Developpez.com

Club des développeurs et IT pro
Plus de 4 millions de visiteurs uniques par mois

Les débats sur le Cloud Computing et sa définition font rage aux Etats-Unis

Le , par Gordon Fowler, Expert éminent sénior
Les débats sur le Cloud et sa définition font rage

Que ce soit sur sa définition ou sur ses risques, le "Cloud Cumputing" semble faire controverse.

Ses détracteurs l'accusent de n'être qu'un concept marketing destiné à vendre des produits classiques.
Ses partisans voient en lui le futur des applications et une rupture technologique importante dans l'histoire de l'informatique.

Si l'origine de son appellation ne fait pas débat ("cloud" est une métaphore d'Internet comme la "toile" ou les "autoroutes de l'information"), le reste du Nuage fait lui polémique.

Est-ce du management de process ? Est-ce du partage de ressource ?
Est-ce une application utilisable à la demande ? Est-ce de l'hébergement ?
Et puisque tout devient si facile grâce à lui : est-ce la fin des Directions des Systèmes Informatiques ?

A cette dernière question, David Linthicum, expert en Cloud Computing et fondateur de Blue Moutain Labs, répond vertement : "Ne soyez pas stupides, le Cloud Computing, c'est tout sauf simple".

Pour lui, bien que "le Cloud apparaisse nouveau et sexy ; au bout du compte, ce n'est qu'une manière d'héberger des données, des services et des process". Mais la simplicité s'arrête là.
Dès le choix d'une migration, tout se complique : "C'est vraiment une entreprise difficile. Il faut faire du cas par cas [...] et analyser pour chaque société le ratio bénéfices/risques pour comprendre si le Cloud est une solution adaptée".

Pour autant, David Linthicum croit beaucoup en l'avenir du Cloud, surtout pour les PME dont les systèmes informatiques sont souvent un "mille-feuille désordonné de logiciels et de matériels" mal géré.

Depuis quelques jours, le débat sur le Cloud quitte le terrain feutré du B2B pour se teinter d'agressivité.

Dans une déclaration au vitriol, Bernard Golden, PDG du cabinet de conseil HyperStratus, accuse l'opposition au Cloud d'être "restée bloquée en 1987".
La cible principale de cette attaque est un professeur de Droit de Harvard, Jonathan Zittrain qui, dans son livre "The Future of the Internet—And How to Stop It", dénonce les dangers du Cloud.

Le risque premier découle, bien sûr, de l'action de confier ses données à un tiers.
Pour lui, la suppression de l'e-book de Georges Orwell, "1984", du catalogue d'Amazon, en est un exemple.
Jonathan Zittrain enfonce le clou : "aux mains de régimes autoritaires, le Cloud Computing peut rendre l'espionnage des citoyens plus facile que jamais".

Ce danger ne serait pas le seul. D'après Jonathan Zittrain, ce qui est vraiment en péril dans le Cloud c'est la liberté d'innover.
"Les fournisseurs de plateformes ont beaucoup plus de contrôle qu'ils ne le montrent sur le choix de qui peut développer quoi" - écrit-il.

Et de citer les exemples de Facebook, qui est libre de refuser des applications sans aucune explication, ou d'Apple, "cette compagnie qui use de son pouvoir d'une manière que Bill Gates, alors Roi de Windows, n'aurait même pas osé rêver. Apple est connu pour avoir censuré des e-books aux contenus controversés, éliminer des jeux à connotation politique et étouffer les applications pour l'iPhone qui concurrençaient ses produits maisons".

Ces problèmes devraient amener l'arsenal législatif à évoluer en conséquence pour continuer à garantir la protection de la vie privée, la liberté d'expression et faire respecter les règles de la concurrence dans le Nuage.

Face à lui, Bernard Golden réfute violemment cette démonstration : "il confond différents services en ligne et le Cloud !".

Pour Bernard Golden, l'innovation n'est pas bridée par le Cloud. Bien au contraire : "en 1989, le PC était la source de l'innovation. Mais aujourd'hui l'innovation a lieu dans les environnements de rich-data, participatifs et en ligne. Juste pour vous donner un exemple - que Zittrain a lui-même utilisé : l'innovation aujourd'hui c'est l'iPhone et ses applications".

Derrière cette diversité d'opinions, David Linthicum, Bernard Golden et Jonathan Zittrain ont cependant un point commun.

Aucun ne définit clairement ce qu'est le Cloud Computing.
Et pour cause.
Même les experts fédéraux américains admettent qu'ils en sont toujours à "une ébauche de définition (draft definition)".

Une ébauche de deux pages format A4 qui en est à sa quatorzième version.

Et vous ?

Quelle est votre définition du Cloud ?
Pensez-vous, comme Jonathan Zittrain, que l'interopérabilité, la sécurité des données, et la confidentialité ne pas sont assurées dans le Cloud ?
D'après vous, le Cloud met-il en péril l'innovation ?
Que pensez-vous des accusations de Jonathan Zittrain contre Apple ?
D'ailleurs, les applications de l'iPhone et l'AppStore font-ils pour vous partie du Cloud ?

Source :

Déclarations de presse de David Linthicum et Bernard Golden.
Le livre "The Future of the Internet—And How to Stop It" de Jonathan Zittrain, disponible sous licence Creative Commons.
Le projet de définition du Cloud Computing par la NIST.

A lire aussi :

Etude : Le Cloud a le vent en poupe chez les développeurs californiens.
Google Voice rejeté de l'AppStore, à qui la faute ?
Le nouveau Kindle DX d'Amazon (lecteur d'ebook) se popularise.
Les débats sur le Cloud et sa définition font rage


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Lyche Lyche - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 02/12/2009 à 17:24
Un gros retour aux Main Frame des années 70 avec la particularité de ne plus être interne à l'entreprise et d'avoir une meilleure gestion des ressources + une perte d'autonomie des entreprises qui deviennent tributaires de leur fournisseur de service.
Ça à l'avantage de relancer la green IT par contre
Avatar de moumoune65 moumoune65 - Membre du Club https://www.developpez.com
le 26/01/2010 à 9:01
bonjour a tous,
je viens de lire ce post et j'ai du mal à saisir le concept même du cloud computing.
Je suis ingénieur dans une petite société informatique (cherchez Geosig sig)
qui développe des applications web destinées aux collectivités locales (communes, syndicats,...).
Toutes nos applications sont accessibles sur Internet et offrent à nos clients un moyen simple de gérer leur environnement par l'utilisation de cartes en ligne.

En recherchant une définition, je suis tombé sur une video de présentation de salesforce qui explique exactement le concept du cloud computing (et qui donc correspond à ce que notre société fait).
Une autre recherche m'a permis de découvrir l'environnement Google App qui est aussi considéré comme du cloud computing.
Ma question est donc la suivante:
- Le cloud computing est il un moyen de développer une application web sans se soucier de son environnement d'exécution (qui est par définition dans les nuages!) ou alors est-ce un concept destiné aux utilisateurs de ces applications?
Avatar de souviron34 souviron34 - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 26/01/2010 à 11:19
Pour moi, et j'ai déjà eu l'occasion de le dire ici-même, ce n'est qu'un buzz-word de plus, qui fait que des commerciaux peuvent aller vendre du boulot en disant "comment ? mais vous n'avez pas la dernière technique ?"..

C'est purement du marketing.

Comme l'a dit quelqu'un plus haut, cela existe depuis extrêmement longtemps dans beaucoup d'entreprises, avec de nombreuses technos.

Effectivement, X11 est à la base du "cloud".
Avatar de myz-rix myz-rix - Membre régulier https://www.developpez.com
le 26/01/2010 à 13:39
Je trouve que c'est surtout pratique pour faire tenir 2 bouts de bois...

un cloud...

dsl... je sors
Avatar de - https://www.developpez.com
le 13/02/2010 à 15:32
Quelle est votre définition du Cloud ?

Bref ce débat m'a poussé à faire des recherches, et là je suis tombé sur un tutos ici qui m'a permis d'avoir comme réponse quand on me poseras la question :
Le cloud computing possède deux définitions :
  • Le cloud utilisateur : c'est quand une entreprise externalise ses applications et les hébergent vers un serveur d'applications web. Et ses employés vont pouvoir utiliser ses applis où qu'ils soient et travailler des données en local
  • Le cloud Cluster : consiste en un ensemble de serveurs interconnectés mis à disposition d'une appilcation web.
  • Et pour une définition liant les deux précédentes, je dirais, toutjours tiré du tutos, que c'est le fait que des millions d'utilisateurs vont utiliser en mode Cloud leurs données à travers une application web, et ces données seront gérées par un cluster élastique de serveurs.

Pensez-vous, comme Jonathan Zittrain, que l'interopérabilité, la sécurité des données, et la confidentialité ne pas sont assurées dans le Cloud ?

Concernant l'interopérabilité, je pense que les entreprises doivent faire attention lors du choix de leur Fournisseurs de services cloud, et ne pas penser à une migration à long terme vers un autre fournisseur qui ne serait pas compatible.
Concernant la sécurité des données et la confidentialité : je vois mal les banques faire du cloud computing vu que les données sont sensibles.

D'après vous, le Cloud met-il en péril l'innovation ?

non si c'est du cloud utilisateur . le cloud cluster par contre no comment.

D'ailleurs, les applications de l'iPhone et l'AppStore font-ils pour vous partie du Cloud ?

Non, comme l'a dit quelqu'un plus haut, certaines de ces applications sont utilisables en mode ddéconnecté.
Avatar de Pierre Fauconnier Pierre Fauconnier - Responsable Office & Excel https://www.developpez.com
le 19/02/2010 à 10:27
Mon grain de sel:

Le monde des sociétés multinationales est complexe et extrêmement flou. Ainsi, il est bien compliqué de savoir qui détient des parts de qui, surtout que la fluctuation des marchés, les achats et acquisitions sont monnaie courante.

Imaginons dès lors, ce postulat établi, qu'une société comme, disons, Airbus, décide de "basculer" en cloud computing et externalise tout ou partie de ses données, via un éditeur x, détenu ou racheté partiellement ou totalement par y, détenu ou racheté partiellement ou totalement par z, détenu ou racheté partiellement ou totalement par ... Boeing...

Et les aficionado du cloud vont m'affirmer, sans rire, qu'il n'y aura pas espionnage commercial?
Avatar de Rams7s Rams7s - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 19/02/2010 à 11:38
Attention, Cloud computing ne veut pas forcément dire amazon ou salesforce.

C'est faisable de 3 manières différentes:
Une entreprise développe sa grappe de machine, et possède son nuage (moche comme nom ça, nuage) interne. Ca lui coûte cher par rapport aux autres solutions , mais ça lui permet de factoriser des coups, de n'être dépendant que de son SI et lui permet de mettre en place son protocole de sécurité.

On peut avoir un groupe d'entreprise qui se développe son cluster. Par exemple en zone industriel (ou pépinière) il y a le restaurant d'entreprise et le batiment des serveurs. Ca mutualise les coûts, et ça laisse pas mal de flexibilité pour définir les règles d'utilisations, de sécurité, etc.

Et enfin, il y a moyen d'utiliser un prestataire extérieur.

Personnellement, la chose que je trouve la plus gênante c'est que l'entreprise se retrouve totalement dépendante. Que ce soit au niveau de ses données ou du hardware.

Par contre, ça permet déjà de faire des choses, plus ou moins louables
http://www.wpacracker.com/
Avatar de zaventem zaventem - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 19/02/2010 à 14:43
Citation Envoyé par Pierre Fauconnier  Voir le message
Imaginons dès lors, ce postulat établi, qu'une société comme, disons, Airbus, décide de "basculer" en cloud computing et externalise tout ou partie de ses données, via un éditeur x, détenu ou racheté partiellement ou totalement par y, détenu ou racheté partiellement ou totalement par z, détenu ou racheté partiellement ou totalement par ... Boeing...

Certes, le cloud n'est pas une solution universelle, à part certains commerciaux, je pense que pratiquement tout le monde est d'accord mais l'entreprise de nettoyage local pourrait externaliser un CRM, celle de plomberie son logiciel comptable, une troisième fera héberger son appli sur mesure par un prestataire qui lui fournira tout ce qu'il faut (mail, SQL, web,...)

Alors oui, cela introduit un risque d'indisponibilité en cas de problème de connexion réseau mais déjà à l'heure actuelle, ces mêmes sociétés sont incapable de faire face si le serveur qu'on est venu installer chez elle est dans les choux.

Je pense que le Cloud a surtout un avenir là où l'informatique n'est pas au centre du business.
Avatar de Pierre Fauconnier Pierre Fauconnier - Responsable Office & Excel https://www.developpez.com
le 19/02/2010 à 20:49
Salut Zaventem, (heu, pas de trop de bruit au dessus de ta tête?

A une certaine époque, je revendais une solution comptable d'une boite qui s'était lancée dans l'externalisation des données comptables. En clair, on se connectait au serveur et on tenait sa compta en ligne... Je n'ai jamais réussi à vendre une solution... Dans les PME belges, tous, j'ai bien écrit tous, les directeurs refusaient de balancer leur compta sur le net, malgré les garanties de confidentialité, de backup, de disponibilité...

De discussions récentes avec des gestionnaires de PME, cette attitude est toujours largement prédominante en 2010.
Avatar de Michael# Michael# - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 06/07/2011 à 9:20
Le cloud computing nous fait revenir à l'age d'or des MainFrame où les acteurs sont les principaux acteurs de la Micro qui se sont battus pour éliminer les mainframes et qui maintenant utilisent ce concept car il rapporte bcp d'argent. Les nouveaux contrats sont du type contrat Mainframe couplés à des contrats de types assurances et des closes de confidentialité (quel merdier).

La virtualization n'est pas un concept nouveau mais un concept datant du mainframe et remis au goût du jour : à savoir 1 machine physique --> plusieurs OS. Dans le cas du cloud computing, il faut en plus considérer les télécoms (jamais moins couteuse --> au contraire), doper les lignes et prendre des garanties de QoS, Satabilité, ... On parle souvent de risques liés au salles informatiques comme l'incendie, cependant j'aimerai voire des satistiques sur le nombre de sociétés dont la/les salle(s) infos a/ont subi un incendie en 2010 par exemple.

La crainte majeure est destinée aux IT spécialistes des inrastructures ne bossant pas dans des boites proposant de l'externalisation car à termes le jobs ne sera plus nécessaires. De plus quelles garanties que votre fournisseurs de Cloud n'hébergera pas demain vos apllis et données en Inde ou en Chine?

Concerant la confidentialité, je viens juste de lire un billet sur la "Patriot Act" qui s'applique au Cloud. Bravo aux Etats-Unis car héberger vos applis n'importe où dans le cloud, si la boite a ses quartiers généraux aux US, le FBI pourrait accéder vos infos. Pour le principe, en étant Européens, je suis contre.

Je rejoins Richard Stallman et Larry Ellison (Oracle) en disant (en bref) que c'est un phénomène de mode et qu'il faudra vivre avec.
Avatar de Lyche Lyche - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 06/07/2011 à 9:31
Citation Envoyé par Michael#  Voir le message
Je rejoins Richard Stallman et Larry Ellison (Oracle) en disant (en bref) que c'est un phénomène de mode et qu'il faudra vivre avec.

Boah, on a passé la mode des boys band, on peux survivre à tout maintenant
Offres d'emploi IT
Responsable transverse - engagement métiers H/F
Safran - Ile de France - Corbeil-Essonnes (91100)
Ingénieur conception en électronique de puissance H/F
Safran - Ile de France - Moissy-Cramayel (77550)
Architecte et intégrateur scade/simulink H/F
Safran - Ile de France - Vélizy-Villacoublay (78140)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil