Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les Dieux de l'Informatique : une série de Marcus et d'Epitech sur les grands noms de l'IT
Et vous qui mettriez-vous dans ce Panthéon ?

Le , par Gordon Fowler

20PARTAGES

3  0 
Epitech vient de lancer une série vidéo sur les grandes figures de l’informatique. Présentées par Marcus, également aux manettes de Retro Game One (l’émission qui retrace l’Histoire du jeu vidéo), elle compte actuellement cinq épisodes. Deux autres sont attendus pour boucler la première saison, tandis qu’une deuxième est en cours de préparation.

Drôles, décalés, et originaux, « Les Dieux de l’Informatique » mettent en avant deux dimensions du métier de développeur : la passion et l’inventivité. L’occasion de discuter avec Emmanuel Carli, Directeur général d’Epitech sur l’importance de ces valeurs, et sur la nécessité de promouvoir la culture générale et l’Histoire dans une société à la mémoire de plus en plus courte, qui semble aujourd’hui confondre compétences informatiques et consommation d’applications. Nous nous sommes également entretenu avec le Directeur Internet du Groupe IONIS, Yannick Lejeune, sur le choix des grands noms effectués avec Marcus.

Developpez.com : Vous venez de lancer une série de vidéos sur quelques personnages clefs de l’informatique et du développement. Pourquoi cette série ?

Emmanuel Carli : Nous voulions illustrer, avec un ton jeune et décalé, que dans l’informatique les idées folles peuvent avoir un impact énorme.

J’ai 38 ans. J’ai vu l’avènement de l’open-source et les précurseurs des années 90, comme Linus Torvald qui a créé le noyau de Linux en essayant de comprendre pourquoi le serveur de son école fonctionnait mal. Il ne faut pas que les jeunes générations oublient cela. Pensez par exemple que PHP a été développé par Rasmus Lerdorf simplement parce qu’il voulait connaitre le nombre de visiteurs qui consultaient son CV sur son site… Aujourd’hui PHP c’est 200 millions de sites webs !

Nous voulions rappeler, de manière ludique, que ce sont des personnes de conviction, engagés, qui ont imaginé des technologies qui ont eu des répercutions très lourdes sur le monde.

C’est aussi le message que nous essayons de faire passer en interne à Epitech. Avec cette série nous voulions aussi faire connaitre et souligner cette différence.

Developpez.com : A qui s’adresse « Les Dieux de l’Informatique » (jeunes développeurs, lycéens, tout le monde) ?

Emmanuel Carli : Plutôt aux jeunes, c’est vrai. Mais aussi plus largement à tous ceux qui sont intéressés par l’informatique.

Developpez.com : L’équipe dirigeante d’un autre groupe pédagogique, qui a fait beaucoup de bruit l’année dernière, expliquait en substance que « la culture générale c’est bien, mais que dans une école de développement on peut s’en passer ». Pourquoi connaître l’Histoire de l’informatique vous semble-il au contraire important ?

Emmanuel Carli : Parce qu’il me parait crucial de contextualiser ce que l’on fait et de se poser la question « Qu’est-ce qui fait qu’on en est là ? ». Typiquement, l’histoire du gars dans son labo avec son oscilloscope qui imagine le premier jeu vidéo pour attirer le public à ses journées portes ouvertes (NDR : histoire vraie de la naissance du premier Pong), les étudiants n’en ont plus aucune idée.

Et pourtant il ne faut pas perdre cette connaissance parce qu’elle montre que c’est la prise d’initiative, avec souvent peu de moyens mais avec toujours beaucoup de passion, d’abnégation et de convictions qui ont abouti à des résultats. Des résultats attendus mais aussi inattendus. C’est vraiment un message de passion et d’ouverture d’esprit que transmet cette Histoire.

Vous et moi sommes d’une génération qui a connu la période où pour faire un site web, il fallait trouver un serveur, tirer des câbles, etc. Aujourd’hui, il y a un décalage par rapport à cela dans les jeunes générations. Un hébergeur, un CPU sur Amazon, c’est devenu très simple. Donc il est important de rappeler que l’informatique ce n’est pas que déployer un site en deux clics ou télécharger une appli sur l’AppStore. A la base il y a toute une chaîne à comprendre (les différents langages, à quoi ils servent, les composants, le réseau, l’algorithmique, etc.). C’est ce que traduit aussi en filigrane cette série.

Developpez.com : Pour l’instant sept épisodes d’environ trois minutes ont été produits avec Marcus, sur le modèle de son émission sur l’Histoire du jeu vidéo. Une saison deux est-elle prévue ?

Emmanuel Carli : Les premières vidéos fonctionnent très bien. Nous avons eu 80.000 vues pour la bande annonce et plus de dix mille pour le premier épisode. Une saison deux est en cours. On verra après comment tout cela est reçu.

Developpez.com : A titre purement personnel et subjectif (et donc parfaitement injuste) qui sont, d’après vous, les trois contemporains vivant qui méritent le plus de rentrer dans un « Hall of Fames » de l’informatique ?

Emmanuel Carli : De manière un peu bateau, je pourrais vous citer les grands noms habituels… Mais si c’est à titre perso… je dirais plutôt Kent Beck, l’inventeur du concept d’eXtreme Programming (j’ai pas mal été impliqué là-dedans quand j’étais chez Thalès) ; le japonais Yukihiro Matsumoto, créateur de Ruby, et aussi le danois David Heinemeier Hansson, inventeur de Ruby on Rails. Je m’amuse bien avec Ruby et RoR en ce moment.

Ces trois-là ne sont pas forcément les plus connus mais ils ont en commun d’avoir un engagement fort. Tous ces grands noms sont aussi de très fortes personnalités, forcément. Ce sont des hommes qui au départ ont codé dans leurs salles de bain des trucs et qui ont ensuite construit et travaillé pendant des années pour arriver à fédérer des communautés énormes. On en revient en fait à la base de la série : en informatique avec de la passion, de la curiosité et de l’initiative on peut faire de grandes choses.



Les critères d’un choix difficile et obligatoirement subjectif

Comme tout choix, la sélection d’une dizaine de grands noms dans une liste historique pléthorique n’a pas été facile. Les « Dieux de l’informatique » n’échapperont certainement pas aux critiques de uns et des autres.

Les créateurs de la série – Epitech et Marcus – en ont bien conscience. « Dès le départ, on savait qu’on allait nous dire : mais pourquoi vous avez fait un épisode sur lui et pas sur elle ? », assume Yannick Lejeune, Directeur Internet du Groupe IONIS. Alan Turing est par exemple absent de cette première saison, ce qui peut étonner. « Typiquement, Turing donnera lieu à un épisode un peu plus tard. Mais Alan Turing c’est un nom que vous connaitrez en faisant des études d’informatique. Ce qui nous a intéressés, c’est aussi d’aller chercher d’autres personnalités, plus à la marge, qui nous permettent de raconter des anecdotes rigolotes avec un côté « le saviez-vous ? » pour faire progresser la culture générale de manière ludique ». Et de résumer la philosophie du projet : « le but n’est pas de faire une fiche Wikipedia […] on est aussi là pour rigoler ».

Cette démarche éditoriale traduit également les envies de Marcus (« il y a des noms qui lui parlaient – comme Jordan Mechner (NDR : créateur de « Prince Of Persia ») et d’autres moins, sur lesquels il ne se sentait pas nécessairement capable de faire 3 minutes drôles sans temps morts »).

Ce parti pris explique en tout cas un format court, parfaitement assumé, qui par définition ne vise pas l’exhaustivité. Dans « Les Dieux de l’Informatique », Grace Hopper est par exemple présentée comme la première découvreuse d’un bug. « Mais c’est aussi une femme remarquable, développeuse de très grand talent qui a travaillé sur les bases du Cobol », ajoute Yannick Lejeune. « Le but c’est aussi d’attiser la curiosité et de pousser à aller voir ce qu’il y a derrière », conclue-t-il

Si la série continue à connaître le succès, l’Epitech n’exclut d’ailleurs pas d’ouvrir le choix des « Dieux » aux internautes, qui pourront ainsi proposer et voter pour les noms à traiter dans de prochains épisodes.

« Les Dieux de l’Informatique » : tous les épisodes

Et vous ?

Que pensez-vous de cette mini-série ?

Si vous deviez choisir six grands noms de l’informatique et trois contemporains pour un « Hall of Fames », quels seraient-ils (et elles) ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de azias
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 07/04/2014 à 12:32
En ce qui me concerne, l’absence d'Alan Turing expliquera sans doute pourquoi je ne regarderai pas et ne recommanderai pas cette série, même si cette impasse ne m'étonne pas de la part d'élève d'Epitech! J'imagine que pour eux c'est juste un nom qu'ils on rencontrés dans un cours qui ne les intéressait pas et en ont conclut qu'il n'y avait rien d'intéressant à dire sur lui. Pitoyable.

Alan Turing a inventé l'informatique, l'intelligence artificielle, décodé la machine enigma des nazi et ainsi permis le débarquement des alliés en Normandie, sans compter sa vie personnelle (il n'a été officiellement réhabilité que fin 2013) et le prix Turing est le prix le plus convoité en informatique. Bref pour moi il a inventé le XXIe siècle, ce serait vraiment dommage d'en parler!
5  0 
Avatar de Népomucène
Modérateur https://www.developpez.com
Le 04/04/2014 à 17:57
Ada Lovelace (fille de Lord Byron) qui fut la première mathématicienne à se pencher sur la question de la programmation
devenant par là la première informaticienne (au temps zéro de l'informatique seule une femme était aux commandes !!!)

Et puis bien sûr Alan Turing, le martyr de l'Angleterre ingrate de son époque.

L'un et l'autre ont du travailler avec acharnement une discipline qui n'existait pas encore
et lutter durement contre l'establishment.

Rest in peace ...
2  0 
Avatar de buse974
Membre actif https://www.developpez.com
Le 04/04/2014 à 23:37
Je propose.

- Alan Turing.
Durant mes cours de théorie des langages j'ai eu l'ocation d'étudié la machine de Turing.
Donc pour ça machine dont nous utilisons toujours le modèle.

- Dennis Ritchie.
Simplement C.

- Richard Matthew Stallman.

Pour : GNU/linux , GNU GCC, GNU Make, La license GPL, GDB, Emacs.

Voila tous.
2  0 
Avatar de Escapetiger
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 05/04/2014 à 23:27
Excellente initiative !

Au delà des aspects buzz-commerciaux, pourquoi pas devenir une saga remarquable comme savent le faire les américains avec leurs séries à succès ? saison 1, saison 2, etc ...
...

- Al-Khwarismi (780) algorithme
http://fr.wikipedia.org/wiki/Al-Khwarismi

- André Truong et François Gernelle (micro-ordinateur)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3...uong_Trong_Thi
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3...A7ois_Gernelle

- Pierre Bézier (courbes de Bézier, CAO, etc ...)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_B%C3%A9zier

- Jean-Dominique Warnier (systémes d 'information)
http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thode_Warnier
...

Et ... merci à tous sur developpez.net pour les échanges techniques, culturels et humains.
2  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 07/04/2014 à 13:47
Si le projet fonctionne, il y a des chances qu'il y ait plusieurs saisons donc Turing y sera forcément à un moment donné.
Et puis, ce n'est pas un classement par importance donc le fait que Turing soit absent ne me choque pas trop

Par contre, les sujets sont traités de manière un peu trop superficielle.
Hormis les quelques généralités que je connaissais déjà, je n'ai pas appris grand chose (voir rien du tout), mais je ne fais pas parti du public visé
Si ça peut inciter quelques lycéens à aller chercher plus loin sur certaines de ces personnalité, c'est un pari gagné.

La vulgarisation de la culture n'est qu'un amuse gueule.
Les gens qui apprécient passent rapidement aux plats de consistances

Autrement dit, je salue l'initiative.
2  0 
Avatar de laerne
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/04/2014 à 11:52
Citation Envoyé par olreak Voir le message
Alan Turing a inventé l'informatique, l'intelligence artificielle, décodé la machine enigma des nazi et ainsi permis le débarquement des alliés en Normandie, sans compter sa vie personnelle (il n'a été officiellement réhabilité que fin 2013) et le prix Turing est le prix le plus convoité en informatique. Bref pour moi il a inventé le XXIe siècle, ce serait vraiment dommage d'en parler!
C'est quoi cette déification ? Alan Turing est un grand homme, assez grand pour ne pas occulter les autres contributeurs à l'informatique, et ils sont nombreux. En ce qui me concerne je ne regarderais pas cette émission à cause de cette déification, je trouve que c'est séparer et distancer les grands noms du monde des humains, comme s'il était stupide pour une personne normale d'espérer un jour faire des contributions significatives au domaine.

Je trouve que c'est limite insultant de les « déifier », car cet idolâtrie fait référence à une manière de croire aveuglément, ce contraste très fort avec le travail de ces personnes qui consiste à chercher à comprendre, à remettre en question et a découvrir des solutions.
2  0 
Avatar de 4sStylZ
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/04/2014 à 17:33
John Bardeen, William Shockley et Walter Brattain, chercheurs de la compagnie Bell Téléphone qui ont inventés le transistor.
Parce que sans eux ...

Douglas Engelbart, le premier à avoir... retourné un trackball!
1  0 
Avatar de tp1024
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 04/04/2014 à 18:13
Se limiter à 3 noms me parait impossible.

Je propose :
  • Ada Lovelace: Parce que ça apportera une touche féminine. Elle est considérée en Occident comme la première programmeuse de l'histoire. L'informatique ne la pas oubliée, car le langage Ada lui rend hommage. Et pour terminer sur une note patriotique, on peut parler du concours pour réaliser le langage Ada.
  • Brian Kernighan. Pour le langage C. Pour awk. Et pour le reste
  • Edsger Dijkstra. Il ne faut pas écarter les théoriciens de l'histoire de l'informatique, car l'informatique, ce n'est pas juste écrire du code. Pour ces travaux sur la commande Goto.


D'autres noms méritent leurs places. Des connus comme : Steve Wozniak (Apple), Richard Stallman,
à d'autres moins connus comme les fondateur de la fondation Apache : (d apres Wikipedia: Brian Behlendorf, Roy Fielding, Ben Laurieles.
1  0 
Avatar de Voïvode
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 04/04/2014 à 22:37
Si vous deviez choisir six grands noms de l’informatique et trois contemporains pour un « Hall of Fames », quels seraient-ils (et elles) ?
Citation Envoyé par tp1024 Voir le message
Se limiter à 3 noms me parait impossible.
En effet, impossible de choisir, mais je ferai cet effort pour que les autres puissent s’amuser un peu aussi.

Avant cela, je pense que ces gens n’apprécieraient pas beaucoup d’être déifiés, même si la référence au polythéisme gréco-romain est du second degré. Je préfère les considérer comme des inspirateurs et des guides.

  • Blaise Pascal (1623–1662) : machine à calculer
  • Joseph Marie Jacquard (1752–1834) : métier Jacquard
  • John Warner Backus (1924–2007) : FORTRAN
  • Ed Roberts (1941–2010) : Altair 8800
  • Dennis Ritchie (1941–2011) : C et Unix
  • Roland Moreno (1945–2012) : carte à puce


  • Donald Knuth (1938) : algorithmique et TeX
  • Alan Kay (1940) : POO et Smalltalk
  • Tim Berners-Lee (1955) : WWW
1  0 
Avatar de o.deb
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 04/04/2014 à 23:45
Citation Envoyé par Népomucène Voir le message
Ada Lovelace (fille de Lord Byron) qui fut la première mathématicienne à se pencher sur la question de la programmation
devenant par là la première informaticienne (au temps zéro de l'informatique seule une femme était aux commandes !!!)
et que serait-elle sans Charles Babbage ? Elle a clairement apporté une énorme contribution à l'informatique, mais dire que "seule une femme était aux commandes" est simplement faux. Mais bon ça fait bizarre de se dire que maintenant 80-90% des développeurs sont des hommes.

d'ailleurs une petite citation très amusante de Charles Babbage :
On two occasions I have been asked, 'Pray, Mr. Babbage, if you put into the machine wrong figures, will the right answers come out?' I am not able rightly to apprehend the kind of confusion of ideas that could provoke such a question.
Il n'était pas moins à plaindre que les développeurs actuels
1  0