Les grandes enseignes technologiques américaines expriment leurs craintes
Sur les retombées des programmes d'espionnage d'internet

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Lors d’un débat sur les conséquences des programmes d’espionnage d’internet par les services de renseignement américain sur le secteur technologique organisé par le sénateur démocrate de l’Oregon Ron Wyden, président de la commission des finances du Sénat, Eric Schmidt n’a pas eu sa langue dans sa poche. Le Président du Conseil d’Administration de Google estime que « l’impact est grave et empire. Le résultat le plus évident est que nous allons finir par casser internet ».

Parmi les autres participants au débat figurait son homologue Ramsey Homsany, PCA de l’entreprise de stockage en ligne Dropbox, qui estime que la confiance entre clients et entreprise qui est au cœur même de l’engin économique d’internet a commencé à « pourrir de l’intérieur ». « L’élément de confiance est extrêmement insidieux » a-t-il déclaré avant de poursuivre « qu’il s'agit de courriels personnels, il est sur les photos, il s'agit de plans, il s'agit de dossiers médicaux ». Il faut rappeler que les documents portés à la connaissance du public par l’action de Snowden indiquent que le gouvernement américain a enregistré de nombreux appels téléphoniques effectués aux États-Unis, des courriels, des messages Facebook et même des messages instantanés d'un nombre de personnes qui reste toujours indéterminé.

Aussi, afin de regagner la confiance des utilisateurs aussi bien au niveau national qu’international, les intervenants ont invité les législateurs américains à revoir les pratiques d’espionnage. Il faut dire qu’à l’extérieur des frontières américaines, des actions ont été entreprises pour y pallier. Notons par exemple la loi controversée européenne du « droit à l’oubli » qui stipule que les citoyens européens ont le droit de demander aux moteurs de recherche d’enlever des résultats qui pourraient porter atteinte à leur vie privée.

Les participants ont également noté que certains pays demandent désormais aux groupes internet d'héberger leurs services ou leurs données dans des serveurs basés localement plutôt qu'aux États-Unis. « L'idée d'avoir à installer des centres de données et les données elles-mêmes au niveau régional est fondamentalement opposée à la manière dont internet est structuré », a expliqué Colin Stretch, responsable des affaires juridiques chez Facebook. « Imaginez si (les co-fondateurs de Google) Larry (Page) et Sergey (Brin) étaient dans leur garage, et que la deuxième chose sur leur liste de choses à faire était de construire un centre de données en Allemagne » ironise Homsany. Ce dernier d’ailleurs a rappelé que 70% des utilisateurs de Dropbox se trouvent hors des frontières américaines ; par conséquent, cela couterait des milliards de dollars à l’entreprise avec de telles régulations en Europe de l’Ouest uniquement. Il estime que si de telles lois étaient ratifiées, cela détruirait la capacité de petites startups d’opérer en dehors des États-Unis.

En attendant donc d’avoir ces nouvelles lois américaines qui feront peut-être à nouveau planer un climat de confiance auprès de la communauté internationale, les grandes pointures technologiques ont décidé de mettre le pied à l’étrier et se proposent de renforcer la sécurité et la protection de leurs services ainsi que de leurs réseaux ; « en l'absence de meilleures lois, nous sommes tous obligés d'investir dans de meilleures technologies », a noté Brad Smith, responsable des affaires juridiques chez Microsoft. « Si les membres du gouvernement s'inquiètent du chiffrement, ils doivent investir dans de meilleures lois ».

« Il est temps de mettre fin à la drège numérique, qui nuit à la liberté américaine et à l'économie américaine sans rendre le pays plus sûr. Le gouvernement américain devrait cesser d'exiger des sociétés américaines de participer à la collecte téméraire des données de leurs clients, et de commencer le processus de reconstruction de confiance à la fois ici et à l'étranger » estime le sénateur Wyden.

Source : Economic Times

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de DonQuiche DonQuiche - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 09/10/2014 à 22:18
Citation Envoyé par Stéphane le calme  Voir le message
En attendant donc d’avoir ces nouvelles lois américaines qui feront peut-être à nouveau planer un climat de confiance auprès de la communauté internationale

Ils peuvent promulguer toutes les lois qu'ils veulent mais tant que le budget du renseignement américain n'aura pas été divisé par dix cela voudra dire que rien n'a changé. Le budget est le seul indicateur fiable.

Je rappelle que le budget américain du renseignement est, avec 50 milliards de dollars de dépenses annuelles, supérieur aux budgets du renseignement cumulés de tous les autres pays dans le monde et leur permet de mettre en place des projets aussi délirants que le stockage de la totalité du trafic Internet entrant et sortant des États-Unis, d'années entières de conversations téléphoniques de pays étrangers ou la création de centre de données dimensionnés pour des yottaoctets de données (1E24 : giga < tera < peta < exa < zetta < yotta).
Avatar de Mat.M Mat.M - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 09/10/2014 à 22:48
Citation Envoyé par DonQuiche  Voir le message
Ils peuvent promulguer toutes les lois qu'ils veulent mais tant que le budget du renseignement américain n'aura pas été divisé par dix cela voudra dire que rien n'a changé. Le budget est le seul indicateur fiable.

Je rappelle que le budget américain du renseignement est, avec 50 milliards de dollars de dépenses annuelles, supérieur aux budgets du renseignement cumulés de tous les autres pays dans le monde et leur permet de mettre en place des projets aussi délirants que le stockage de la totalité du trafic Internet entrant et sortant des États-Unis, d'années entières de conversations téléphoniques de pays étrangers ou la création de centre de données dimensionnés pour des yottaoctets de données (1E24 : giga < tera < peta < exa < zetta < yotta).

salut DonQuiche, les américains ils s'en fichent de dépenser des milliards...la FED fait tourner la planche à billet ( chercher dans google "quantitative easing" ).

De toute façon que les USA dépensent 100 milliards rien que dans le renseignement et la NSA,la CIA tout ce que l'on veut , étant donné que le PIB des USA est de 16000milliards de dollars eh bien avec les taxes et impôts que l'état fédéral récupère , les 100 milliards de dépense sont largement remboursés.

C'est ainsi que les services américains du renseignement peuvent constuire des milliers de datacenters sur tout le territoire américain ,l'Europe sera dépassée technologiquement, on peut plus rien faire
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 10/10/2014 à 12:53
Ces entreprises ne font qu'énoncer des évidences

Par contre, je trouve qu'il y a une hypocrisie généralisée là dedans car tant que tout cela restait secret, la plupart n'y voyait aucun inconvénient...
Avatar de Agrajag Agrajag - Membre actif https://www.developpez.com
le 10/10/2014 à 14:00
Il estime que si de telles lois étaient ratifiées, cela détruirait la capacité de petites startups d’opérer en dehors des États-Unis.

C'est moyennement vrai.
Ou alors, je me contente de stocker des données (non intrusives) sur une BDD sur sol Français, en expliquant bien à mes utilisateurs que s'ils ne veulent pas que leurs données soient stockées en France, ils ne doivent pas utilisez mon service.

Qui a dit que seuls les américains étaient capable d'avoir un comportement hégémonique ?
Avatar de DonQuiche DonQuiche - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 10/10/2014 à 14:44
Citation Envoyé par Agrajag  Voir le message
Qui a dit que seuls les américains étaient capable d'avoir un comportement hégémonique ?

Bien sûr, notre positionnement dans la carte du trafic Internet est équivalente à la leur, nous avons le même nombre de champions pour attirer les données mondiales et nos budgets de renseignement n'ont pas du tout un rapport de 1 à 100.

Hégémonique ? Ce mot est on ne peut plus inapproprié.
Avatar de Mat.M Mat.M - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 11/10/2014 à 15:12
Citation Envoyé par Agrajag  Voir le message
Ou alors, je me contente de stocker des données (non intrusives) sur une BDD sur sol Français, en expliquant bien à mes utilisateurs que s'ils ne veulent pas que leurs données soient stockées en France, ils ne doivent pas utilisez mon service.

Qui a dit que seuls les américains étaient capable d'avoir un comportement hégémonique ?

oui....mais des SGBD 100% français en connais-tu beaucoup ?
Tu évoques des BDD mais les gros SGBD ( Oracle ou Microsoft Server ) ils sont américains...donc si tu construits une bdd sur le sol français,une partie du mécanisme demeure de conception/fabrication américaine...et technologies propriétaires oblige,on ne sait pas toujours ce qui'l y a derrière...
MySQL ? c'est peut-être libre mais c'est pas du tout français.On ne sait pas qui est derrière.
Avatar de r0d r0d - Expert éminent https://www.developpez.com
le 13/10/2014 à 10:55
Citation Envoyé par Saverok  Voir le message
Ces entreprises ne font qu'énoncer des évidences

Par contre, je trouve qu'il y a une hypocrisie généralisée là dedans car tant que tout cela restait secret, la plupart n'y voyait aucun inconvénient...

C'est effectivement doublement hypocrite. Car d'une part, comme tu dis, ces entreprises de voyaient aucun inconvénient à cet état de fait lorsqu'il n'était pas connu du grand public. Et d'autre part, comme le dénonce clairement l'IGF dans ce papier, ce que font ces entreprises en attaquant l'état américain n'est en fait qu'une diversion dont le but est d'attirer l'attention ailleurs.
Avatar de pmithrandir pmithrandir - Membre expert https://www.developpez.com
le 13/10/2014 à 14:01
Citation Envoyé par r0d  Voir le message
C'est effectivement doublement hypocrite. Car d'une part, comme tu dis, ces entreprises de voyaient aucun inconvénient à cet état de fait lorsqu'il n'était pas connu du grand public. Et d'autre part, comme le dénonce clairement l'IGF dans ce papier, ce que font ces entreprises en attaquant l'état américain n'est en fait qu'une diversion dont le but est d'attirer l'attention ailleurs.

Ils avaient quand même une obligation légale de silence aussi... ca n'aide pas trop.

Cela fait des années que l'acvtion des état est remise en question par les entreprise du net en terme de respec de la vie privée. Ca n'est pas venu avec facebook uniquement et snowden.
Quand l'état francais a mis en place des lois pour vérifier ce qui se passait sur les torrent, que l'australie a mis un firewall en place, etc...

TOUS les grands acteurs ont émis des sérieux doutes en disant qu'on ne faisait que lancer une course a la surenchère technologique.
On y est... on va accepter d'investir tout ou partie des avancée technologique d'une année pour chiffrer la majeure partie des échanges mondieux, et la ils vont avoir plus de mal a espionner...
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 13/10/2014 à 16:11
Citation Envoyé par pmithrandir  Voir le message
Ils avaient quand même une obligation légale de silence aussi... ca n'aide pas trop.

Il existe des procédures pour contester en passant par un tribunal secret
Yahoo a eu l'autorisation de communiquer les procédure qu'ils avaient tenté en vain
Si les entres grands acteurs avaient également tenté de protester, comment se fait il qu'ils ne communiquent pas dessus ?
Offres d'emploi IT
Full stack web developer h/f
Multiposting - Ile de France - Paris (75000)
Développeur JAVA J2EE
HUMANLOG - Provence Alpes Côte d'Azur - Sophia Antipolis
Technicien(ne) helpdesk / micro-informatique
Talentéo - Ile de France - Paris

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil