Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Parlement européen favorable à la scission de Google

Le , par Hinault Romaric

0PARTAGES

4  0 
La puissance de Google fait-elle trembler l’Europe ? Les eurodéputés ont voté massivement ce jeudi une motion qui suggère la scission de Google.

Elle a été adoptée à 384 voix pour, 174 contre et 56 abstentions. Les députés européens sont favorables à une directive sur les moteurs de recherche. Celle-ci réclame la scission entre les services de recherche et les autres activités commerciales.

La résolution a pour objectif de « défendre le droit des consommateurs sur le marché du numérique ». Le projet a été porté par le député allemand Andreas Schwab et l’espagnol Ramon Tremosa.

Bien que Google n’ait pas été cité explicitement, ce texte vise essentiellement le géant de la recherche, dont la situation de monopole agace depuis plusieurs années l’Europe.

Le moteur Google représente plus de 90% de l’univers de la recherche en ligne en Europe. Autour de son moteur, Google a développé un modèle économique permettant une exploitation croisée des données des internautes. Il faut noter qu’un seul compte permet d’accéder à l’ensemble des services Google.

La firme est accusée par ses concurrents d’abuser de sa position dominante pour privilégier ses autres activités commerciales, au détriment de ceux-ci.

Une enquête avait été ouverte par la Commission européenne qui négocie depuis pratiquement quatre ans avec la firme de Mountain View. Google a déjà fait trois propositions qui avaient été rejetées par le commissaire à la concurrence de l’Union européenne, Joaquín Almunia.

Une quatrième et dernière proposition est attendue du géant de la recherche et en cas de rejet, Google pourrait se voir infliger une sanction de six milliards de dollars.

Cette nouvelle résolution adoptée par les eurodéputés n’a rien de contraignant pour Google, car le Parlement européen n’a pas le pouvoir d’exiger le démantèlement de Google. Il s’agit cependant d’un signal fort envoyé au moteur de recherche et une prise de position qui pourrait influencer la Commission européenne.

Margrethe Vestager, la nouvelle patronne de la concurrence, suit le dossier de prêt et a affirmé qu’elle examinera le cas de Google avant de décider de la prochaine étape.

Source : Parlement européen

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de esperanto
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 27/11/2014 à 23:22
Citation Envoyé par Paul TOTH Voir le message
c'est juste que Microsoft se saborde tout seul avec Windows 8
Ah oui c'est sur y a qu'à voir le nombre de gens qui sont passés à Linux depuis l'arrivée de Windows 8, ça c'est du sabordage je vous dis!
Sérieux, on lisait exactement la même chose à l'époque de Vista, il y a eu la très courte période des netbook sous linux et puis miraculeusement ils sont tous repassés sous Win "à la demande des utilisateurs" qu'ils disent.

En ce moment je lis partout que Windows est mort et que bientôt tout le monde utilisera des tablettes. Je le croirai le jour où je verrai une secrétaire taper une lettre sur une tablette Android, pas avant.

Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message

Il faut peut-être avoir aussi un peu de mémoire, et se souvenir des actiosn états-uniennes qui ont eu lieu contre microsoft dans le passé, et pourquoi microsoft a sauvé Apple pour ne pas être accusé d'abus de position dominante, ainsi que le procès qui ont eu lieu conter Microsoft pour que IE ne soit pas le seul navigateur installé par défaut avec Windows.
Faut aussi rappeler l'intitulé exact du chef d'accusation : en gros, Microsoft n'a jamais réellement été inquiété pour le monopole Windows, mais seulement parce qu'il essayait d'imposer IE avec.
De même que maintenant, face au monopole de Google, il ne s'agit pas de favoriser l'arrivée ou le retour de moteurs de recherche concurrents, mais bien uniquement d'empêcher que ce monopole serve aussi à favoriser des produits commerciaux maison plutôt que d'autres.

Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message

Franchement, je rigolerais tellement que Google rétorque par:
"on fait de l'abus de monopôle chez vous? Bien, bah on vous interdit l'accès à tout nos services, et démmerdez-vous avec la concurrence inexistante, on va regarder avec du pop-corn. Et ah oui, si vous voulez qu'on revienne en Europe, ça fera tant."
Tu ne crois pas si bien dire. J'ai travaillé pour les institutions européennes et je peux te dire que là bas, c'est windows et google à tous les étages. Bon je suppose que jusqu'ici je ne vous apprends pas grand chose alors je vais en rajouter une couche.
En théorie dans ces administrations, tout ce qui dépasse quelques milliers d'euros doit passer par un appel d'offres. Alors j'ai naturellement demandé comment ils ont réussi à imposer Windows sans passer par un appel d'offres? Très simple : dans l'intitulé de l'appel il était spécifié qu'on voulait un système "100% compatible avec Windows". Et comme personne n'a jamais pu imposer à Microsoft d'ouvrir ses API sufisamment pour permettre la compatibilité (ce qui, contrairement à une scission, aurait vraiment favorisé la concurrence) je vois mal les fonctionnaires européens, généralement plus préoccupés de se dédouaner de toute responsabilité que de faire réellement exécuter leurs décisions, je les vois mal se mettre à dos un aussi gros fournisseur.

Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message
Et on aurait l'air bien con sans androïd, sans moteur de recherche, sans mail (gmail est utilisé de partout), en fait, sans rien...
En Russie ils s'en passent très bien, Google est loin d'y être majoritaire.
En Europe on a bien eu un certain Linus Torvalds qui avait commencé à écrire un OS dans son garage, et qui, si on lui donnait une équipe, n'aurait aucun mal à créer un android (qui est quand même basé sur un noyau linux, je le rappelle). Ah oui mais suis-je bête il est parti aux Etats-Unis depuis...
5  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 28/11/2014 à 10:56
Lors du parcours des sites généralistes relayant l'information, le constat est édifiant. Les réactions sont négatives face à ce vote et l'Europe est accusée, montrée du doigt comme étant incapable. Paris et Berlin, en la personne d'Axelle Lemaire appuient le mouvement initiée par Bruxelles. Pour une fois les politiques sont en avance sur la majorité.

Un sondage récent montre que les technophiles seuls sont conscients du danger que représente les Gafa et leur politique de "confidentialité". La situation de défiance envers les politiques est préjudiciable alors que sur ce sujet je leur donne à 2000% raison.

Citation Envoyé par Sylvaner Voir le message
On est tous conscient que Google n'est pas aussi philanthrope qu'il veut le faire croire, mais l'abus de position dominante...

Nous ne sommes pas forcé d'utiliser les services Google.

3 exemples de résultats fait en direct (Réalisé sous Firefox / Linux):
  • Navigateur Web
    1. Wikipedia
    2. Clubic
    3. Actualité
    4. Numerama
    5. Comment ça marche

  • Adresse email
    1. Yahoo
    2. SFR
    3. SFR
    4. Etc pas de gmail

  • OS mobile
    1. Wikipedia
    2. Wikipedia EN
    3. Zdnet
    4. Firefox OS



Les résultats des annonces apparaissent sur le côté, j'ai même cru que j'avais un bloqueur de pub activé.
  • Navigateur : 2ième position.
  • Mail : 1er (Gmail entreprise)
  • OS Mobile : Pas d'annonces pour Android.


Donc la position dominante... Je trouve même les résultats plutôt mauvais pour le coup (mais c'est un jugement personnel)

Y a-t-il vraiment un abus de position dominante ou juste des sociétés qui veulent être parmi les meilleurs (résultats) sans en avoir forcément la légitimité ?
J'utilise plusieurs des services Google et quand je vois certains de ces services proposés par des concurrents... Pas étonnant qu'ils soient derrière.

Après si c'est pour gratter du fric car ils ne payent rien... Les failles ou lois qui permettent l'évasion fiscale ont certainement pas été mises en place par hasard, la manoeuvre est bien connue, rien n'est fait... Aucun pouvoir ou aucune volonté...

De toute façon, il faut utiliser Ask
Toutes les informations données en trahissent beaucoup sur ton profil d'utilisation. Les Gafa les utilisent à leur profit et en savent encore bien plus même sans être un grand consommateur de réseaux sociaux. Là réside le danger de se faire capturer !
5  1 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 28/11/2014 à 16:37
Citation Envoyé par esperanto Voir le message
Maintenant pour savoir si on doit condamner le succès de grands groupes comme Google et Microsoft, eh bien tout dépend comment ils l'ont acquis.
Microsoft a forcé les constructeurs à pratiquer la vente liée. Comment? Pas seulement en proposant des réductions de prix, mais grâce à une subtilité du contrat : la facturation au nombre de PC vendus, avec ou sans Windows. Il y a donc largement de quoi trouver des clauses abusives.
Dans le cas de Google, non seulement je n'en vois pas, mais je n'ai jamais vu un employeur imposer Google ni même quelqu'un me traiter d'extra-terrestre quand j'utilisais autre chose. Tout le contraire concernant Windows. Mais si quelqu'un a une expérience différente, je suis tout ouïe.
Je répéte ma remarque car elle s'applique encore
Google n'est pas attaqué car il est en monopole
Google est attaqué car il abuse de ce monopole
Cela est très différent et c'est la même situation que Microsoft
Microsoft n'a pas été attaqué car il était/est en situation de monopole sur les systèmes d'exploitation. Microsoft a été attaqué car il utilisait cette position dominante pour promouvoir son navigateur web (IE) au détriment de la concurrence qui ne peut pas rivaliser car ne possède de système d'exploitation en position dominante...

En clair, c'est utiliser une activité A où on est ultra dominant pour promouvoir une activité B
La concurrence déloyale est portée sur l'activité B

Autrement dit, on ne condamne pas le succès
On condamne la manière dont il est utilisé
3  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 28/11/2014 à 9:11
Citation Envoyé par Sylvaner Voir le message
Je suis pas sur que partir de 0 aujourd'hui soit aussi "simple" que dans les années 90 vue la multitude de matériels, les contraintes sécuritaires et bien d'autres éléments qui sont bien plus complexes.
Je rajouterais aussi que Linux est Open Source et que si Linus Torvald a initié le projet, il ne serait certainement pas arrivé à ce niveau sans la contribution de milliers de personnes et d'entreprises du monde entier.
2  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 28/11/2014 à 15:40
Citation Envoyé par esperanto Voir le message
La scission, c'est tout simplement ridicule : on n'empêche pas le monopole, on empêche seulement d'en abuser.
Google est poursuivit pour abus de position dominante.
L'UE ne s'attaque pas à la position dominante de Google car comme tu le dis, on a le choix de ne pas l'utiliser
L'UE s'attaque aux abus de Google qui utilise cette situation pour promouvoir ces autres services en concurrence déloyales (sur les services autres que le moteur de recherche)

Si la scission empêche les abus, le but est atteint.
2  0 
Avatar de CrayXMP
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 28/11/2014 à 20:30
Citation Envoyé par fredinkan Voir le message

La vente liée, ce n'est pas du fait de Microsoft mais des constructeurs et revendeurs...
Heu ..., non justement, une piqûre de rappel semble nécessaire !
Les documents du procès "Comes vs Microsoft" et notamment l'extrait PX00982 (concernant le "software bundling" dès 1991) révèlent les méfaits de M$ d'alors.
Ces documents (issus de communications internes) sont très instructifs pour découvrir ce qui se cache derrière la façade...
Bonne lecture !
2  0 
Avatar de esperanto
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 29/11/2014 à 10:06
Citation Envoyé par Sylvaner Voir le message
Je suis pas sur que partir de 0 aujourd'hui soit aussi "simple" que dans les années 90 vue la multitude de matériels, les contraintes sécuritaires et bien d'autres éléments qui sont bien plus complexes.
Je pourrais te répondre qu'entre temps les noyaux Linux et BSD, notoirement multi-plateforme, sont devenus suffisamment matures pour servir de brique de base à un système qui ne serait pas forcément Gnu/Linux. Android en est la preuve. Je citais BSD parce que certains pourraient se dire qu'avec la GPL le système ne pourrait pas être commercial (bien que là encore Android prouve le contraire)
Je pourrais aussi te répondre que la diversité matérielle est un leurre, la plupart des tablettes tournant sur un processeur ARM et les composants ne sont pas si diversifiés qu'on voudrait nous le faire croire.

Oui, je pourrais te répondre tout cela, sauf que ce n'était pas du tout le sens de mes propos.

Si j'ai cité Linus Torvalds, c'était avant tout pour dire que si demain l'Europe voulait se doter d'un environnement informatique indépendant, elle n'aurait pas besoin de recruter en Russie ou en Chine : les compétences existent chez nous, à condition de ne pas les faire fuir par des règles bureaucratiques stupides. Et ceux qui se demandent à quoi un OS indépendant pourrait bien servir feraient bien de poser la question à la Russie ou à la Chine, justement, qui semblent y voir un intérêt, et même si je ne sais pas réellement où ils en sont, je crois tout à fait qu'ils soient capables d'y parvenir.
Après, ce serait l'occasion de voir si le "libre échange" est une réalité : personnellement je serais tout à fait favorable à acheter un OS russe, je connais la réputation de leurs écoles d'informatique notamment en matière de sécurité.
Si l'Europe ne fait rien pour assurer son indépendance, c'est parce qu'elle est noyautée par les lobbies américains, qui prônent ici le libre échange qu'ils se garderont bien d'appliquer sur leur propre sol. On nous a vendu l'UE comme un moyen de limiter les pressions étrangères, au contraire de quoi la Commission est devenu le guichet unique auquel tous les lobbies étrangers peuvent se référer pour imposer la même législation partout en Europe et surtout nulle part ailleurs. Cherchez l'erreur...
2  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/12/2014 à 17:32
Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Si la scission empêche les abus, le but est atteint.
Le même type de scission que le gouvernement fédéral US avait voté pour Microsoft ? En plus là on parle de l'UE vis à vis d'une entreprise US, bon courage à eux pour la faire appliquer, celle là. Sont peut être un peu optimistes, pour le coup, nos eurodéputés. Par contre, oui, mettre la pression à Google pour qu'ils durcissent leurs politiques de confidentialité, ça... On peut difficilement être contre.
2  0 
Avatar de pvincent
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 04/12/2014 à 10:26
Nous sommes (presque) tous coupables si Google abuse de sa position dominante.
Rappelons que si en France, Google capte 90 à 95% des recherches sur Internet, aux USA il fait beaucoup moins bien (et je ne parle pas de la Chine).

L'autre jour, j'ai été frappé d'entendre dans une émission de radio parlant d'un exemple précis de financement participatif (crowdfounding), citer Google, Facebook,... sans jamais donner le nom du site français concerné précisément par leur propos. On pourrai croire que les journalistes travaillent pour les transnationales d'origine américaine plutôt qu'ils ne souhaitent le développement de start-up françaises.

Je pense toujours qu'une manière intelligente de contrer ce quasi monopole serai d'investir des marchés de niche: j'ai déjà suggéré que la presse française, plutôt que de pleurnicher sur les mauvaises manières de Google, ferai mieux de bâtir un portail de recherche pour la presse francophone, alimenté directement par ses adhérents. Alors que Google est contraint de partir à la pèche sur le Web, on pourrai ainsi disposer d'index intelligemment conçu, alimentés en continu par des spécialistes, etc.

La scission d'une entreprise en position de monopole en plusieurs entités n'a pas toujours que des effets positifs, même si cela est souvent indispensable.
L'exemple le plus frappant est le résultat du démantèlement d'ATT aux USA: leur laboratoire de recherche (les Bell Labs) qui était l'un des plus réputé au monde (avec plusieurs prix Nobel) n'est plus que l'ombre de lui-même: la richesse (indue?) de Google permet aussi le foisonnement des recherches qu'il mène..
1  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/12/2014 à 16:03
HS
Oui mais android n'est pas un projet google à l'origine, ils ont racheté la startup android qui avait crée le produit.
C'est ce qui lui a fournit à cet OS un support marketing, une masse critique, une protection juridique (cf cas Oracle contre Google)
Non pas que je blame Oracle sur le sujet

Mais android a beaucoup profité de la léthargie Microsoft sur le sujet. Du temps de Bill, le winphone aurait été un succès.
/HS
1  0