Developpez.com

Plus de 14 000 cours et tutoriels en informatique professionnelle à consulter, à télécharger ou à visionner en vidéo.

Le Web serait-il en danger face à la montée en puissance du mobile ?
Pour l'écrivain et chercheur Danny Crichton, le « Web est en train de mourir »

Le , par Arsene Newman, Expert éminent sénior
Le web serait-il en danger face à la montée en puissance du mobile ? Oui, pour le chercheur et écrivain Danny Crichton, pour qui le web se meurt lentement et surement à l’aube de son 25e anniversaire.

Tout d’abord, il est important de définir le web, qui représente « une collection de protocoles (HTTP) et de langages (HTML) qui permet à l’utilisateur de produire et de consommer du contenu d’une manière facile » en recourant à un simple équipement connecté au réseau Internet.

Le web a vu le jour au début des années 90, il s’est vite imposé comme l’un des meilleurs outils pour véhiculer l’information et son succès l’a poussé à répondre « à de nouveaux besoins en matière de qualité, de sécurité et de contrôle ». Cette situation l’a forcé « à évoluer vers des nouveaux horizons qui sont en dehors de ses spécifications », mais c’était sans compter sur l’avènement des smartphones qui aurait sonné son glas.

Pourquoi cet échec ? Pour le blogueur, la réponse est simple : « aujourd’hui, il est plus simple de développer des applications avec XCode ou Eclipse que de développer une application web comparable ». En effet, même si « le web a tenté de concurrencer le mobile via les applications web » la solution « a vu le jour trop tard » pour « concurrencer les bibliothèques qu’offre iOS et Android » à titre d’exemple, sans oublier que les applications web développées sous HTML5 offrent peu en termes de performances en comparaison avec les applications natives.

Des études ont montré que les utilisateurs de terminaux mobiles passaient beaucoup plus de temps sur les applications natives que sur les navigateurs Web.

Quelle serait alors la solution ? Quelle perspective pour le web ? À ces questions, le blogueur répond simplement : le Web2.0. Un véritable web 2.0 qui évoluerait avec du temps, dont les spécifications permettraient de répondre aux nouveaux besoins et aux nouvelles habitudes des utilisateurs, « un web qui gère différents équipements et qui serait basé sur des solutions et des infrastructures Cloud, ou encore munit de services de synchronisation, sans oublier la prise en charge native des communications de type push ».

Finalement, la solution du blogueur ne semble pas surréaliste ou hors de portée. Un web 2.0 façonné de la sorte pourrait bien voir le jour, mais avant cela il est nécessaire de répondre à certaines questions : le web est-il en train de mourir ? Les avis semblent être partagés. Un Web 2.0 tel que décrit existe-t-il déjà ? Là encore, les avis ne convergent pas.

Source

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Sur votre terminal mobile, utilisez-vous plus les applications natives que le navigateur Web ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Muchos Muchos - Membre expert https://www.developpez.com
le 30/05/2014 à 16:56
J'ai hâte de lire l'avis de mes camarades, parce que cet article me dépasse.

D'abord, le mobile ne met absolument pas le Web en danger (au contraire). L'auteur ne parle que d'applications sur mobile. Or, le mobile n'impose pas l'usage d'applis : c'est l'usage d'applis qui s'est imposé sur mobile. Et ce choix reste logiquement favorable aux applis natives, plus performantes par nature.

Ensuite, le Web ne se réduit pas à HTML, même s'il s'agissait peut-être ici d'un exemple.

Enfin, ce Web « qui permet à l’utilisateur de produire et de consommer du contenu d’une manière facile », c'était l'ambition même du Web 2.0. Or, là encore, les usages ont favorisé des réseaux sociaux fermés et limités, adeptes de la rétention de données.

En d'autres termes, qu'il s'agisse de l'usage systématique d'applis, de réseaux en bulle ou de DRM, ce n'est pas le Web qui est en danger : c'est l'idée, sans doute très saine, que l'on s'en fait.
Avatar de orion99 orion99 - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 30/05/2014 à 20:20
Um... qu'est-ce que le web... effectivement la définition est quand même très large.

Dire que les appli encapsule l'utilisateur est vrai, néanmoins, les sites en général ne partages pas; ils veulent tous acquérir et conserver les utilisateurs dans leur girons, la différences entre un site et une appli c'est qu'une multitude de sites sont accessibles avec un unique programme alors que les applications smartphone ne font qu'une chose mais un utilisateur peu en avoir une multitude.

La seule chose embêtante c'est qu'un utilisateur sur un pc par exemple n'aura pas forcément (voir pas du tout) le même contenu que les applications alors que les sites eux sont toujours accessible via smartphone (pas toujours optimisé pour eux reconnaissons le).

Je ne vais que très rarement sur des sites voir même des applications pour lire sur le smartphone finalement. Quand j'ai un besoin ponctuel d'une informations lorsque je suis en déplacement c'est extrêmement pratique et utile, mais si je dois lire un pavé sur un forum ou des actualité je vais avoir un confort de lecture infiniment plus important sur l'ordinateur. Et je ne parle même pas de l'écriture avec un smartphone.

Je ne connais évidement pas l'usage de tout le monde au niveau du smartphone; mais je pense que la grande majorité des gents s'en servent plus comme solution de dépannage que comme outils principal.
Avatar de Iradrille Iradrille - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 30/05/2014 à 20:37
Citation Envoyé par Muchos  Voir le message
D'abord, le mobile ne met absolument pas le Web en danger (au contraire).

Exactement, la seule chose qui met le Web en danger c'est la censure (ha, ces chers gouvernements, lobbies, etc...).
Avatar de ABCIWEB ABCIWEB - Expert éminent https://www.developpez.com
le 31/05/2014 à 1:11
Citation Envoyé par orion99  Voir le message
Je ne connais évidement pas l'usage de tout le monde au niveau du smartphone; mais je pense que la grande majorité des gents s'en servent plus comme solution de dépannage que comme outils principal.

Tout à fait d'accord, d'ailleurs on doit pas être les seuls, sinon comment expliquer l'engouement pour les tablettes.
Je vois plutôt les deux systèmes complémentaires que réellement concurrents.
Avatar de BlueScreenJunky BlueScreenJunky - Membre régulier https://www.developpez.com
le 02/06/2014 à 13:45
Le déclin du HTML peut-être (ça reste à prouver), mais du web je ne pense pas. Pour moi quand j'utilise gReader sur android pour lire des flux RSS c'est toujours du web, idem quand j'utilise Reddit News pour consulter reddit (j'imagine que derrière ça doit être du JSON).

Et concernant le fait que les gens passent plus de temps dans les appli sur leur mobile ça parait assez logique dans la mesure où ils vont installer les appli des sites sur lesquels ils passent le plus de temps (Facebook, Reddit, Google plus, twitter...), mais quand on a juste besoin d'aller ponctuellement sur un site, je pense que peu de personnes vont installer une nouvelle application pour ça et la désinstaller ensuite.
Pareil côté développeur, si Java et Objective C permettent une bonne productivité pour certains services, le coiffeur du coin aura plus facilement un site en HTML qu'une appli iOS, une appli Android et une appli Windows Phone.
Avatar de Zefling Zefling - Membre émérite https://www.developpez.com
le 02/06/2014 à 14:29
J'ai du mal comment faire un site de présentation en application (et quel intérêt), puis comment passer d'une application à une autre par lien. Pour certains sites, ce type de navigation est possible, et les liens externent que l'on trouve dessus ramènent toujours vers le navigateur.
Avatar de Uranne-jimmy Uranne-jimmy - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 02/06/2014 à 15:03
Le web ne meurent pas, il change.
La matière à 25 ans qu'ils disent, maintenant ceux qui étaient les utilisateurs, ceux qui travaillaient dessus ne sont plus autant "à la page" et commencent alors à naitre des "c'était mieux avant" ou dans ce cas là plus tôt "dans mon temps, on ne faisait pas comme ça".

Le web 2.0 par définition c'est toujours le web.

Concernant les mutations en elle même : j'y crois pas, je trouverais toujours plus confortable et plus adapté d'avoir un bon gros écran, avec un bon vieux navigateur web qui me permet d'avoir accès à une quantité casi infini d'information. Les applications à l'heure actuel et ça ne changera pas sont limités par leurs nombre (si si), si tu trouves de tout sur le net, il n'y a pas une application pour tout, et on trouvera toujours une chose qu'aucune application ne fait mais que le web propose. Pour une raison simple : l'application est développé dans un but précis, il ne permet d'accéder à tout mais uniquement à un service précis, et de là à ce qu'il y ai une application pour chaque page web ... premièrement ça n'aurait souvent aucun intérêt, et deuxièmement ça n'arrivera jamais ^^

Je redonne mon avis, pour moi l'étape smartphone n'est que transitoire et mène vers quelque chose de mieux encore. Il a l'intérêt de modifier la façon de penser, de modifier en profondeur l'accès à la technologie, les possibilités que celle ci apporte, mais n'est pas voué à rester, contrairement à l'ordinateur.
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 02/06/2014 à 15:27
Le web c'est bien plus que le HTML et le CSS
Résumer Internet à ça est très réducteur
De plus, beaucoup d'applications encapsulent des pages web donc on est plus dans une symbiose que dans une domination
Ensuite, les applications communiquent beaucoup à travers le réseau Internet via les protocoles JSON ou WS

Comme dit par beaucoup, le web et quasi infini alors qu'une application a une action limitée
Rien que cette phrase suffit à démonter tout l'article

Je pense que les appli se sont développées sur smartphone pour pallier les lacunes du réseaux et des interfaces web non optimisées
depuis, les choses ont bien changé
de plus en plus de sites sont web responsive et l'arrivée des réseaux 4G comblent les manquent de perf du réseaux
A terme, je ne suis pas sûr que les appli continuent à se répandre ainsi sur les smartphones
surtout que la censure des plateformes comme celle d'Apple font de plus en plus de bruit et que les malwares s'y répandent
Avant, ces plateformes étaient un peu un gage de sécurité et le masque tombe ==> ce n'est qu'un intermédiaire dont on peut parfaitement se passer
Avatar de Voïvode Voïvode - Membre émérite https://www.developpez.com
le 02/06/2014 à 16:00
Tout d’abord, il est important de définir le web, qui représente « une collection de protocoles (HTP) et de langages (HTML) qui permet à l’utilisateur de produire et de consommer du contenu d’une manière facile » en recourant à un simple équipement connecté au réseau Internet.

C’est vague…

Fondamentalement, le web a été conçu pour que du texte organisé soit accessible sur un grand réseau. À mesure que l’informatique s’est répandue et gagnait en puissance, le champ d’utilisation s’est élargi et l’interactivité a augmenté, mais le principe reste bien le même. Il existe peut-être des exceptions comme YouTube, mais même là le texte joue un rôle très important.

Ces dernières années, ce sont surtout les grosses sociétés qui veulent nous faire bouffer de l’application façon web de l’apéro jusqu’au dessert, car cela leur confère un contrôle inégalé sur leurs logiciels. Mais le fait est que les outils de développement, plus récents, ne sont pas aussi murs et que le web n’est pas conçu pour ça.

Est-ce la mort du web pour autant ? Non. L'engouement pour le « tout web » disparaitra, mais je pense que le web se concentrera à nouveau sur son cœur de métier, enrichi par l’expérience acquise durant cette époque folle.
Avatar de Marco46 Marco46 - Expert éminent https://www.developpez.com
le 02/06/2014 à 17:59
Citation Envoyé par Arsene Newman  Voir le message
Pourquoi cet échec ? Pour le blogueur, la réponse est simple : « aujourd’hui, il est plus simple de développer des applications avec XCode ou Eclipse que de développer une application web comparable ». En effet, même si « le web a tenté de concurrencer le mobile via les applications web » la solution « a vu le jour trop tard » pour « concurrencer les bibliothèques qu’offre iOS et Android » à titre d’exemple, sans oublier que les applications web développées sous HTML5 offrent peu en terme de performances en comparaison avec les applications natives.

Les applications web en responsive design ont du retard par rapport au client lourd mobile mais c'est entrain de doucement arriver avec Bootstrap, AngularJS, EmberJS, etc ...

Le dev front côté client devient à la mode et ça risque de durer un moment, de même que le responsive.

Le dev client lourd sur mobile c'est développé d'abord parce que techniquement il est beaucoup plus facile à réaliser mais ça va changer (ça change).

Citation Envoyé par Arsene Newman  Voir le message
Quelle serait alors la solution ? Quelle perspective pour le web ? À ces questions, le blogueur répond simplement : le Web2.0. Un véritable web 2.0 qui évoluerait avec du temps, dont les spécifications permettraient de répondre aux nouveaux besoins et aux nouvelles habitudes des utilisateurs, « un web qui gère différents équipements et qui serait basé sur des solutions et des infrastructures Cloud, ou encore munit de services de synchronisation, sans oublier la prise en charge native des communications de type push ».

- Un véritable web 2.0 qui évoluerait avec du temps
Ben c'est le cas, ça va juste pas à la vitesse que voudrait l'auteur.

- dont les spécifications permettraient de répondre aux nouveaux besoins et aux nouvelles habitudes des utilisateurs
Pareil.

- un web qui gère différents équipements et qui serait basé sur des solutions et des infrastructures Cloud

Il vit dans une grotte ?

- sans oublier la prise en charge native des communications de type push
Alors pour ça il faut s'adresser aux FAI mobile qui refusent de mettre des IP publiques sur les mobiles malgré IPv6. C'est 100% leur faute.
Offres d'emploi IT
Administrateur IT / Vidéosurveillance H/F
CIVIMIL - Ile de France - Paris (75000)
Développement logiciel embarqué traitement du signal junior
Atos - Ile de France - Boulogne (85140)
Responsable restructuration de l'offre de transport H/F
RATP DEV - Ile de France - Paris

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil