Windows 10 : lancement programmé pour la fin d'été ou début d'automne 2015
L'OS accessible aux développeurs en début d'été

Le , par Hinault Romaric, Responsable .NET
Microsoft vient de fournir de nouveaux détails sur le calendrier de publication de la prochaine version de son système d’exploitation Windows 10.

C’est à l’occasion d’une conférence technologique organisée par Credit Suisse que Kevin Turner, directeur des opérations chez Microsoft a affirmé que la firme mettra à la disposition du grand public Windows 10 vers la fin de l’été ou au plus tard au début de l’automne.

Le plan présenté par Turner s’aligne presque avec celui qui avait déjà été présenté par Terry Myerson, le responsable des systèmes d’exploitation chez Microsoft.

D’après Turner, Microsoft présentera l’expérience de Windows 10 pour le consommateur au début du printemps 2015 et sortira une mouture pour les développeurs en début d’été. Il s’agira probablement d’une RTM de l’OS, pour permettre à ceux-ci de tester et préparer leurs applications avant la sortie grand public de l’OS.




D’ici là, plusieurs autres informations seront dévoilées sur l’OS. Il s’agit notamment d’un événement qui aura lieu en début janvier, au cours duquel Microsoft sortira la Consumer Preview de Windows 10, qui sera accessible à un public plus large afin de multiplier les tests.

Elle pourrait être étiquetée January Technical Preview (JTP) et sera suivie dans un mois de la « February Tech Preview », puis en mars de la « March Tech Preview », ainsi de suite.

Pour rappel, Windows 10 ouvrira une nouvelle ère pour Windows. Microsoft offrira un OS qui sera adapté à tous les appareils, des consoles Xbox aux PC en passant par les téléphones, les tablettes et petits objets connectés. Sur chaque dispositif, l’OS offrira une expérience sur mesure.

Dans le registre des nouveautés, on note le retour du menu Démarrer, le support du mode « fenêtré » pour l’exécution d’applications du Windows Store (applications Modern UI) dans une fenêtre du bureau, l’intégration des bureaux virtuels, du bouton « Task View », d’un gestionnaire de paquets OneGet, d’un centre de notifications, et bien plus [Voir section : « Retrouvez le dossier complet de la rédaction »].

Pour tester Windows 10, il vous suffit de rejoindre le programme Windows Inside et télécharger une image ISO du système d’exploitation.

Source : Présentation de Kevin Turner


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de I_Pnose I_Pnose - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 10:55
Citation Envoyé par Sodium Voir le message
Si ton application a la même UI sur un pc, une tablette et un smartphone, elle est probablement très mal pensée pour deux de ces supports. Quand je suis sur un ordinateur avec une souris, je veux des menus clairs et faciles d'accès, avoir un maximum de fonctions à portée de main. Les grosses icônes ouvrant des menus déroulants qui sont devenus la norme sur touch screen sont une véritable nuisance à l'ergonomie.
Pour tempérer les propose de sazearte, lorsqu’on développe une Universal App, il y a certes ~95% du code qui peut-être mis en commun (dans le projet MonAppli.Shared de la solution), mais il convient tout de même d’adapter l’UI/UX aux différents form factors ciblés via les projets correspondants (MonAppli.Windows, MonAppli.WindowsPhone...).

Bref, il y a donc un minium syndical de boulot à fournir si l’on souhaite cibler plusieurs plateformes (et heureusement).
Avatar de Pierre GIRARD Pierre GIRARD - Expert éminent https://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 12:51
Citation Envoyé par Sodium Voir le message
Le but de Microsoft est de reprendre des parts de marché à Apple et Google sur le mobile surtout. Je ne pense pas que le noyau Linux soit un concurrent direct de Microsoft. Ca le deviendra peut-être un jour, mais pour le moment ça reste anecdotique...
Sauf que Google = Android = Noyau Linux, et Apple = Noyau BSD (certes pas Linux, mais un cousin UNIX assez proche). Dans les deux cas, la facilité de reprendre des sources ouvertes et disponible et de recompiler un noyau plus spécifique à une utilisation précise a facilité grandement la tâche des développeurs de Google et de Apple.

Si Apple en était resté à son système propriétaire d'origine au lieu de redémarrer à partir d'un noyau BSD, il ne serait peut-être pas là où il est aujourd'hui. Et si Google avait décidé de développer un OS propriétaire au lieu de récupérer Android basé sur un noyau Linux, il n'occuperait probablement pas la place qui est la sienne maintenant.

Donc oui, Linux et son ancêtre UNIX sont bien des concurrents directs pour µSoft ...dans tous les domaines, y compris ceux dans lesquels µSoft ne s'est pas investi. Pour mémoire, un Certain Bill Gates affirmait que µSoft allait pénétrer partout : dans les maisons avec la domotique, les voitures, les télé, etc... On est très loin des rêves de Bill Gates.
Avatar de Sodium Sodium - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 12:59
Pour tempérer les propose de sazearte, lorsqu’on développe une Universal App, il y a certes ~95% du code qui peut-être mis en commun (dans le projet MonAppli.Shared de la solution), mais il convient tout de même d’adapter l’UI/UX aux différents form factors ciblés via les projets correspondants (MonAppli.Windows, MonAppli.WindowsPhone...).

Bref, il y a donc un minium syndical de boulot à fournir si l’on souhaite cibler plusieurs plateformes (et heureusement).
Ceci est effectivement le minimum syndical, mais une application clavier/souris et une application touch doivent être pensées différemment.
Un ordinateur n'a pas la même ressources, l'utilisateur n'a pas les mêmes habitudes d'interactions, l'intéraction avec d'autres applications n'est pas la même, etc.
Bref, une application universelle souffrira forcément énormément sur sur le support qui n'a pas servi à la base du développement.

Sauf que Google = Android = Noyau Linux, et Apple = Noyau BSD (certes pas Linux, mais un cousin UNIX assez proche). Dans les deux cas, la facilité de reprendre des sources ouvertes et disponible et de recompiler un noyau plus spécifique à une utilisation précise a facilité grandement la tâche des développeurs de Google et de Apple.

Si Apple en était resté à son système propriétaire d'origine au lieu de redémarrer à partir d'un noyau BSD, il ne serait peut-être pas là où il est aujourd'hui. Et si Google avait décidé de développer un OS propriétaire au lieu de récupérer Android basé sur un noyau Linux, il n'occuperait probablement pas la place qui est la sienne maintenant.
Certes, mais ce n'est pas Unix qui fait que les iChoses et les machines Androïd se vendent, c'est le marketing qu'il y a derrière. Le grand public ne sait même pas ce qu'est Unix. Androïd a commencé à vraiment bien démarrer en partie parce que le Galaxy S est devenu un objet fashion, pas parce qu'il y a une base Linux derrière.
Avatar de I_Pnose I_Pnose - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 13:20
Citation Envoyé par Pierre GIRARD Voir le message
Si Apple en était resté à son système propriétaire d'origine au lieu de redémarrer à partir d'un noyau BSD, il ne serait peut-être pas là où il est aujourd'hui. Et si Google avait décidé de développer un OS propriétaire au lieu de récupérer Android basé sur un noyau Linux, il n'occuperait probablement pas la place qui est la sienne maintenant.
Non, ce qui a permis aux iTrucs et à Android de s’envoler c’est leur store d’applications respectif, et non le simple fait qu’ils soient tous deux basés sur Unix (ou un cousin éloigné).

Ces stores d’applications sont ensemencés par des développeurs qui, en passant de iOs à Android, se retrouve face à des processus de développement et des langages de programmation totalement différents (pas de réutilisabilité de code d’une plateforme à l’autre), preuve s’il en est que le noyau de base n’a aucun effet sur le succès de la plateforme.
Avatar de Pierre GIRARD Pierre GIRARD - Expert éminent https://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 13:35
Citation Envoyé par I_Pnose Voir le message
Non, ce qui a permis aux iTrucs et à Android de s’envoler c’est leur store d’applications respectif...
Pour moi, c'est la question : C'était quoi le premier, la poule ? ou l’œuf ? Il n'y aurait pas eu de "store" si il n'y avait pas eu d'OS avant. Donc, a l'arrivée, les deux sont liés et indissociables. D'ailleurs il y a aussi des stores WindowsPhones ... prouvant que ces stores ne sont pas suffisants. Et il est plus facile de construire son OS à partir de ce qui existe qu'à partir de rien.
Avatar de I_Pnose I_Pnose - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 14:05
Citation Envoyé par Pierre GIRARD Voir le message
Pour moi, c'est la question : C'était quoi le premier, la poule ? ou l’œuf ?
Comme l’a souligné Sodium, je pencherais plus pour "la puissance marketing de Apple"...

Une fois le Smartphone (et la tablette) démocratisé par la marque à la pomme, Google a très bien joué sa carte de l’alternative "Geek" (tout le monde n'aime pas Apple), et surtout il l’a jouée au bon moment. Microsoft, quant à lui, arrive bien trop tard et la seule carte qu’il a à disposition c’est celle de sa communauté desktop qu’il va tenter de convertir au mobile.

(A noter, si on y regarde de plus près, on se rend compte que les stores d’Apple et d’Android, à leur début, ne se sont pas rempli plus vite que celui de Windows Phone).
Avatar de imikado imikado - Rédacteur https://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 16:40
Rappelons, que microsoft était sur le marché le premier, c'est seulement face à l'arrivée de cette concurrence, qu'ils ont activer leur R&D pour sortir WP7 puis WP8...

HS: imaginez ce que pourrait donner une saine concurrence sur PC
Avatar de RyzenOC RyzenOC - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 18:00
HS: imaginez ce que pourrait donner une saine concurrence sur PC
Sur smartphone y'a soit Android soit IOS, c'est vraiment pas de la concurrence, Windows Phone permet d'avoir 3 acteurs, mais a partir de combien d'acteur on peut parler de concurrence saine ?
Avatar de imikado imikado - Rédacteur https://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 18:09
Citation Envoyé par sazearte Voir le message
Sur smartphone y'a soit Android soit IOS, c'est vraiment pas de la concurrence, Windows Phone permet d'avoir 3 acteurs, mais a partir de combien d'acteur on peut parler de concurrence saine ?
Avant, il y avait: Windows mobile et rien d'autre: Microsoft profitait de ce monopole et ne dépensait quasiment rien en R&D
Puis apple est arrivé, suivi de Google avec Android, amenant 2 concurrents innovant, et là Microsoft voyant ses parts de marché fondre comme neige au soleil à du se réinventer

Ce n'est pas le nombre qui compte, mais le fait qu'ils soient là

C'était la même chose dans le marché d'internet: Free à bouleversé les prix et les offres
Idem en téléphonie mobile: prix et offres

Il manque toujours le marché du PC, où Microsoft étant seul, ils évoluent peu, voir se permettent le luxe d'imposer des solutions bancales: même si on apprécie pas, on achète un ordinateur avec Windows, meme si derriere on y installe un W7 (ou GNU/Linux)
Avatar de tomlev tomlev - Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
le 08/12/2014 à 20:19
Citation Envoyé par imikado Voir le message
Il manque toujours le marché du PC, où Microsoft étant seul, ils évoluent peu, voir se permettent le luxe d'imposer des solutions bancales: même si on apprécie pas, on achète un ordinateur avec Windows, meme si derriere on y installe un W7 (ou GNU/Linux)
Je ne te suis pas vraiment là dessus... Ca fait longtemps que Microsoft n'est plus seul sur ce marché (en fait il ne l'a jamais vraiment été) : on a toujours le choix de MacOS (qui est certes un cas particulier vu qu'on est obligé d'acheter le matos avec) et une flopée de distributions Linux (disons une poignée si on ne considère que celles qui sont adaptées au grand public). Donc la concurrence est bien là, ce n'est pas le problème.

Ce que ton commentaire illustre par contre, c'est le problème de la vente liée : il est aujourd'hui très difficile d'acheter un ordinateur sans Windows, principalement à cause des accords entre MS et les constructeurs.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil