Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La France et l'Allemagne s'allient contre Google
Ils proposent un texte commun pour recadrer ses activités

Le , par Michael Guilloux

121PARTAGES

5  0 
C’est le jeudi 27 novembre que la secrétaire d'État française au numérique, Axelle Lemaire et son homologue allemand, Matthias Maching ont présenté à la Commission Européenne un texte commun qui propose un « cadre réglementaire approprié au niveau européen » pour les géants du Web.

« Pour la première fois, la France et l'Allemagne ont écrit au Commissaire européen aux affaires numériques pour lui demander de lancer une consultation publique afin de s'interroger sur le cadre applicable à ces acteurs et si la concurrence est le cadre approprié pour cerner les comportements des entreprises concernées », a expliqué la ministre française.

Ce texte vise à recadrer les activités des « plates-formes indispensables » que sont Google, Apple, Facebook et Amazon, et s’appliquera aussi à toutes les entreprises offrant des biens et services aux citoyens de l’UE, quels que soient leurs lieux d’établissement.

Mais après l’adoption, par le parlement européen, d’une résolution demandant la scission du moteur de Google de ses autres activités, cette nouvelle offensive semble viser le géant de la recherche en ligne.
En ce qui concerne leurs attentes, les deux pays demandent la révision de la législation actuelle sur les communications électroniques. Ils exigent, d’ailleurs, une nouvelle réglementation pour le développement de nouveaux outils favorables à la concurrence.

Bien qu’il ne mentionne pas Google, le texte franco-allemand met en avant les pratiques anticoncurrentielles menées par les géants du web, en particulier celles reprochées à la société américaine depuis l’enquête Antitrust.

Paris et Berlin exigent avant tout un « traitement transparent et non discriminatoire pour le référencement » des sites. Ils pensent aussi que les utilisateurs devront avoir « ;le contrôle sur leur vie digitale et leurs données ;», et avoir la « ;liberté de choix pour l’utilisation d’applications ou de services sur ces plates-formes ;». Notons qu’il était déjà reproché à Google de mieux référencer ses produits dans son moteur de recherche par rapport à ceux de ses concurrents, et d’imposer ses applications sur son système mobile Android.

Ce texte soumis à la Commission Européenne par la France et l’Allemagne vient en appui au vote massif du parlement en faveur de la scission de Google. La décision du parlement n’étant pas contraignante, les demandes franco-allemandes arrivent comme une pression supplémentaire, pour inciter la commission de l’UE à prendre des sanctions contre la société américaine.

D’ailleurs, leur message à la commission semble avoir bien été compris par les dirigeants. En effet, vu le poids de la paire franco-allemande dans l’UE, Bruxelles semble déjà faire allégeance à la demande des 2 pays. « ;On ne va pas travailler contre les États membres. Les attentes de ces deux pays sont légitimes ;», a déclaré Günther Oettinger, le Commissaire en charge de l’économie numérique.

Source : La Tribune, Les Echos

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ? La commission européenne va-t-elle contraindre Google à une scission de ses activités en Europe ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de AliusEquinox
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 01/12/2014 à 20:22
non Carhiboux tu te trompes je pense que l'Europe a bien raison, Google est en position de monopole et ça ne peut pas se passer ainsi indéfiniment. Car cela devient très dangereux si en plus Google privilégie le référencement des ses services.

Imaginons une situation, Google détient le monopole des moteurs de recherches, il devient difficile voir impossible de le concurrencer, hors la libre entré de la concurrence sur un marché peu permettre en théorie de faire "disparaitre" un monopole dans le cas ou l'on vend des produits ou des services. Seulement le cas Google est limite car il s'agit pour le coup d'un moteur de recherche qui est un service un peu particulier car il peut contribuer à l'émergence d'entreprise -- pour le coup l'émergence d'entreprise concurrente -- hors si son moteur de recherche privilégie ses services, il peut clairement empêcher l'apparition de la concurrence sur le marché. Et la Google devient maitre du monde

Il ne faut pas laisser Google faire ce qu'il lui chante sous prétexte que c'est la seconde entreprise la plus puissante au monde à l'heure actuelle.
7  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 01/12/2014 à 17:57
Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message
Moi, j'attend juste de voir la gueule du tacle que Google va mettre à l'UE...
Et il a de quoi faire : monter les prix de régie publicitaire pour les sites basés dans l'UE, ou tout simplement ne pas leur vendre leur emplacements publicitaires, ou même plus vicieux, fausser le pseudo aléatoire pour que les spots des boites européennes passent moins souvent...

Faire chier les éditeurs de softs européens qui pullulent sur le Gplay en interdisant leur applis pour un motif obscur caché dans les CGU...
Les journaux européens risquent aussi de s'en prendre la poire aussi... Non rien à dire, je sens qu'on a fait un pas dans le bon sens, et que ça va contribuer à mettre à mal une industrie déjà morose en Europe...
Il y a quelque chose à faire, j'en convient, mais pas de cette manière là. Aller à la confrontation sans même penser à une discussion autour d'une table, c'est l'art et la manière de se prendre un coup de poignard dans le dos
Voiiiiiila, Google va faire l'impasse sur 500 millions de clients, parmi les plus riches du monde. C'est c'la, oui...
6  0 
Avatar de zaventem
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/12/2014 à 13:48
Citation Envoyé par psychadelic Voir le message
Perso, je pense que ce sera pas mal pénalisant, plus pour tout le monde que pour Google ??
Pour une heure, Google en sortirait sans doute gagnant, pour une semaine, je pense qu'il serait le grand perdant car les utilisateurs auraient pu tester sur du "long terme" d'autres moteurs de recherche.
4  0 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 02/12/2014 à 14:25
Simara, je pense que tu oublie une chose, le capitalisme est la solution la plus efficace pour l'économie, sauf quand on arrive a des situations de monopole.

Qu'une entité, publique ou privée, se retrouve dans cette situation et tu verras qu'elle sera, en général, de moins en moins efficace et de moins en moins innovantes. Ou elle prendra les usagers en otage.

C'est pour cela que tous les pays, ou groupement de pays ont des lois qui limite ça.

Et oui, google, amazon sont remplaçable, mais si on regarde les fait, on se rend compte qu'ils ont un avantage concurrentiel certain entre autre grace a leur trésorerie. Amazon est un colosse qui fait peu d'argent par exemple. Ils n'hésitent pas à perdre de l'argent des années durant pour couler toute concurrence, avant de faire ce qu'ils veulent sur le marché.

Si la capitalisme devient un dogme, il y a un problème.
On ne fait pas du capitalisme pour faire du capitalisme, mais bien pour au final rendre un service à la population. Si ce dernier point n'est plus permis, on loupe l'objectif.
4  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 01/12/2014 à 17:43
Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message
Il y a quelque chose à faire, j'en convient, mais pas de cette manière là. Aller à la confrontation sans même penser à une discussion autour d'une table, c'est l'art et la manière de se prendre un coup de poignard dans le dos
Ca fait plus de 5 ans que l'UE est en discussion avec Google et que ça ne donne rien
Google fait le max pour faire traîner les choses
Google prend l'UE pour des prunes alors à un moment donnée, il devient nécessaire de muscler un peu la discussion car sinon dans 50 ans, on y est encore
4  1 
Avatar de Carhiboux
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 01/12/2014 à 17:33
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Ce texte vise à recadrer les activités des « plates-formes indispensables » que sont Google, Apple, Facebook et Amazon, et s’appliquera aussi à toutes les entreprises offrant des biens et services aux citoyens de l’UE, quelles que soient leurs lieux d’établissement.
Pourquoi? Google est payé pour délivrer un service public? Parce que c'est le cas de La Poste par exemple...

Pourquoi l'UE ne fait pas la pub de son projet Quaero? Ce projet qui devait révolutionner les moteurs de recherche multi-format, qui à coûté un bras à l'UE et qui n'a servi qu'à engrosser et financer la R&D des SS2I pour un résultat plus que décevant? Peut être qu'il faudrait y claquer encore un ou deux milliard?

Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Mais après l’adoption, par le parlement européen, d’une résolution demandant la scission du moteur de Google de ses autres activités, cette nouvelle offensive semble viser le géant de la recherche en ligne.
Ok, donc ils vont, pour rester dans leur logique, demander la scission des activités auto et banque de PSA par exemple? Ou la scission de l'activité banque et assurance de AXA, ARKEA, LCL, BNP, ...?

Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
En ce qui concerne leurs attentes, les 2 pays demandent la révision de la législation actuelle sur les communications électroniques. Ils exigent, d’ailleurs, une nouvelle réglementation pour le développement de nouveaux outils favorables à la concurrence.
Là pour le coup, c'est logique de permertre à la concurrence de pouvoir se faire une place. Ce que je crains, ce sont les moyens qui seront mis en oeuvre pour prétendre y parvenir.

Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Bien qu’il ne mentionne pas Google, le texte franco-allemand met en avant les pratiques anti-concurrentielles menées par les géants du web, en particulier celles reprochées à la société américaine depuis l’enquête Antitrust.

Paris et Berlin exigent avant tout un « traitement transparent et non discriminatoire pour le référencement » des sites. Ils pensent aussi que les utilisateurs devront avoir «?le contrôle sur leur vie digitale et leurs données?», et avoir la «?liberté de choix pour l’utilisation d’applications ou de services sur ces plates-formes?». Notons qu’il était déjà reproché à Google de mieux référencer ses produits dans son moteur de recherche par rapport à ceux de ses concurrents, et d’imposer ses applications sur son système mobile Android.
Là encore, est-ce que Google serait devenu un service public et qu'on ait oublié de me prévenir? Parce que sinon... je vais encore me prendre des pouces rouges, mais Google est une entreprise privée, et à ce titre, elle n'a aucune obligation à être juste ou impartiale vis à vis de ses clients. On ne demande pas à une banque d'être juste et impartiale, mais à un moteur de recherche, si. Cherchez l'erreur.

Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Ce texte soumis à la Commission Européenne par la France et l’Allemagne viennent en appui au vote massif du parlement en faveur de la scission de Google. La décision du parlement n’étant pas contraignante, les demandes franco-allemandes arrivent comme une pression supplémentaire, pour inciter la commission de l’UE à prendre des sanctions contre la société américaine.
RI-DI-CULE.

La Comission à du temps à perdre sur le référencement des sites et services? Qu'elle prennent un peu de temps pour étudier plutôt comment Google, ou Facebook, ou Apple traitent les données des utilisateurs (je n'ose les apeller données personnelles, parce qu'une fois mises sur Facebook, je ne vois pas comment on pourrait les prétendes privées, au contraire du contenu d'un mail par exemple, où il y a une liste de destinataires finie).

Mais bon, les données personnelles, elles sont aussi utilisées par ceux qui sont à la manoeuvre derrière ces votes et ces lettres. Posons nous les bonnes questions! Qui à intérêt à voir Google affaibli? Qui n'a pas intérêt à ce que des lois contraignantes passent sur la gestion de données des utilisateurs en ligne? Est-ce que par le plus grand des hasard, il y aurait les mêmes gens/entreprises à chaque fois?
6  4 
Avatar de psychadelic
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 02/12/2014 à 0:28
Citation Envoyé par AliusEquinox Voir le message
Il ne faut pas laisser Google faire ce qu'il lui chante sous prétexte que c'est la seconde entreprise la plus puissante au monde à l'heure actuelle.
Google et Apple sont en tête des entreprises par un classement basé leur capitalisation Boursières.

Ca n'en fait pas pour autant les sociétés les plus "puissantes du Monde"

Si tu veux chercher dans les sociétés les plus "puissantes" Regarde plutôt dans un classement basé sur le chiffre d'affaire..

Ont y trouve principalement de entreprises du secteur de l'énergie (Pétrole en tête), et dans la finance.
Google fait très très petit à coté.

D'ailleurs si on veut parler d'entreprises "puissantes", Les compagnies pétrolières sont peut être les mieux placées, elles sont dans le cercle des pouvoir politiques, paient des mercenaires, ont fomenté des coups d'état un peu partout dans le monde, et sont largement protégé pour cause de "secrets d'état" (je sais pas pourquoi, mais tout à coup je pense à la guerre du Golf)
2  0 
Avatar de Simara1170
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 02/12/2014 à 13:51
Tu prends toutes les petites boîtes, et une bonne partie des administrations françaises (genre les mairies), les associations, bref, toutes les petites structures qui utilisent gmail, parce que gratuit, parce que tu peux faire de la news letter sans te faire blacklisté (pour un peu que t'es prévenu Google avant)...
Tu reprends ces même structures qui utilisent Gdoc, et Gdrive parce que c'est une solution de documents partagés et de Cloud qui coûte 0€, et maintenant, tu leur enlève ça sans prévenir, et tu regardes ce que ça donne...

EDIT: considérer que Google ce n'est qu'un moteur de recherche, c'est partir sur un mauvais postulat. Partir du fait que si Google fait exploser les tarifs de ses autres applications pour les sociétés, et croire que si les boîtes changent ces services pour d'autres, les "civils" changeront de moteur de recherche par solidarité, c'est aussi un mauvais postulat, et vous vous basez sur les deux pour dire que Google ne peux pas faire l'impasse sur l'Europe...
2  0 
Avatar de zaventem
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/12/2014 à 14:06
Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message
Tu prends toutes les petites boîtes, et une bonne partie des administrations françaises (genre les mairies), les associations, bref, toutes les petites structures qui utilisent gmail, parce que gratuit, parce que tu peux faire de la news letter sans te faire blacklisté (pour un peu que t'es prévenu Google avant)...
Et toute ces petites structures, le jour où elles se retrouvent pendant une semaine sans rien se poseront très intensément la question de l'avenir de cette solution et planifieront la migration vers une solution qui ne les prendra pas en otage dans un bras de fer politique.
2  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 02/12/2014 à 14:28
Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message
Tu prends toutes les petites boîtes, et une bonne partie des administrations françaises (genre les mairies), les associations, bref, toutes les petites structures qui utilisent gmail, parce que gratuit, parce que tu peux faire de la news letter sans te faire blacklisté (pour un peu que t'es prévenu Google avant)...
Tu reprends ces même structures qui utilisent Gdoc, et Gdrive parce que c'est une solution de documents partagés et de Cloud qui coûte 0€, et maintenant, tu leur enlève ça sans prévenir, et tu regardes ce que ça donne...
As-tu des sources sur l'utilisation des solutions Google dans le service public, y compris pour les petites structures, car ce que tu déclares est ultra surprenant.
La CNIL met un véto sur les solution Google donc je vois mal les petites structures aller contre l'avis de la commission
Sans compte que dans les administrations, on est méga fan des solutions Microsoft et que "ça rassure de payer" pour un support
De plus, le secteur public est obligé de passer par des appels d'offre et Google n'y répond pas...
Autant pour le privé, ton propos ce tien
Pour le publique, j'en doute fortement

Ensuite, peut importe le service qui plante pendant 1 semaine, c'est la bérézina et il perd tous ses clients. Que ce soit Google ou un autre.
Une panne d'une heure par contre (comme Azure récemment avec ses 11 heures de pannes), ça râle mais sans plus. Rien à voir que ce soit Google ou autre.
2  0