Shellshock : Yahoo! Et WinZip auraient été victimes d'attaques par des pirates
Yahoo! dément

Le , par Cedric Chevalier, Expert éminent sénior
Après Heartbleed, l’univers de la sécurité informatique a été secoué par l’apparition d’une autre menace importante qui touche le populaire interpréteur en ligne de commande Bash, utilisé comme Shell dans plusieurs systèmes d’exploitation.

Cette faille, vieille de 22 ans pratiquement, est très aisée à exploiter, comme a pu le souligner Dan Guido, PDG du cabinet de sécurité Trail of Bit.

Un hacker éthique du nom de Jonathan Hall, s’est mis à la chasse de cette faille dans les serveurs des géants de l’industrie informatique. Parmi les cibles qu’il a visées, on note entre autres Yahoo!, WinZip et Lycos.

Tous les serveurs de ces firmes ont été testés positifs à la faille critique Shellshock. Jonathan Hall affirme même que ces trois plateformes auraient été la cible des pirates roumains, qui ont essayé d’exploiter la vulnérabilité pour infecter des serveurs et créer un réseau de PC zombies.
.
Cependant, les réponses et les réactions des firmes sont très différentes. Winzip a admis la faille de sécurité au niveau de ses serveurs même si le processus a été très lent.

Yahoo! également a reconnu que ses serveurs étaient vulnérables. Mais, s’étonne le hacker, dans leur communication tout se passe comme s’ils étaient au courant de la vulnérabilité depuis le début. Autrement dit, le hacker n’aurait été d’aucune aide dans la détection de la faille de sécurité. Yahoo affirme plutôt qu’il a découvert et corrigé un bug qui n’aurait aucun lien avec Shellshock. Les données des utilisateurs n’auraient pas été affectées.

De l’autre côté, Lycos fait preuve de beaucoup de mauvaise foi, en n’admettant même pas un seul instant avoir été vulnérable à la faille du Bash. De quoi surprendre Jonathan, puisque d’après lui les traces du script perl ha.pl (responsable du succès de l’exploit) sont encore visibles dans le serveur xvisinnow.tripod.com. Mais malgré ça, chez Lycos, on joue les aveugles.


Source : Future South Gazette

Et vous ?

Qu'est-ce qui justifie les comportements différents de ces firmes face à l'annonce de la découverte de la faille dans leurs infrastructures ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de imikado imikado - Rédacteur https://www.developpez.com
le 07/10/2014 à 15:19
Pour être bien d'accord:
Si on a un apache utilisant php en "module apache" et non CGI/fast CGI on est à l'abris il me semble : le terminal de www-data etant /bin/sh (dash) et non bash. On est d'accord ?
Avatar de persé persé - Membre régulier https://www.developpez.com
le 08/10/2014 à 10:22
je pense qu'avec ces deux grande failles on est arrivé à la fin du mythe que linux et le systéme le plus sécurisé pas de failles pas de virus, la seule chose qui lui a permet de rester peu vulnirable par rapport aux autres systémes est que le hakers ne s'interessaient pas trop à l'attaquer c'est sa part du marché, là avec les declaration de snowden en vie une ruée vers l'open source du coup on s'interesse baucoup plus aux failles qui datent de plus de 22 ans.
Avatar de imikado imikado - Rédacteur https://www.developpez.com
le 08/10/2014 à 12:33
Citation Envoyé par persé Voir le message
je pense qu'avec ces deux grande failles on est arrivé à la fin du mythe que linux et le systéme le plus sécurisé pas de failles pas de virus, la seule chose qui lui a permet de rester peu vulnirable par rapport aux autres systémes est que le hakers ne s'interessaient pas trop à l'attaquer c'est sa part du marché, là avec les declaration de snowden en vie une ruée vers l'open source du coup on s'interesse baucoup plus aux failles qui datent de plus de 22 ans.
Euh, comment dire: autant pour le marché grand public, GNU/linux a une part de marché anecdotique, autant pour les hackeur il est plus fructueux de s'attaquer à des millions de sites webs hebergés sur des serveurs de cette famille qu'à l'ordinateur sous windows de Mme michu

Un hackeur preferera hacker un site banquaire, que le PC d'un de ses clients
Avatar de elssar elssar - Membre actif https://www.developpez.com
le 08/10/2014 à 12:45
Absolument pas ! La plupart des experts en sécurité ont connaissances du fait que le milieu open source n'est pas fiable à 100%(rien ne l'est en informatique).
C'est pour ça qu'ils mettent en place des process au cas ou leur système est vulnérable, voir au cas ou un pirate s'introduit. Peut-être que certains admin sys pensent à tord que toute est fiable. Mais à mon avis ça ne représente pas la majorité.

Et ça ne remet pas en cause l'open source. Je préfère avoir une faille de temps en temps que beaucoup de failles.

Ah et je ne suis pas vraiment d'accord avec le mythe du "les hackers ne s'intéresse pas à pirater du linux vu la faible part de marché". C'est totalement faux, je suis d'accord pour l'os d'apple. Mais concernant linux il est très très très largement plus répandu que Windows. La majorité des systèmes utilisant un processeur utilise un kernel linux.(distributeur de banque, décodeur tv etc etc).

D'autre part la grande majorité des serveurs sont sur des produits open-source et des distrib linux. Alors certes chez le particulier il est moins répandu. Mais le secteur des ordinateurs perso ne représente pas à lui tout seul les systèmes informatiques. Et je ne parle même pas du prestige. Donc je pense qu'un pirate à aussi toute intérêt à chercher des failles de se côté.
Avatar de e101mk2 e101mk2 - Membre averti https://www.developpez.com
le 12/10/2014 à 15:20
======>Debut du troll
Je ne comprend pas un tel raffut pour une faille de securitée.

Comme dit dans les messages precedents, aucun programme ne peut certifier qu'il dispose d'une sécurité parfaite et ceux à tous les niveaux de l'architecture du programme / OS.
Moi ce que je remarque est la rapidité du déploiement de la mise à jour par les grandes distributions.

Parceque entre "la mise à jour à été detecté, mais faudra attendre que windows update vous propose la mise à jours, ou la télécharger directement depuis le site officiel" pour microsoft.
Contre apt-get update && upgrade sur debian...

Pour moi ce raffut n'est là, que pour montrer du doigts la communautée libre, lui arrive de faire des erreurs (c'est humain).
Mais bon, là l'information divague aux scandale alors que je n'ait rien vue de telles sur les failles decouverte regulierement chez les produits Microsoft/Sun/Oracle...
==> fin du troll
Avatar de Hinault Romaric Hinault Romaric - Responsable .NET https://www.developpez.com
le 28/10/2014 à 15:44
Shellshock : de nouvelles attaques ciblent les serveurs de messagerie
la faille dans Bash continue à faire du bruit

Les chercheurs en sécurité avaient déjà alerté sur cet aspect : du fait que la faille Shellshock date de pratiquement 22 ans, cela augmente considérablement le risque d’avoir des équipements vulnérables. De plus, certains équipements vulnérables n’auront peut-être pas de correctifs, car trop anciens et donc plus mis à jour par leurs fournisseurs.

Cela se confirme. Plus d’un mois après la découverte de la faille, de nombreux équipements sont encore vulnérables et des attaques exploitant la vulnérabilité continuent à émerger sur le Web.

Des nouveaux rapports sur le web font état de la recrudescence d’attaques exploitant Shellshock à destination des passerelles SMTP. Cette nouvelle campagne aurait pour objectif de créer un botnet IRC pour des attaques DDOS et autres.

L’infection d’un système se ferait via l’exécution des scripts Perl. Les pirates exploitent Shellshock comme principal vecteur d’attaque via les champs subject, body, to et from. Les systèmes affectés à leur tour vont tenter de propager l’infection à partir du botnet Perl.

Les utilisateurs sont invités à vérifier si leur système utilisant Bash a bel et bien été patché.

Au vu de la popularité de Bash qui est utilisé comme Shell par défaut dans les systèmes d’exploitation Linux, Unix et dans de nombreux autres outils, la faille Shellshock à sa découverte affectait des millions de PC, Mac, serveurs et routeurs dans le monde.

Cette faille avait été qualifiée de critique par les experts en sécurité. La « National Vulnerability Database » utilisée par le gouvernement américain pour suivre les failles de sécurité informatique, avait donné à Shellshock le score maximal (10/10) pour sa « gravité », son « impact » et son « exploitabilité ».

Des exploits Shellshock ont émergé sur le Web dès les premières heures suivant la découverte de la vulnérabilité. Des pirates avaient développé des outils permettant de procéder à un scan d’Internet pour trouver des serveurs vulnérables, afin de prendre le contrôle de ceux-ci et perpétrer des attaques DDOS.

Source : InfoSec
Avatar de Shuty Shuty - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 30/10/2014 à 10:59
Pour avoir fait un nouvelle installation de debian sur une dédibox, faites attention. La faille est encore dans l'os, il faut donc patcher !
Avatar de abel.cain abel.cain - Inactif https://www.developpez.com
le 22/11/2014 à 4:58
Citation Envoyé par TiranusKBX Voir le message
c'est juste une faille comme une autre
déjà pour pouvoir l'utiliser il faudrait que toutes les couche au paravent ne soient pas sécurisées donc peut probable
la méthode d'exploitation est d'une importance cruciale pour ce genre de faille, si l'on ne passe pas les premières lignes de sécurité ça ne feras strictement rien
Jusqu'à présent personne n'avait imaginé qu'il fallait "sécuriser" ces variables d'environnement!
Avatar de abel.cain abel.cain - Inactif https://www.developpez.com
le 22/11/2014 à 5:02
Citation Envoyé par imikado Voir le message
Pour être bien d'accord:
Si on a un apache utilisant php en "module apache" et non CGI/fast CGI on est à l'abris il me semble : le terminal de www-data etant /bin/sh (dash) et non bash. On est d'accord ?
C'est quoi "le terminal de www-data"?
Avatar de abel.cain abel.cain - Inactif https://www.developpez.com
le 22/11/2014 à 5:07
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
Les commentaires n'apprennent pas grand-chose. Donc je suis allé voir la description de la faille, ici.

Effectivement, elle est potentiellement plus sérieuse que ce qui est décrit dans l'article, car un exploit n'a pas besoin de connaitre le nom d'une variable. Il suffit qu'une variable soit settée pour qu'on puisse exécuter du code. Par contre, CGI n'est pas juste un exemple d'angle d'attaque, c'est pratiquement le seul permettant un exploit public.
Le seul sauf tous les autres (DHCP, SMTP, ssh en shell restreint...).
Contacter le responsable de la rubrique Accueil