Developpez.com

Une très vaste base de connaissances en informatique avec
plus de 100 FAQ et 10 000 réponses à vos questions

Comment les Bouches-du-Rhône se valorisent avec l'open-data et le sponsoring d'applications
Entretien avec la DG de Bouche-Du-Rhône Tourisme

Le , par Gordon Fowler, Expert éminent sénior
Les Bouches-du-Rhône sont un bon exemple de stratégie open-data. Le Conseil Général a en effet décidé depuis plusieurs mois de libérer plusieurs jeux de données. Le but ? Valoriser son territoire en permettant à l’information de mieux circuler. Mais pour que l’information circule, encore faut-il que des applications l'utilise. Bien conscient de cette problématique, le département s’est également lancé dans une opération de sponsoring de développeurs.

Une double approche originale, complétée par les habituelles exigences de l’open-data comme l’actualisation des informations. Developpez.com s’est entretenu avec Isabelle Brémond, Directrice Générale de Bouche-Du-Rhône Tourisme, pour faire le point sur les différentes facettes de cette stratégie.

Developpez.com : Bouches-du-Rhône Tourisme a libéré ses jeux de données et organise une opération de sponsoring auprès des développeurs. Pouvez-vous, avant toute chose, nous rappeler ce qu'est Bouches-du-Rhône Tourisme ?

Isabelle Brémond : Missionné par le Conseil Général, Bouches-du-Rhône Tourisme agit en faveur du dynamisme touristique du département. En partenariat étroit avec les institutions et les professionnels locaux, il conduit la stratégie en faveur de l'attractivité du territoire. Sur le terrain, son équipe pluridisciplinaire propose un accompagnement sur-mesure et gère la diffusion de l'information touristique des Bouches-du-Rhône. A un niveau plus large, il contribue à des actions nationales pour l'évolution du tourisme et assure la promotion de la destination « Provence-Marseille-Camargue », en France et à l'étranger.

Developpez.com : Pourquoi avoir choisi cette démarche open-data ?

Isabelle Brémond : Au-delà des enjeux de l'open data (nouveaux services, ...), l'ouverture des données de Bouches-du-Rhône Tourisme s'inscrit dans notre politique de valorisation de notre département.

Cette stratégie s'appuie sur un constat et un principe.

Le constat est simple : il est de plus en plus difficile d'acquérir de l'audience numérique dans un environnement de plus en plus concurrentiel. Partant de ce constat, le principe retenu a été de valoriser la destination grâce aux données mises à disposition. De cette manière nous développons « indirectement » la notoriété de notre destination.

Developpez.com : Vous offrez 500 € aux développeurs qui utiliseront vos jeux de données. On se doute que cela va vous coûter un peu d'argent. De quel budget disposez-vous ? Et quelles retombées attendez-vous de cette opération de mécénat ?

Isabelle Brémond : Nous sponsorisons au maximum 6 créations numériques sur une période de 12 mois, au regard de la pertinence de l’application. Les applications déjà sponsorisées sont d’ailleurs présentées sur le site (dans la rubrique « Les créations » de data.visitprovence.com).

Ce sponsoring a un triple objectif : faire la promotion de la destination Bouches-du-Rhône d’une manière innovante, faire connaître la démarche et l’utilité de la libération des données au grand public, et faire connaître la structure et le sponsoring numérique auprès des développeurs.


Isabelle Brémond, Directrice Générale de Bouche-Du-Rhône Tourisme

Developpez.com : Justement, quelles sont les conditions à remplir pour bénéficier de ces prix ?

Isabelle Brémond : Pour bénéficier du prix, l’application web et/ou mobile doit utiliser au minimum un jeu de données issu de data.visitprovence.com. Cette application doit être gratuite dans un délai de 6 mois minimum à partir de la signature du contrat de sponsoring.

Enfin, nous sponsorisons toutes les applications que nous jugeons utiles pour les résidents et/ou les touristes en séjour dans les Bouches-du-Rhône, ou préparant leur voyage dans le 13 ; elles doivent également être pertinentes au regard des objectifs de valorisation du territoire.

Concernant la sélection des applications, nous réunissons une équipe pluridisciplinaire, spécialisée en matière de communication et de e-tourisme, coordonnée par Bouches-du-Rhône Tourisme.

Developpez.com : Vous offrez un prix supplémentaire de 150 € dans certains cas. Quels sont-ils ?

Isabelle Brémond : Si l’application reprend deux jeux de données spécifiques, correspondant aux objectifs actuels principaux de valorisation du territoire, le créateur de l’application pourra effectivement se voir attribuer un bonus de 150 € en plus des 500 € de sponsorisation « classique ». Il s’agit de deux jeux de données qui nous sont chers : « Producteurs du terroir » et « Restaurants Tables 2013 », qui correspond à une sélection de restaurants engagés dans des démarches qualité.

Developpez.com : Revenons-en aux données si vous le voulez bien : combien de jeux avez-vous libérés ? Quels types de sujets touchent-ils ?

Isabelle Brémond : Nous avons pour le moment libéré plus d’une cinquantaine de jeux de données, qui touchent l’ensemble des domaines liés au tourisme dans les Bouches-du-Rhône. Les sujets sont donc extrêmement variés : liste de l’ensemble des restaurants de la région, des hôtels, des campings, des établissements accessibles Tourisme et Handicap, des cartes mises à jour quotidiennement sur les accès aux massifs des Bouches-du-Rhône, un agenda des manifestations et événements… un très grand nombre d’informations utiles sont donc présentes via nos jeux de données.

Developpez.com : Quels sont aujourd'hui vos jeux de données les plus populaires ?

Isabelle Brémond : La liste des restaurants du territoire est le jeu de données le plus téléchargé. Mais on retrouve dans le « top 10 » une grande variété de sujets : parmi les plus appréciés et utilisés, on trouve la liste des Offices de Tourisme et Syndicats d'Initiative, des hôtels, des événements ou des sites naturels.

Developpez.com : Les démarches open-data rencontrent souvent une difficulté sur le long terme : l'actualisation des bases pour que les données soient bien à jour. Comment allez-vous gérer cette problématique ?

Isabelle Brémond : La problématique de la mise à jour des données s'est posée à nous bien avant l'open-data. Ayant besoin d'une information touristique fiable dans le cadre de nos différents métiers, nous avons, dès 1997, constitué un réseau de contributeurs autour d'un dispositif unique de gestion de l'information.

Cette base de données (PATIO) est aujourd'hui utilisée par l'ensemble des Offices de Tourisme du département, des collectivités territoriales et des acteurs privés qui mettent directement à jour les informations dans ce dispositif. Au-delà de cet aspect fonctionnel, nous avons mis en place une structure d'animation (Club des utilisateurs, Formation, Hotline) pour ces contributeurs afin de garantir la mise à jour des données et donc de fournir aux utilisateurs une information de qualité.

Developpez.com : Dernière question, pratique, comment et jusqu'à quand les développeurs intéressés peuvent-ils postuler pour bénéficier de ce sponsoring ?

Isabelle Brémond : La sponsorisation agrémentée du « bonus » pour l’utilisation des deux jeux de données « Producteurs du terroir » et « Restaurants Tables 2013 » ne pourra être effective que si l’application a été déposée avant le 31 décembre 2013.

En revanche, toute application utilisant un jeu de données au minimum pourra être déposée l’année prochaine (et les suivantes) et espérer recevoir 500 € de sponsorisation.

Source : Entretien Developpez.com, 12/12/2013

Et aussi :

Le site Data.Visitprovence.com




Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de valkirys valkirys - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 12/12/2013 à 14:56
Isabelle Brémond :
Ce sponsoring a un triple objectif : faire la promotion de la destination Bouches-du-Rhône d’une manière innovante, faire connaître la démarche et l’utilité de la libération des données au grand public, et faire connaître la structure et le sponsoring numérique auprès des développeurs.

En quoi faire une appli mobile est innovant ?
Visiblement cette personne n'a pas lu les commentaires laissés sur le site par d'autres et moi même :
le prix et ridiculement bas et il n'y a pas de vrai politique de commercialisation.

Quel peut être l’intérêt de développer une app ( en plus avant le 31 décembre 2013 ), pour si peu ( 500€ ) avec aucun soutient marketing?

Isabelle Brémond Au-delà des enjeux de l'open data (nouveaux services, ....), l'ouverture des données de Bouches-du-Rhône Tourisme s'inscrit dans notre politique de valorisation de notre département.

Cette stratégie s'appuie sur un constat et un principe.

Le constat est simple : il est de plus en plus difficile d'acquérir de l'audience numérique dans un environnement de plus en plus concurrentiel. Partant de ce constat, le principe retenu a été de valoriser la destination grâce aux données mises à disposition. De cette manière nous développons "indirectement" la notoriété de notre destination.

j'avais déjà entendu parler des Bouches-du-Rhône... Sérieusement les données sont-elles compatibles avec celles futures ou existantes d'autres régions/pays? ( je ne parle pas du format http://dataprovence.cloudapp.net/Developers/Index )

Corrigez moi si j'ai mal compris mais je crois qu'ils attendent d'applications presque gratuite l'apparition d'un effet buzz !! Faut pas rêver.
Avatar de Robbin Hoodz Robbin Hoodz - Membre du Club https://www.developpez.com
le 12/12/2013 à 17:13
Donc dans le cas ou 6 application mobiles sont en effet selectionnée et 'subventionnées' avec tout les bonus possibles, on arrive a un total de 6 * (500 + 150) = 3900€

Soit environ le salaire brut d'un développeur pour un mois. Ce qui selon moi correspond au temps de travail minimum pour développer proprement une application mobile digne de ce nom.

J'ai l'impression qu'il y a pas mal de gens qui confondent encore libre et gratuit.
Avatar de DonQuiche DonQuiche - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 12/12/2013 à 23:32
Citation Envoyé par valkirys  Voir le message
En quoi faire une appli mobile est innovant ?

Les applis mobiles à portée locale ne sont pas encore légion, loin de là, que ce soit en France ou dans le Monde. De même que les bases de données publiques sur les hôtels et restaurants ne se bousculent pas encore à ma connaissance.

le prix et ridiculement bas et il n'y a pas de vrai politique de commercialisation.

Il me semble qu'il y a méprise car les Bouches-du-Rhône n'ont pas vocation à être un éditeur logiciel. C'est un partenariat, il n'y a aucune ambiguïté : un individu ou une équipe crée une appli gratuite (évidemment, c'est de toute façon ce qui rapporte le plus aujourd'hui sur mobiles) et obtient avant tout du département un label et de la publicité. Le petit chèque n'est là qu'en bonus pour l'étudiant qui souhaiterait se faire la main.

Le profit sera, comme toujours, issu des données des utilisateurs ou de la publicité, y compris les partenariats signés pour, par exemple, mettre en avant telle table ou tel hôtel.

Donc, non, ce n'est pas développer une appli pour 500€, je ne comprends pas cette vision des choses.

Sérieusement les données sont-elles compatibles avec celles futures ou existantes d'autres régions/pays?

Tu ne vas quand même pas leur reprocher le manque de standards pour l'open data ? On peut faire mieux mais tout n'est pas de leur faute et ils font déjà mieux que 80% des acteurs de l'open-data. Ce qui n'est pas difficile.
Avatar de valkirys valkirys - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 13/12/2013 à 13:52
Citation Envoyé par DonQuiche  Voir le message
Donc, non, ce n'est pas développer une appli pour 500€, je ne comprends pas cette vision des choses.

Je vois cela, j'essaie d'être plus clair :

Les applis mobiles à portée locale ne sont pas encore légion, loin de là, que ce soit en France ou dans le Monde. De même que les bases de données publiques sur les hôtels et restaurants ne se bousculent pas encore à ma connaissance.

Êtes-vous allez sur leur site? il y a une appli "Esplorea Guide de voyages " qui date de juin 2013 publiée par 1CPARABLE et qui utilise les datas de la région.
Le site de l'appli http://www.esplorea.com/ on lit :
Explorez vos régions
Avec simplicité, efficacité, et avec le sourire

La société 1CPARABLE :
Siège social : 10 Rue du Grand Condé, 57100 THIONVILLE

Bref l'étudiant qui développe dans son garage faut l'oublier, pour envisager quelques développements il faut au moins se mettre au niveau national.

Tu ne vas quand même pas leur reprocher le manque de standards pour l'open data ? On peut faire mieux mais tout n'est pas de leur faute et ils font déjà mieux que 80% des acteurs de l'open-data. Ce qui n'est pas difficile.

J'aime bien avoir sous les yeux des choses concrètes, ici la pérennités des données et la possibilité d'évolution du produit.
Même si l'appli fonctionne et se vend bien, quelles seront les coups d'adaptation future, enfin si "l'étudiant" veut bien maintenir l'appli plus de six mois!

Il me semble qu'il y a méprise car les Bouches-du-Rhône n'ont pas vocation à être un éditeur logiciel. C'est un partenariat, il n'y a aucune ambiguïté : un individu ou une équipe crée une appli gratuite (évidemment, c'est de toute façon ce qui rapporte le plus aujourd'hui sur mobiles) et obtient avant tout du département un label et de la publicité. Le petit chèque n'est là qu'en bonus pour l'étudiant qui souhaiterait se faire la main.

J'ai relu l'interviou, mais où est donc la partie commerciale?
Le discourt est "faites une appli avec de l'open data, car l'open data c'est cool" ( je caricature un peu j'avoue ), justement j'aimerais bien comprendre l'action des Bouches-du-Rhône en matière de publicité pour le grand public.
Certes l'article s'adresse à des dev, ce n'est pas une raison pour éluder les autres aspects (publicitaires, partenariats,...) du projet.
les Bouches-du-Rhône n'ont pas vocation à être un éditeur logiciel

Ils auraient besoin de conseils pour la réalisation de projet informatique je pense.
Le profit sera, comme toujours, issu des données des utilisateurs ou de la publicité, y compris les partenariats signés pour, par exemple, mettre en avant telle table ou tel hôtel.

Allez sur le site et regardez sur le playstore (j'ai pas regardé les autres stores) le nombre de téléchargement d'applis qui a première vu sont sympa vous verrez qu'il ne peut pas avoir de profit.
exemple :
parking13 https://play.google.com/store/apps/d...=com.park.in13 télécharger entre 10 et 50 fois pour une appli du début d'année.
TerroirCaisse https://play.google.com/store/apps/d...lyLmNhaXNzZSJd télécharger entre 50 et 100 fois pour une appli d'un an, développez par quatre personnes.

Désolé, mais pour moi on ne fait une appli que si elle a un potentiel de vente et que ce potentiel soit exploité.
Offres d'emploi IT
Responsable protection des données H/F
Safran - Ile de France - Magny-les-Hameaux (78114)
Ingénieur analyste programmeur (H/F)
Safran - Auvergne - Montluçon (03100)
Responsable transverse - engagement métiers H/F
Safran - Ile de France - Corbeil-Essonnes (91100)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil