Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une entreprise devrait-elle payer moins d'impôts si elle investit beaucoup localement ?
En Australie, Google suggère de « mettre l'accent dessus »

Le , par Stéphane le calme

101PARTAGES

3  0 
Maile Carnegie, le chef Google Australie, s’attend à ce que le gouvernement clarifie les zones d’ombres dans son système global d’imposition. La directrice a reconnu que les critiques à l’endroit des impôts que verse son entreprise est compréhensible, mais ne tient cependant pas compte de l’impact de l’investissement de la compagnie dans l’économie locale. Elle a par exemple rappelé que 450 ingénieurs en Australie ont été recrutés pour un travail qui aurait pu être fait à un coût inférieur ailleurs.

Dans une interview accordée à The Australian Financial Review, la directrice a déclaré vouloir « un système d’imposition plus simple et transparent. J’aimerais que toutes les entreprises, multinationales et compagnies locales aient une définition ou alors une vision plus large de la contribution ».

Depuis quelques temps déjà, Google est accusée d’optimisation fiscale par de nombreux pays. Nous nous souviendrons par exemple des six millions de livres versées comme charge publique au Royaume Unis malgré les milliards de livres générés par son réseau publicitaire et son développement du commerce électronique.


Maile Carnegie

En Australie, l’entreprise a payé 7,1 millions d’impôts en 2013, dix fois plus que ce qui avait été versé en 2012, sur la base de profits locaux que l’entreprise a chiffrés à 46,5 millions de dollars pour un chiffre d’affaire de 357,7 millions. Les critiques s’indignent du fait que les chiffres présentés par Google ne font pas état des deux milliards de recettes publicitaires qui ont été transférés dans des pays aux systèmes d’impositions plus généreux comme Singapour ou l’Irlande.

Cependant, Carnegie regrette que les discussions autour du paiement des impôts ne parlent pas de la plus-value apportée par Google à l’économie Australienne chaque année. Selon elle au moins 300 millions auraient été injectés à l’économie seulement l’année passée et un milliard sur les cinq dernières années. Ce calcul, explique-t-elle, est fait en prenant en considération des éléments comme les dépenses en immobiliers, les salaires, les systèmes d’aide aux start-ups locales parmi lesquels de nombreux employés Google agissent à titre d’administrateurs dans les conseils d’entreprises émergentes. Elle a aussi parlé des 900 employés locaux de Google et aussi du fait que Google envisage de prendre plus de 70 stagiaires payés en Australie cette année.

«Quand vous regroupez tout cela vous obtenez un investissement significatif alors qu’à l’heure actuelle la plus grosse part de cet investissement n’a pas nécessairement besoin d’être faite en Australie » a-t-elle expliqué. « Je vois 450 ingénieurs … ils n’ont pas besoin de venir d’ici. Les impôts sont une proportion (de la contribution d’une entreprise) mais quand vous avez une vision plus large et prenez en considération certains actifs intangibles, il y a tellement de choses que nous faisons et j’aimerais que l’accent soit un peu plus mis dessus » a-t-elle regretté.

Google n’est pas la seule entreprise à être accusée d’optimisation fiscale. D’autres poids lourds du secteur à l’instar d’Oracle, Apple ou encore Amazon ont défrayé la chronique en Europe. « Ce n'est pas acceptable et c'est pourquoi, au niveau européen comme au niveau mondial, on doit faire en sorte que l'optimisation fiscale, c'est-à-dire la tentation de certains grands groupes, concurrents d'ailleurs de nos entreprises, de s'installer là où l'on paie moins d'impôts, puisse être remise en cause », affirmait en février dernier François Hollande, le Président Français.

Source : Financial Review

Et vous ?

Pensez-vous comme Maile Carnegie que les actifs intangibles devraient être pris en considération pour justifier le faible taux d'imposition de l'entreprise ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de niarkyzator
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 13/06/2014 à 11:00
"Non mais c'est fou ! On va quand même pas payer des salaires ET des impôts !"

C'est vraiment écoeurant cette ambiance ou les entreprises qui embauchent se font passer pour des saints sauveurs de l'humanité et ou les travailleurs ne sont que des mendiants à qui on accorde l'honneur et le privilège de travailler.
11  0 
Avatar de Paul TOTH
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 12/06/2014 à 22:25
53 941
C’est le nombre d’employés à plein temps travaillant chez Google à la date du 31 mars 2013.

alors évidemment 450 ingénieur c'est impressionnant...

Non je ne trouve pas normal que ces sociétés contribuent de façon moindre à l'effort fiscal.

Source: http://www.references.be/article/goo...-chiffres-fous
8  0 
Avatar de Simara1170
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 13/06/2014 à 8:13
Alors si on va dans ce sens, les écoles privées (comme Supinfo par exemple) ne devraient payer aucun impôts... Je veux dire elles embauchent un certains nombres de professeurs de manières locales, et en plus elle forme l'élite du pays de demain...

"on veux payer moins d'impôts parce qu'on réduit le chômage"... Oui enfin, toutes les boîtes font comme ça, et si ça passe, les multinationales seront les grandes gagnantes: plus de personnel, donc contribuant plus à l'économie du pays... Ou comment faire une bouclier fiscal sous couvert de "relance économique"
4  0 
Avatar de link66
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 13/06/2014 à 11:58
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
«(...) la plus grosse part de cet investissement n’a pas nécessairement besoin d’être faite en Australie »
Bref, du chantage classique. Je suis là mais je pourrais être ailleurs, et si tu me gonfle encore avec tes histoires d’impôts, c'est ce que je ferais.
3  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 13/06/2014 à 17:17
J'ai acheté une nouvelle voiture, une Renault en plus, est-ce que je peux la déduire de mes impôts ??
Ben quoi ?? j'ai participé à l'économie de mon pays avec cet achat !!

cette mauvaise fois m'exaspère !!
3  0 
Avatar de praentitong
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 13/06/2014 à 9:26
que Google choisisse le statut SCOP, leurs investissements seront déduits de leurs impôts ! (pas sûr cependant que ce soit dans leurs objectifs, bizarre bizarre)
2  0 
Avatar de Ph. B.
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 13/06/2014 à 15:52
Bonjour,
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Une entreprise devrait-elle payer moins d'impôts si elle investit beaucoup localement ?
En Australie, le patron de Google suggère de « mettre l'accent dessus »
Soit, mais ces dépenses ont été réalisées par qui ?
Par Google ? Auquel cas cela doit paraitre dans leur compte de résultat ou bilan... et je vois mal Google faire l'impasse sur ces dépenses qui viendraient réduire leur bénéfice imposable...
Par les salariés de Google, ou des tiers ? Auquel cas ces derniers ont du les déduire de leur montant imposable...

S'agit-il de dépenses virtuelles (actions bénévoles) ? Auquel cas, Google n'a qu'à les facturer... Mais peut-être que ces actions n'auraient jamais été réalisées si elles avaient été payantes ? ou bien elles auraient été facturées par d'autres qui les auraient à leur tour incluses dans leur fiscalité ?

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
«Quand vous regroupez tout cela vous obtenez un investissement significatif alors qu’à l’heure actuelle la plus grosse part de cet investissement n’a pas nécessairement besoin d’être faite en Australie » a-t-elle expliqué. « Je vois 450 ingénieurs … ils n’ont pas besoin de venir d’ici. Les impôts sont une proportion (de la contribution d’une entreprise) mais quand vous avez une vision plus large et prenez en considération certains actifs intangibles, il y a tellement de choses que nous faisons et j’aimerais que l’accent soit un peu plus mis dessus » a-t-elle regretté.
Soit, mais si elle les a pris justement là les ingénieurs, c'est parce qu'ils génèrent une plus-value certaine, pas par philanthropie ! Sinon, elle serait sans le moindre doute implanter ailleurs...

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Pensez-vous comme Maile Carnegie que les actifs intangibles devraient être pris en considération pour justifier le faible taux d'imposition de l'entreprise ?
Pourquoi pas ? Mais, face à ces soi-disant 300 millions intangibles, il y a quand même 2 milliards de publicité transférés à l'étranger, qui sont eux nettement plus tangibles et qui entrainent un manque à gagner certain pour l'état et l'économie australienne... Et au final, après complète réévaluation, la balance risque fort de ne pas pencher du côté où Google l'espère...

Bref, l’impôt doit être juste et efficace, ce qui est loin d'être la cas dans notre beau pays, mais ceci est une autre histoire...
1  0 
Avatar de elssar
Membre actif https://www.developpez.com
Le 13/06/2014 à 16:04
Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message
Alors si on va dans ce sens, les écoles privées (comme Supinfo par exemple) ne devraient payer aucun impôts... Je veux dire elles embauchent un certains nombres de professeurs de manières locales, et en plus elle forme l'élite du pays de demain...

"on veux payer moins d'impôts parce qu'on réduit le chômage"... Oui enfin, toutes les boîtes font comme ça, et si ça passe, les multinationales seront les grandes gagnantes: plus de personnel, donc contribuant plus à l'économie du pays... Ou comment faire une bouclier fiscal sous couvert de "relance économique"
Je suis d'accord dans un sens. Par contre je pense pas qu'on puisse dire que les écoles privées comme supinfo forment l'élite du pays de demain .
5000€ l'année pour une formation qui n'est pas reconnu par le système des ingénieurs français. Il y a aussi pas mal de critiques sur l'enseignement, les histoires de problèmes d'argent et j'en passe. Bref c'est plus un attrape nigaud (riche ? ) qu'une école formant l'élite.
2  1 
Avatar de Algo D.DN
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/06/2014 à 17:08
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Pensez-vous comme Maile Carnegie que les actifs intangibles devraient être pris en considération pour justifier le faible taux d'imposition de l'entreprise ?
S'ils ont ressenti le besoin d'engager du personnel c'est que certainement une activité (nouvelle) le demande, ça m'étonnerait qu'ils aillent payer du monde pour jouer au ping-pong toute la journée ou simplement pour dire vous voyez on participe à la redistribution de la richesse par souci d'équité.

C'est une question d'intérêts, au même titre que les dons, sous couvert de geste (désintéressée), on exige en contrepartie l'affichage d'un logo qui n'est autre qu'une pub payé au tarif dérisoire, et en prime une résonance de bienfaiteur...

Ceci dit s'ils payent une armada d'avocats avec pour seule bile le dumping fiscal, c'est certainement pour défendre leur cause face à tant d'injustice.
1  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/06/2014 à 15:01
Une entreprise a toujours besoin d'un minimum d'emploi local
Car chaque pays a ses spécificités culturelles, fiscales et légales
Tout n'est pas toujours exportable ou lorsque ça l'est, ce n'est pas toujours plus rentable

Le mythe du "on peut tjrs faire moins cher ailleurs" ne tient pas la route
1  0