Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des robots pour remplacer les lycéens
Un projet mis en oeuvre par Awabot et financé par la région Rhône-Alpes

Le , par Francis Walter

0PARTAGES

3  1 
Ce projet encouragera-t-il l'absentéisme à l'école ?

Le 21 Janvier, le Président de la région de Rhône-Alpes, Jean-Jack QUEYRANNE et celui d’Awabot, Bruno Bonnell, ont présenté leur projet de « robot lycéen » au lycée La Martinière Mon plaisir à Lyon. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la nouvelle politique de développement numérique de la région de Rhône-Alpes.

Mis en œuvre par Awabot en collaboration avec l’Institut Français de l’Education, l’Université Lyon 1, et Learning Lab de Centrale Lyon et de l’EM Lyon, il est financé par la région Rhône-Alpes à hauteur de 490.000 Euros. Pour l'exécution du projet, Awabot a choisi les robots télé-présence QB du constructeur américain Anybots. « Anybots fabrique le robot, mais nous ajoutons notre propre surcouche logicielle. Et nous allons ouvrir une plate-forme open source » a déclaré le directeur technique d’Awabot, Jérémie Koessler.


Le robot représente l’élève absent en classe. Il possède des yeux constitués de caméra, d’un système Wifi, d’un écran, d’un pointeur laser, d’un haut-parleur, d’une batterie de durée de 6 heures lorsqu’il est en mouvement… L’élève, depuis l’endroit où il est (maladie ou autres), peut interagir avec le robot grâce à son ordinateur, une connexion ADSL, une webcam et un micro. Au-delà de la possibilité de suivre son cours en direct depuis n'importe où, l'élève pourra faire des gestes à travers le robot, communiquer avec le professeur et ses camarades de classe et même désigner des objets grâce à un pointeur laser. Le professeur absent en cours pourra aussi utiliser les robots pour échanger avec ses élèves. Jérémie Koessler explique que ce sera « comme un jeu vidéo». Les robots disposent d’une touche nommée « klaxon » permettant à l’élève de manifester son désir de poser une question. Au cas où l’élève voudrait troubler le cours avec le robot, Jérémie Koessler a tenu à rassurer: « Sur place, il y aura toujours un professeur chargé de superviser son utilisation et en classe, il sera géré par un élève accompagnant ». Ainsi, le professeur pourra mettre le robot hors tension quand il le jugera nécessaire.

La région du Rhône-Alpes est la toute première pour le moment à avoir eu cette idée en France. Le projet sera expérimenté dans trois lycées de ladite région dès septembre prochain pour une durée de 2 années scolaires. Les lycées La Martinière Monplaisir (Rhône), Claude Fauriel à Saint-Etienne (Loire) et Joseph Marie Carriat à Bourg-en-Bresse (Ain) sont les heureux élus. Le prix unitaire des robots s’élève à 12.600 euros mais il pourrait subir un rabais de 80% dans 3 ans selon Bruno Bonnell.

Jean-Jack QUEYRANNE n’a pas manqué de s’exprimer à propos de ce projet qu’il a financé : « Le numérique et la robotique constituent des mutations technologiques et sociales majeures. Ce projet unique en France repose sur une dynamique partenariale forte : il témoigne de notre volonté de contribuer à l’invention des usages numériques que les Rhônalpins utiliseront demain au quotidien. »

Quant à Bruno Bonnell, « cette initiative du robot lycéen démontre que la robolution est en marche. Donner la possibilité à une personne de se téléporter grâce à un robot de téléprésence est un exemple unique des nouvelles applications et des nouveaux marchés apportés par la robotique. Awabot est fière d’avoir été sélectionnée par la Région Rhône-Alpes pour cette initiative d’innovation pédagogique. »

Source :Rhône-Alpes, Anybots, Communiqué de Presse

Et vous ?
Qu'en pensez-vous ?

Ce projet est-il un début de la robolution ?

Les robots remplaceront-ils un jour les hommes ?

Ce projet encouragera-t-il l'absentéisme à l'école ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Paul TOTH
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 24/01/2014 à 6:11
je trouve cela totalement stupide, mais ça doit être fun de bosser sur un tel projet...d'ailleurs je pense qu'ils se font plaisir.

si l'élève n'est pas en classe, il est probablement malade et pas vraiment en état de suivre un cours...s'il est intellectuellement capable de suivre le cours mais dans l'incapacité de se déplacer, il coûterait sans doute moins cher de lui envoyer un enseignant à domicile (ou en milieu hospitalier).
15  0 
Avatar de Uranne-jimmy
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 24/01/2014 à 14:02
Je trouve ça également stupide...
En fait je comprends pas l'intérêt réel du robot dans cette situation, c'est cher, et on peut faire un truc équivalent pour presque rien :
Une caméra de bonne qualité bien placé dans la salle de classe, le prof avec un pc ouvert en évidence connecté à un réseau de discussion instantané quelconque avec les élèves absents encore en état.

Et puis allons y, donnons aux lycéen des moyens de se dispenser de sortir du lit ! L'école sert à mon avis principalement à apprendre la vie en société, avec une autorité "objective", des semblables, avec un projet de ce type on encourage pas à l’interaction ...
10  0 
Avatar de austin P.
Membre actif https://www.developpez.com
Le 24/01/2014 à 14:39
non mais sérieusement, ce serait pas moins coûteux d'avoir des cams dans chaque classes ??. Avec le prix de 3 robots on équipe tous le lycée en caméra. Et les aménagements qu'il vas falloir faire pour que le robot accède en classe (ben oui il existe encore des lycées avec des étages sans ascenseur). Vas falloir former les profs, les gosses, etc.

Franchement 490000€ de financement + 12000€ chaque robot j'ai les boules de payer des impôts.

pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
7  0 
Avatar de Neckara
Inactif https://www.developpez.com
Le 25/01/2014 à 16:34
Bonjour,

Je suis moi aussi assez choqué par le prix.
12,600€ pour quelque chose qu'on pourrait bricoler pour 10 fois moins cher et encore...
D'ailleurs, un simple ordinateur portable à moins de 500€ ne conviendrait pas ?

Déjà il y a :
- une webcam ;
- un microphone ;
- des hauts-parleurs ;
- une connexion internet ;
- la possibilité de se connecter à des chats écris.

A part des roues, je ne vois pas ce que le robots a de plus. Et encore, je ne vois pas très bien l'intérêt de ces roues.

Pour moi, ça frôlerait presque la corruption/le blanchiment d'argent.
Un industriel demande à son ami haut placé d'acheter ses produit et voilà comment on impose à des écoles qui n'avaient rien demandée des tableaux interactifs, des tablettes tactiles qu'elles n'utilisent presque pas voir pas du tout.
Et derrière on nous dit "crise", "rigueur budgétaire" à toute les sauces, on supprime des postes d'enseignants etc...
6  0 
Avatar de ZenZiTone
Membre expert https://www.developpez.com
Le 04/02/2014 à 15:54
Citation Envoyé par Neckara Voir le message

Pour moi, ça frôlerait presque la corruption/le blanchiment d'argent.
Un industriel demande à son ami haut placé d'acheter ses produit et voilà comment on impose à des écoles qui n'avaient rien demandée des tableaux interactifs, des tablettes tactiles qu'elles n'utilisent presque pas voir pas du tout.
Et derrière on nous dit "crise", "rigueur budgétaire" à toute les sauces, on supprime des postes d'enseignants etc...
Dans un des lycées que j'ai fréquenté, chaque salle de cours de maths était composé d'un tableau blanc et d'un tableau intéractif. Deux 3 ans, j'ai vu une seul prof s'en servir... Ensuite, le lycée à fait acquisition d'une imprimante 3D. Cout de la machine à l'époque: 80k€, on s'en est servit une fois.
Arrivé en BTS, rebelotte. Un véhicule didactisé et des écrants interactifs partout.. Sauf qu'aucun n'a servit.. Quand on a demandé aux profs pourquoi ils les avaient achetés, la réponse était quelque peu surprenante :

Chaques années, l'éducation nationale répartie de l'argent entre les différents lycées. Si un certain lycée n'a dépensé que 50% de son enveloppe (c'est un exemple) lors de l'année, celle-ci se verra diminuée l'année suivante. Le fait est que certaines années aucun achat de matériel n'est nécessaire tandis que l'année suivante peu coûter plus chère... Dans ce cas là on a besoin de maintenir son enveloppe annuelle à un certain niveau.

C'est la crise? Non, juste une mauvaise répartition de l'argent... Pour reprendre ce que disait Neckara, voir de la corruption/blanchiment d'argent dans tout ça ne m'étonnerait pas du tout. Bien au contraire.
5  0 
Avatar de firebird_dev
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/01/2014 à 18:20
C’est totalement déshumanisé comme idée. Si ça avait existé de mon temps j’aurai ressenti un grand malaise en regardant cet aspirateur gesticuler de manière saccadé, et le pire l’entendre parler. Une prison virtuelle.

Les cours à distances intégrant une caméra et un tableau dématérialisé sont quand même beaucoup plus adaptés, avec un coût presque dérisoire aujourd’hui et offre les même possibilités, tout en faisant il faut le dire plus sérieux.

Un tel aspirateur dans une salle de cours va faire l’effet d’une distraction forte, pénalisant les élèves en chaire et en os. Je n’ose même pas imaginer les blagues pourries, et l’ambiance douteuse allant avec.

L’élève invalide a bien mieux faire d’avoir un professeur particulier, ce qui est bien plus humain en plus, ou à défaut par correspondance. Le malade est malade donc indisponible, c’est bien le premier argument qui nous vient tous à l’esprit.

Ça fait râler pour les impôts, d’autres s’amusent, tant mieux pour eux, autant bosser et s’amuser à la fois.

Aller on nage en pleine fiction: http://www.allocine.fr/film/fichefil...lm=127136.html
3  0 
Avatar de Paul TOTH
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 25/01/2014 à 11:54
3  0 
Avatar de Arnaud13
Membre averti https://www.developpez.com
Le 24/01/2014 à 14:07
Je serais moins tranché que vous. Dans le cas d'une scolarité "normal", si l’élève est malade ou blessé, effectivement c'est très limité.
Maintenant pour les élèves en milieux hospitaliers, qui ne peuvent pas voir grand monde, pour X ou Y raisons, je trouve que c'est déjà plus intéressant, en tout cas pour le niveau social. Je suis d'accord que c'est assez anecdotique, mais il doit y avoir d'autre cas semblables auxquels je ne pense pas.
2  0 
Avatar de yoyo3d
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 24/01/2014 à 14:41
Ce projet encouragera-t-il l'absentéisme à l'école?
ba non, il ne vat pas favoriser l'absenteisme.

au prix du bouzin, j'imagine qu'il n'y en aura qu'un par école, donc , même dans un classe ou l'épidémie de gastro fait des ravages, cela ne sera pas forcément de l'absenteisme régulier, genre: tous les lundi matin , il manque 4 élèves dans chaque classe

aujourd'hui, le principe de la vidéo conférence à l'école est déja mis en place dans certaines écoles donc ici, à part le pointeur laser pour designer un objet .., je ne vois pas non plus l'interet.

Si physiquement l'élève ne peut réellement pas se déplacer, la webcam coute effectivement beaucoups moins cher....
2  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/01/2014 à 15:38
Moi, qui pour des raisons médicales, est souvent manqué les cours (et ai du redoublé 3 fois pour ces mêmes raisons) je trouve ça génial.

Maintenant, en ce qui concerne le coût, c'est comme pour le reste, si ça se démocratise, ça baissera.
1  0