Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La NSA était autorisée à espionner 193 pays
Le FISC lui interdisait explicitement de surveiller les pays membres du « Five Eyes »

Le , par Stéphane le calme

30PARTAGES

1  0 
Hier le quotidien Washington Post a publié un article sur la base de documents certifiant qu’en 2010 la NSA a été autorisée par le FISC à lancer des campagnes de surveillance sur 193 gouvernements ainsi que de nombreuses factions et organisations de par le monde parmi lesquels l’Union Européenne ou encore le FMI. De la liste étaient exclus les pays appartenant au « Five Eyes », notamment la Grande-Bretagne, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et bien entendu les États-Unis.

Le quotidien précise quand même que cette autorisation juridique n’est pas synonyme de surveillance permanente de tous ces 193 pays. Elle traduit simplement le fait que les Services Secrets en avaient le pouvoir légal.


Mais les pouvoirs légaux octroyés à la NSA sont plus flexibles qu’il n’y paraît puisque le document autorise d’intercepter toute communication « à propos » de ces cibles, étant de facto le spectre d’action des Services Secrets. Cette flexibilité a soulevé l’indignation des défenseurs des libertés individuelles aux USA car cela pourrait potentiellement inclure par exemple des courriels de journalistes ou académiciens américains entretenant de nombreux échanges avec des gouvernements étrangers si la NSA établit qu’ils sont susceptibles de posséder des informations qui lui seront utiles.

La NSA a souvent souligné que son rôle était précisément d’intercepter les communications à l’étranger, mais surtout qu’elle ne s’intéressait qu’aux cibles qui correspondent à un objectif précis de renseignement, selon des critères fixés par l’exécutif. D’ailleurs la Maison Blanche a plusieurs fois déclaré que les États-Unis ne s’intéressaient pas aux citoyens ordinaires.

Cependant, Jennifer Granick, directrice des libertés civiles au sein de la Stanford Center for Internet, estime quand même que les données américaines peuvent être balayées par la NSA et la plupart des décisions sur la façon dont les données américaines sont transportées à l’international sont faites par les fournisseurs eux-mêmes. « Ils ont des data centers offshore à des fins de latence/redondance alors les données américaines pourraient y être stockées » explique-t-elle. « Il y a des règles sur la façon dont ils peuvent utiliser les données d’une personne américaine ou non-américaine mais ces règles sont des protocoles internes à l’exécutif ou encore à l’agence et elles sont vraiment très libérales ».

Jennifer Granick

La NSA a publié son premier rapport de transparence qui fait état de près de 90 000 cibles visées durant l’année 2013. Ces cibles ne sont pas nécessairement des individus mais peuvent également être des associations voire même des organisations. Un projet de réforme des Services Secrets a déjà été validé par la Chambre des Représentants et c’est désormais au Sénat de se prononcer. Cependant, lesdites réformes ne prévoient pas de changement aux programmes visant l’étranger.

Source : Washington Post

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de kain_tn
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 01/07/2014 à 19:38
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
La NSA était autorisée à espionner 193 pays, [....]
Comme c'est mignon! Au Washington Post, ils pensent peut-être que ça va changer, maintenant
4  1 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 02/07/2014 à 11:24
Bon ben si c'était autorisé, ça change tout !
2  0 
Avatar de Aurelien Plazzotta
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/07/2014 à 20:02
Le dernier paragraphe est intéressant.

Le Sénat américain va donc probablement voter une réforme des services secrets US. Je spécule déjà le scénario suivant :

- "On ferme la NSA et on l'annonce fièrement partout dans le monde en matraquant les médias".
- "Bon maintenant on est peinard, tout le monde croît qu'on a fini d'espionner donc on peut transférer tous les dossiers, effectifs et technologies de la NSA vers une nouvelle entité identique au nom différent."
" Ok cool. Tant que la population ignore le nouveau nom de notre service d'espionnage, on a les mains propres."
1  0