Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une startup lance la plateforme Bribe
Un moyen de « soudoyer » les développeurs pour corriger et améliorer les logiciels open source

Le , par Cedric Chevalier

21PARTAGES

5  0 
Récemment la Free Software Foundation lançait un appel aux utilisateurs afin qu’ils puissent contribuer aux différents projets de logiciels libres. Dans le même ordre d’idée, une startup du nom de Bribe vient de lancer une initiative pour encourager les développeurs des projets open source.

Tout part d'un constat simple: pour certains, sinon la grande majorité des logiciels open source, il y a très peu de développeurs pour assurer leur maintenance. En effet, la plupart mettent leur temps libre à contribution. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle certains logiciels open source ont très peu de contributions.

Que faire pour impliquer davantage les développeurs dans les projets open source ? C’est la raison d’existence de Bribe. Le mécanisme proposé par la Startup passe par l’attribution d’une valeur monétaire aux différents éléments liés au développement open source comme la publication de correctifs de bogues, de sécurité ou encore l’ajout de nouvelles fonctionnalités.

Concrètement, si pour un logiciel open source quelconque, un utilisateur lambda a besoin d’une nouvelle fonctionnalité, il peut utiliser la plateforme de Bribe pour soumettre son besoin et proposer par la même occasion une récompense en espèce pour le ou les développeurs qui contribueront à faire apparaître cette nouvelle fonctionnalité dans le logiciel open source.

L’avantage d’un tel système est qu’il permet virtuellement à n’importe quel développeur de toucher une récompense pour sa participation à un projet open source. Le même concept s’applique pour la publication de correctifs de sécurité et bien d’autres.

La startup est encore à ses débuts, on espère tout simplement qu’elle pourra réaliser son objectif le plus rapidement possible.

Source : Bribe

Et vous ?

La méthode proposée par Bribe peut-elle avoir un impact positif sur le développement des logiciels open source ?

Sinon qu'auriez-vous proposé à la place ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Carhiboux
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 25/11/2013 à 15:47
Je suis sur que la NSA pourrait être intéressée par l'idée. Je vois l'annonce d'ici :

"Grande agence américaine, souhaite intégrer backdoor dans les projets open-source.

10 000$ pour chaque backdoor qui est intégrée aux sources."
4  1 
Avatar de _skip
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 25/11/2013 à 12:32
Bien souvent, dans certains projets open source on propose aux gens de sponsoriser une feature mais ça ne marche en général pas fort car comme le dit ptah35, l'utilisation d'open source en entreprise rime parfois avec "youpie je paie pas de licence".

Bon déjà ce nom "bribe" fait penser à "pot de vin", il y aura surement un problème du fait que beaucoup de projets open source ont des politiques et des directions spécifiques qui font qu'ils n'acceptent pas n'importe quel genre de contribution.
Donc je sais pas si pour finir c'est pas du "ajoute ce feature à ce projet pour mon besoin" ce qui est plutôt du ressort d'un free-lance ou "enrichis ce projet pour le bien du monde" ce qui posera la question de "pourquoi c'est moi qui paie si tout le monde en profite".

Bref je sais pas.
2  1 
Avatar de psychadelic
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 25/11/2013 à 22:18
? Et pour le point de vue d’un simple programmeur indépendant, voir au chômage et qui passe des heures rien que pour comprendre comment le code source est organisé, avant de juste pouvoir changer la moindre ligne, avec juste la « gloire » de pouvoir rajouter une ligne dans son CV.
Parce que pour entrer dans la « team principale » d’un gros projet ses chances sont de l’ordre de 1 pour 1 million.
Tiens, c’est comme pas mal de projets open source, il y en a pas mal qui font des millions de lignes, et je doute qu’il soient tous super bien écrits, et devinez, la chasse aux bugg, même en passant par des bibliothèques entières de jeux de test (qui sont aussi à examiner une par une).
C'est super gratifiant !!!

Alors, vive les logiciels libres, et vive les programmeurs pauvres (ceux qui ne bossent pas pour des multinationales qui ne subventionnent que les projets "libres" pour lesquels elles ont un intérêt.

.
1  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 04/12/2013 à 17:03
Je suis moi aussi pour cette initiative, dans le sens ou libre ne veut pas dire gratuit. Nombre de logiciels libre ayant bien marché finissent par voir au moins une entreprise prendre à charge son adaptation pour des besoins spécifiques de clients près à payer ou pour fournir des formations à son utilisation, comme Drupal ou XWiki. Il ne faut pas mélanger la philosophie de partage de code et la monétisation d'un processus. Toute entreprise sert à amasser de l'argent, par définition. Qu'une entreprise se base sur du libre et vous aurez toujours la cohabitation des deux, partage et monétisation. Ceux qui prônent l'exclusivité entre les deux n'ont pas encore intégré ces concepts.

Pour revenir à ce cas précis, le fait est que quand on est tout seul ou une petite équipe sur un soft intéressant, trouver du monde pour bosser avec nous (et donc embaucher) n'est pas facile. Avec un tel site, on peut se permettre d'avoir des gens qui vont travailler pour un temps, le temps d'avoir la fonctionnalité souhaitée, sans avoir la contrainte d'embauche avec tout ce qui va derrière. On se limite au coeur de métier : est-ce que ça marche ou pas ? Si oui alors l'argent tombe, sinon ben soit on continue, soit on abandonne et on passe à autre chose. Le contributeur est alors libre de faire tout à fait autre chose.

On pourra se dire que c'est pas "safe", que c'est se foutre du monde parce que c'est du CDD caché avec encore moins de protection pour le salarié, etc (déjà que les gens pleurent d'avoir un CDD au lieu d'un CDI, alors un pseudo-CDD, mon Dieu !). Mais on n'est pas sur une approche "j'y suis j'y reste", mais bien un "ça ça m'intéresse, je vois si je peux faire quelque chose, et après on verra". C'est bien plus flexible et on passe outre toute cette paperasse inutile qui augmente nos impôts pour on ne sait quelle niche fiscale. Bref, c'est un moyen simple de mettre en place un procédé simple pour faire un travail simple : apporter une contribution ponctuelle à un projet. Quand les gens arrêteront de se dire que tout travail doit se solder par un CDI, et qu'une fois embauché c'est menottes à vie mais au moins on ne se pose plus de question, alors après on pourra mettre en place des systèmes à revenu de base et consommer notre liberté, plutôt que de la remplacer par de l'esclavagisme non-assumé.

Dans la vie, y'a pas d'avantages sans inconvénient (et inversement). Les abus y'en a toujours. Le tout étant de voir là où les abus sont dus à quelques joueurs, comparé à là où la majorité des gens tentent de tirer leur épingle du jeu à cause d'un système pourri.
1  0 
Avatar de Paul TOTH
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 05/12/2013 à 7:22
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
Je suis moi aussi pour cette initiative, dans le sens ou libre ne veut pas dire gratuit. Nombre de logiciels libre ayant bien marché finissent par voir au moins une entreprise prendre à charge son adaptation pour des besoins spécifiques de clients près à payer ou pour fournir des formations à son utilisation, comme Drupal ou XWiki. Il ne faut pas mélanger la philosophie de partage de code et la monétisation d'un processus. Toute entreprise sert à amasser de l'argent, par définition. Qu'une entreprise se base sur du libre et vous aurez toujours la cohabitation des deux, partage et monétisation. Ceux qui prônent l'exclusivité entre les deux n'ont pas encore intégré ces concepts.

Pour revenir à ce cas précis, le fait est que quand on est tout seul ou une petite équipe sur un soft intéressant, trouver du monde pour bosser avec nous (et donc embaucher) n'est pas facile. Avec un tel site, on peut se permettre d'avoir des gens qui vont travailler pour un temps, le temps d'avoir la fonctionnalité souhaitée, sans avoir la contrainte d'embauche avec tout ce qui va derrière. On se limite au coeur de métier : est-ce que ça marche ou pas ? Si oui alors l'argent tombe, sinon ben soit on continue, soit on abandonne et on passe à autre chose. Le contributeur est alors libre de faire tout à fait autre chose.

On pourra se dire que c'est pas "safe", que c'est se foutre du monde parce que c'est du CDD caché avec encore moins de protection pour le salarié, etc (déjà que les gens pleurent d'avoir un CDD au lieu d'un CDI, alors un pseudo-CDD, mon Dieu !). Mais on n'est pas sur une approche "j'y suis j'y reste", mais bien un "ça ça m'intéresse, je vois si je peux faire quelque chose, et après on verra". C'est bien plus flexible et on passe outre toute cette paperasse inutile qui augmente nos impôts pour on ne sait quelle niche fiscale. Bref, c'est un moyen simple de mettre en place un procédé simple pour faire un travail simple : apporter une contribution ponctuelle à un projet. Quand les gens arrêteront de se dire que tout travail doit se solder par un CDI, et qu'une fois embauché c'est menottes à vie mais au moins on ne se pose plus de question, alors après on pourra mettre en place des systèmes à revenu de base et consommer notre liberté, plutôt que de la remplacer par de l'esclavagisme non-assumé.

Dans la vie, y'a pas d'avantages sans inconvénient (et inversement). Les abus y'en a toujours. Le tout étant de voir là où les abus sont dus à quelques joueurs, comparé à là où la majorité des gens tentent de tirer leur épingle du jeu à cause d'un système pourri.
mais il y a une façon très simple pour faire évoluer un logiciel libre/ouvert sans tout l'arsenal du contrat de travail...c'est faire appel à un indépendant (comme moi par exemple), un simple bon de commande et c'est parti ! Moi ça ne me dérange pas du tout qu'on me paye pour faire de l'opensource, mais comme je l'ai dit plus haut, je n'ai encore vu aucun client qui ne veuille conserver le prix de mon travail pour lui tout seul
1  0 
Avatar de Paul TOTH
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 25/11/2013 à 11:54
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
On parle d'open source, ici, pas de libre. C'est à dire de logiciel développé pour des raisons mercantiles. Mettre du fric dans le processus parait donc une idée logique.
ce n'est pas exacte, le financement du développement libre ou ouvert - et même son absence - ne change pas la nature du logiciel. La plupart des logiciels libres sont ouverts et vis et versa.

moi je vois surtout un intermédiaire qui cherche un modèle économique sous l'apparence de la promotion du libre/ouvert.

Quand on y réfléchit, ce sont des développeurs payés pour faire un travail, Bride prenant j'imagine une commission au passage. En fait Bride pourrait tout aussi bien être une SSII spécialisé dans le libre, mais au lieu de cela il se dégagent de tout contrat de travail, de toute contrainte pour simplement se faire payer pour mettre en relation un soft, un utilisateur et un développeur.

Il faut dire que je n'ai pas encore trouvé un client qui me paye pour améliorer un logiciel libre...je ne suis pas sur que ces mêmes clients passeraient par Bride pour le faire.
2  2 
Avatar de ptah35
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 25/11/2013 à 11:57
Si l'idée n'est pas forcément mauvaise, je suis moi aussi assez pessimiste quant aux chances de succès de cette initiative. Cependant, la mise en lien avec le récent appelle de la FSF est très pertinent. En effet, trop de personnes et d'entreprises utilisent du logiciel libre (presque) uniquement parce qu'elles n'ont pas à payer pour le faire; elle associe donc libre à gratuit. Je pense que toute personne ou entreprise qui utilise un logiciel libre, se doit de contribuer d'une manière ou d'une autre selon ses moyens. Il y a mile et une façon de le faire, de la donation jusqu'au développement de fonctionnalité en passant par la rédaction ou la traduction de documents. Par exemple, il n'est pas rare, lorsqu'une fonctionnalité est manquante, qu'une entreprise de développement soit mandatée pour la réaliser; si rien n'oblige le mandataire à rendre les modifications publiques, partager tout ou partie des changements qu'il a financés, pourrait être une forme de contribution.
1  1 
Avatar de malkav1978
Membre actif https://www.developpez.com
Le 25/11/2013 à 14:05
Pas convaincue non plus de la pérénité de la startup et de son initiative.

Je rejoins l'avis de Plath35 et _skip pour ce qui de la participation des entreprises aux projets Open Sources. Elles sont nombreuses à en faire l'utilisation sous prétexte que c'est gratuit. Mais elles sont plus rare à participer activement ou à sponsoriser. Quelque part on reconnait que les logiciels Open Sources sont une vraies valeurs ajouté pour un projet commercial, mais de l'autre on veux dépenser le moins possible en dev. On veut le beurre et l'argent du beurre en quelques sortes.

Le meilleure chose que nous puissions faire c'est d'arriver à convaincre les décideurs et les dirigeants d'entreprises que participer activement à un projet Open Source est un atout. Mais je vois garantie que c'est pas une affaire gagnée d'avance.
1  1 
Avatar de Paul TOTH
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 26/11/2013 à 4:29
Citation Envoyé par psychadelic Voir le message
? Et pour le point de vue d’un simple programmeur indépendant, voir au chômage et qui passe des heures rien que pour comprendre comment le code source est organisé, avant de juste pouvoir changer la moindre ligne, avec juste la « gloire » de pouvoir rajouter une ligne dans son CV.
Parce que pour entrer dans la « team principale » d’un gros projet ses chances sont de l’ordre de 1 pour 1 million.
Tiens, c’est comme pas mal de projets open source, il y en a pas mal qui font des millions de lignes, et je doute qu’il soient tous super bien écrits, et devinez, la chasse aux bugg, même en passant par des bibliothèques entières de jeux de test (qui sont aussi à examiner une par une).
C'est super gratifiant !!!

Alors, vive les logiciels libres, et vive les programmeurs pauvres (ceux qui ne bossent pas pour des multinationales qui ne subventionnent que les projets "libres" pour lesquels elles ont un intérêt.

.
tient c'est un aspect auquel je n'avais pas songé

imaginez un client qui demande et paye pour que LivreOffice adopte le look Metro...même si un développeur voulais s'y coller je doute que LO intègre la modification
1  1 
Avatar de pmithrandir
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 26/11/2013 à 9:59
Cette idée me trotte dans la tete depuis quelques jours.
Même si elle est a priori a l'opposé de la mentalité habituelle, je ne pense pas qu'elle soit absurde.
Déjà, elle permet a des dev indépendant de capitaliser sur leur contribution au libre. Parce que celui qui connait le code" de Libre office par coeur saura faire vite un module, contrairement a celui qui découvre tout.

Ca peut permettre aussi de bien identifier, voir partager les couts de manière plus simple.

Ca permet aussi de ne pas avoir de contrat de travail, mais une sorte de contrat de prestation, plus simple a géré pour de nombreuses entreprises.
(embaucher un dev pour le faire travailler 2h par semaine sur du libre, c'est possible juste pour les grande boites pas un PME. Dépenser 10 000e pour une fonction, c’est possible pour une PME, qui peut préféré mettre le dev en open source pour diverse raison.
0  0