Angela Merkel envisage la création d'un Internet européen à l'abri des USA et de la NSA
Grâce à un tandem franco-allemand

Le , par Arsene Newman, Expert éminent sénior
A travers un podcast diffusé sur le site web de la chancellerie allemande le 15 février dernier, Angela Merkel a annoncé sa volonté de créer un Internet européen à l’abri de la surveillance des agences gouvernementales telles que la NSA et le GCHQ.

Angela Merkel a affirmé que cette question sera évoquée lors du prochain conseil des ministres franco-allemand qui se tient ce mercredi 19 février, je cite « Nous parlerons avec la France de la manière d’assurer un niveau élevé de protection des données ».

Une seconde déclaration donne plus de détails sur cette possible collaboration franco-allemande, en voici un extrait : «Nous évoquerons nos opérateurs télécom, qui doivent permettre à nos concitoyens de ne pas avoir à envoyer leurs courriels et autres données de l’autre côté de l’Atlantique », ainsi l’un des objectifs de ce projet serait le stockage des données en zone européenne et la réduction de la dépendance vis-à-vis des USA à travers la création d’acteurs européens majeurs de l’Internet.

Cette démarche traduit la hantise de l’Allemagne au vu des révélations portant sur la mise en écoute des téléphones portables de la chancelière allemande par la NSA, dépassant largement le cadre de la lutte contre le terrorisme, ce qui porte à croire que les agissements de l’agence gouvernementale américaine sont de l’ordre de l’espionnage politique et industriel.

Pour rappel, l’Allemagne n’est pas la seule à vouloir bousculer l’establishment américain et les géants de l’Internet (Apple, Facebook, Google, Amazon), en novembre 2013 la présidente brésilienne avait présenté un plan similaire qui contraignait les géants de l’Internet à construire des centres de données au Brésil, ce qui a débouché inévitablement sur une crise entre les différents protagonistes.

Au final, cette idée est louable toutefois on est en mesure de se poser des questions sur la faisabilité d’un tel projet, sachant que la technologie et le savoir-faire américain ne se cantonne pas qu’au software mais, aussi au hardware ce qui tend à multiplier les portes d’entrée de la NSA. En outre ce projet n’évoque pas les projets de type PRISM orchestrés par certaines agences gouvernementales européennes.

Source : LeMonde
Et vous ?
Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous que ce projet est réalisable ou au contraire utopique ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Paul TOTH Paul TOTH - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 19/02/2014 à 6:32
c'est n'importe quoi, le problème n'est pas d'avoir un Internet planétaire - il doit le rester - mais de n'avoir aucune offre européenne équivalente à Google, Facebook et cie.

ça nous servirait à quoi un Intranet Européen s'il n'est pas aussi riche que le vrai ?

D'autant que je ne suis pas du tout convaincu qu'en rapatriant mes données en Europe elles ne soient pas tout simplement plus facilement exploitées par les gouvernements européens.
Avatar de Uranne-jimmy Uranne-jimmy - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 19/02/2014 à 10:10
Encore une fois ce sont des personnes peu familiarisées aux problématiques réelles qui prennent des décisions, et parce qu'on parle de "sécurité", "vie privée", beaucoup de gens tout aussi inconscient seront d'accord !

Comme dit Paul TOTH, c'est ridicule, en effet ce dont on a besoin pour ne pas partager nos données outre atlantique (ce qui déjà n'est pas vraiment une solution) c'est d'avoir des projets intéressants, qui pourrait prendre une place importante au même titre que google et youtube, mais plus on avance dans le temps, et moins ça me semble réalisable.

Une idée bien plus intéressante serait un flicage indépendant de tout état et surtout international du net, avec pour les débuts des ressources mises en priorité sur la sécurité de nos information. Si on combine ça à une éducation sur les risques d'internet, les bonnes pratiques de l'internaute, on devrait déjà avoir beaucoup moins de problème.
Avatar de Jon Shannow Jon Shannow - Membre expert https://www.developpez.com
le 19/02/2014 à 10:20
C'est con, quand même. Pour une fois qu'on avait de l'avance on l'a abandonné... Ben, oui, qui a eu l'idée d'abandonner l'Internet Français - nommé Minitel !
Avatar de Atem18 Atem18 - Membre averti https://www.developpez.com
le 19/02/2014 à 10:24
Et sinon, c'est quand que les incompétents qui nous dirigent, comprendront que dans Internet, y'a "inter", comme "international".
Avatar de ticNFA ticNFA - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 19/02/2014 à 10:26
Le bal des hypocrites, le BND allemand participant à XKeyscore, la DGSE collaborant aussi et ayant son propre système.
Derrière cela, un internet européen non pour protéger mais pour mieux surveiller.
Vous serez surveiller mais vous serez surveiller français !
Avatar de Driktheviking Driktheviking - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 19/02/2014 à 10:52
Alors attention car les propos de la chancelière sont pas mal coupé. Pour compléter l'article il faudrait noter qu'elle ne parle pas de couper l'internet de l’Europe de l'internet américain mais premièrement d'éviter que les communication entre pays euro ne circulent sur des serveurs américain (après il n'y a aucunes raisons valable a cela) et ensuite d'avoir une sorte de second réseaux en plus de l'internet "mondiale" et ce réseaux serait garantie "centralisé en Europe".
Avatar de gangsoleil gangsoleil - Modérateur https://www.developpez.com
le 19/02/2014 à 11:15
Le probleme actuel est le suivant : une entreprise ayant des serveurs aux Etats-Unis peut etre obligee par la loi a transferer les donnees des utilisateurs a un organisme de surveillance au titre de la lutte contre le terrorisme. C'est notamment le cas des donnees qui transitent via Facebook, Google, etc...

L'idee que proposent la présidente du Brésil comme la chancelière allemande est d'obliger a avoir une séparation, qui permettrait ainsi que les donnees FaceBook d'un utilisateur brésilien (respectivement europeen) restent dans le pays (resp le regroupement de pays). Cela permet aussi d'appliquer des lois nationales sur ces donnees (prevention de la pedophilie, negationisme, tout ce que l'on veut).

C'est une reponse locale a un probleme international, ca ne peut pas fonctionner, mais c'est une reponse populiste, qui risque malgre tout de marquer des points. Car la ligne de defense disant "moi je veux pouvoir continuer d'avoir un internet ouvert dans lequel on peut communiquer librement" se voit tout de suite opposer l'argument massu de la "surveillance par la NSA".

Il existe d'autres pistes, notamment le cryptage des donnees (qui utilise du cryptage pour ses mails ? Qui utilse HTTS Everywhere pour se connecter en HTTPS lorsque c'est possible ? ...), la decentralisation des donnees, et encore pleins d'autres. Mais il est vrai que c'est moins politicien de dire "on va utiliser de bonnes solutions techniques avancees par des chercheurs et des gens competents (dont certains sont etat-uniens, attention, ce sont forcement de vilains traitres de la NSA) que d'avoir un discours populiste irrealisable.
Avatar de kEep OnE kEep OnE - Membre régulier https://www.developpez.com
le 19/02/2014 à 11:16
Faites votre choix, tout simplement :
http://en.wikipedia.org/wiki/Compari...mail_providers
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 19/02/2014 à 11:21
Comme toujours, on préfère accuser l'autre plutôt que regarder ses problèmes.
La question n'est pas de comment empêcher les données de transiter par les USA mais de savoir pourquoi les internautes européens utilisent massivement les services délivrés par des entreprises américaines.
Manque d'innovation ?
Manque de compétitivité ?
Manque de vision ?
Manque de financement adapté aux croissances exponentiels de ces types d'entreprises ?
Lourdeur administrative ?
Diversité administrative ?

Ce qu'il faut, c'est une concurrence européenne et cela implique une stratégie commune, ambitieuse et sur le long terme.
Et ça, en Europe, on ne sait pas faire car l'UE c'est avant tout un gros bordel où la moindre décision prend 10ans avant d'être appliquée et que dans le monde du web, le reste de la planète a le temps de nous passer devant.
Avatar de DonQuiche DonQuiche - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 19/02/2014 à 13:24
Citation Envoyé par gangsoleil  Voir le message
L'idee que proposent la présidente du Brésil comme la chancelière allemande est d'obliger a avoir une séparation, qui permettrait ainsi que les donnees FaceBook d'un utilisateur brésilien (respectivement europeen) restent dans le pays (resp le regroupement de pays). Cela permet aussi d'appliquer des lois nationales sur ces donnees (prevention de la pedophilie, negationisme, tout ce que l'on veut).

Concernant la présidente du Brésil, oui, mais concernant Merkel c'est une interprétation très large de propos très flous qui sentent bon l'opération de communication. Au même titre que l'était sa vaine quête d'un accord de non-espionnage. Elle brasse du vent sur ce sujet depuis des mois et accumule de petits symboles tout en se gardant bien de proposer quoi que ce soit d'efficace. A commencer par le fait de cesser de collaborer avec la NSA puisque l'Allemagne est un des gros points d'interception des données par la NSA.
Offres d'emploi IT
Expert application Supply Chain & Achats H/F
Safran - Ile de France - Evry (91)
Responsable de lot vérification et qualification (IVVQ) H/F
Safran - Alsace - MASSY Hussenot
Responsable de lot / architecte fpga H/F
Safran - Ile de France - Éragny (95610)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil