Vie privée : Google conteste la décision de la CNIL
Pour éviter de l'afficher sur sa page d'accueil

Le , par Hinault Romaric, Responsable .NET
Nouveau rebondissement dans l’affaire opposant la CNIL à Google. On croyait le dossier clos, lorsque l’autorité de contrôle en matière de protection des données personnelles avait infligé une amende à Google.

Le géant de l’internet conteste cette décision, et a fait appel hier via un recours en référé déposé auprès du Conseil d’Etat, ainsi qu’un recours sur le fond, rapporte le quotidien Le Figaro.

« Nous nous sommes pleinement impliqués tout au long des échanges avec la CNIL afin d'expliquer notre politique de confidentialité et la façon dont elle nous permet de créer des services plus simples et plus efficaces. Nous faisons appel de sa décision », a indiqué un porte-parole du groupe américain à l'AFP et à Reuters.

Il y a pratiquement une semaine, la CNIL condamnait Google à une amende de 150 000 euros pour n’avoir pas respecté ses recommandations, après pratiquement deux ans d’instruction. Google devait également publier un communiqué relatif à cette décision sur la page d'accueil de Google.fr, et ce pendant 48 heures, sous 8 jours à compter de la notification de cette décision.

Le gendarme des données français reprochait au géant de l’Internet d’avoir adopté en mars 2012 une politique de confidentialité qui ne respectait pas plusieurs dispositions de la loi « informatique et libertés ». Cette politique fusionne en une seule politique les différentes règles de confidentialité applicables à une soixantaine de services Google, dont Google Search, YouTube, Gmail, Picasa, Google Drive, Google Docs, Google Maps, etc. ne permettant pas ainsi à l’utilisateur d’avoir une réelle visibilité de ce qui est fait de ses données personnelles.

L’amende de 150 000 euros ne représenterait pas un réel problème pour Google. La publication de la sanction sur Google.fr serait la décision qui gêne le plus le géant de la recherche.

Le recours en référé étant « suspensif », « Google n'aura pas à faire état de cette condamnation sur son moteur de recherche à partir de jeudi ». Le Conseil d'Etat pourrait rendre sa décision dans le courant de la semaine prochaine, affirme Le Figaro.

Source : Le Figaro

Et vous ?

Pensez-vous que Google obtiendra gain de cause ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Médinoc Médinoc - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 16/01/2014 à 14:06
Ceci, bien qu'inutilement compliqué (Attention: page sonore), reflète bien le changement de politique de Google:
http://google-respects-your-privacy.ytmnd.com/
Avatar de psychadelic psychadelic - Membre expert https://www.developpez.com
le 16/01/2014 à 15:19
Je ne comprends pas la CNIL…

Si un individu Lambda tape sa recherche sur Google, je vois pas en quoi le texte de sa recherche est une information privée.

Et quand bien même Google conserve l’IP du Lambda en question, faudrait m’expliquer en quoi ce serait un intrusion dans sa vie privée.

Certaines villes/ centre commerciaux/ magasins (/etc…) en France (et ailleurs) sont truffées de caméras vidéo ; si je me ballade dans ces coins la, je peut ensuite, au nom de la protection de ma vie privée demander qu’on les efface, dans la mesure ou, n’ayant commis aucun délit, je ne veux pas qu’on puisse en garder une trace ??

J’aime bien la CNIL, mais je trouve qu’ils délirent un peu sur ce coup la…

Est-ce que les règles, édictées en 1974, sont vraiment applicables en l'état avec l'arrivée d'internet ??

Ce que fait Google avec ces données est loin d'etre aussi dangereux que le Fichier SAFARI sous Pompidou :/
Avatar de Médinoc Médinoc - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 16/01/2014 à 15:27
Remplace "délit" par n'importe quoi de politique, et tu verras le problème: Ça ouvre la porte aux dérives le jour où une opinion politique devient gênante pour le gouvernement.

Ce serait comme perdre le vote à bulletin secret.
Avatar de psychadelic psychadelic - Membre expert https://www.developpez.com
le 16/01/2014 à 15:43
Bon, un exemple concret :
Récemment j’ai tapé « table basse » sur Google, car j’en cherche une pour mon salon.
Maintenant, quant je me balade sur des sites avec en liens avec la centrale de Pub de Google, j’y vois souvent des tables bases en incruste de Pub.

Bon, je reconnais c’est un peu gonflant ; la derbiere fois c’était pour des couches pour enfants, car au cas tu ne le saurais pas, c’est un gros budget ; et j’ai vu des couches (dans les pubs) pendant plusieurs mois…

C’est gonflant, ok, mais je ne trouve pas que c’est une atteinte à ma vie privée, et pour moi cela n’a rien à voir avec un péril quelconque sur la liberté de voter sous bulletin secret, ni de prés, ni de loin, faudrait pas tout mélanger.
Avatar de plegat plegat - Expert éminent https://www.developpez.com
le 16/01/2014 à 15:57
Citation Envoyé par psychadelic Voir le message
C’est gonflant, ok, mais je ne trouve pas que c’est une atteinte à ma vie privée.
Ben fait une recherche sur "magasin de bonbons", puis une autre sur "magasins de préservatifs", puis une dernière sur "école primaire pas loin de chez toi", et après vois si quelqu'un vient sonner chez toi à 3h du matin en te demandant si tu es un dangereux pédophile!

Cela dit, Google ne se limite pas à Google Search... on trouve plein d'informations sur toi dans les autres services Google...

Après, il est normal quand on accepte les conditions de service de ne pas "râler". Par contre quand on change les conditions après qu'on les ait acceptées, là...

Citation Envoyé par psychadelic Voir le message

et pour moi cela n’a rien à voir avec un péril quelconque sur la liberté de voter sous bulletin secret, ni de prés, ni de loin, faudrait pas tout mélanger.
Médinoc n'a pas parler de liberté de voter sous bulletin secret. Il a dit "c'est comme si..."
Avatar de Médinoc Médinoc - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 16/01/2014 à 15:59
Jérôme Bourreau-Guggenheim a perdu son boulot parce qu'il avait des opinions politiques dont son patron désapprouvait.
L'espionnage de Google et autres peuvent rendre ce genre de découverte plus facile pour les patrons.
Avatar de psychadelic psychadelic - Membre expert https://www.developpez.com
le 16/01/2014 à 16:08
Citation Envoyé par plegat Voir le message

Cela dit, Google ne se limite pas à Google Search... on trouve plein d'informations sur toi dans les autres services Google...

Après, il est normal quand on accepte les conditions de service de ne pas "râler". Par contre quand on change les conditions après qu'on les ait acceptées, là...

Médinoc n'a pas parler de liberté de voter sous bulletin secret. Il a dit "c'est comme si..."

C'est vrai: l'enfer des CLUFs, qui font 10.000 pages que personne ne lis jamais et que l'on est obliger d'accepter si on veux utiliser le "service" en question, comme google Mail, par exemple...

Ceci étant, des CLUFs qui ne soient pas léonins, ça doit pas courir les rues.
tiens, ça me rappelle celle du type qui achette un PC en demandant qu'on lui rembourse le Windows qui est systématiquement vendu avec, et dont il refuse justement le CLUF de Microsoft...
Allo, le service Microsoft pot le remboursement de windows...?

J'ai pas cherché mais je suis à peu pres certain qu'ils ont tous une clause qui leir permet de justement, changer à leur guise toutes les clauses à tout moment...

Si la CNIL veux vraiment faire sont boulot, ce serait vraiment la qu'il faut "taper", et non pas en demandant à google de mettre sur sa page "search" un petit onglet pour le droit de regard sur toutes les données de mes recherches qu'il à collecté.
Avatar de psychadelic psychadelic - Membre expert https://www.developpez.com
le 16/01/2014 à 16:22
Citation Envoyé par Médinoc Voir le message
Jérôme Bourreau-Guggenheim a perdu son boulot parce qu'il avait des opinions politiques dont son patron désapprouvait.
L'espionnage de Google et autres peuvent rendre ce genre de découverte plus facile pour les patrons.
Et quel rapport avec le litige actuel entre Google et la CNIL ??
Dans un cas de Jérôme Bourreau-Guggenheim, il s'agit de Bouygues/ TF1.

et s'il y a espionnage sur Google, c'est un délit, dont Google serait la victime, et non le "Hacker"
Avatar de Médinoc Médinoc - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 16/01/2014 à 16:30
Très simple, les infos de Google transmises (ou vendues) à un "partenaire publicitaire" pourraient contenir des infos sur les employés dudit partenaire, par exemple.

Garde toujours à l'esprit, il ne suffit pas de ne rien avoir à se reprocher pour être à l'abri en cas d’espionnage massif, il faut en plus ne rien avoir que les gens ayant accès à l'information aient à te reprocher.
Une opinion politique, c'est un reproche gratuit de la part de tous ceux qui ne sont pas d'accord.
Avatar de JackJnr JackJnr - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 16/01/2014 à 17:35
Citation Envoyé par psychadelic Voir le message
Je ne comprends pas la CNIL…

Si un individu Lambda tape sa recherche sur Google, je vois pas en quoi le texte de sa recherche est une information privée.

Et quand bien même Google conserve l’IP du Lambda en question, faudrait m’expliquer en quoi ce serait un intrusion dans sa vie privée.
Le fait qu'avec l'emergence du recoupement de donnees Google puisse parvenir a reconstituer des aspects de ta vie que tu n'as pas forcement envie de divulguer. Tout ce que tu tapes est forcement en rapport avec ta vie, on est d'accord. Et ta vie, primo, ne concerne que toi. Pas besoin que tout le monde soit au courant. Meme si comme toute personne honnete je n'ai rien a me reprocher, pas besoin que Google sache qui interesse l'internaute xyz et ce qu'il fait dans sa vie professionnelle et personnelle (d'ailleurs la vie professionnelle fait aussi partie de la vie privee, du moins en partie). C'est pas mon trip mais si certains le veulent c'est leur probleme.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil