Antitrust : Google à deux doigts de l'entente avec l'UE
Conséquence de la menace de répression ?

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Selon Reuters, Google et la commission européenne sont en passe de conclure un accord à l'amiable qui verrait Bruxelles mettre un terme à trois ans d'enquête sur les pratiques du numéro un de la recherche en termes de concurrence. Ce dernier était soupçonné de désavantager ses rivaux dans les résultats retournés par son moteur de recherche sur internet.

C'est dans ce cadre que Google aurait fait de nouvelles concessions, propositions que le commissaire à la concurrence, Joaquin Almunia, aurait jugé « bien meilleures ». Pour rappel, la firme de Mountain View avait déjà réalisé deux propositions, visant notamment à revaloriser les entreprises concurrentes dans les résultats de son moteur de recherche.

Cette nouvelle arrive deux semaines après l'avertissement de Joaquin Almunia, concernant la proposition de la dernière chance pour Google. « Il s'agit de la dernière opportunité » pour Google, expliquait-il alors à l'agence de presse.

Un responsable de l'Union européenne a précisé qu'une décision sur un accord à l'amiable était attendue dans les prochaines semaines, voire dans les prochains jours.

Un porte-parole de la Commission s'est refusé à tout commentaire sur l'imminence d'un compromis. « Nous sommes à un stade décisif de l'enquête », a-t-il dit.

Un porte-parole de Google a déclaré que le groupe ne commentait pas les rumeurs et les spéculations.

Google aurait proposé de permettre aux services rivaux d'afficher logo et liens dans des blocs visibles, les mêmes que ceux utilisés par Google pour ses propres services. La firme simplifierait également pour les annonceurs le transfert d'une campagne publicitaire de sa plate-forme vers celles de ses concurrents, parmi lesquels Yahoo et Microsoft.

Si un accord est effectivement trouvé, Google évitera d'écoper d'une amende de 5 milliards de dollars, correspondant à 10 % de son chiffre d'affaires de 2012.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Ce revirement de situation est-il la conséquence de la menace d'une phase répressive ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de gangsoleil gangsoleil - Modérateur https://www.developpez.com
le 30/01/2014 à 17:04
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Qu'en pensez-vous ? Ce revirement de situation est-il la conséquence de la menace d'une phase répressive ?
Non non, rien a voir avec les 5 milliards d'amende, ils se sont reveilles il y a quelques jours en se disant "Tient, si on resolvait ce truc pour lequel on ne fait rien depuis 3 ans" ?
Avatar de Shuty Shuty - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 30/01/2014 à 17:34
Comme quoi, sous la pression tout le monde s'entends ! Vive la business dictature numérique !
Avatar de Carhiboux Carhiboux - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 31/01/2014 à 14:19
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Qu'en pensez-vous ? Ce revirement de situation est-il la conséquence de la menace d'une phase répressive ?
Bien sur que oui.

Maintenant, je trouve que cette enquête est une vaste farce, et que cette amende, dans ce cadre particulier de la mise en avant de leurs propres produits et une farce monumentale.

D'ailleurs, au passage, on note que lorsque des intérêts financiers majeurs (ceux des concurrentes de Google) sont en jeu, la commission européenne mets 5 milliards de dollards d'amende.

Par contre, lorsqu'il s'agit des enquêtes sur les données personnelle (et là, c'est un vrai sujet, mais non commercial, donc pas d'intérêts commerciaux directement en jeu), là on propose une amende de combien déjà? 150 000€ en france, 900 000€en Allemagne (déjà mieux) et la même commission européenne envisage de mettre une amende de 2% du CA de google pour la vie privée.

Europeans need to get serious. And that is why our reform introduces stiff sanctions that can reach as much as 2% of the global annual turnover of a company. In the Google case, that would have meant a fine of EUR 731 million (USD 1 billion). A sum much harder to brush off.
Donc résumons :

Pour la vie privée, un problème bien réél, averé, et quelque peu sérieux tout de même, l'UE commence à réfléchir à peut être, éventuellement, si les astres sont bien alignés, et que l'humeur leur en dit, on inflige 2% d'amende à Google.

Pour la non mise en avant de services concurrents, c'est à dire, si on reformule les choses, pour que Google soit obligé de faire de la pub à ses concurrents sous peine d'une amende record jamais vue par contre, là en trois ans c'est torché, et on mets 10% du CA d'amende. Comme ça, direct. Pan dans tes dents.

Morale :

La vie privée de centaines de millions d'Européens, cela veut peut être 2%.

Les intérêts économiques de quelques géants du web dépassés et qui ont loupé leurs virages, cela vaut 10%.

Cherchez l'erreur.
Avatar de imikado imikado - Rédacteur https://www.developpez.com
le 31/01/2014 à 15:21
Au risque de me prendre des -1, pourquoi ne pas demander à Microsoft de faire pareil sur son OS: on est bien dans la même situation non ? abus de position dominante (sans oublier la vente forcé/lié)
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 06/02/2014 à 12:11
Google pourrait éviter la sanction financière en Europe
la commission européenne se montre satisfaite de ses nouvelles propositions

«La nouvelle proposition de Google est de nature à résoudre les problèmes de concurrence» à l'origine du litige qui s'étale déjà sur trois ans a annoncé Joaquin Almunia, commissaire chargé de la concurrence. C'est désormais autour des plaignants d'analyser les propositions de Google avant que l'accord ne soit définitivement ratifié.

«Nous allons faire des changements importants dans la manière dont Google opère en Europe. Nous travaillons avec la Commission européenne pour résoudre les problèmes qu'elle a soulevés et sommes impatient de résoudre cette affaire.» a réagit Kent Walter, un porte-parole de Google.

En effet, comme Google se voyait principalement reprocher de mettre en avant ses services au détriment de la concurrence, il s'engage à garantir que «lorsqu'elle promeut ses propres services de recherche spécialisés sur sa page web (par exemple pour des produits, des hôtels, des restaurants, etc.), les services de trois concurrents, sélectionnés au moyen d'une méthode objective, apparaissent de manière clairement visible pour les utilisateurs et selon une présentation comparable à celle utilisée pour ses propres services». A cet effet, une entité indépendante nommée par la Commission se verra charger de vérifier si Google respecte ses engagements qui lui seront imposés sur une durée de cinq ans.

Google s'est engagé à ne plus imposés de contrat d'exclusivité dans ses accords de publicité. Les éditeurs ont également la possibilité de décider s'ils veulent que leurs contenus ne soient pas utilisés dans des sites de recherches spécialisés sans craindre de représailles.

«Nous sommes très déçu» réagit le groupe Allegro, société de commerce électronique en Europe de l'Est. «La solution proposée par Google n'assure pas d'égalité de traitement» entre les acteurs d'internet. L'organisation Icomp, qui réuni plusieurs plaignants et concurrents de Google parmi lesquels Microsoft, a qualifié ce choix d' «énorme échec». Joaquin Almunia a rappelé à tous que c'était l'intérêt des consommateurs qui avait été pris en considération et non celui des concurrents.

Au final, les 10% du chiffre d'affaires de Google (environ 5 milliards d'euros) pourraient bel et bien demeurer dans sa trésorerie.

Source : Europa

Et vous ?

Que pensez-vous des propositions faites par Google?
Avatar de acx01b acx01b - Membre averti https://www.developpez.com
le 06/02/2014 à 21:44
Citation Envoyé par Carhiboux Voir le message
Google n'est pas un service public
C'est facile de comprendre que si la réquisition de biens privés et les nationalisations sont illégales, ou pour les plus modérés l'augmentation des taxes sur les bénéfices pour les entreprises qui en font énormément, le nombre de services publics ne peut que diminuer dans un monde où la plupart des capitaux non fixes sont gérés par des entités privés.

La question n'est donc pas si Google ou Leclerc sont des services publics, mais si il devraient l'être, ensuite la réponse politique à privilégier en découle directement.
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert éminent https://www.developpez.com
le 10/02/2014 à 17:14
Citation Envoyé par imikado Voir le message
Au risque de me prendre des -1, pourquoi ne pas demander à Microsoft de faire pareil sur son OS: on est bien dans la même situation non ? abus de position dominante (sans oublier la vente forcé/lié)
Ils ont déjà dû le faire pour leur navigateur, ils ont donc déjà été "puni", un peu aux autres maintenant {^_^}. Le prochain sera sûrement Apple. Et quand ils auront fait le tour on recommencera du début, dire d'entretenir ce pseudo-sentiment de "mais oui pour nous aussi c'est important".
Avatar de Pelote2012 Pelote2012 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 11/02/2014 à 9:37
En espérant que la proposition bien meilleure n'est pas un dessous de table bien meilleur ... 5 milliard d'Euros ça ferai du bien au finances. Mais là on serait en abus de position "politique"... difficile je pense, de ne pas tomber dans le travers qu'en on devient un géant
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 23/07/2014 à 21:16
Antitrust : l'UE devrait « revoir quelques termes » de l'accord sur la concurrence proposé par Google,
d'après un rapport

Plus tôt cette année, le long conflit opposant Google à ses concurrents en Europe semblait proche de son terme ; le commissaire à la concurrence, Joaquin Almunia, aurait jugé « bien meilleures » les concessions et propositions faites par le numéro un de la recherche. Pour lui, ces propositions allaient probablement permettre de conclure un accord à l’amiable contrairement aux deux propositions antérieures de Google qui visaient notamment à revaloriser les entreprises concurrentes dans les résultats de son moteur de recherche.

Bruxelles semblait donc satisfait et n’attendait plus que le retour des plaignants avant de procéder à un quelconque accord après cette « proposition améliorée d’engagements ».

Une semaine plus tard, Google rendait accessible au public les propositions d’accord. Comme Google se voyait principalement reprocher de mettre en avant ses services au détriment de la concurrence, il s'est engagé à garantir que « lorsqu'elle promeut ses propres services de recherche spécialisés sur sa page web (par exemple pour des produits, des hôtels, des restaurants, etc.), les services de trois concurrents, sélectionnés au moyen d'une méthode objective, apparaissent de manière clairement visible pour les utilisateurs et selon une présentation comparable à celle utilisée pour ses propres services »

Kent Walker, Vice-Président et avocat général de Google, a avancé « qu’après trois rounds de négociations et de concessions importantes, nous sommes heureux d’avoir atteint un accord avec la Commission Européenne qui aborde les problèmes de concurrence ». Peut-être avait-il crié victoire trop vite.

Tout d’abord des concurrents de Google ne se sont pas montrés satisfaits. « Nous sommes très déçus », réagissait le groupe Allegro, société de commerce électronique en Europe de l'Est, « la solution proposée par Google n'assure pas d'égalité de traitement » entre les acteurs d'internet. En plus la liste des plaignants vient même s’agrandir puisque Yelp a officiellement rejoint leurs rangs il y a quelques semaines.

En outre, selon le WSJ qui cite des sources proches de l’affaire, la Commission européenne compte « revoir quelques termes » de l'accord sur la concurrence proposé par Google, notamment en raison des désaccords au sein même de la Commission. Le calendrier initial qui prévoyait un vote final sur l’accord en septembre est susceptible de ne pas trouver une décision avant le départ de Joaquin Almunia qui quittera son poste en novembre.

Source : WSJ

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Avatar de imikado imikado - Rédacteur https://www.developpez.com
le 23/07/2014 à 23:39
J'ai du mal à comprendre cet acharnement sur Google:

On est quand même face à un site internet qui se fait reprocher son succès et à qui l'on demande de permettre sur son propre site une place pour ses concurrents ??

Je ne me souviens pas d'affaire de la sorte à l'époque où altavista, lycos and co régnaient en maître ...
Contacter le responsable de la rubrique Accueil