Google News ferme en Espagne,
Les éditeurs inquiets, le gouvernement temporise

Le , par Hinault Romaric

21PARTAGES

2  0 
Le service Google News, qui fournit des informations complètes et à jour, compilées à partir des sources d’actualités publiées par la presse en ligne, a été finalement fermé par le géant de la recherche en Espagne.

Ceci est la conséquence d’une décision qui avait été prise par Google suite à l’adoption de la taxe Google par le parlement espagnol. Cette taxe oblige des agrégateurs d’actualités à payer les éditeurs de presse locaux pour tout ou partie de leurs contenus qui seraient relayés. La loi va entrer en vigueur à partir de janvier 2015.

« Nous regrettons profondément de devoir annoncer qu'en raison des changements récents dans la loi espagnole, nous avons retiré les éditeurs de presse espagnols de Google News et fermé Google News en Espagne », a déclaré Google sur la page de son service d'actualités pour les internautes espagnols.

Pour Google il était inamissible de payer des redevances pour un service gratuit qui ne génère aucun revenu. « Comme Google News ne produit pas d'argent (nous ne montrons pas de publicité sur le site), cette nouvelle approche n'est tout simplement pas soutenable. », avait affirmé Richard Gingras, responsable de Google News, dans un billet de blog.

Cette situation a rendu anxieux les éditeurs espagnols qui craignent une perte de visibilité sur la toile. Selon des experts, « l’absence de Google News pourrait provoquer une baisse de l’audience des sites de médias espagnols de 10% à 30% », a affirmé José Manuel Soria, le ministre espagnol de l'Industrie, qui rappelle au passage que ce sont « les éditeurs eux-mêmes qui ont soumis au gouvernement l'idée d'une taxe. »

Il faut noter qu’a la suite de l’annonce de Google il y a six jours, l'AEDE (association des éditeurs de quotidiens espagnols) avait invité le gouvernement espagnol et les autorités de la concurrence de l'UE à faire le nécessaire pour empêcher la fermeture de Google News. L'AEDE, qui ne s’attendait certainement pas à une décision aussi radicale, avait affirmé qu’elle avait toujours souhaité « négocier avec Google ».

Une chose est certaine, les plus grands perdants dans cette affaire seront les médias eux-mêmes. C’est en tout cas ce que pense l’association des internautes espagnols.

Le gouvernement espagnol, pour sa part, estime que « l'accès à l'information sur Internet restera garanti » et qu’il faudra attendre pour déterminer l’impact réel sur le secteur.

Il faut noter que Google entretient depuis quelque temps des relations conflictuelles avec l’Europe. La firme fait actuellement l’objet d’une enquête antitrust pour abus de position dominante avec son moteur de recherche, qui aurait été utilisé pour privilégier ses services et ceux de ses partenaires au détriment de la concurrence. Les eurodéputés étaient allés jusqu’à voter pour une scission de Google.

Et vous ?

Perte importante pour les éditeurs de presse espagnols ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de psychadelic
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/12/2014 à 0:20
Citation Envoyé par Hinault Romaric Voir le message
.. L'AEDE, qui ne s’attendait certainement pas à une décision aussi radicale, avait affirmé qu’elle avait toujours souhaité « négocier avec Google » ..
Pourtant, lors de l'adoption de cette loi sur « la propriété intellectuelle » le gouvernement Espagnol à fait savoir, que la « compensation financière était obligatoire et non négociable ».

Par ailleurs, et comme je m’en doutais, l’AEDE est bien une association minoritaire dans la presse Espagnole, mais la loi porte son nom : « Canon AEDE ».

Dans le cas Allemand, et presque similaire (Google ne laissait que les titre des news, les lignes suivantes étant taxées), le groupe Springler avait chuté jusqu'a 40% de traffic sur internet, et perdait plus de 100.000 euros par jour et par site internet !

La seule porte de sortie pour le gouvernement Espagnol serait d'annuler leur loi, au prétexte, (au hasard) qu'elle n'est pas en conformité avec le droit européen..
(l’établissement d’un lien vers un contenu librement disponible et autorisé par les titulaires de droits ne peut être soumis au droit d’auteur).
Avatar de tontonnux
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 17/12/2014 à 9:38
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
...il aurait suffit que les journaux s'unissent pour que les ressources de la presse espagnole soient accessible dans un aggrégateur, et ça aurait été bon.

Google n'a pas le monopole des services, il existe pleins d'alternatives à beaucoup de leurs services, il manque le plus souvent un moyen de se faire connaître du grand public . dans ce cas précis, les journaux avaient une double opportunité : un moyen de communication (puisque tout le monde parle de la disparition de ce service) en plus de la communication qu'ils peuvent faire sur leurs site / version papier, et le fait que le concurrent disparaisse à une date prévue...
Oulà, tu te trompes lourdement.
La question n'est absolument pas l’agrégation. Ce qui est centrale ici c'est que Google (et à plus forte raison en Europe) EST la porte d'entrée d'internet. Tu peux créer tout les agrégateurs et outils que tu veux (et tu évoque toi même qu'il "existe pleins d'alternatives", jamais ils ne pourront proposer un niveau de visibilité comparable. Tu vas donc dépenser de l'argent dans un outil qui sera très fortement moins efficace. Ça ne peut pas être rentable.
Sans parler du fait de payer un outil qui mettra en avant tes concurrents juste à côté de toi.

Là où en revanche je te rejoins totalement c'est:
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
Mais non, ils préfèrent que rien ne change, et continuer de se plaindre du service que Google propose tout en demandant sa fermeture.
La presse (même la 100% web) me fait beaucoup penser à l'industrie du disque. Internet (et adblock) change la donne, c'est un fait. Mais au lieu d'intégrer ces changements et de réinventer son model économique, ils font tout pour préserver leurs acquis.
Ça ne marche pas. Ça n'a jamais marché et ne marchera jamais.
Avatar de Simara1170
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/12/2014 à 9:55
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
C'est moi aui te disait ça, entre autres, et je continue de le dire, à un detail près : il aurait suffit que les journaux s'unissent pour que les ressources de la presse espagnole soient accessible dans un aggrégateur, et ça aurait été bon.

Google n'a pas le monopole des services, il existe pleins d'alternatives à beaucoup de leurs services, il manque le plus souvent un moyen de se faire connaître du grand public . dans ce cas précis, les journaux avaient une double opportunité : un moyen de communication (puisque tout le monde parle de la disparition de ce service) en plus de la communication qu'ils peuvent faire sur leurs site / version papier, et le fait que le concurrent disparaisse à une date prévue...
N'empêche que... On a voulu tirer un peu trop sur la corde, et Google a réagis comme je l'avais dit: il a coupé l'accès au service...
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message

Mais non, ils préfèrent que rien ne change, et continuer de se plaindre du service que Google propose tout en demandant sa fermeture.
Y'a deux raisons à ça:
-Google est considéré par l'inconscient collectif comme un service public
-Ca coûterais une fortune de développer un agrégateur d'infos, et en plus ça serait dépenser de l'argent pour la concurrence (qui pourrait d'ailleurs te demander de raquer pour afficher leur contenu, histoire de bien boucler la boucle...).
Avatar de Carhiboux
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 17/12/2014 à 10:09
Il était temps que Google se rebiffe un peu.

La presse espagnole va sortir rincée de ce conflit. Comme les médias allemands quand ils ont tenté leur chance.

Encore une fois, un pays prétends punir Google pour son trop grand succès.

Autant, pour l'activité moteur de recherche, qui leur rapporte de l'argent, ils doivent plus ou moins plier (en plus de ne pas pouvoir se permettre de laisser la route libre pour leurs concurrents directs...) autant pour google news c'était couru d'avance qu'ils allaient couper le service.
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 17/12/2014 à 10:26
Citation Envoyé par tontonnux Voir le message
Ce qui est centrale ici c'est que Google EST la porte d'entrée d'internet.
Justement : dans ce cas précis, ils avaient la possibilité de sortir de cette domination, "simplement" en développant un agrégateur : pas besoin de dire "on est meilleur que Google, essayez-nous vous verrez", puisque justement Google a arrété son service (et avait prévenu qu'il le ferait) : plus de concurrent, donc si les gens voulaient des informations, ils se seraient naturellement tournés vers la solution proposée par les journaux.
Avatar de tontonnux
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 17/12/2014 à 10:44
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
Justement : dans ce cas précis, ils avaient la possibilité de sortir de cette domination, "simplement" en développant un agrégateur : pas besoin de dire "on est meilleur que Google, essayez-nous vous verrez", puisque justement Google a arrété son service (et avait prévenu qu'il le ferait) : plus de concurrent, donc si les gens voulaient des informations, ils se seraient naturellement tournés vers la solution proposée par les journaux.
Les personnes qui placeront un agrégateur de journaux en 1ère page de leur navigateur devrait être, tu en conviendras très minoritaires.
Tu dis que les gens qui qui cherchent des informations se seraient naturellement tournés vers cette hypothétique nouvelle solution. C'est vrai, mais dans les faits on s'en fou. Ces gens là peuvent déjà aller directement sur les sites d'infos puisque c'est ce qu'ils cherchent.

Ce que permet l'agrégateur de Google, s'est justement de faire venir les autres.

L'agrégateur que tu suggère n'aurait aucun impact sur le traffic des sites en question (ou du moins un impact infiniment moindre que Google). Tu fais l'erreur de te placer du point de vue de celui qui cherche et qui connait. Mais justement, la force de Google News est de faire venir ceux qui ne connaissent pas. Ils ouvrent leur navigateur, ils ont un bouton "actualités" et hop. Ils n'ont pas besoin de savoir où les chercher/trouver (la différence des termes peut ne pas être anodine dans ce contexte). L'information vient à eux. C'est la différence entre la publicité et la promotion.
Google offre une publicité très importante à la presse. Vouloir la remplacer par un outil promotionnel ne peut pas avoir le même impact.

Edit: attention à ne pas se tromper en indiquant Google comme un concurrent de la presse. Ce n'est absolument pas le cas.
Avatar de pmithrandir
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/12/2014 à 10:58
Citation Envoyé par tontonnux Voir le message

Edit: attention à ne pas se tromper en indiquant Google comme un concurrent de la presse. Ce n'est absolument pas le cas.
Non, il serait plutôt un parasite dans le monde animal, ou une symbiose... On va voir dans les prochains mois quel était son statut.

Un agrégateur, c'est facile a trouver, je doute que la plupart des gens utilisaient encore la souris pour accéder a google news, ils tapaient news dans la barre de taches et arrivaient sur le site.
Un agrégateur aurait fait l'affaire aussi.

Je doute que le dev aurait été si cher, si tous les journaux avaient proposé le service, ils auraient aussi coopéré, donc mis a disposition des API amicales pour ce service.
Au final, je doute que ca aurait couté plus de quelques centaines de milliers d'euros de dev, et pas énormément en terme de maintenance.

Il fallait juste arriver à s'unir, ce qui est la faiblesse de la vision actuelle de l'économie, dont profite les acteurs de taille démesurées.

Après, je doute que sur 6 mois ils ne retrouvent pas des niveaux de consultation similaire. les gens vont ils arrêter de s'intéresser aux news ?
Avatar de Simara1170
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/12/2014 à 11:30
L'adage sur internet, c'est "si c'est à plus de 3 clics, ça n'existe pas"
auquel tu peut rajouter "si ce n'est pas en première page de google, ça n'existe pas" ...
Avatar de tontonnux
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 17/12/2014 à 11:42
Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
Non, il serait plutôt un parasite dans le monde animal, ou une symbiose... On va voir dans les prochains mois quel était son statut.
Etant donné que ceux qui ont essayé de s'en soustraire en ont souffert, on peux légitimement considérer que l'apport de Google News leur est globalement positif.
On penche donc clairement vers la symbiose.
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 17/12/2014 à 11:54
Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message
Y'a pas si longtemps que ça, je disais que si on faisait trop chier Google avec des taxes et autres, il fermerait petit à petit ses produits en Europe...
On m'a répondu un truc du genre:
"T'es complètement idiot, ils feront jamais ça, c'est trop rentable pour eux, même avec une amende/taxe..."

Bah on y est, et c'est pas Google qui pleure hein...
Euh, pour l'instant, il existe la menace s'une fermeture de Google News en Espagne, rien de plus. Quand ils auront effectivement bloqué Google Search pour les Allemands, le Benelux et la France, on en reparle, ok ?
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web