Une personne sur trois ayant entendu parler des révélations autour des programmes d'espionnage
A pris des mesures pour mieux protéger sa vie privée

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
a pris des mesures pour mieux protéger sa vie privée

Les révélations d’Edward Snowden ont certainement été l’une des histoires d’espionnage les plus médiatisées du moment. Des professionnels de l’informatique à ceux qui n’y connaissent absolument rien, de nombreuses personnes se tenaient plus ou moins informées au rythme des divulgations sur l’ampleur des agissements des services secrets aussi bien de la NSA aux Etats-Unis que de son homologue britannique le GCHQ. Après cette « onde de choc » qui a défrayé la chronique, quel a donc été la réaction du public ?

Pour répondre à cette question, basons-nous sur les résultats d’une enquête menée de concert par le Center For International Governance Innovation et Ipsos (CIGI-Ipsos) qui s’est intéressée à la sécurité internet et à la confiance accordée à l’outil. Pour les besoins de l’étude, plus de 23 000 utilisateurs connectés dans 24 pays différents (France, Brésil, Etats-Unis, Nigéria, Tunisie, Indonésie, Allemagne etc.) ont accepté de se prêter au jeu des questions-réponses sur la période allant du 07 octobre 2014 au 12 novembre 2014.

Avant tout, intéressons-nous au panel en lui-même. Comparé à l’année dernière, plus de la moitié (64%) se sent relativement concerné sur sa vie privée en ligne. 48% félicite leurs gouvernements pour le travail accompli afin de s’assurer qu’internet soit un espace sûr et sécurisé tandis que 41% estiment que la chance que leurs données personnelles soient compromises est si petite qu’elle ne mérite même pas d’être évoquée. Notons quand même que 78% du panel sont quelque peu préoccupé par la possibilité de voler leurs informations bancaires et 74% s’inquiète du monitoring de leurs activités en ligne effectué par les entreprises à des fins commerciales.

Parmi eux, 60% ont affirmé avoir déjà entendu parler d’Edward Snowden. Les internautes ayant déclaré en plus grand nombre avoir déjà entendu parler de l’ancien contractuel de la NSA se trouvaient respectivement en Allemagne (94%), en Suède (86%), en Chine (85%) et au Brésil (84%). Pourtant, de tous ceux qui étaient au courant des affaires d’une portée comme celle de PRISM, seuls 39% ont entrepris des démarches pour améliorer la sécurité de leurs données digitales en ligne. En tête figurent les Indiens (69%), les Mexicains (64%), les Chinois (62%) et les Indonésiens (61%).


Il faut également constater que les habitudes en matière de sécurité semblent évoluer vers le positif puisque, comparé à l’année dernière, 43% du panel évite certains sites et applications, 39% change son mot de passe de façon régulière mais aussi 28% s’autocensure avant de publier quoique ce soit en ligne.

Avec des cas de censure du net assez flagrant dans certains pays, 64% du panel a exprimé des inquiétudes vis-à-vis de cette pratique. En premier lieu venaient les Mexicains à 87%, puis les Indiens à 79% et les Turcs à 77%. Curieusement la France figurait en 21e position, juste avant la Chine et ses 50% de répondants qui s’inquiétaient de la censure à l’échelle de l’état. D’ailleurs, sur ces 50%,seuls 16% se sont dit « très préoccupés » par cette situation.

Quant à la question qui devrait « gérer » internet, plus de la moitié (57%) estime que la combinaison d’entreprise technologique, d’ingénieurs, d’ONG qui défendent les droits des citoyens lambda mais aussi des gouvernements devrait jouer un rôle clé. 54% accorde sa confiance à un corps international constitué d’ingénieurs et d’experts techniques. Une personne sur deux estime que les Nations Unies rentreraient bien dans l’uniforme de gendarme du net. 47% font confiance à leur propre gouvernement pour cette tâche et 36% verraient bien les Etats-Unis jouer un rôle clé dans la gestion d’internet.

Source : CIGI

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Offres d'emploi IT
IAM international trainee (H/F)
Atos - Ile de France - Les Clayes-sous-Bois (78340)
H/F Devops real time back-end
1000MERCIS - Ile de France - Paris (75000)
Technicien Télécommunications (H/F)
Links IT SERVICES - Aquitaine - Pau (64000)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil