Droit à l'oubli : 12 000 requêtes reçues par Google en une journée
Après le lancement de son formulaire

Le , par Hinault Romaric, Responsable .NET
En fin de semaine dernière, Google lançait un formulaire en ligne pour permettre aux internautes européens de signaler en quelques clics qu’ils ne souhaitaient plus voir des liens vers des informations sensibles les concernant affichés dans les résultats du moteur de recherche.

En seulement une journée après l’ouverture des soumissions, le géant de la recherche aurait reçu pratiquement 12 000 demandes de droit à l’oubli d’internautes européens, selon un porte-parole de la société. La firme pourrait se retrouver en train de mobiliser d’importantes ressources pour traiter ces demandes, dans la mesure où chaque demande est traitée de façon individuelle.

Google veut « trouver un juste équilibre entre la protection de la vie privée des individus et le droit du public à accéder à ces informations et à les diffuser. » Ainsi, les requêtes peuvent être rejetées si elles présentent un intérêt public, « par exemple, si elle concerne des escroqueries financières, une négligence professionnelle, des condamnations pénales ou une conduite publique adoptée par un fonctionnaire ».

Le fait que ce soit Google qui décide si le droit à l’oubli est applicable ou non à une demande est critiqué par plusieurs associations de défenses des droits des utilisateurs, notamment l’UFC-Que Choisir qui estime que Google n’est pas « le bon interlocuteur » et qu’il ne devrait pas être placé en situation d’arbitre.

Le PDG de Google pour sa part note que ces règles ouvrent la voie à une nouvelle forme de censure d’Internet. Il regrette que son entreprise n’ait pas été associée au débat en Europe. Pour lui, ces directives de la Cour de Justice de l’Union européenne pourraient pénaliser l’innovation et offrir un moyen aux régimes totalitaires pour contrôler l’information sur Internet.

Il faut noter que la suppression des informations indexées ne sera appliquée qu’en Europe. Les pages concernées seront encore visibles à travers le reste du monde, sans aucune modification. De plus, Google ne précise pas le temps qu’il pourrait prendre pour effectuer le traitement d’une requête.

Source : Der Spiegel


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Shuty Shuty - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 02/06/2014 à 17:39
Tout est dans le titre "12 000 requêtes reçues par Google en une journée".

C'est simplement le résultat de plusieurs années de négligence.
Avatar de Gecko Gecko - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 05/06/2014 à 11:20
Perso je trouve cette fonctionnalité aberrante. Et cibler uniquement Google est hypocrite.

Le formulaire devrait être géré par une association représentant l'UE, dont les membres restent anonymes, si il est validé il est alors transmit au site en question et aux différents moteurs.

J'ai rien contre le droit a l'oubli, mais certaines grosses sociétés pourraient êtres tentées de soudoyer Google pour faire disparaitre des articles qui ne les mettent pas en valeur... (Amesys vs Reflet)

Bref, encore du pognon gaspillé
Avatar de Simara1170 Simara1170 - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 05/06/2014 à 11:26
Il faut noter que la suppression des informations indexées ne sera appliquée qu’en Europe. Les pages concernées seront encore visibles à travers le reste du monde, sans aucune modification. De Plus, Google ne précise pas le temps qu’il pourrait prendre pour effectuer le traitement d’une requête.
Donc en soit ça sert à rien, tu passes par un proxy US et c'est reparti... Bravo la pirouette Google...
Avatar de Kreepz Kreepz - Modérateur https://www.developpez.com
le 05/06/2014 à 11:56
Citation Envoyé par Simara1170 Voir le message
Donc en soit ça sert à rien, tu passes par un proxy US et c'est reparti... Bravo la pirouette Google...
Je suis d'accord, ils sont bien gentils de dire droit à l'oubli, mais il est inutile...
Avatar de goomazio goomazio - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 06/06/2014 à 14:48
Citation Envoyé par Kreepz Voir le message
Je suis d'accord, ils sont bien gentils de dire droit à l'oubli, mais il est inutile...
Bin si, comme dit plus haut, il a déjà permis de lier 12000 fiches "anonymes" à des photocopies de carte d'identité ou des signatures de carte d'identité électroniques.

En gros, le web va devenir moins cher, parce qu'on donne plus d'infos permettant de mieux cibler les pubs.
Avatar de Hinault Romaric Hinault Romaric - Responsable .NET https://www.developpez.com
le 10/06/2014 à 11:09
Droit à l’oubli : Google aurait l’intention de signaler les demandes de suppression
aux internautes lorsque leurs résultats de recherche ont été affectés

Suite à un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) Google avait lancé il y a quelques jours un formulaire pour permettre aux internautes européens d’avoir recours au droit à l’oubli. Le géant de la recherche compte signaler cette forme « de censure » des informations qu’elle affiche, au cas où le droit à l’oubli aurait été appliqué aux résultats qui sont affichés à un internaute.

Pour rappel, le CJUE avait statué que l’exploitant d’un moteur de recherche exerçant sur le territoire européen, de par le fait qu’il est responsable du traitement des données personnelles contenues dans les pages qu’il indexe, doit se plier aux directives du droit européen en matière de gestion, de protection et de suppression des données personnelles. Cette décision faisait suite à une plainte d’un internaute en Espagne, qui souhaitait mettre fin au référencement d’articles qui évoquent ses dettes, sous prétexte qu’avec le temps, ces informations sont devenues obsolètes.

Désormais, il est possible pour chaque internaute européen de demander à Google d’arrêter d’indexer des pages qui contiennent des informations sensibles le concernant, tant que ces informations ne représentent pas un intérêt public. Une nouvelle option sur laquelle les internautes européens se sont rapidement rués. La semaine dernière, Google avait déjà reçu près de 41 000 demandes de suppression.

La firme avait annoncé que les demandes seront analysées individuellement. Au cas où Google répondrait favorablement à une requête et procéderait à la suppression des données référencées, la société aurait cependant l’intention d’afficher un drapeau pour signaler que le contenu a été censuré à l’utilisateur ayant effectué une recherche, dont les résultats contiennent des éléments qui ont été supprimés suite au droit à l’oubli.

D’après le quotidien The Guardian à l’origine de cette information, Google publiera une courte notification comme il le fait actuellement lorsqu’un contenu a été retiré de ses résultats à la suite d’une requête DMCA. Le message suivant pourrait être affiché à l’utilisateur : « En réponse à une plainte, nous avons retiré xx résultats sur cette page ».

Il faut noter que le droit à l’oubli étant une directive européenne, Google va l’appliquer uniquement en Europe et affichera les informations supprimées dans les résultats des recherches effectuées dans le reste du monde.

Source : The Guardian
Avatar de Zirak Zirak - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 10/06/2014 à 11:27
Que Google souhaitent afficher un drapeau d'avertissement, je ne sais pas si cela valait une news

Par contre je serais curieux de savoir combien de demande ont été traitées sur les 41 000 et en combien de temps en moyenne...
Avatar de nirgal76 nirgal76 - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 10/06/2014 à 12:08
Citation Envoyé par thierry.pericard Voir le message
Hello,

Très bonne réponse de Google, et adaptée semble t il aux diverses situations. Ne reste plus aux différents demandeurs qu'à penser aussi à des réseaux comme Facebook par exemple.

Là ça veut dire qu'un recruteur étranger pourra quand même voir toute votre "expression" sur le web. Ce n'est pas exactement ce que l'on attend d'un "droit à l'oubli"

Cordialement

De toute façon, google ne retire que la référence, la page avec la photo ou tu vomis dans le caniveau est toujours en ligne et donc peut être vue, et à l'aide de n'importe quel autre moteur de recherche qui ne subit pas les pressions de l'Europe. En plus, si google affiche l'info comme quoi il y a eu censure, tu le sais et hop, tu fais la même recherche depuis google US ou depuis un autre moteur et tu as ton infos. donc ça ne sert finalement à rien, (comme la plupart des choses qui viennent de l'Europe).
Avatar de Aiekick Aiekick - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 10/06/2014 à 18:44
Citation Envoyé par Hinault Romaric Voir le message
Il faut noter que le droit à l’oubli étant une directive européenne, Google va l’appliquer uniquement en Europe et affichera les informations supprimées dans les résultats des recherches effectuées dans le reste du monde.
Droit à l'oubli geographique donc !
Pas supression mais filtrage !

Bravo gogole
Avatar de Aiekick Aiekick - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 10/06/2014 à 18:49
je viens d'avoir une idée qu'elle est bonne.

je vais deposer un copyright sur ma vie privée, comme ca je pourrai faire une requete DMCA
c'est plus rapide au traitement non ?
Contacter le responsable de la rubrique Accueil