France : des syndicats reconnaissent le droit des cadres à la déconnexion
«ils ont rendu illégal le travail après 18h», ironise la presse britannique

Le , par Hinault Romaric, Responsable .NET
Avec l’avènement des smarphones et des tablettes en entreprise, les cadres seraient de plus en plus incapables de décompresser en dehors des heures de travail et pendant les vacances.

Une enquête de Roambi, spécialiste de la visualisation de données sur iPhone et iPad, et Zebaz, éditeur de solutions de bases de données commerciales BtoB en SaaS, auprès des décideurs français en juillet 2013 avait montré que les cadres consultent leurs données professionnelles partout et tout le temps.

Une situation sur laquelle se sont penchés le Syntec (syndicat patronal de l’ingénierie) et le Cinov (syndicat patronal des bureaux d’études) pour trouver un accord qui devra permettre aux managers de relâcher la pression.

Après six mois de négociation, un accord a été signé avec deux syndicats de travailleurs, la CGC et la CFDT, qui reconnait aux travailleurs le droit à la déconnexion, pour que le temps de repos minimal imposé par la réglementation française soit respecté.

L’accord qui concerne uniquement les forfaits jours n’a pas manqué de faire l’objet de moqueries outre-Manche. C’est notamment le cas dans un récent billet publié sur le blog du Guardian.

« Juste au cas où vous n’étiez pas déjà assez jaloux des Français, avec leur style sans effort, de beaux accents et la volonté collective de contrôler les calories, ils ont rendu illégal le travail après 18h », introduit d’un ton ironique le journaliste du quotidien britannique.

Cet amendement sur la loi sur la semaine des 35 heures datant de 1999, qui pour l’instant est un principe seulement, « instaure une obligation de déconnexion des outils de communication à distance ». Pour le journaliste du Guardian, cela signifierait que « les employés devront résister à la tentation d’effectuer des tâches liées au travail sur leurs ordinateur, tablette ou smartphone après 18h. Ils vont aussi devoir résister à la tentation de lire des documents liés à leur travail sur ces appareils ou à n'importe quelle autre intrusion malveillante dans le temps qu'ils ont été autorisés à l'échelle nationale à passer sur ce qu'ils appellent la dolce vita ».

Il faut noter que l’accord n’a pas été signé par la CGT, qui regrette qu’il ne concerne qu’une partie des travailleurs français.

Source : LesEchos, The Guardian

Et vous ?

Que pensez-vous de cet accord ? Est-il réellement utile ?

Utilisez-vous vos appareils connectés pour consulter des données pros après les heures de travail ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Sodium Sodium - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 11/04/2014 à 12:10
Je n'ai encore jamais pris une semaine dans ma boîte sans être appelé 3-4 fois pour des conneries, une mesure de ce genre serait bienvenue.
Avatar de Carhiboux Carhiboux - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 11/04/2014 à 12:18
A mon sens, il n'y a pas besoin d'une loi pour cela.

Si ma hiérarchie me contacte hors de mes heures de travail, je leur demande poliment mais fermement de réiterer leur appel à mes heures de travail.

Si je suis en vacances, je ne décroche pas (sauf si je sais que c'est un collègue en galère et que je peut l'aiguiller un peu).

Bref, à chacun de gérer son temps et ses sphères privées et professionnelles.
Avatar de Sodium Sodium - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 11/04/2014 à 13:04
A mon sens, il n'y a pas besoin d'une loi pour cela.

Si ma hiérarchie me contacte hors de mes heures de travail, je leur demande poliment mais fermement de réiterer leur appel à mes heures de travail.

Si je suis en vacances, je ne décroche pas (sauf si je sais que c'est un collègue en galère et que je peut l'aiguiller un peu).

Et ensuite quand tu demandes un jour de congé (auquel tu as droit légalement) ou du matériel (pour mieux effectuer le boulot pour lequel tu es payé) on te répond que quand on te demande de rendre service à l'entreprise, tu n'y mets pas de la bonne volonté.

Ou on te vire quelques mois plus tard parce que tu ne gères pas efficacement ton temps de travail ou ne correspond pas à l'esprit de l'entreprise.

Dans ma boîte je suis mal vu car au lieu de bosser en moyenne 9h par jour (payées 8) comme la majorité de mes collègues je n'en fais "que" 8h30.

Tant mieux si ça n'est pas ton cas, mais pour beaucoup de gens, légiférer tout ça serait une excellente chose.
Avatar de Programmator Programmator - Membre du Club https://www.developpez.com
le 11/04/2014 à 13:24
En l'occurrence, l'article parle plutôt de personnes qui passent "volontairement" du temps sur leur travail en dehors de leur temps de travail : « les employés devront résister à la tentation d’effectuer des tâches liées au travail sur leurs ordinateur, tablette ou smartphone après 18h".
Sans que leur hiérarchie leur demande, beaucoup de cadres (et c'est mon cas) font des heures sup par conscience professionnelle, parce qu'ils veulent faire du travail de qualité, le terminer dans les temps...etc. Savoir décrocher n'est pas toujours évident, mais faire des recommandations pour ça, me semble absurde. Je ne vois pas ce que ça peut amener concrètement.
Avatar de abriotde abriotde - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 11/04/2014 à 13:39
Une loi pour ceci, une loi pour cela... il y a tellement de loi que c'est devenu impossible de respecter la loi et même de la connaître. Ce dont se moque les Britannique c'est essentiellement qu'il y ait une loi pour ça pas du principe.

Il ne faut pas une loi mais un équilibre entre employé et employeur. Si l'employeur a besoin de cette disponibilité, ça doit être légalement possible et cela fait alors partie des contraintes du métier a négocier a l'embauche / renégociation.

Personnellement, en tant qu'informaticien, je suis joignable a peu près tout le temps mais l'entreprise n'en abuse pas. Je préfère être contacter et gérer la catastrophe a son début que plus tard. De plus cela établis une reconnaissance de l'entreprise. C'est le moment de montrer que l'on tiens a cœur son travail. En contre partie j'ai des horaires extremement souple, je peux prendre mes congé au derniers moment. C'est un deal.
Avatar de Kearz Kearz - Membre expert https://www.developpez.com
le 11/04/2014 à 13:53
beaucoup de cadres (et c'est mon cas) font des heures sup par conscience professionnelle, parce qu'ils veulent faire du travail de qualité, le terminer dans les temps...etc.

Est-ce que tu fais des heures supp' par conscience professionnelle ou des heures supp' parce qu'on a pas donnée assez de temps dans ce cas?
Si on t'avait laissé un temps "normal" pour faire ton boulot, tu pourrais faire de la qualité en temps et en heure sans faire d'heure supp, non? On t'as donc obligé implicitement.

Moi j'ai une conscience pro: quand le site de ma boite tombe je reste, quand une mise en prod fait tout planté et qu'on le découvre à l'heure de partir je reste, etc.
Quand je donne un délai pour un développement et qu'on me demande de rajouter des fonctionnalités, je ne fais pas d'heure supp, je dis que c'était pas prévu et je décale la deadline. (l'avantage de ne pas être sous les ordres de quelqu'un ou en SSII..)

Je pense que le soir (allez disons 19h!) les boites mails devraient être inaccessible. Ca évite de bosser de son gré ou contre son gré. Par définition, si ça passe par les boites mails, c'est que c'est pas urgent.
Quand c'est urgent, il y a le téléphone. Après si quelqu'un vous téléphone tous les soirs pour des choses non urgente, vous avez le choix de ne pas décrocher.

Ils vont aussi devoir résister à la tentation de lire des documents liés à leur travail sur ces appareils ou à n'importe quelle autre intrusion

ça dépend le documents liés au travail..
Si le soir tu lis des news sur le développement web alors que tu es dev. web, ouais t'aime ce que tu fais.. Je vois pas le problème.
Par contre si le soir, quelqu'un s'amuse à lire des spécifications techniques pour son taff, c'est autre chose..
Avatar de Uther Uther - Expert éminent https://www.developpez.com
le 11/04/2014 à 14:20
Citation Envoyé par abriotde  Voir le message
Une loi pour ceci, une loi pour cela... il y a tellement de loi que c'est devenu impossible de respecter la loi et même de la connaître. Ce dont se moque les Britannique c'est essentiellement qu'il y ait une loi pour ça pas du principe.

Il ne faut pas une loi mais un équilibre entre employé et employeur. Si l'employeur a besoin de cette disponibilité, ça doit être légalement possible et cela fait alors partie des contraintes du métier a négocier a l'embauche / renégociation.

C'est fou cette propension a râler tout le temps particulièrement sur les articles avant même d'en lire le contenu. Il ne s'agit en aucun cas d'un loi mais d'un accord syndicat/patronat. Et si ce genre d'accord existe c'est justement pour ne pas faire de loi la ou un accord employé/employeur est trouvable, car contrairement a ce qu'annoncent le journaux britannique qui ne sont pas a une approximation près pour faire un papier accrocheur, non on est très très loin de l'interdiction du travail après 18H.
Avatar de TiranusKBX TiranusKBX - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 11/04/2014 à 14:22
je vais enfin ne plus avoir mon patron qui me harcèle au téléphone le soir car les appels car il flippe jusqu’à 23h c'est lourd(ok c'est une fois par mois mais bon ...)
Avatar de Luckyluke34 Luckyluke34 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 11/04/2014 à 14:34
Si on regarde l'accord, je trouve qu'il porte les stigmates d'un débat salariés-patrons bien de chez nous.

On peut clairement imaginer le dialogue :

Ordre du jour : Les burn-out se multiplient et les gens font des procès à leurs boîtes pour exploitation. On fait quoi ?

Syndicats (aux patrons) : Il faut que vous mettiez en place les moyens nécessaires pour que les employés puissent couper le cordon.

Patrons : OK, mais nous ne voulons plus être poursuivis pour avoir pressé les salariés comme des citrons. Rajoutons une clause précisant qu'ils gèrent librement leur temps. Et une autre où le salarié est obligé de se déconnecter, comme ça nous déclinons toute responsabilité envers ceux qui brisent la règle en continuant de bosser de chez eux de leur plein gré.

Syndicats : Bon. Mais où tracer la limite en cas de litige ?

(En choeur) : Un bon vieux système de surveillance du respect des temps de repos fera l'affaire.

Voilà comment on obtient un bouzin mi figue mi raisin à la française, qui certes fait bondir les journalistes étrangers qui n'ont lu que la phrase "le salarié doit se déconnecter etc.", mais en réalité n'est qu'un gros process administratif de plus bien lourd et peu applicable.
Avatar de BenoitM BenoitM - Membre expert https://www.developpez.com
le 11/04/2014 à 14:44
Citation Envoyé par Luckyluke34  Voir le message
Et une autre où le salarié est obligé de se déconnecter, comme ça nous déclinons toute responsabilité envers ceux qui brisent la règle en continuant de bosser de chez eux de leur plein gré.

A première vue vous ne connaissez pas grand chose aux syndicats et à la législation.
En général les syndicats sont pour des sanctions sur l'employé quand ils ne respectent pas la règle.Ca evite d'avoir une pression morale sur l'employé.
Sans ce genre de règle le "patron" peut faire plus facilement pression sur l'employé en disant qu'il fait ceci de son plein gré.

C'est un peu comme le travail le dimanche.
Le "patronat" dit les employés seront libres de choisir si ils travaillent le dimanche.
Le syndicats répond que oui mais vu qu'on va demander à la personne si elle accepte de travailler le dimanche sinon la personne n'est pas engagé, la liberté en devient très limité. Soit tu es au chomage, soit tu travaille le dimanche. Donc pour ne pas se retrouver face a de tels situation les syndicats sont contre le travail du dimanche.
Offres d'emploi IT
Responsable transverse - engagement métiers H/F
Safran - Ile de France - Corbeil-Essonnes (91100)
Ingénieur intégration, validation, qualification du système de drone H/F
Safran - Ile de France - Éragny (95610)
Ingénieur développement fpga (traitement vidéo) H/F
Safran - Ile de France - 100 rue de Paris 91300 MASSY

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil