Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Qu'est-ce qui motive les développeurs ?
Le salaire ne serait pas l'élément clé de motivation pour ceux-ci

Le , par Hinault Romaric

87PARTAGES

3  0 
La motivation et la confiance des employés en leur entreprise sont des aspects clés qui doivent être maintenus au quotidien par les employeurs. Une fois intégré au sein d’une entreprise, le salarié doit être constamment motivé pour fournir un bon rendement et tirer du plaisir dans son travail.

Selon de nombreuses études, la première source de motivation des travailleurs est liée à l’aspect financier. La motivation financière est fréquemment adoptée par les entreprises, et représente, certainement, une bonne stratégie pour fidéliser l’employé.

Cependant, pour le domaine de l’IT, l’aspect financier ne serait pas le principal élément qui permettait aux développeurs d’être productifs et travailler avec plaisir. En effet, selon, Daniel Pink, auteur de plusieurs livres sur le travail, dont le best-seller « La vérité sur ce qui nous motive », « lorsqu’une tache devient plus compliquée, quand elle nécessite une activité cognitive, plus de créativité, ce genre de motivation manifestement ne fonctionne pas ».

Ainsi, pour les emplois classés comme monotones et mécaniques, le salaire et les primes représentent d’excellents moyens pour fidéliser le salarié. Par contre, pour un travail qui exige une activité mentale, l’argent comme un facteur de motivation peut presque se transformer en élément redondant, car l’effet des récompenses financières est souvent de très courte durée chez les employés.

Dans le domaine de l’IT, il y a un certain nombre d’autres paramètres qui n’ont aucun lien avec de l’argent, mais qui contribuent à motiver considérablement l’employé. Il s’agit notamment de :

  • Motivation organisationnelle (une bonne communication entre l’équipe et au sein de l’entreprise). Une entreprise qui traite ses employés avec respects et transparence favorise la communication et un environnement de travail relaxant.
  • Travailler sur les dernières technologies (motivation évolutive). Les développeurs qui travaillent sur les dernières technologies ou sur des projets nécessitant l’apprentissage de nouvelles technologies sont beaucoup plus engagés dans leur travail.
  • Possibilités de partager via des blogs, réseaux sociaux, etc. Une étude de KPMG avait montré que l’accès aux réseaux sociaux aurait des conséquences très positives sur la motivation des salariés et leur engagement au sein de l’entreprise.
  • La motivation idéologique. Selon People Centric, « les employés qui croient pouvoir créer de la valeur ajoutée tant pour l’entreprise que pour la société dans son ensemble seront capables de faire les plus grands sacrifices de leur propre initiative ».


Être bien payé est important. Mais, une véritable motivation pour le travail peut être trouvée à travers d’autres facteurs. Daniel Pink résume cela au travers de trois éléments clés :

  • Autonomie : un travail permettant l’autodétermination ;
  • Maitrise : faire ce que vous aimez et qui pourrait transformer positivement le monde ;
  • But : « si le travail que vous faites a un objectif significatif, alors vous êtes plus susceptible d’adhérer à la philosophie de l’entreprise», explique Daniel Pink.





Et vous ?

L’argent représente--t-il pour vous le principal élément de motivation en entreprise ?

Qu’est-ce qui vous motive le plus dans votre travail ?

Que pensez-vous de l’affirmation de Daniel Pink ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jbx 2.0b
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 22/12/2014 à 14:03
C'est sûr, lorsqu'on a choisit de faire une job cognitif, le salaire n'est pas la première motivation. On lui préférera le challenge et l'environnement technique du projet. L'autonomie a une importance aussi... pour avoir travaillé le mois dernier pour un client chez moi, j'ai pu observer que ma productivité était décuplée. Simplement parce qu'utiliser son environnement de travail et pouvoir choisir ses horaires, ça n'a pas de prix. Et je suis aussi d'accord pour dire que l'idéologie a un impact énorme. Avoir sa conscience avec soi, ça aide à se lever le matin pour aller bosser.

Maintenant c'est bien joli ces études, mais je trouve personnellement qu'en France, les salaires ne sont pas mirobolants non plus. Bien souvent si on veut évoluer (en terme de salaire cette fois), la meilleure chose à faire c'est d'arrêter de coder (dans le sens global, architecture, conception, développement...), et de se tourner vers les métiers d'encadrements ou de commerce. Bref, moins tu réfléchis, plus on te payes. Et du coup c'est pas vraiment le chiffre écrit sur la feuille de paye qui démotive, mais ce sentiment d'ingratitude qu'on a pour notre métier.
Bien sûr, je suis conscient qu'on est quand même dans une position confortable par rapport à beaucoup d'autres corps de métier. Maintenant on a parfois pas envie de tout donner non plus, le salaire étant limité, pourquoi on pousserait la machine à fond ? Autant attendre tranquillement la retraite, de toute façon on sera plus ou moins payé pareil...

Je pense qu'il faudrait rétribuer les différences de qualité/productivité entre les salariés, plutôt que ne payer presque que les années d'expériences. Ce serait avantageux pour les dirigeants et vertueux pour les employés.

Bref, j'ai un petit peu de mal avec ce genre d'études. Mon côté paranoïaque me dirait presque que c'est pour qu'on s'habitue à être payé moins. Ça conforte aussi l'image du développeur soumis qui remerciera gentillement son commercial pour ses 2% d'augmentation... Mais bon le projet est sympa, alors qu'il se réjouisse déjà d'être payé... chanceux va !
12  1 
Avatar de Laurent 1973
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/02/2015 à 16:28
J'avoue que personnellement, actuellement, ce n'est pas le salaire qui me ferait changer de boulot.

J'ai 41 ans et je suis un développeur avec une expérience de plus de 15 ans.
J'aime la technique, j'aime le développement, ça m'éclate toujours autant.
Je ne me sent pas dépassé techniquement par les "jeunots" qui sortent l'école.
Je suis très à l'écoute des nouvelles technologies: jquery, android, ... ne me sont pas inconnus et complète mes connaissances en c/c++, java, php, python ...
En plus, mon expérience (et mes erreurs passés) en génie logiciel est un atout dans ma participation à un développement informatique.

Par contre, mon inquiétude principale est mon employabilité à moyen/long terme.
Quel emploi puis je prétendre maintenant? et dans 5? et 10 ans? et 20 ans?
Mine de rien, il me reste encore plus de 25 ans à travailler, mais quelles sont mes perspectives?
Suis-je déjà un has-been ?

Et bien là, j'ai du mal à avoir des "boss" qui viennent me rassurer sur ce point.
Donc, ma motivation principale sera sur la planification de ma carrière professionnelle.
Quitte à perdre 10% ou 15%, si je cela m'assure mon employabilité pour les 10 prochaines années, je prend.
Mais gagner 20% de plus pour me faire jeter dans 2-3 ans et plus de possibilité de me recaser, bof
10  0 
Avatar de Jbx 2.0b
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 22/12/2014 à 14:21
Citation Envoyé par tomlev Voir le message
Je connais quand même pas mal de développeurs pour qui l'argent est la principale motivation... mais en général ce ne sont pas des passionnés, ils font ce boulot juste parce que ça permet de (relativement) bien gagner sa vie. Et du coup, ce sont rarement les meilleurs... difficile d'être très bon dans un boulot qui ne t'intéresse pas vraiment.
Je suis complètement d'accord avec ça aussi. Des pommés, qui se sont retrouvés la par hasard, y en à plein. Avec une productivité insignifiante (voir négative).

Du coup une fois que tu as été voir leurs commits sur SVN (10 lignes ajoutées en trois jours ? ok.), et que tu connais leur salaire (sensiblement le même que moi, d'accord.), bah tu ouvres un navigateur web et tu écris un pavé sur developpez.com. Et puis tu vas faire tes courses online, voir les news, parcourir le fofo de ton mmo, regarder ta montre, bailler, allez à la machine à café, revoir les news, coder sur ton projet perso, rerevoir les news, et finalement commit le code que tu avais déjà produit à 9h30 ce matin.
10  3 
Avatar de SylvainPV
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 22/12/2014 à 14:52
Bien vu Mr Pink. Chaque individu a ses propres leviers, mais généralement ça tourne autour de l'appétence, de la responsabilisation et de la perspective d'une reconnaissance du travail accompli par quelque-chose de plus émotionnellement impliqué qu'un bulletin de salaire. C'est vrai que les réseaux sociaux, conférences et forums techniques peuvent entretenir un dynamisme en entreprise en plus de favoriser l'échange de connaissances et la veille technique. D'autres boîtes font aussi des expérimentations autour de la gamification, du parrainage senior/junior, des awards (programmes de récompense)... On peut aussi gagner en proximité entre l'implication du développeur et le résultat de l'entreprise peu importe son statut: esprit start-up, SCOP, actionnariat salarial...

Et si on retournait la question ? Qu'est-ce qui casse la motivation et mine le moral d'un développeur ? Défauts organisationnels, problèmes de communication avec la hiérarchie ou le client, désaccord avec des décisions de la direction, gâchis de temps de travail... On ne peut pas tenir une politique zéro échec, mais la manière de faire face à ces échecs au sein d'une équipe est déterminante pour la motivation des troupes. J'imagine que les écoles militaires auraient beaucoup à nous apprendre à ce sujet.
6  0 
Avatar de Jbx 2.0b
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/12/2014 à 14:47
Citation Envoyé par jbrasselet Voir le message
Je me permets de me mettre en faux. Prendre des responsabilités, devenir chef de projet par exemple, ce n'est pas réfléchir moins (en tout cas c'est loin d'être mon cas et celui de plusieurs personnes que je connais)
On réfléchit pas à la même chose c'est sur mais justement, mettre une bonne ambiance dans l'équipe, motiver les gens c'est une réflexion à part entière et qui n'es pas simple.
Mes problématiques du moment:
- comment animer mon équipe pour ne pas rentrer dans la routine
- comment responsabiliser un tel sans que le reste de l'équipe ne se sente flouée
- comment rendre intéressant les sujets qui ne le sont pas (ou pas trop)
- comment impliquer les membres de mon équipe aux enjeux de la société (très grosse ESN)
- comment faire bouger l'équipe tout en rendant toujours le même service de qualité au client

Bref, nous ne réfléchissons pas aux mêmes choses mais ce n'est pas pour autant que l'on réfléchit moins (dans mon entourage en tout cas)
Et c'es pas pour ça qu'on est payé beaucoup beaucoup plus.

Attention aux généralisations
Bah, franchement... encore une fois loin de moi l'idée de dénigrer tel ou tel boulot, je respecte les choix et avis de chacun. Mais ça me parait quand même moins cognitif que de se bouffer une doc en anglais pour implémenter un algo de morpho math en cuda, ou une transformée en ondelette en asm (oui je sais, les exemples sont plutôt extrêmes). Et qu'on trouvera sûrement beaucoup moins de personne capable de réaliser ce genre de tâche.

Quoi qu'il en soit, mon objectif n'était pas de confronter un emploi vs un autre, ou de critiquer un choix de carrière en particulier. Il faut des gens pour encadrer comme il faut des gens pour développer. Tout le monde doit trouver sa voie, et il y en a pas de mauvaise.

Le message que j'essaye de faire passer, c'est que si à un moment on veut améliorer son niveau de vie, en France, on a plutôt intérêt à abandonner la technique. Individuellement c'est un choix difficile (quand on aime ça), et à l'échelle du pays c'est gravissime (absence d'innovation, destruction du secteur industriel).

La question est simple : Pourquoi le salaire d'un ingénieur serait plafonné par celui de ses encadrants ? Dans notre cas particulier, pourquoi un bon développeur ne serait pas payé plus cher que son chef de projet ?
7  1 
Avatar de jbrasselet
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/12/2014 à 15:49
Citation Envoyé par valkirys Voir le message

Ils sortent d'où? Personne ne comprend ce qu'est une entreprise ni le travail d'équipe dans votre "équipe". Vous les embauchez à la sortie du collège?
Non mais je ne vois pas ce qui te choque tant que ça. Il y a autant de type de développeurs que de personnes que tu as sur ton projet. Chacun possède ses propres motivations qui sont issues de son référentiel propre. Certains sont là par intérêt, d'autres parce que c'est le moins pire, d'autres parce qu'on leur a dit d'aller là, etc.
Il faut donc s'adapter à chaque caractère et c'est une des grandes difficultés du travail.
Si je reprend mes enjeux :
- comment responsabiliser un tel sans que le reste de l'équipe ne se sente flouée : j'ai beaucoup de jeunes dans mon équipe qui veulent s'orienter vers de l'architecture. Seulement je n'ai pas obligatoirement un plein temps à consacrer à l'architecture et la veille technologique. Je dois donc réussir à donner un petit bout à chacun afin qu'il se sente impliqué projet, à ne pas privilégier tel ou tel collaborateur, ne pas oublier quelqu'un parce qu'il est plus discret ou se sent moins légitime, etc.. C'est aussi ça le travail de CP. Motiver une équipe passe par là.
- comment rendre intéressant les sujets qui ne le sont pas (ou pas trop) : Mon projet possède du C, du C#, de l'angularjs, etc. Tout le monde préférerait travailler sur l'angularjs. Mais il faut faire le reste du boulot. Le tout est de trouver un moyen pour rendre intéressant ce qu'on fait en C : faire tourner les gens qui travaillent sur cette techno au fil des évolutions, montrer l'intérêt fonctionnel, etc. Ça peut te paraître évident mais là encore, si tu cantonnes quelqu'un sur le sujet alors qu'il ne le veut pas, il pourrait se démotiver, devenir moins efficace, demander à changer de projet alors qu'il apporte des choses sur les autres technologies.
- comment impliquer les membres de mon équipe aux enjeux de la société (très grosse ESN) : Alors oui, tu peux être surpris mais ce n'est pas toujours simple. Comment se rendre compte des enjeux des directeurs de division, des n+2, +3, etc quand on est développeur. C'est pas si simple que ça. Il faut déjà comprendre pourquoi la définition des enjeux, il faut se sentir proche de sa boite (donc si tu es intéressé uniquement par le salaire, ça ne te fera ni chaud ni froid). Il faut pouvoir prendre du recul sur le sujet et je reste persuadé que ce n'est pas si simple.

Citation Envoyé par valkirys Voir le message

Je suis le seul a être stupéfait de lire ça?
La encore je ne vois pas ce qui te choque. Le projet a des objectifs qualité et de satisfaction cliente. En interne nous avons des enjeux de progression des différents collaborateurs. Ces deux critères ne vont toujours pas dans le même sens. Comment faire pour allier les deux ? Ce n'est pas si simple. Peut-être que c'est mon contexte qui veut cela.

Pour prendre un exemple assez simpliste sur un projet possédant du support et du développement :
Pour satisfaire le client l'idéal serait d'avoir des personnes qui font toujours la même chose afin d'avoir des experts. Des collaborateurs qui ne font que du support et d'autres spécialisés dans le développement. Sauf que lorsque tu as des jeunes, ce qu'ils veulent c'est faire du développement et non du support.
Tu as le choix d'imposer mais tu es certains que la motivation et l'ambiance ne seront pas au beau fixe. De plus, les départs risquent d'être fréquent et tu risques de perdre en connaissance.
Tu as le choix (que j'ai fait) de faire tourner les effectifs plus ou moins rapidement. Là encore, comment faire pour être certains de garder une satisfaction cliente au top car faire tourner c'est potentiellement apporter du désordre, du temps de formation, de la perte d'information au moment des rotations, etc. Cela demande une discipline et une rigueur importante.

De plus, pour revenir au premier point, comment permettre à des collaborateurs de faire de la veille tout en gardant un taux de réactivité important ? Il y a des solutions, j'en ai mais ce n'est pas toujours si simple à mettre en place et à garder au fil du temps.

J'ai fait récemment une formation sur la motivation et l'animation d'une équipe. C'est un sujet très complexe, qui dépend tellement des contextes projets et de la nature de chacun qu'il n'y a pas de solution simple et parfaite. Je suis donc étonné de ton étonnement
Mais je ne te connais pas assez pour pouvoir juger de ton étonnement.
6  0 
Avatar de SylvainPV
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 02/02/2015 à 16:05
@Carhiboux: oui aux deux sans hésiter ; d'ailleurs ça me désole que certains puissent répondre non, l'épanouissement au travail ça n'a pas de prix pour moi. A quoi bon gagner plus si c'est pour être malheureux 40h par semaine, voire plus...
6  0 
Avatar de Carhiboux
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 23/12/2014 à 11:54
Ce qui motive à aller travailler, c'est l'argent.

Tout le reste... c'est de l'enrobage.

Alors c'est sur, j'aime mieux aller gagner de l'argent en faisant un truc qui me plait plutôt que de gagner de l'argent en faisant un truc qui me plait pas. Mais si je pouvais m'affranchir des problèmes financiers, je suis certain que je changerait de domaine d'activité, pas forcément pour sortir du dev d'ailleurs, mais que je me consacrerait à des projets qui m'intéressent, et pas aux projets qui rapportent des sous à mes patrons.

Si j'étais plus libre de choisir mon patron (ou d'être mon propre patron) c'est clair que je ne ferais pas les mêmes choix qu’aujourd’hui, qui sont induits par un besoin financier (payer les traites du logement, nourrir la famille, l'habiller, ...).

Donc la première de toutes les préoccupation, c'est l'argent à mon sens.

Proposez la mission parfaite (c'est subjectif et cela dépends des gens) avec un salaire ridicule, vous verrez que seul 0,1% des gens accepteront cette mission!

Proposez la mission la plus merdique (là encore c'est subjectif) avec un salaire mirobolant, vous verrez que seul 5% des gens la refuseront.

Donc il y a bien la question de l'argent qui est sous-jacent. Maintenant, une fois que l'argent est là, oui, les critères de choix entre plusieurs options entrent en jeu. Mais le premier critère, c'est, selon moi, que l'offre financière soit au niveau attendu.
8  3 
Avatar de jbrasselet
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/12/2014 à 14:59
Citation Envoyé par Jbx 2.0b Voir le message
La question est simple : Pourquoi le salaire d'un ingénieur serait plafonné par celui de ses encadrants ? Dans notre cas particulier, pourquoi un bon développeur ne serait pas payé plus cher que son chef de projet ?
On est d'accord cela ne devrait pas être le cas. C'est en train de changer tout doucement. Aujourd'hui on commence à envisager qu'une personne peut faire du développement toute sa vie mais on est loin du résultat.
Le souci avec le développement c'est de rester à jour. Les technologies évoluent vite que ce soit en terme de langage de programmation (il n'y a qu'à regarder par exemple les frameworks javascript) ou en terme de technologies plus lourdes (docker dans ma tête). De plus les manières de travailler changent rapidement aussi (cycle en V, itérativité, agilité, devops, etc.)
Souvent, il y a plein d'exception j'en suis conscient, les décideurs estiment qu'un jeune s'adapte plus vite aux nouveautés ou est plus à même de faire de la veille que des gens qui ont une famille établie et un peu de bouteille. D'où une volonté de dire et c'est un raccourci énorme) que le développement est plutôt une affaire de jeune.
Ce qu'on espère voir émerger de l'expérience c'est du leadership, de l'encadrement (même technique ! cf architecte, expert, etc.) et de la hauteur de vue. En tout cas c'est ce que j'espère des personnes de mon équipe qui ont le plus d'expérience. Ils sont là pour faire de la technique mais surtout pour encadrer les jeunes, les canaliser et leur montrer comment s'adapter aux contextes (projet, client, etc.) afin que tout le monde y gagne.

Mais il est clair que c'est un paradigme qui prend son temps pour changer. Même si je suis d'accord avec toi, je remarque tout de même que les personnes avec de l'expérience (10 ans et +) que je côtoies ont du mal à s'adapter aux nouvelles technologies aussi vite que les jeunes qui sortent d'école. Je vis peut-être une exception mais je n'ai pas l'impression.

Pour en revenir au sujet principal, le salaire reste un critère important. Il nous faut vivre et pour assouvir nos besoins l'argent reste un des nerfs principaux. Je le vois bien en tant que CP, mes équipiers sont très intéressés par les technologies mais le salaire arrive dans le top 3 des facteurs de motivation. Il n'y a rien à y faire.

PS : la cognition c'est plus que la résolution d'un problème.
La cognition est le terme scientifique qui sert à désigner l'ensemble des processus mentaux qui se rapportent à la fonction de connaissance tels que la mémoire, le langage, le raisonnement, l'apprentissage, l'intelligence, la résolution de problèmes, la prise de décision, la perception ou l'attention. (wikipedia)
La poste d'un CP est aussi cognitif que celui d'un dev à mon sens mais pas sur les mêmes critères.
5  0 
Avatar de tomlev
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 22/12/2014 à 13:59
Je connais quand même pas mal de développeurs pour qui l'argent est la principale motivation... mais en général ce ne sont pas des passionnés, ils font ce boulot juste parce que ça permet de (relativement) bien gagner sa vie. Et du coup, ce sont rarement les meilleurs... difficile d'être très bon dans un boulot qui ne t'intéresse pas vraiment.
5  1