Développer du libre
Quel intérêt ?

Le , par keaton7, Membre éclairé
Bonjour,

Surement comme le dit la chanson, "parce que je suis jeune et con", je m'interroge non pas sur l'intérêt des logiciels libres mais sur les concepteurs de ces logiciels, et de l'intérêt qu'ils en tirent de leur cote. On en utilise tous chaque jour, mais qui se cache derrière eux, et de quoi vivent ceux qui les développent ?

Seriez vous prêt a en développer ? En développez vous ? Dans tous les cas, pourquoi, et si oui, qu'en retirez vous ?

D'avance merci pour vos expériences .


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Ritzle Ritzle - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 04/09/2009 à 17:23
Citation Envoyé par arnomedia  Voir le message
Entreprise n°1 : je veux vendre un logiciel. Il doit donc etre le plus séduisant possible pour déclacher l'acte d'achat du client potentiel. Ayant gagné de l'argent grace à mon client, si celui-ci rencontre un problème je suis en mesure d'intervenir à bas cout ou gratuitement.

Entreprise n°2 : bon les mecs, on va faire un logiciel gratuit. Il faut qu'il soit efficace, mais pas plus. Faites en sorte qui ne soit pas trop accessible parce que derrière faut qu'on vendent du service, sinon on met la clé sous la porte !

Oui enfin bon, en tant que client, et pas complètement fermé à aute chose que du libre, a posteriori si je suis une entreprise, je ne vais pas hésiter longtemps à prendre le premier, hein.

Il y a un truc que certains ici semblent oublier un peu trop vite, c'est la notion de concurrence. Mon produit a beau être libre, s'il n'a pas le niveau correspondant aux besoins du client, celui-ci n'a aucune raison de le plébisciter.

Je vais peut être m'avancer un peu trop loin, mais le libre a justement cette capacité de rouvrir des morceaux de marchés que l'on croyait à jamais verrouillés par un logiciel dominant. En faisant jouer la concurrence.
Avatar de Ritzle Ritzle - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 04/09/2009 à 18:15
Citation Envoyé par zul  Voir le message
yoyo88 : tu as raison, ça fait longtemps que je me suis échappé du monde tout propriétaire, mais je vois pas bien en quoi les choses ont changés depuis (et perso j'ai aucune confiance dans tous ces systèmes qui se connectent à Internet, qui envoient des choses sans mon consentement, et sans que j'ai une possibilité de savoir ce qu'ils font réellement (les logiciels coupables se reconnaitront), mais je suis probablement parano ),ni ceux avec un CLUF / EULA longue comme le bras qui m'interdit plus de choses que m'en autorise (la GPL ça reste bisounours à côté des longs contrats que tu dois acceptés avant d'utiliser la moitié des gros logiciels).

Je pense qu'on confond quand même un peu trop souvent les logiciels propriétaires « grand public » (Windows, Photoshop, le truc obscur pour graver un CD, etc) et des logiciels bien spécifiques vendus à des entreprises par des entreprises bien spécialisées.

Dans le premier cas, on a effectivement un éditeur tout-puissant qui impose par son CLUF tout un tas de restrictions à l'utilisateur qui ne dispose que de très peu de droits de son côté.
Dans le second cas, le contrat est souvent passé entre les deux entités de façon beaucoup plus équilibrée, il y a des négociations, tout un processus de sélection. Et le client s'en tire bien mieux.

Je pense que Mac LAK et fcharton ont plus en tête la seconde situation, alors que le libriste s'attache à la première.

Dans le premier cas, l'intérêt de l'utilisateur et client me semble honnêtement évident. Pourquoi continuer à payer et utiliser le produit d'une société qui fait un peu ce qu'elle veut, qui m'impose ses volontés d'évolution, ses formats fermés qui me mettent dans une prison dorée, alors que je peux trouver des logiciels équivalents voire parfois de bien meilleure qualité en libre ?
D'autant que dans ce cas, le principe de ces programmes est généralement assez simple à reproduire. Une communauté ou une entreprise peut rapidement arriver à un produit de bonne qualité.
Laissons de côté les usages les plus « pointus », Photoshop a des fonctionnalités que The Gimp n'aura peut-être jamais, ce sont des cas bien précis.

Dans le second cas, la réponse n'est peut-être pas aussi rapide.
Pour prendre un exemple, j'ai eu une discussion animée il y a peu avec des gens qui font notamment de l'intégration d'ERP et de CRM, ne bossant pratiquement qu'avec des technos Microsoft. Leur principale source de bénéfice, ce n'est pas le service apporté à leurs clients, c'est la revente de licences.
Peut-être qu'en faisant usage de logiciel libre, l'argent économisé sur les licences pourrait leur permettre d'aller plus loin dans l'intégration de l'ERP, non ? En tous cas, je pense que ce serait du travail bien plus valorisant pour cette entreprise, le client final ayant un produit mieux adapté pour la même somme.
Dans la situation actuelle en fait, je n'en vois qu'un qui profite de la situation : l'éditeur.

J'avais plus l'impression que ces personnes privilégient ces outils propriétaires par habitude, parce qu'ils avaient été formés comme ça et n'avait pas de connaissance approfondie des alternatives, que par réel choix.
Ils utilisent les outils MS à la maison tout comme au boulot, ça marche très bien et ils se contentent de ça.
Cepandant, la réciproque n'est pas moins vraie. J'utilise GNU/Linux chez moi, et je l'utilise dès que je le peux au boulot.

Des boîtes comme MS ont compris ça depuis bien longtemps. Ce n'est pas un hasard si les produits professionnels et familiaux se ressemblent autant. Un client conquis va plébisciter le produit.
Avatar de Blackknight Blackknight - Membre averti https://www.developpez.com
le 06/09/2009 à 0:24
Bon, je vous préviens, j'ai lu le topic jusqu'à la 7ème page et je suis passé directement ici parce que j'avoue que j'en ai eu un peu marre de lire et relire les mêmes choses cinquante fois.
Perso, je suis plus partisan de la license BSD. Pourquoi ?
Parce que quand je développe un truc, je le fais avant tout pour moi et si je le distribue, c'est juste pour la gloire :-)
Après qu'une entreprise l'utilise pour des développements, je m'en tape, grand bien lui fasse. Personnellement, mon objectif sera atteint, j'aurais appris en codant le truc, je me serais fait plaisir et d'autres pourront en profiter.
Ai-je perdu de l'argent ? Non ! Et mon entreprise ? Vu mes clients et les développements ultra-ciblés, non plus.

Maintenant, quant au pillage du code sous GPL, j'en pense la même chose que le piratage de films et de musique sur Internet. C'est facile mais ça reste illégal. Après, chacun sa conscience pour lui...
Dans la boîte où je suis, en tout cas, le problème a été étudié, GPL nok, LGPL ok.

C'est juste mon avis et je le partage avec moi-même.
Avatar de cmdt-5 cmdt-5 - Candidat au Club https://www.developpez.com
le 06/09/2009 à 11:35
Il y a des gens dont le métier n'est pas l'informatique.
Ils programment pour le plaisir sur des sujets sérieux.
Après 20 ans d'amateurisme, ils atteignent un bon niveau.
Pas question d'argent. Pas question de contraintes économiques.
Juste la satisfaction d'un code-source propre, bien fait, qui servira à qui en aura besoin.
Comme un artiste peint par plaisir, je programme.
Pas grand-chose. Un seul logiciel. Il évolue depuis 18 ans.

Un jour, j'ai calé, n'étant pas assez compétant.
J'ai fourni le code-source sur le forum Ubuntu et une personne plus qualifiée m'a aidé efficacement.

Elle peux profiter de mon idée, comme elle m'a fait profiter de ses compétences.
Et on avance.

C'est ça le monde libre. La Solidarité. Le mot "argent" ? -> pas dans le dictionnaire !

Un autre monde, quoi !
Avatar de berceker united berceker united - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 07/09/2009 à 16:37
Il y a un autre cas qui m'a motiver personnellement à ne pas monnayer une application. Si vous faite payer une application à une personne ou société vous devenez directement responsable de se produit en cas de problème.
Ce qui est normal dans le sens ou vous vendez donc vous donner une garantie de bon fonctionnement. Que se passe t'il si l'application à faire perdre beaucoup d'argent à cause d'une erreur de calcule sur une commande. Avez vous une assurance pour couvrir cela ? Bref, le libre vous décharge en partie de ce cas là. Personne ne peut se retourner contre vous car celui qui le prend et l'exploite en prend les risques aussi.
Avatar de deadalnix deadalnix - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 07/09/2009 à 16:53
Ça, c'est spécifié dans les contrats que tu passes avec ton client, et n'a rien a voir avec la licence utilisée.

Preuve en est, la licence de la plupart des logiciels proprio indiquent clairement que l'éditeur n'est pas responsable si son logiciel tue votre chien, fait bruler votre maison et devient l'amant de votre femme.
Avatar de Mac LAK Mac LAK - Inactif https://www.developpez.com
le 07/09/2009 à 17:02
Citation Envoyé par deadalnix  Voir le message
Preuve en est, la licence de la plupart des logiciels proprio indiquent clairement que l'éditeur n'est pas responsable si son logiciel tue votre chien, fait bruler votre maison et devient l'amant de votre femme.

Ne confonds pas non plus les CLUF de produits grand public avec les contrats de logiciels spécifiques (et tout autant fermés/propriétaires)... Un logiciel sans garantie, tu vas avoir du mal de le vendre quoi qu'il en soit.

Et il y a une nette différence entre assurer le support de son propre code et assurer celui de N modules GPL sur lesquels tu n'as aucun contrôle réel, notamment vis-à-vis du maintien (MAJ) et/ou des régressions possibles.
Avatar de GrandFather GrandFather - Expert éminent https://www.developpez.com
le 07/09/2009 à 17:07
Citation Envoyé par berceker united  Voir le message
Ce qui est normal dans le sens ou vous vendez donc vous donner une garantie de bon fonctionnement.

Il faudra que tu lises plus attentivement les CLUF.

La plupart des contrats de licence des logiciels commerciaux prennent bien soin de dégager l'éditeur de toute responsabilité en cas de perte de données, de perte d'exploitation ou tout autre conséquence financière qu'entraînerait une défaillance du logiciel. Les éditeurs les plus « généreux » mentionnent un montant maximum de l'indemnité qu'ils consentiront à verser s'ils reconnaissent que leur responsabilité est engagée (rarement plus de quelques dizaines de dollars, c'est je pense calculé par rapport aux « class actions » permises par le droit anglo-saxon).

Cela n'a d'ailleurs qu'une valeur limitée pour les logiciels utilisés sur le territoire français : le droit français reconnait la notion de « vice caché », qui rend partiellement caduque cette clause de non responsabilité. Encore faut-il que le vice caché soit mis en évidence, ce qui est tout sauf évident pour un logiciel...
Avatar de GrandFather GrandFather - Expert éminent https://www.developpez.com
le 07/09/2009 à 17:23
Citation Envoyé par Mac LAK  Voir le message
Ne confonds pas non plus les CLUF de produits grand public avec les contrats de logiciels spécifiques (et tout autant fermés/propriétaires)...

Pour les contrats particuliers passés spécifiquement entre un prestataire et un client, les garanties sont souvent plus fournies, enfin c'est quand même soumis à une négociation préalable, ça n'a rien de systématique...

Il y a par contre un point qui n'est jamais garanti quel que soit le contrat passé, c'est la perte de données. Si un bug d'un logiciel corrompt les données d'un client, celui-ci peut se retourner contre le fournisseur du logiciel pour réclamer des dommages et intérêts liés à la perte d'exploitation ou à la rupture de service, mais jamais pour la perte des données elles-mêmes. Il existe toute une jurisprudence, souvent mal connue des entreprises utilisatrices, qui stipule que les données sont la propriété exclusive de l'entreprise et qu'elle en est totalement responsable. A elle de s'assurer de leur sauvegarde et des conditions de leur restitution en cas d'incident, même si le logiciel qui les gère est manifestement défectueux.
Avatar de Mac LAK Mac LAK - Inactif https://www.developpez.com
le 07/09/2009 à 17:45
Citation Envoyé par GrandFather  Voir le message
Pour les contrats particuliers passés spécifiquement entre un prestataire et un client, les garanties sont souvent plus fournies, enfin c'est quand même soumis à une négociation préalable, ça n'a rien de systématique...

La garantie est dite "gratuite" parce qu'elle n'est pas facturée à l'intervention. Elle est payée en fait avec l'achat du logiciel initial, cela varie de "minimal/nul" (on ne corrige que les bugs critiques, garantie minimale) à "on assure tout de A à Z" (merci d'avoir triplé notre intéressement annuel, on vous envoie des chocolats à Noël).

Citation Envoyé par GrandFather  Voir le message
Il y a par contre un point qui n'est jamais garanti quel que soit le contrat passé, c'est la perte de données.

Il y a un cas litigieux, c'est celui où le logiciel vendu détruit/corrompt les données en cours de traitement, ce qui peut être assez critique dans le cadre de systèmes d'acquisition/commande car cela peut provoquer des destructions matérielles.
Or, cela peut être considéré comme une violation du CdC initial, car le logiciel n'a alors pas assuré sa fonction primaire : tu te retrouves donc à bien sûr devoir assurer la période d'inactivité, le coût du matériel détruit et à devoir rendre des comptes sur les données perdues pendant le test, ce qui peut être difficile (comprendre "très cher") si c'étaient des tests normalement uniques, impliquant forcément la destruction de matériel afin de tester le comportement en cas d'accident... Et que ton soft a perdu les données et/ou détruit des capteurs !

Mais c'est un cas ultra-spécifique, où la bonne livraison des données est une partie intégrante du fonctionnement nominal et primaire du logiciel (qui tourne en général sur du matériel spécifique bien entendu). Et, je le redis, c'est un cas litigieux : le risque est donc uniquement l'asphyxie financière de la plus petite des sociétés à coup de procédures judiciaires...
Avatar de GrandFather GrandFather - Expert éminent https://www.developpez.com
le 07/09/2009 à 18:06
Citation Envoyé par Mac LAK  Voir le message
La garantie est dite "gratuite" parce qu'elle n'est pas facturée à l'intervention. Elle est payée en fait avec l'achat du logiciel initial, cela varie de "minimal/nul" (on ne corrige que les bugs critiques, garantie minimale) à "on assure tout de A à Z" (merci d'avoir triplé notre intéressement annuel, on vous envoie des chocolats à Noël).

Et encore, tout cela est à ergonomie variable selon la définition précise retenue dans le contrat pour le mot « critique » (quand elle y figure) ; j'ai assisté à pas mal de cas dans lesquels le prestataire et le client n'avait pas exactement la même définition, et cela ne s'est résolu qu'à l'issue d'une petite passe d'armes entre les deux...
Citation Envoyé par Mac LAK  Voir le message
Il y a un cas litigieux, c'est celui où le logiciel vendu détruit/corrompt les données en cours de traitement, ce qui peut être assez critique dans le cadre de systèmes d'acquisition/commande car cela peut provoquer des destructions matérielles.

C'est effectivement un cas très particulier. La jurisprudence à laquelle je faisais mention ne concerne que les données persistantes.
Offres d'emploi IT
Ingénieur conception en électronique de puissance H/F
Safran - Ile de France - Moissy-Cramayel (77550)
Ingénieur analyste programmeur (H/F)
Safran - Auvergne - Montluçon (03100)
Responsable transverse - engagement métiers H/F
Safran - Ile de France - Corbeil-Essonnes (91100)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil