Google voit dans les MOOC une solution pour apprendre aux éducateurs
à enseigner la programmation aux enfants

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Sous la houlette de la ScratchEd Team de l'université de Harvard et sponsorisé par des fonds en provenance du programme CS4HS de Google, l'édition 2013 du Creative Computing Online Workshop (littéralement atelier en ligne d'informatique créative) a été lancée le 03 juin dernier. Sur une durée de six semaines, des MOOC étaient disponibles pour « les éducateurs qui veulent en savoir plus sur l'utilisation de Scratch et soutenir la pensée de calcul dans la salle de classe et d'autres environnements d'apprentissage ». Pour rappel, le sigle MOOC signifie massive open online course. En clair, il s'agit d'une formation en ligne ouverte à tous.

Mis sur pied en 2007, Scratch est un environnement de création libre pour les médias interactifs qui possèdent une large communauté pour les partager. Les utilisateurs de Scratch se comptent par centaines de milliers et, pour la plupart, leur âge se situe entre 8 et 18 ans. A l'heure actuelle plus de 3 millions de projets ont été créés et partagés par la communauté Scratch. La dernière mise à jour de l'environnement qui date de mai 2013 comprend un nouvel environnement de projets de création web ainsi que de nouvelles fonctionnalités comme le clonage ou les blocs personnalisables. Il convient toutefois de préciser que CCOW n'est pas basé uniquement sur l'utilisation de l'outil Scratch.


Selon Google, l'opération CCOW a été un succès car il y a eu « 2600 participants, qui ont créé plus de 4700 projets Scratch, et ont participé à 3500 forums de discussion, par rapport à la classe "physique" qui s'est tenue l'année dernière, qui a pu réunir seulement 50 éducateurs. »

Les professeurs n'étant pas tenus d'y participer, une question légitime qu'il faudrait se poser par la suite est « comment mesurer la qualité/pertinence de cette formation sur l'enseignement ? ». De plus, Google ne publie pas de rapport sur le ressenti des participants. Nous ne savons donc pas s'ils sont par exemple impatients de participer à la prochaine édition ou s'ils ne veulent plus en entendre parler du tout. Quoiqu'il en soit, pour Google, cette façon de faire constitue un atout indéniable dans l'enseignement de la programmation aux enfants : si vous mettez un bon contenu en ligne, beaucoup de gens vont le lire et certains d'entre eux pourront même y participer.

Sources : Creative Computing, blog Google For Student

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Avez-vous déjà suivi/proposé des cours en ligne ? Qu'en avez-vous pensé ? L'association avec un outil tel que Scratch apporte-t-elle, selon-vous, une différence fondamentale dans la formation d'un éducateur ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de pvincent pvincent - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 06/12/2013 à 9:49
Ce qui m'amuse, c'est que je suis tombé dans Wikipedia sur MOUK http://en.wikipedia.org/wiki/Mouk
Je pense que ces animations doivent être de bien meilleure qualité que les images médiocres produites avec scratch..

Plus sérieusement, j'ai peur du syndrome "PowerPoint" qui consiste à accorder bien trop d'importance à la forme plutôt qu'au fond.
Offres d'emploi IT
Expert décisionnel business intelligence H/F
Safran - Ile de France - Évry (91090)
Ingénieur développement fpga (traitement vidéo) H/F
Safran - Ile de France - 100 rue de Paris 91300 MASSY
Ingénieur conception en électronique de puissance H/F
Safran - Ile de France - Moissy-Cramayel (77550)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil