès des écrivains du monde entier par le PEN American Center a constaté qu'une grande majorité ont dit qu'ils étaient profondément préoccupés par la surveillance du gouvernement, avec un grand nombre de sujets qu'ils ont évité, ou ont considéré comme des sujets à éviter.

L'enquête publiée ce lundi, a été menée de façon anonyme en ligne en automne 2014 et a donné 772 réponses d'écrivains et professionnels connexes, y compris les traducteurs et éditeurs, dans 50 pays.
Le sondage comprenait seulement les écrivains affiliés à PEN, le groupe des écrivains soulignant la liberté d'expression, et ceux que le groupe a été en mesure de contacter, et ne reflète pas nécessairement les points de vue de tous les écrivains. Mais le directeur exécutif du Centre américain du PEN, Suzanne Nossel, a déclaré que les conclusions, prisent ensemble avec celles d'une enquête PEN 2013 des écrivains aux États-Unis, indiquent que la surveillance de masse est significativement dommageable pour la liberté d'expression et la libre circulation de l'information autour du monde.

Le premier résultat de l'enquête est que les écrivains dans les pays démocratiques et non démocratiques sont autant préoccupés par les niveaux de surveillance du gouvernement dans leurs pays. Ils considèrent que la surveillance des gouvernements menace fortement la liberté d'expression. 75% des répondants dans les pays classés comme «libres», 84% dans les pays «partiellement libres», et 80% dans les pays qui n'étaient «pas libres», ont déclaré qu'ils étaient «très» ou «assez» préoccupés par la surveillance du gouvernement dans leur pays.

Les résultats révèlent également que cette crainte de surveillance a conduit les écrivains à adopter un comportement d'autocensure.

Particulièrement aux États Unis, l'enquête a révélé que la surveillance de masse par le gouvernement US avait endommagé sa réputation comme un défenseur de la liberté d'expression. Même avec seulement 36% dans d'autres pays «libres» et 32% dans les pays «moins libres», l'enquête montre que la liberté d'expression est moins bien protégée aux États-Unis que dans les autres nations. Seulement 17% des répondants estiment que la liberté d'expression aux États-Unis est plus protégée que dans leurs pays. 36% pensent que la liberté d'expression dans leurs pays est plus garantie que celle aux États-Unis et 34% estiment que le niveau de protection est le même.


Ce rapport montre que «les écrivains sont ceux qui éprouvent les empiétements les plus graves sur la liberté d'expression », a déclaré Mme Nossel. « L'idée que nous assistons, dans les pays libres, à certaines tendances similaires à celles que nous avons traditionnellement associées aux pays non libres est assez pénible. »

Même si certains pensent que les inquiétudes des écrivains sont exagérées, pour Nossel, « juste le fait que tant d'écrivains disent qu'ils sont profondément préoccupés et ont effectivement changé leur comportement est significatif ». « Que l'on considère que cela est justifié ou non, ce n'est pas quelque chose qui doit être ignoré, » a-t-elle ajouté.

Source : Rapport PEN

Et vous ?

Que pensez-vous de l’inquiétude des écrivains et des résultats pour les États-Unis ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !