Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

En 2018 un quart de la population mondiale aura du contenu sauvegardé sur le Cloud
D'après des prévisions de Cisco

Le , par Stéphane le calme

21PARTAGES

1  1 
Selon des estimations de Cisco dans la quatrième édition de son étude annuelle Global Cloud Index, l’équipementier américain prévoit que sur les cinq prochaines années le trafic des data centers devrait quasiment tripler, emmené par une augmentation du trafic du Cloud mondial qui devrait représenter 76% de ce trafic d’ici 2018. Le trafic des data centers observera un taux de croissance annuel cumulé (TCAC) de 23%, passant ainsi de 3,1 zettaoctets (2 puissance 70 octets ou encore 1024 exaoctets) par an en 2013 pour atteindre les 8,6 zettaoctets par en en 2018. D’ici 2018, la moitié de la population mondiale (7,6 milliards d’habitants si on se réfère aux projections des Nations Unies) disposera d’un accès internet résidentiel et plus de cette moitié (53%) aura du contenu sauvegardé sur le Cloud.

Pour vous faire une idée de ce que peut représenter un trafic de 8,6 zettaoctets, sachez qu’il équivaut à la lecture en streaming de tous les films (évalués à 500 000) et émissions télé (environ 3 millions) qui ont été fait en ultra-haute définition (UHD) 250 000 fois.

« Lorsqu’on évoque le cloud, on pense en général aux services des grands fournisseurs de clouds publics ou aux services de stockage dans un cloud public. Cependant, aussi surprenant soit-il, la majorité des traitements cloud est effectuée aujourd’hui au sein de clouds privés. Bien que le cloud public gagne du terrain, en 2018, 70% des workloads traités dans le cloud le seront encore dans un environnement privé », explique Christophe Labro, Directeur Cloud Services– Cisco France.

Des dires qui sont corroborés par les estimations de l’étude menée par la maison mère qui avance qu’en 2018, le trafic associé au stockage dans le cloud résidentiel représentera 811 mégaoctets par mois et par utilisateur contre 186 mégaoctets en 2013. De plus, la même année, 69 % (113,5 millions) des capacités de traitement cloud résideront dans des datacenters en mode cloud privé, contre 78 % (44,2 millions) en 2013, tandis que 31 % (52 millions) résideront dans des datacenters de cloud public, contre 22 % (12,7 millions) en 2013.

Il faut également s’attarder sur le nombre de pays considérés comme répondant aux critères pour l’utilisation d’une application unique avancée sur réseau fixe (« cloud ready ») qui ne cesse de croître ; l’année passée, en 2013, 79 pays répondaient à ces critères contre 109 cette année. Côté mobile 42 pays répondaient à ces critères contre 52 cette année.

Pour obtenir ces résultats, Cisco utilise des modèles et analyses effectuées sur diverses sources primaires et secondaires, s’appuie également sur les conclusions de plus de 150 millions de tests de latence et de vitesse des réseaux dans 150 pays du monde, ainsi que sur des comptes rendus d’études de marché menées par des tiers.

Concernant la préparation au cloud, les vitesses moyennes et médianes de téléchargement montant et descendant ont été calculées sur la base des analyses-tests de la vitesse des réseaux fixes et mobiles mondiaux. Voici par exemple des exigences basiques applications en cloud / réseau : vitesse de téléchargement descendant : jusqu’à 750 kbits/s ; Vitesse de téléchargement montant : jusqu’à 250 kbits/s ; Latence : au-dessus de 160 ms.

Source : Papier Blanc Cisco (au format PDF)

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de javan00b
Membre actif https://www.developpez.com
Le 11/11/2014 à 4:29
Sa me fais rire l'utilisation du mot Cloud depuis les dernières années. Sa existe depuis 1970, Sauf que maintenant on insiste sur le fait que c'est à toi, c'est tes données et ton espace. Vous ajoutez ceci au fait que comme tout les autres technologies, l'architecture serveur s'est amilioré avec le temps.

On fusionne un message marketing pour nous laver le cerveau avec une technologie qui existe depuis des décennie et on créer un gros buzz la dessus. Suis-je le seul à avoir honte d'utiliser ce terme?
6  0 
Avatar de clementmarcotte
Inactif https://www.developpez.com
Le 11/11/2014 à 23:12
Bonjour,

Dire que les micro-ordinateurs ont été "vendus" en disant qu'ils étaient là pour délivrer les gens de l'emprise des "mainframes". Aujourd'hui, pour être à la mode, il faut se brancher à une floppée de "mainframes".

Une chance que le ridicule ne tue pas.
5  0 
Avatar de Chauve souris
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 12/11/2014 à 7:04
Citation Envoyé par javan00b Voir le message
Sa me fais rire l'utilisation du mot Cloud depuis les dernières années. Sa existe depuis 1970, Sauf que maintenant on insiste sur le fait que c'est à toi, c'est tes données et ton espace. Vous ajoutez ceci au fait que comme tout les autres technologies, l'architecture serveur s'est amilioré avec le temps.

On fusionne un message marketing pour nous laver le cerveau avec une technologie qui existe depuis des décennie et on créer un gros buzz la dessus. Suis-je le seul à avoir honte d'utiliser ce terme?
Déjà le terme m'énerve ! Pourquoi ne pas utiliser "nuage". Si on n'emploie pas le mot ricain, ce n'est pas vendeur ? J'en suis resté à l'étranger de Baudelaire :

"J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages !"

Et puis la dangerosité vis à vis de Big Brother est évidente et le patron d'une petite boîte va rétorquer "Mais ma petite activité ne va pas intéresser la CIA" alors que si, car les moyens modernes de l'informatique (et la NSA n'est pas en retard à ce niveau) permettent de collecter une quantité de données économiques non protégées selon l'aphorisme que les petits ruisseaux des PME font les grandes rivières économiques. N'oubliez jamais cette évidence : les USA ne supportent pas un pays qui aurait une indépendance économique et tout ce qu'on vous raconte sur la "cybercriminalité" et la traque des "pédophiles" n'est qu'un bobard pour faire passer la pilule du contrôle social (et économique). Donc le "cloud" ça ne me sert qu'à passer mes photos de voyages à mes amis. Si la NSA veut les récupérer, grand bien lui fasse. Dans le lot il s'en trouvera bien quelques unes dignes d'êtres punaisées dans leurs bureau...
5  0 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 11/11/2014 à 1:53
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
En 2018 un quart de la population mondiale aura du contenu sauvegardé sur le Cloud,
d'après les prévisions de Cisco
Et 1/4 de la population mondiale pourra faire définitivement une croix sur leur vie privée ou leur secret d'affaire
4  0 
Avatar de Chauve souris
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 12/11/2014 à 7:09
Citation Envoyé par clementmarcotte Voir le message
Bonjour,

Dire que les micro-ordinateurs ont été "vendus" en disant qu'ils étaient là pour délivrer les gens de l'emprise des "mainframes". Aujourd'hui, pour être à la mode, il faut se brancher à une floppée de "mainframes".

Une chance que le ridicule ne tue pas.
Oui ! J'ai connu cette époque des IBM AS 400 et des Bull j'sais-plus-trop-quoi. Donc ma question paranoïaque est celle-ci : elles touchent une com de la NSA les SSII qui poussent petites et grandes boîtes dans les Micosoft Azure et autres dispositifs (au demeurant coûteux) ? Alors que ce n'est vraiment pas la ruine de garder les données de l'entreprise sur un serveur dédié (et interne).
3  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 12/11/2014 à 14:10
Citation Envoyé par elssar Voir le message
Pourtant pour le grand public le cloud ce n'est pas exactement ça. C'est un service de stockage de photos/fichiers (ex : ICloud). Et ce type de cloud, pour moi clairement je serais surpris qu'autant de personnes l'utilisent.
Bof, regarde chez Apple (je ne sais pas chez les concurrents) avec leur appli photo qui envoi direct le cliché sur le Cloud, si c'est la même chose chez les autres constructeurs, déjà presque tous les possesseurs de Smartphone, peuvent être considérés comme utilisant le Cloud, même si ce n'est pas de leur propre volonté, et on parle bien de stockage de fichiers, pas de mails.

Si tu rajoutes à ça les sociétés qui s'y sont mises, car c'était le buzz-word à la mode il y a 1 an ou 2, ce sont des chiffres qui peuvent vite être atteint. Après cela ne reste que des chiffres orientés pour ce que l'on veut leur faire dire.
3  0 
Avatar de elssar
Membre actif https://www.developpez.com
Le 13/11/2014 à 11:02
C'est bien pour ça, que pour moi il est important de différencier de quel type de cloud on parle . Est ce qu'on parle du Cloud au sens large, ou alors du cloud que le grand public nomine sous le nom cloud.

Enfin bref, c'est pas vraiment le sujet. Mes postes étaient à la base plus pour rappeler, que ce mot Cloud est très à la mode depuis quelques temps. Alors que le cloud ça existe depuis des années. Et donc que quand des chiffres sont sorties comme ça, c'est important de savoir si on parle du cloud dans son intégralité ou des cloud "new generation".
2  0 
Avatar de doublex
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 11/11/2014 à 9:59
Déjà, si en 2018, on est pas dans la WW3, je serai content. Un peu d'Histoire: 1929 --> 1939. 2008 --> 2018?...
1  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 12/11/2014 à 11:47
Citation Envoyé par Chauve souris Voir le message
Donc ma question paranoïaque est celle-ci : elles touchent une com de la NSA les SSII qui poussent petites et grandes boîtes dans les Micosoft Azure et autres dispositifs (au demeurant coûteux) ? Alors que ce n'est vraiment pas la ruine de garder les données de l'entreprise sur un serveur dédié (et interne).
Au niveau des entreprises, l'intérêt du Cloud est, comme tjrs, la flexibilité
Elles ne payent que ce qu'elles consomment
Dans le cas du web, l'activité d'un site n'est pas constante. Le Cloud permet de gonfler rapidement les serveurs en périodes de pics et de réduire la voilure en période plus calme.
Autrement dit, les entreprises n'ont plus besoin d'avoir des serveurs capables de résister aux gros pics toute l'année.
Certes, ce n'est "pas une ruine" d'avoir un serveur dédié mais toute économie est bonne à prendre (surtout dans le web où la concurrence est très forte)

Ensuite, oui, bien sûr, les intégrateurs et SSII ont des partenariats avec des fournisseurs de Cloud.
1  0 
Avatar de elssar
Membre actif https://www.developpez.com
Le 12/11/2014 à 12:35
Cloud ? Mais de quel type de cloud ?
Parce que Gmail c'est du cloud aussi. Les mails sont stockés dans un espace perso sur un serveur distant.
Du coup si cette étude inclue les utilisateurs de ce type de grosse application. Alors oui clairement 1/4 de la population utilise le cloud. Pourtant pour le grand public le cloud ce n'est pas exactement ça. C'est un service de stockage de photos/fichiers (ex : ICloud). Et ce type de cloud, pour moi clairement je serais surpris qu'autant de personnes l'utilisent.
1  0