Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Ingénieur, où est passée ta conscience ?
Quel est le degré de responsabilité des ingénieurs derrière les outils d'espionnage gouvernementaux ?

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

5  4 
Depuis quelques mois déjà, l'actualité IT parle de la NSA et de ses programmes d'écoutes, suivant le rythme des révélations d'Edward Snowden. Les réactions se multiplient pour pointer un doigt accusateur vers la « méchante » agence américaine de renseignements qui n'hésite pas à bafouer la moindre liberté civile au nom de son combat contre le terrorisme. Mais qui s'est déjà intéressé aux ingénieurs derrière les lignes de codes ? Les algorithmes qu'ils ont développés pour extraire des informations spécifiques dans une large quantité de données supposée impénétrable démontre un haut niveau de connaissance technologique. Savaient-ils à quoi leurs algorithmes allaient servir ? Si non, auraient-ils dû s'inquiéter d'une potentielle mauvaise utilisation ? Quoiqu'il en soit, sont-ils en partie aussi responsables que la NSA ou peut-on considérer qu'ils « faisaient juste leur travail » ?

Bien sûr ces questions ne sauraient simplement s'arrêter à ce corps de métier. Il serait légitime par exemple de se demander si les connaissances d'experts dans un domaine en particulier venaient à être utilisées dans un domaine moralement répréhensible, devraient-ils eux aussi être mis en cause ou devraient-ils juste être considérés comme simples exécutants ?

Dans le monde tel que nous le connaissons aujourd'hui, la société associe des valeurs morales à certains métiers à l'instar de la médecine où les professionnels sont censés aider les gens ou encore la justice. Mais qu'en est-il de la technologie ?

Au 19e siècle, lors de l'avènement de l'ingénierie moderne, la société percevait la technologie comme nécessaire à son évolution. Les ingénieurs étaient alors responsables de la gestion des « grandes sources d'énergie dans la nature afin que l'homme puisse en disposer à sa convenance » expliquait le « UK Institution of Engineers » publié en 1828. De plusieurs façons, les ingénieurs ont contribué à l'amélioration de la vie et à la construction du monde moderne tel que nous le connaissons. Pourtant, aujourd'hui, les ingénieurs sont plus préoccupés par l'aspect technique et gestion du métier (conception d'algorithmes, construction de machines, etc.) que par le contexte de déploiement du fruit de leurs efforts et les éventuelles conséquences.

John Rogers, ingénieur de matériaux (qui s'occupe de la synthèse de matériaux) diplômé de l'Université de l'Illinois a inventé un appareil électronique révolutionnaire comme l'a reporté le journal Science ; en 2011 lui et ses collègues ont créé un circuit intégré en silicone avec les mêmes propriétés mécaniques que la peau. Comme la peau, ce circuit s'étire et reprend sa position initiale lorsqu'on tire dessus et qu'on le lâche. Il résiste à l'eau et peut récolter des ondes radio pour mesurer la température de la peau, le taux d'hydratation et même les signaux électriques du cerveau et du cœur. Le New Yorker magazine lui a alors demandé si cette invention était pour l'avancement de l'humanité ou si elle nous transformerait en robots sans âmes. Il a simplement répondu « les gens devraient y penser. Mais à la base je suis juste un ingénieur ».

Source : ICE, New Yorker magazine

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de r0d
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 06/12/2013 à 12:30
Qu'en pensez-vous ?
Cette question est vieille comme le néo-cortex. Pour ma part, je fait mienne la célèbre citation de Rabelais: "science sans conscience n'est que ruine de l'âme".

Je ne connais pas la situation des ingénieurs de 1828, mais aujourd'hui, force est de constater que l'ingénieur n'a plus qu'un rôle technique. Parfois un peu comptable (souvent il faut prendre en compte les coûts des solutions qu'on propose), mais c'est tout. Et ce confinement n'est pas le fait des ingénieurs eux-même. Que l'on soit ingénieur ou pas, la majorité d'entre nous aimeraient pouvoir participer aux décisions de leurs entreprises, en tout cas pour ce qui est des questions morales et/ou éthiques.

Mais ce problème ne se cantonne pas qu'aux ingénieurs. J'ai le sentiment qu'aujourd'hui, les entreprises ne peuvent pas se permettre de prendre en compte des considérations autres que celles qui sont d'ordre financier. Même en haut de la pyramide: imaginez le PDG de Total qui s'opposerait à l'exploitation des ressources fossiles (gaz et pétrole essentiellement) de l'Arctique*. Non seulement il serait immédiatement expulsé, car une telle position irait clairement à l'encontre des intérêts des actionnaires. Mais en plus, si Total ne le fait pas, ses concurrents ne se priveront pas de le faire.

Donc, encore une fois, il s'agit d'un problème politique.

My 2 cts.

* A cause de la fonte des glaciers de l'Arctique, de nouvelles opportunités d'exploitations, en minerais et hydrocarbures, se présentent. La ruée a déjà commencé.
11  0 
Avatar de zaventem
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 09/12/2013 à 17:43
Ce que j'aime avec cette question, c'est que, l'air de rien, on établit qu'il y a les gentils (auxquels appartient celui qui la pose) et les méchants.

Malheureusement pour moi, mon monde est plus compliqué que cela et il y a une série de questions que je suis heureux de ne pas devoir me poser de manière concrète.

Est-ce mal de travailler sur le guidage d'un missile si c'est pour le rendre plus précis et minimiser les risques d’atteindre les civils à coté de la cible? Est-ce mal de chercher de nouvelles techniques d'extraction de pétrole qui pollueront toujours mais un peu moins que les actuelles? etc.

Accuser d'emblée ceux qui répondent non à ces questions de ne pas se soucier des conséquences de leurs actes et de rechercher le seul défi technique me semble un peu facile.
9  0 
Avatar de Fredich
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 13/12/2013 à 22:07
Questions intéressantes et essentielles à mon sens

Ça me fait penser au procès Eichmann (vous savez ce fonctionnaire SS qui a envoyé à la mort 5 Mo de juifs en "faisant bien son travail" et les thèses d'Hannah Arendt sur la banalité du mal

Elle estime qu'Eichmann, loin d'être le monstre sanguinaire qu'on a décrit, est un homme tristement banal, un petit fonctionnaire ambitieux et zélé, entièrement soumis à l'autorité, incapable de distinguer le bien du mal. Eichmann croit accomplir un devoir, il suit les consignes et cesse de penser. C'est ce phénomène qu'Arendt décrit comme la banalité du mal. Il ne s'agit pas de le disculper : pour Arendt, cette attitude est impardonnable, et Eichmann est coupable.

Ce concept pose des questions essentielles sur la nature humaine : l'inhumain se loge en chacun de nous. Dans un régime totalitaire, ceux qui choisissent d'accomplir les activités les plus monstrueuses ne sont pas si différents de ceux qui pensent en être incapables. Continuer à « penser » (c'est-à-dire s'interroger sur soi, sur ses actes, sur la norme) est la condition pour ne pas sombrer dans cette banalité du mal ou encore dans la « crise de la culture ». Dans un régime totalitaire, cela est rendu plus difficile par l'idéologie, la propagande et la répression.


Pour moi le "je faisais juste mon travail" n'est pas une excuse recevable.

Fred
10  1 
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 10/12/2013 à 11:19
Citation Envoyé par JackJnr Voir le message
Mais quant à dire qu'on rentre chez Dassault (pour l'exemple) pour rendre le monde meilleur et plus harmonieux en faisant en sorte que les missiles tuent moins de personnes alors laisse moi te dire que je suis choqué. A t'entendre on prendrait presque ces gens pour des humanistes et on devrait les remercier d'exister (d'un point de vue moral je précise).
Je comprends aussi ton point de vue, mais je ne suis pas entierement d'accord :
Dassault, comme Thales ou tant d'autres, ne fabrique pas que du materiel militaire : il y a toute une branche civile, qui tire profit des developpements faits pour le militaire.

Et si je pousse juste un peu plus ton raisonnement, je crains qu'on ne se retrouve tous au chomage vite-fait :
On evite tout ce qui est secteur petrolier, qui pollue enormement et tout et tout
Le systeme bancaire, entre le trading haute frequence et le trading de matiere premiere, les differents scandales et le fait qu'ils soient a la source de la crise des subprimes, on oublie aussi.
Les telecoms, c'est pas mieux : les telecommunications sont clairement un enjeu strategiques dans les differents conflits armes, et vu ce qu'a fait la NSA, il est probable que certains operateurs ne soient pas blanc comme neige.
Tous les gens qui font du developpement reseau, rentrez chez vous : il est clair que ce que vous faites pourrait etre utilisé pour faire du DPI (deep packet inspection), qui va servir a des gouvernements a espionner les ennemis du regime en place.
Le spatial est clairement militarise, et d'ailleurs EADS a une grosse branche militaire, donc hop, la aussi on oublie.
etc etc...

C'est en ca qu'il est difficile d'avoir une conscience "generale", et que chacun doit voir midi a sa porte. Certains refuseront de bosser pour une entreprise qui a une branche militaire, d'autres refuseront de travailler pour une branche specifique mais pas pour le groupe, etc...
Et il ne faut pas oublier aussi que de tres nombreuses avancees civiles sont issues du domaine militaire -- sans pousser jusqu'a des domaines comme la cryptographie.

Apres, on peut se demander si c'est bien raisonnable, mais c'est autre chose.
8  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 11/12/2013 à 10:48
Citation Envoyé par landry161
L'ingénieur c' est celui qui pense,innove, trouve des solutions.Pour ce qui est de l'utilisation de ses inventions libre cours a chacun d'en faire ce qu'il veut
C'est clair. L'ingénieur il dit : alors, j'ai inventé un truc, ça se tient comme ça, quand vous appuyez là, une explosion se produit et un projectile très pointu par à toute vitesse en ligne droite. Voilà, je vous le laisse-là, j'ai pas encore trouvé à quoi ça pourrait servir, mais c'est normal, je ne suis qu'ingénieur.


C'est comme le mec qui découvre l'énergie atomique et son invention aurait été "détournée" pour faire des bombes. Mais bien sûr...
On nous a déjà fait le coup avec Nobel et la dynamite : alors j'ai créé un truc qui sert à creuser des trous. Par contre c'est un peu dangereux, faut pas rester à côté. Mon frère est mort dans une explosion avec 4 autres personnes. Quoi ? Des gens s'en servent pour tuer volontairement ? Je suis outré ! Ah la la ! La nature humaine est vraiment horrible !
8  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 06/12/2013 à 11:53
Des ingénieurs ont créé la mitrailleuse et le char d'assaut, donc la conscience...
8  1 
Avatar de qi130
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 06/12/2013 à 16:12
Je crois que tous les points de vue déjà énoncés sont recevables

J'y ajoute la propension de l'humain à détourner ses propres créations de leur finalité première.

Et puis, il y a aussi le syndrome "Rivière Kwaï" : orgueil, vanité ou cupidité (et autres du même acabit) obscurcissent la conscience.
6  0 
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 06/12/2013 à 16:14
Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Je pense que la très grande majorité des ingénieurs n'avait aucune idée du but du programme sur lequel ils travaillaient.
Afin de protéger au mieux les secrets, la Défense fragmente au maximum les projets.
A tel point que l'ingénieur n'a aucune idée du but final du petit bout de programme qu'il développe (ça peut très bien servir aux radars ou au guidage d'un missile comme à la localisation des toilettes sur le porte avion).
C'est peut-etre vrai pour certains programmes, mais lorsque tu travailles pour la DGA (Direction Generale de l'Armement), tu peux te douter qu'il y a une chance que ton travail soit utilise pour quelque chose qui tourne autour des armes.
De meme, lorsque tu travailles pour Total, c'est en connaissance de cause : tu sais que c'est un petrolier, et que non ce n'est pas Greepeace.

Apres, il est beaucoup plus facile d'avoir des etats-d'ame lorsqu'on a un travail et un toit que lorsqu'on est (presque) a la rue.


La conscience est certes l'affaire de chacun, mais la société n'accorde aucune valeur ou existence à l'éthique de l'ingénieur.
C'est parce que la societe n'evolue pas assez vite
C'est bien de vouloir comparer au 19eme siecle, mais il faut bien voir ce qu'ingenieur representait a l'epoque et aujourd'hui : je n'ai pas les chiffres de l'epoque, mais aujourd'hui, ingenieur, c'est 8% d'une classe d'age me semble-t-il.

Reste donc la conscience de l'individu.
6  0 
Avatar de psychadelic
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 06/12/2013 à 17:56
Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Je pense que la très grande majorité des ingénieurs n'avait aucune idée du but du programme sur lequel ils travaillaient.
Afin de protéger au mieux les secrets, la Défense fragmente au maximum les projets.
A tel point que l'ingénieur n'a aucune idée du but final du petit bout de programme qu'il développe (ça peut très bien servir aux radars ou au guidage d'un missile comme à la localisation des toilettes sur le porte avion).

Seuls quelques hauts placés effectuent l'assemblage du puzzle pour l'utilisation finale.

Ensuite, jamais à aucun moment au cours de mon cursus, il n'a été question, même vaguement, d'un cours de moral ou d'éthique de l'ingénieur.
Les médecins et les avocats prêtent serments, pas les ingénieurs.
La conscience est certes l'affaire de chacun, mais la société n'accorde aucune valeur ou existence à l'éthique de l'ingénieur.
c'est complétement faux, les ingés qui travaillent sur les systèmes militaires savent complétement ce sur quoi ils travaillent.

Un missile coute suffisamment cher (un exocet coute entre 0,4 et 1,5 M€ => http://fr.wikipedia.org/wiki/Exocet_(missile) ) pour qu'on évite de compartimenter l'information et avoir un truc fou et incontrôlable à l'arrivé.

Quand aux ingénieurs qui travaillent sur ce genre de produit, ils ont tous obligatoirement une Habilitation de sécurité militaire, et doivent prêter serment7 => http://fr.wikipedia.org/wiki/Habilit...rité_en_France.

Alors forcément , crois moi, bien qu'avant de ce lancer dans ce type de métier, ils se posent tous la question de savoir si cela leur pose un cas de conscience.

De toutes façons, avant d'obtenir une habilitation, il y a enquêtes sur la personne et ses proches; bref tout un processus qui est loin d'être anodin et irréfléchi.
6  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 09/12/2013 à 10:49
Citation Envoyé par transgohan
Il doit faire quoi le gars qui travaille sur une chaine de production de couteau de table ?
Non parce qu'autant mon premier scénario est assez rare, autant des fous furieux qui tuent dans les rues avec un couteau c'est déjà plus fréquent.
Et le marchand de fusil de chasse ?
Et le boucher ? Dois-t-il mettre une porte blindée et des droits d'accès restreins pour protéger ses couteaux pour éviter leur mauvaise utilisation ?
Et le marchand de voiture ? Doit-il démissionner si la voiture qu'il a vendu a servi dans un accident mortel ?

Enfin bref... Je pense avoir bien résumé la situation...
Il existe des armes potentielles partout autour de nous.
Tu as un peu trop escamoté le mot "potentielles"...
Un couteau de boucher est une arme potentielle. Un fusil est une arme tout court.
Un couteau de boucher est fait pour découper de la viande, certains s'en servent pour tuer. Une arme est faite pour tuer tout court. Tout ceux qui portent une arme ne tueront pas forcément, mais elle est conçue pour ça.

Quand on conçoit une voiture, on ne réfléchit pas à comment elle pourrait faire un maximum de dégâts en cas d'accident. En fait c'est plutôt le contraire.
Quand on conçoit un flingue, on fait en sorte que la balle pénètre bien les chairs, que certaines munitions explosent une fois à l'intérieur, etc.
Alors oui, depuis quelques temps on cherche à tuer sans faire souffrir, mais on cherche à tuer quand même.

D'autre part, vous devez vous dire que l'équipement militaire que vous contribuez à fabriquer est utilisés par l'armée française, une armée responsable, et pas un dictateur. Mais quand ces technologies-là sont dépassées et qu'une nouvelle génération arrive, on retrouve l'ancienne génération sur un marché parallèle qui va équiper des pays ou des groupes moins recommandables que l'armée française.
Avant d'être l'arme la plus utilisée et la plus bon marché, le AK-47 était une arme de pointe, conçue et utilisée par l'armée. Maintenant qu'elle est périmée, elle équipe la plupart des guérillas et des terroristes.

Citation Envoyé par transgohan
Dois-je rappeler que l'arme nucléaire est une arme de dissuasion ? Ai-je besoin de sortir un dictionnaire pour ce terme ?
=> Cela n'a pas vocation à être utilisé.
Ouais, enfin, une punition qui n'est jamais appliquée est totalement inefficace.
Dans ce cas pourquoi continuer à en fabriquer ? Je veux dire, tout le monde sait qu'on a la bombe, tout le monde sait que les américains ont la bombe, ils l'ont déjà montré. Ça reviendrait pas au même de faire croire qu'on en fabrique ?
A quoi ça sert à part pouvoir dans un dernier recours faire tout péter si quelqu'un d'autre fait tout péter ?

Citation Envoyé par gangsoleil
Apres, il est beaucoup plus facile d'avoir des etats-d'ame lorsqu'on a un travail et un toit que lorsqu'on est (presque) a la rue.
Je ne crois pas que dans notre métier bosser pour l'armement soit un dernier recours. C'est pas le chômage ou la DGA. Au contraire, ceux qui bossent pour l'armement sont plutôt les plus calés.
Sinon ça voudrait dire que le matériel le plus dangereux est fabriqué par des ingénieurs qui n'ont pas réussi à trouver autre chose, et c'est plutôt inquiétant.
6  0