Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google bannit deux extensions malveillantes du Chrome Store
Pour affichage intempestif de publicité

Le , par Stéphane le calme

22PARTAGES

0  0 
Google a retiré deux extensions de sa plateforme de téléchargements dont l'une permettait d'ajouter un abonnement RSS à Feedly (Add to Feedly) et l'autre de tweeter une page (Tweet This Page). Après leurs mises à jour par leurs éditeurs, ces applications faisaient apparaître de force des publicités sur les pages visitées par les internautes, et leurs permettaient ainsi de générer d'importants revenus au nez et à la barbe des internautes.

Amit Agarwal, le développeur de Add to Feedly, explique sur son blog que son extension lui a permis de retrouver un fonctionnement qui s'apparentait à celui que proposait Google Reader. Plus de 30 000 utilisateurs ont par la suite adopté sa solution. Il a été contacté par une société tierce qui lui a racheté son application. Un mois après la vente, les nouveaux acquéreurs proposaient déjà une mise à jour. «Non, cette mise à jour n'intégrait pas davantage de fonctionnalités, ni ne corrigeait aucun bugs. Ils y avaient intégré de la publicité» explique-t-il. En effet, seul le comportement de l'application a subi une modification ; l'extension remplaçait les liens normaux d’une page par des liens sponsorisés.

Ces versions modifiées ont été déployées via le mécanisme de mises à jour transparentes du navigateur et n'étaient donc pas immédiatement repérables. Ce sont les plaintes des internautes et les mauvaises notations qui ont probablement dû alerter Google qui a donc pris soin de retirer ces extensions qui ne respectent plus sa politique maison sur l’intégration de publicité.

Selon le Wall Street Journal, d'autres développeurs ont été approchés par des éditeurs d'Adware, tentant de racheter leurs extensions ou de collecter des informations personnelles. C'est notamment le cas de l'éditeur de Honey ou de Hover Free pour Google Chrome.

Source : WSJ

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Google devrait-il informer les utilisateurs d'un changement de propriétaire ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !