« No Place To Hide », le livre sur les révélations autour des programmes de surveillance
Offre la perspective d'un acteur central de cette affaire

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
offre la perspective d'un acteur central de cette affaire

Glenn Greenwald, avocat, blogueur, écrivain mais surtout journaliste politique américain qui a commencé la publication des révélations d’Edward Snowden sur les programmes de surveillance de la NSA pour le compte de l’édition américaine de The Guardian, propose au monde un extrait de son livre « No Place To Hide » (littéralement nul endroit où se cacher).

En premier lieu, le livre sera principalement centré sur sa relation avec l’ancien contractuel de la NSA. «Snowden ne semblait pas s'inquiéter» d'être poursuivi aux États-Unis après la publication des documents en sa possession, écrit le journaliste. D’ailleurs il ne manque pas de décrire un Edward Snowden «profondément en paix» et décontracté lors de la publication de ses révélations sur les exactions de la NSA avec parfois une pointe d’humour noire qui se glissait lors de leurs rencontres ; «j'imagine qu'il ne me reste que quelques nuits avec un oreiller confortable, je ferais aussi bien d'en profiter», blaguait Snowden qui a également dit «à Guantanamo, je choisis la couchette du bas». Greenwald décrit également les stratagèmes mis en place pour faire échapper Snowden aux hordes journalistes le traquant à Hong Kong après la révélation de son identité.


L’ouvrage livrera également de nouvelles diapositives sur les programmes de surveillance de la NSA en plus de celles qui avaient déjà été publiées jusqu’à aujourd’hui. Par exemple la NSA affirme en interne en 2013 que PRISM s’est doté de nouvelles capacités pour collecter les communications stockées sur Skype.

« Les communications stockées sur Skype contiennent des données uniques qui ne sont pas rassemblées par la collecte de surveillance en temps réel normal… Les données comprennent des listes de contacts, des informations de carte de crédit, des dossiers d’appels, des données de compte d’utilisateur, et « d’autres fichiers » qui peuvent servir aux opérations de sources spéciales de la NSA. »






La NSA a résumé ainsi sa ligne directrice lors d'une réunion d'agences de renseignements de cinq pays en 2011: « tout collecter », « tout traiter », « tout exploiter », « tout mettre en commun », « tout flairer », et en définitive « tout savoir ». La NSA réussit ce tour de force en travaillant main dans la main avec les opérateurs téléphoniques privés et les fournisseurs d'accès à Internet.

Greenwald note que la NSA collecte des données non seulement à des fins de lutte contre le terrorisme, mais aussi pour donner aux États-Unis un avantage économique et diplomatique.

D’après le Hollywood Reporter, Sony Pictures a racheté les droits de « No Place To Hide », sorti le 13 mai dernier. Le quotidien indique que Sony a précisé le nom des producteurs du long-métrage ; Michael G. Wilson et Barbara Broccoli d’EON Productions, célèbres pour avoir produit tous les James Bond les plus récents. Ils se sont dits « ravis de travailler avec Glenn pour amener cette histoire importante à l’écran ». Greenwald a quant à lui indiqué qu’il était « excité de participer à un film politique ».

Source : Extrait de No Place To Hide (au format PDF), Hollywood Reporter

Et vous ?

Avez-vous envie de le lire ? Que pensez-vous de son adaptation au cinéma ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Traroth2 Traroth2 - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 16/05/2014 à 13:15
Effectivement, j'ai très envie de lire ce livre. Quant au film, je ne vois pas tellement ce que ça peut apporter, sinon une audience supplémentaire, ce qui est aussi une bonne chose. A condition qu'il soit bien fait...

En dehors de ça, rien que les quelques notes publiées ici contiennent quelques détails saisissants : Apparemment, le FBI travaille main dans la main avec la NSA dans ce qui constitue pourtant une opération très en marge de la légalité. Et aussi, on mentionne des "Enterprise Customers". Est-ce que ça veut dire que la NSA revendait ces renseignements à des entreprises privées ?

Maintenant, imaginons que la major qui produise ce film, genre Warner ou Disney, soit aussi une des entreprises qui ait acheté les renseignements collectées par la NSA. Ca voudrait dire que ce système retombe toujours sur ses pieds et qu'ils vont même faire du fric avec l'histoire de leur conspiration contre le peuple. Déprimant, non ?
Avatar de abriotde abriotde - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 16/05/2014 à 13:38
C'est absolument évident que de tel information sont revendu a des entreprises privées, surement par le biais d'entreprises écran. C'est de cette manière que Facebook a pu très rapidement récolté énormément de fonds. Ce système américain est très bien rodé et échappe a notre compréhension de français. Et ce système échappe nous échappe par ce qu'il échappe aussi a notre moral mais pas tant a celle des américains.
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 16/05/2014 à 14:06
Citation Envoyé par Traroth2  Voir le message
on mentionne des "Enterprise Customers". Est-ce que ça veut dire que la NSA revendait ces renseignements à des entreprises privées ?

Tout est dit dans l'article :
Greenwald note que la NSA collecte des données non seulement à des fins de lutte contre le terrorisme, mais aussi pour donner aux Etats-Unis un avantage économique et diplomatique.


Le livre peut être très instructif
Pour le film, les contraintes ne sont pas les mêmes que pour un livre, ce qui me laisse croire un pire...
Je trouve qu'on manque encore de recule pour faire un film sur le sujet.
Avatar de elssar elssar - Membre actif https://www.developpez.com
le 16/05/2014 à 15:47
Dans un livre, il n'est pas obligatoire de vulgariser une information.
Alors que dans un film ça en devient presque une règle d'or!

Histoire que le spectateur ne soit pas trop perdu dans des détails techniques, que le film puisse être tout public et surtout qu'il puisse tenir en maxi 2h.
On rigole souvent des James Bond avec les voitures invisibles, les armes qui sortent du capot et j'en passe.
Mais les films se passant dans l'univers informatique ne sont guère mieux.

Je me souviendrais toujours d'un film(dont le nom m'échappe) qui racontait l'histoire d'un "brillant" informaticien dans la finance il me semble.
Et qui arrêtais une attaque(je me souviens plus vraiment de l'attaque, peut-être ddos ?), avec une simple ACL
Et je parle même pas des cassages de cryptage par des méthodes que même la NSA envierait.
Puis on aime bien rajouter un peu d'action, histoire que les spectateurs ne s'endorme pas.

Et au final on aura Snowden enlevé par des aliens, qui "vole" les info de la NSA avec son pied gauche, toute en arrêtant la fin du monde avec ces 2 bras
Avatar de ticNFA ticNFA - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 17/05/2014 à 0:05
Citation Envoyé par abriotde  Voir le message
C'est absolument évident que de tel information sont revendu a des entreprises privées, surement par le biais d'entreprises écran. C'est de cette manière que Facebook a pu très rapidement récolté énormément de fonds. Ce système américain est très bien rodé et échappe a notre compréhension de français. Et ce système échappe nous échappe par ce qu'il échappe aussi a notre moral mais pas tant a celle des américains.

Pourquoi serait-ce l'apanage des USA ? N'est-ce pas un peu naïf, DCRI et DGSE jouent certainement au même jeu, avec leurs moyens. L'espionnage économique est une des fonctions, au moins implicite, de ces "services".
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 19/05/2014 à 10:53
Citation Envoyé par ticNFA  Voir le message
Pourquoi serait-ce l'apanage des USA ? N'est-ce pas un peu naïf, DCRI et DGSE jouent certainement au même jeu, avec leurs moyens. L'espionnage économique est une des fonctions, au moins implicite, de ces "services".

Je dirai même que c'est un peu le moyen qu'on ces services de se rentabiliser et de justifier leur budget.
Un peu comme le batonnage pour la sécurité routière ou les mauvais stationnement.

La sécurité c'est bien, mais ça coûte cher et ne fait rentrer aucun denier dans les poches de l'état.
Offres d'emploi IT
Responsable protection des données H/F
Safran - Ile de France - Magny-les-Hameaux (78114)
Ingénieur intégration, validation, qualification du système de drone H/F
Safran - Ile de France - Éragny (95610)
Ingénieur développement fpga (traitement vidéo) H/F
Safran - Ile de France - 100 rue de Paris 91300 MASSY

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil