Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

France : la justice ordonne le blocage de seize sites de streaming
Cette mesure est-elle efficace pour combattre le piratage ?

Le , par Stéphane le calme

23PARTAGES

1  0 
Le tribunal de grande instance de Paris a ordonné jeudi aux FAI et aux principaux moteurs de recherche de bloquer seize sites de streaming. Pour la justice, il ne faisait aucun doute que les professionnels du cinéma avaient su démontrer que le réseau allostreaming était « entièrement dédié ou quasiment dédié à la représentation d'œuvres audiovisuelles », portant atteinte aux droits d'auteur.

Le jugement contraint donc les fournisseurs d'accès Orange, Bouygues Télécom, Numéricable, Free, SFR et Darty Télécom à « mettre en œuvre et/ou faire mettre en œuvre [...] toutes mesures propres à empêcher, à partir du territoire français [...], l'accès par tout moyen efficace et notamment par le blocage ». Ainsi, Allostreaming, Alloshowtv, Fifostream et Dpstream et leurs déclinaisons.

Aux moteurs de recherche de Google, Microsoft, Yahoo! et Orange, le tribunal ordonne de « prendre ou faire prendre toute mesure utile en vue d'empêcher sur leurs services l'apparition de toute réponse et tout résultat renvoyant vers l'une des pages » de ces sites.

Des directives qui doivent s'appliquer « sans délai et au plus tard dans les quinze jours à compter de la signification de la présente décision et pendant une durée de douze mois à compter de la mise en place des mesures ».

Les organisations professionnelles du cinéma ont salué cette « étape décisive dans la lutte contre le piratage des films sur Internet ». Le jugement « reconnaît le bien-fondé de la démarche contraignant les fournisseurs d'accès à Internet et les moteurs de recherche à coopérer avec les ayants droit » expliquent-elles.

La réaction des internautes n'a pas tardé à se manifester. Certains proposent aux novices en la matière des solutions comme passer par un proxy ou transiter par un VPN pour simuler une connexion internet depuis un autre pays. Par ailleurs, les mesures de blocage sont souvent contournées par l’apparition de sites dits « miroirs », répliquant les contenus illicites, qui peuvent être mis en ligne par les responsables du premier site ou des internautes.


Pour faire bloquer ces sites, il a fallu des années à l'Association des producteurs de cinéma (APF), à la Fédération nationale des distributeurs de films (FNDF) et au Syndicat de l'édition vidéo numérique (SEVN), qui ont lancé à la fin de 2011 cette vaste offensive judiciaire contre le piratage sur Internet. Ils ont ensuite été rejoints par l'Union des producteurs de films (UPF) et le Syndicat des producteurs indépendants (SPI). La création d'un nouveau site miroir se compte en heures.

Pour Jérémie Zimmermann, porte-parole de la Quadrature du net, organisation de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, « cette mesure est inefficace. Allostreaming a fermé en janvier 2012. Les gens qui l’utilisaient sont déjà sur d’autres sites. »

Sources : Le Figaro, La Quadrature, Tweet

Et vous ?

Que pensez-vous de cette mesure ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ptigrouick
Membre actif https://www.developpez.com
Le 30/11/2013 à 17:39
Ce sont des ânes qui jouent un très dangereux. Cela n'aura absolument aucun effet contre le piratage, mais par contre c'est le début d'une censure du net qui nous amène sur le chemin des pires dérives "à la chinoise".
10  0 
Avatar de Mr_Exal
Membre expert https://www.developpez.com
Le 06/12/2013 à 9:17
Citation Envoyé par FelipeVervena Voir le message
La justice ???
Quelle justice, celle du pognon ?
Donc si tu vends un produit et que j'en fais une contrefaçon tu ne feras rien car tu es un gentil hippie qui vit d'amour et d'eau fraîche?

Que les copyrights soient abusés soit, que les ayants droits abusent de leur droit soit. Mais pour le créateur de l'oeuvre originale il est tout à fait légitime qu'il puisse tenter (oui je dis bien tenter) de protéger ce qu'il créer.
3  0 
Avatar de Chauve souris
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 02/12/2013 à 12:11
Citation Envoyé par Mr_Exal Voir le message
Il y avait pas une espèce gigantesque "pare-feu" que la CE voulait mettre au dessus de l'Europe ?

De toute façon à l'heure d'aujourd'hui on n'a plus internet mais des internets ...
C'est sûr que ça va s'ensevelir, d'où mon analogie avec les tranchées. Ca va crypter à tout va, même pour les photos de familles (d'autant que si le petit dernier est photographié à poil ça serait de la pédophilie). Les intranets vont devenir communiquant en VPN. Bref le niveau technologique réseau va progresser, même chez les petites familles.
1  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/12/2013 à 13:53
Bon ben ça y est, la France entre de plein pieds dans le club de moins en moins fermé des pays qui bloque une partie du web. D'autres membres éminents : la Corée du Nord, la Chine, l'Iran, les Etats-Unis, la Biélorussie...

Entre ça, la surveillance généralisée par la NSA, HADOPI et les flicages par réseaux sociaux interposés, l'ère du net comme espace de liberté me parait clairement terminée.
3  2 
Avatar de YvesT75
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 02/12/2013 à 14:16
Citation Envoyé par YvesT75 Voir le message
Toujours l'approche barricadage, défiance de tous les côtés.

Si cela a parfaitement du sens en ce qui concerne les messages, peutêtre ne pas oublier que le contenu, ce dont il est question dans cet article, ce sont avant tout des PUBLICATIONS.

Juste quelques points à ajouter et plus d'édition disponible, mais rappelons quand même certaines banalités :

- Une publication est par définition publique, y compris sa référence
- Quand une publication est visée par la censure, c'est l'auteur qui est visé, et éventuellement l'éditeur et diffuseurs
- En ce qui concerne les publications, ce qui est privé pour un lecteur (qui bien sur peut aussi être auteur), c'est sa bibliothèque personnelle, ou autrement dit la liste des publications qu'il a consulté "possède" (posséder une publication ne veut pas dire grand chose du point de vue d'un lecteur, cf premier point)
1  0 
Avatar de FelipeVervena
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 06/12/2013 à 0:05
La justice ???
Quelle justice, celle du pognon ?
2  1 
Avatar de jmoutsinga
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 06/12/2013 à 9:51
En l'occurence, l'Association des producteurs de cinéma (APF), la Fédération nationale des distributeurs de films (FNDF) et le Syndicat de l'édition vidéo numérique (SEVN) ne sont pas des créateurs. Juste une bande d'exploiteur qui n'a pas su prendre le virage numérique et qui continuent de s'accrocher à un modèle d'un autre siècle.

Il serait tant pour eux d'investir dans un modèle qui marche (site légaux d'achat de film dématérialisés à un prix raisonnable) plutot que de gaspiller de l'argent au près des tribunaux et avocats...
1  0 
Avatar de jumpers
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 06/12/2013 à 12:05
"Cette mesure est-elle efficace pour combattre le piratage ?
réponse rapide et efficace : NON !

avec des explications :
pourquoi ? parce que :
1 : je ne mate pas en streaming.
2 : les communautés de partage sont bien plus puissantes, rapide et intelligentes que tout ces connards du gouvernement, qu'il soit francais, belge, ou tout ce que vous voulez.
3 : prenons l'exemple des cinémas/CD/DVD, la fermeture et le blocage de certains gros sites de partage (que ce soit DDL ou Torrents) n'ont rien changé au problème.

c'est (généralement) pas une question de radin ou autre, mais une question de MOYENS, je vais prendre l'exemple d'une connaissance :
ils sont a deux, mariés, sont proprio d'une maison, ont deux boulots temps plein, deux bagnoles parce que pas le choix et deux gosses.
leurs salaires sont misérables, une maison coute cher a entretenir, les deux voitures aussi, les gosses également.
ils vont rarement au cinéma, parce que payer 9 par place adulte, et 8€ par place enfants, ça fait 38€, comptez en plus les crasses hors de prix vendues avant d'entrer en salle, ça monte très vite. (souvent une case obligatoire avec des gosses...)
un DVD coute en moyenne 20€, un CD entre 10€ et 25€ selon les boites de prod et l'artiste.

tout ça pour dire, vous aurez beau fermer tout les sites que vous voulez, bloquer tout les sites qui vous chantent, avec des prix de malades comme ça, avec l’état financier général des gens, votre objectif de faire de la thune, il est inaccessible.
1  0 
Avatar de YvesT75
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 30/11/2013 à 17:02
Si lutte anti piratage, l'approche "contre les centres"(IP pas DNS) est bien évidemment la seule valide, et permet rappelons le de se foutre entièrement des flux utilisateurs.

http://iiscn.wordpress.com/2011/05/1...ge-hadopi-etc/

Et peut-être aussi ne pas oublier qu'il y a aussi des centres dans le "pair à pair" du fait du besoin de catalogues, et que souscrire aux hypocrisies geekounettes à ce sujet n'est pas forcément obligatoire. Le piratage zéro n'ayant par ailleurs strictement aucune importance.

Mais beaucoup plus important serait de comprendre que l'offre légale (amz, gg play, ultraviolet etc) sort actuellement de l'approche "fichier et copies" pour passer à "écritures de droits d'accès sur profils utilisateurs", et que si l'on considère que le fait que cela se termine en 2 ou 3 monstres n'est pas forcément souhaitable, avec en plus perte complète de confidentialité sur les bibliothèques persos, alors c'est surtout un nouveau rôle qui est nécessaire :

http://iiscn.wordpress.com/2013/10/1...legale-resume/

Ce qui permettrait aussi un rééquilibrage des pourcentages, et sortie des postions ultra dominantes des quelques majors de la techno vis à vis des éditeurs ou "gens du contenu" en général.
(et pari nécessaire : très fortes baisse des prix, mais plus "grosses" bibliothèques (vidéos, disco, ludo, sito, etc thèques chez chacun)

Et sans oublier aussi qu'exactement les mêmes comptes (et tenanciers), pourraient être utilisés dans la problématique "net identity", en particulier pour tout ce qui tourne autour de "se loguer avec mon compte machin", où la direction "ID unique par utilisateur partagé entre les services" n'est en rien nécessaire techniquement, et devrait même être évitée à tout prix. A ce sujet :
http://iiscn.wordpress.com/2011/06/2...mauvaise-idee/
0  0 
Avatar de Zilpix
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 30/11/2013 à 17:04
Certains proposent aux novices en la matière des solutions comme passer par un proxy ou transiter par un VPN pour simuler une connexion internet depuis un autre pays. Par ailleurs, les mesures de blocage sont souvent contournées par l’apparition de sites dits «miroirs» répliquant les contenus illicites, qui peuvent être mis en ligne par les responsables du premier site ou des internautes.
Comme quoi leurs mesures de blocage ont l'air très efficaces !

+1 pour Jérémie Zimmerman et la Quadrature du net
1  1