Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'éprouvante expérience du développement logiciel en Afrique
Un blogueur livre un aperçu de la situation

Le , par Arsene Newman

21PARTAGES

8  2 
« Afrique » et « Développeur » deux termes forts évocateurs pour la plupart d’entre nous, mais qu’en est-il de l’association des deux (développeur en Afrique ou développeur africain) ?

A travers son billet de blog intitulé « agony of an african programmer », Raindolf Owusu tente de faire un aperçu rapide de toutes les contraintes et les difficultés rencontrées par les développeurs africains contrairement à leurs confrères outre Afrique. Il résume la situation en quelques points importants.

Mais avant cela, il présente l’environnement dans lequel ils évoluent : « Nous vivons dans un environnement où les équipements technologiques coûtent 2 à 4 fois plus qu’en Europe ou en Amérique du Nord, où les livres techniques sont inexistants dans la plupart des régions du continent, où la plupart des gens ne disposent pas de carte de crédit pour effectuer des achats sur Amazon. Ajouté à cela, un bon nombre de pays africains sont bloqués sur PayPal. »

De plus, avec la perception générale de ce qu’est la technologie en Afrique n’arrange pas les choses. « En Afrique, il y a un problème de perception. Certaines personnes pensent encore que la technologie ne se présente que dans des équipements, comme un caméscope, un ordinateur, un laptop, un iPad et j’en passe », explique celui-ci.

Selon lui, les points les plus importants affectant les développeurs africains sont les suivants :

Délestage électrique :
Les délestages électriques ne sont pas rares dans les pays africains et les fournisseurs d’électricité ne comprennent pas que « vous avez besoin d’électricité pour travailler et que vous devez travailler pour manger. »

Ainsi, pour Owusu il ne faut pas s'étonner de certaines conséquences : « avec ce genre de facteur, vous pouvez vous assurer que la plupart des développeurs, spécialement au Ghana et au Nigeria, ne pourront pas respecter leurs deadlines »

Coût de l’accès à Internet :
En tant que développeur, la quantité de données consommée sur Internet est très importante, mais l’accès au réseau l’est encore plus. Toutefois, il n’y a toujours pas d’offre adaptée au besoin des développeurs.
« Les entreprises de télécommunication oublient qu’Internet possède une quantité de données impressionnantes qui peut être utilisée comme un outil pour booster la croissance économique et réduire la pauvreté. »

Investissement :
« En Afrique, la plupart des gens ne comprennent pas les pratiques de la Silicon Valley en matière de Business et d’investissement. La plupart des investisseurs technologiques investissent dans une start-up, car ils sont intéressés par les profits à court terme. »

Les bons développeurs qui ne comptent que sur eux-mêmes pour développer leurs projets personnels sont alors ralentis par les différents emplois qu’ils prennent en parallèle pour subvenir à leurs besoins.

Salaire :
« Un développeur en Afrique perçoit entre 10 000 à 20 000 dollars annuellement, alors que ses collègues en Europe et aux USA gagent au moins 100 000 dollars par an »

Conséquence de la polyvalence :
« Un développeur africain tente de jouer tous les rôles possibles au sein d’une entreprise, de chef d’entreprise à chargé de publicité. Au lieu de se concentrer sur un seul aspect et de le maitriser, il passe son temps à essayer de maitriser tous les différents aspects de l’entreprise. Cela est parfois bénéfique, mais vient avec son lot d’inconvénients »

Enseignement :
Chaque année, des milliers d’étudiants sortent des différentes universités bardés de diplômes, avec comme bagage une certaine maitrise de certains langages de programmation connus, ce qui peut se révéler un bon point de départ pour les entreprises de développement logiciels. Toutefois, ces étudiants ne s’investissent pas suffisamment dans des projets personnels pour développeur leurs talents. A la place, ils se focalisent plus sur leur résultat universitaire, ce qui n’aide pas vraiment à développer suffisamment leurs capacités.

Prix et compétitions :
« Il y a une différence entre gagner des prix et des compétitions technologies et remporter une victoire sur le marché public. » Ainsi, pour notre blogueur, plus vite le développeur africain en prendra conscience, mieux ce sera.

Au final, Owusu espère que ces contraintes soient plus une force qu’une faiblesse pour les développeurs africains, les poussant à s’armer de patience de courage et surtout à ne pas rendre les armes. Un jour peut-être, le développeur africain sera reconnu à sa juste valeur et pourra avoir droit au même traitement que ses collègues européens et nord-américains.

Source : agony of an african programmer

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de mypad
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 10/04/2014 à 12:02
« Un développeur en Afrique perçoit entre 10 000 à 20 000 dollars annuellement, alors que ses collègues en Europe et aux USA gagent au moins 100 000 dollars par an »
Wait, what ??
Il entend quoi par développeur ? Parce qu'un développeur qui touche 6k€ / mois, c'est plutôt rare.
15  0 
Avatar de rivsc
Membre actif https://www.developpez.com
Le 10/04/2014 à 13:06
« Un développeur en Afrique perçoit entre 10 000 à 20 000 dollars annuellement, alors que ses collègues en Europe et aux USA gagent au moins 100 000 dollars par an »
Du coup la crédibilité de l'article prend un gros coup de pelle.
8  1 
Avatar de Golgotha
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/04/2014 à 13:47
Un développeur en Afrique perçoit entre 10 000 à 20 000 dollars annuellement, alors que ses collègues en Europe et aux USA gagent au moins 100 000 dollars par an
Je viens de découvrir que je suis un développeur africain.
7  1 
Avatar de Seb33300
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 10/04/2014 à 14:58
Citation Envoyé par laerne Voir le message
C'est incroyable le nombre de personnes qui critique la valeur donné par l'auteur d'un salaire pour un américain en la comparant avec un salaire pour un français. Arrêtez le nombrilisme, les gars !

Moi ce qui me dérange dans cette phrase, c'est qu'elle ne tiens pas compte de la différence du prix du marché des deux pays. Par exemple en Inde on est payé 250€/mois mais la nourriture, les transport en commun, ... sont nettement moins chers, donc c'est pas horriblement moins tellement moins. Je connais pas le niveau de vie en Afrique.
Salaire :
« Un développeur en Afrique perçoit entre 10 000 à 20 000 dollars annuellement, alors que ses collègues en Europe et aux USA gagent au moins 100 000 dollars par an »
5  0 
Avatar de Jarodd
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 10/04/2014 à 19:41
Comparer deux salaires est un non sens, cela dépend du coût de la vie.
5  0 
Avatar de MagnusMoi
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 10/04/2014 à 12:02

Salaire :
« Un développeur en Afrique perçoit entre 10 000 à 20 000 dollars annuellement, alors que ses collègues en Europe et aux USA gagent au moins 100 000 dollars par an »
Je ne savais pas que je touchais 100 000 dollars par an
Vite que j'appelle ma banque !

Je suis d'accord avec le constat sinon.
Ensuite ce qui n'est pas dit est qu'en Afrique la qualité des logiciels demandé est beaucoup moins haute aussi : J'ai aidé un ami en stage au Sénégal, je peux vous dire que l'appli de gestion de personnel en VB qu'il devait développer en vue d'être vendu je pouvais la faire en 4 jours (hors je ne connaissais pas le VB à l'époque :p )

Mais il vrai que pour les programmeurs locaux la vie ne doit pas être rose , ce qui nous fait relativiser l'absurdité de certaines dead Line ici bas
Seulement, je pense que l'Afrique est sans doute un des marchés des plus prometteurs pour les 20 prochaines années (c'est le dernier à exploiter de toute façon non ? ) ...

Ceci n'est que mon point de vue évidemment ... donc

bonne journée
4  0 
Avatar de JacNar6
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 19/04/2014 à 11:04
Une réaction d'un développeur africain serait peut-être intéressant. Ce problème ne se pose pas seulement pour les développeurs, mais pour tous les informaticiens en général. Beaucoup de choses qui représentent aujourd'hui un acquis pour les informaticiens dans les pays développés restent encore un vrai luxe, en Afrique (noir en particulier).

Pour la petite histoire j'ai fais mon cycle de licence en informatique et c'est en 3ème année que j'ai eu mon 1er desktop (en 2009); notre labo d'info avait a cette époque 19 PC (avec pratiquement une moitié hors service) pour tte la faculté de science (pas moin de 5000 étudiants). C'est du sérieux les gars . Je ne parlerais mm pas de la connexion internet (mm les cybers n'offraient pas mieux).

Après la licence, départ école d'ingénieur pour un niveau BAC+5 (2010) et je fais toute la première année et une moitié de la 2ème année sans laptop (il fallait s'accrocher à quelqu'un pour faire mes TP); please, je n'étais pas le seul dans cette situation. Pour être vrai il faut carrément se surpasser avec des moyens dérisoires pour avoir un certain niveau.

Pour avoir un livre il faut qu'un torrent ou un site nous l'offre gratuitement; ce qui est un handicap dans un contexte où nos programme académique ne suivent pas l'évolution de le techno et de l'informatique. L'occasion de remercier les sites comme developpez.com, et bien d'autres pour le service gratuit et bénévole; sans oublier les logiciels gratuits et les cracks , Ns n'avons pas les moyens pour acheter des licences alors que nous voulons apprendre; mm nos entreprises ne font pas mieux pour l'achat des licences.

On réussit malgré tt à obtenir son diplome et hop le monde de l'emploi. Les entreprises demandent beaucoup, mais sans un réel investissement. On est obligé de faire plusieurs choses à la fois pour arrondir ses fin du mois. Il est difficile d'atteindre un certain niveau de compétence par ce que l'on ne vie pas sa passion, mais on veut nourrir des bouches. Vous êtes le premier d'une famille de 10 enfants à émerger et le papa a investi le max pour vous, afin que vous soyez en mesure de soutenir et d'apporter de l'assistance à vos cadet qui sont encore sur les bancs de l'écoles. Très vite vous ne penser qu'à gagner beaucoup d'argent plutôt qu'à bidouiller derrière un ordinateur dans vos moment libre sauf si c'est pour un business hors emploi.

Je pourrais continuer de plus belle, mais juste pour vous donner une image, nos réalités sont aussi distantes que le ciel l'est de la terre .

Qu'à cela ne tienne, je continuerais à avancé dans mon Java préféré .
4  0 
Avatar de jpelaho
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 10/04/2014 à 17:06
Qu’est ce l'auteur entend par « an african programmer » ? Je voudrais juste rappeler à certains ici que l’Afrique n’est pas un pays, c’est un continent de 54 pays différents les uns les autres. J’aurai compris s’il voulait parler de son pays car les salaires, coût d’internet, approvisionnement en électricité ne sont pas les mêmes partout en Afrique.

Pour le reste des problèmes liés au métier de développeur même, je ne vois pas en quoi ça pourrait être l’apanage des « africains ».

Les développeurs "africains" gagneraient à faire parler d’eux en termes d’applications open source ou non qu’ils auraient créé. C’est trop facile d’être toujours entrain de se plaindre. Internet (developpez) a énormément réduit le retard qui pouvait être crée par l'absence de livres et autres.

Je ne suis pas sûr que les programmeurs indiens par exemple soient plus lotis que nous, mais quand on parle d’eux c’est pour indiquer que les grandes sociétés externalisent de plus en plus de ce côté-là et non pour se plaindre de leur sort.

Je me demande franchement si l’auteur de ce blog est sérieux en écrivant ça ou si c’est juste pour créer un peu de buzz sur son blog.
3  0 
Avatar de noOneIsInnocent
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 11/04/2014 à 15:27
Pour moi il y a un problème qu'il ne réalise pas concernant les étudiants.
1) D'abord pas tout le monde peut faire des études ! Dans certains pays c'est déjà énorme d'être scolarisé et d'atteindre le bac
2) quand tu arrives à faire des études tu dois les payer et pour cela faire des petits boulots à côtés, donc à moins d'être superman je ne vois pas comment tu peux t'investir décemment sur des projets personnel
3) Concernant le salaire là-bas plus rien ne m'étonnes...
4) L'avenir du monde c'est l' Afrique. ça peut faire sourire certains mais là-bas il y a tout à découvrir et à faire

Avant de lire cet article j'étais un peu grognon ... maintenant je m'estime heureux
3  0 
Avatar de Kearz
Membre expert https://www.developpez.com
Le 16/04/2014 à 9:48

Moi je suis étudiant en informatique et il est souvent difficile de se défaire des obligations de classe car on nous bonde de cours et de matières qui ne sont pas forcément en relation avec ce que nous faisons et en plus il est rare de voir des investisseur qui viennent proposer des projets de développement. Il faut, par toi-même concevoir des projets pour ensuite aller dénicher des investisseurs et souvent il sont très difficile à convaincre
Concernant ce point là, c'est pareil partout.
En Europe/Amérique, il faut pas croire que dans les universités on fait que des matières en pure informatique et qu'en plus on a du temps pour nous.

On a pas non plus des investisseurs qui viennent nous proposer des projets. Peut-être qu'il y a des investisseurs pour les grosses têtes d'Havard mais en tout cas en France c'est pas le cas. Il y a quelques juniors entreprises qui tournent plus ou moins bien mais c'est tout.
Si tu veux lancer ton projet c'est pareil partout, tu bosses dessus et après tu démarches des investisseurs. Et au final peu d'étudiants se lancent dans des projets persos.
3  0