Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google : Eric Schmidt prédit la fin de la censure du net dans une décennie
Le chiffrement des données en serait la clé

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

5  1 
Profitant d'un passage à l'Université Johns Hopkins de Baltimore, Eric Schmidt, le patron de Google, a fait part de sa conviction selon laquelle la censure sur Internet pourrait être une relique du passé dans la décennie à venir. « D'abord ils essayent de vous bloquer ; ensuite, il essayent de vous infiltrer ; et enfin, vous gagnez. » explique-t-il en copiant une citation attribuée à Gandhi . « Je pense vraiment que c'est comme ça que ça marche. Parce que le pouvoir s'est déplacé ».

Une prédiction des plus audacieuses qui vise avant tout des régimes dictatoriaux ou pratiquant un sévère contrôle d’Internet comme la Chine ou encore la Corée du Nord. Ces derniers disposent d'un vaste arsenal pour continuer de contrôler Internet sur leur territoire et ne sont pas prêt de laisser la main. Mais le sujet concerne également les USA par leur implication directe dans la surveillance mise en place par la NSA.

La solution préconisée contre cette censure par le PCA de Google est un meilleur usage du chiffrement de données qui permettra aux utilisateurs de lutter contre la surveillance des gouvernements.« Dans cette course, je pense que les censeurs perdront, et que les gens auront le pouvoir » assure-t-il. C'est d'ailleurs pour cette solution que Facebook, Yahoo, Google et d'autres acteurs du web ont opté pour faire face au scandale de la surveillance par les services de renseignements américains. Yahoo et Google sont particulièrement concernés à cause depuis les révélations du programme Muscular de la NSA qui interceptait les courriels de leurs utilisateurs.

Toutefois, même si les motivations de Google sont louables, il convient de se demander la raison pour laquelle l'entreprise se fait le défenseur d'un internet libre alors qu'elle pourrait être considérée pour plusieurs raisons comme l'un des censeurs du net. Par exemple nous pouvons rappeler que, de concert avec Microsoft, Google a décidé de bannir de ses résultats de recherche des contenus pédopornographiques. Même si la cause est noble, ce geste ne peut-il être qualifié de censure ?

Source : Bloomberg

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 22/11/2013 à 16:53
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Par exemple nous pouvons rappeler que, de concert avec Microsoft, Google a décidé de bannir de ses résultats de recherche des contenus pédopornographiques. Même si la cause est noble, ce geste ne peut-il être qualifié de censure ?
C'est tout le probleme de la liberte d'expression : soit elle est totale, et ca veut dire laisser dire des choses jugees inacceptables, soit elle est partielle, et dans ce cas il y a forcement de la censure.

C'est d'ailleurs assez bien vu de mettre les deux actualites en parallele.
7  0 
Avatar de student_php
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 24/11/2013 à 22:03
Je n'y vois là qu'une opération de com' pour tenté de se désolidariser des scandales récent, plus c'est gros plus ça passe...
4  0 
Avatar de HardBlues
Membre actif https://www.developpez.com
Le 22/11/2013 à 17:18
Je ne suis pas sur, c'est un euphémisme, que la liberté d'expression puisse être défendue par des sociétés commerciale...

Le chiffrement ne sera une solution que si on a la certitude que Google, Yahoo et autre Facebook, ne puissent matériellement pas déchiffrer les données qui leur sont confiés.

Brandir la pédopornographie, comme le nazisme ou le racisme, pour s'autoriser la censure, pardon le filtrage, ça me laisse perplexe...
2  0 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 24/11/2013 à 1:35
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
C'est tout le probleme de la liberte d'expression : soit elle est totale, et ca veut dire laisser dire des choses jugees inacceptables, soit elle est partielle, et dans ce cas il y a forcement de la censure.

C'est d'ailleurs assez bien vu de mettre les deux actualites en parallele.
La vrai question c'est qui décide de la censure.
2  0 
Avatar de JackJnr
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 22/11/2013 à 17:31
Citation Envoyé par HardBlues Voir le message
Brandir la pédopornographie, comme le nazisme ou le racisme, pour s'autoriser la censure, pardon le filtrage, ça me laisse perplexe...
Je comprends cette pensée. Mais tout dépend aussi de ce qui légitime la censure. On se base toujours sur un point de vue moralement et éthiquement défendable pour brandir la censure. Il faut aussi se rappeler que la théorie belle et pure est bien belle, et qu'elle ne vaut que dans un monde parfait. Or parfois, il faut accepter que le monde ne le soit pas, et malgré tout essayer de faire avec les moyens du bord quitte à enfreindre certains de ses principes les plus sacrés. Pour autant est-ce que enfreindre certains de ses principes veut dire sacrifier sa pensée ? Non je ne crois pas, tout au contraire, et aller à l'encontre de certaines règles s'inscrit parfois dans l'optique du but original. C'est comme la Loi et l'esprit de la Loi. Pourquoi la Loi existe-t-elle ? Pour être appliquée, pour suivre des principes aveuglément, ou bien pour permettre une entente commune dans ce monde ? Il me semble que dans certains cas, une dose de pragmatisme permet aux idéaux de survivre.
1  0 
Avatar de Johnny P.
Membre actif https://www.developpez.com
Le 22/11/2013 à 22:44
C'est drôle qu'il parle de prédire la fin de la censure du net alors que Google censure lui-même son moteur de recherche...

Heureusement pour nous dieu n'a pas prévu la censure
1  0 
Avatar de Chauve souris
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 23/11/2013 à 15:27
Eric Schmidt aurait pu, s'il veut une citation, utiliser une de Lénine : "Vous verrez qu'ils vont nous vendre la corde destinée à les pendre".

Revenons, tout au moins pour la bleusaille de ce forum, sur les origines d'Internet : les militaires ricains, dans les années 80, se demandaient comment faire un réseau de communication qui fonctionne même si des nœuds sont indisponibles. Ils commandèrent aux universitaires de s'occuper de trouver ça. Lesquels universitaires inventèrent alors Arpanet qui fonctionnait entre les universités. Les militaires satisfaits repartirent dans leur monde avec ce nouveau type de réseau sous le bras. Et les universitaires se dirent que c'était bien pratique pour diffuser, entre eux, d'abord, puis avec tout le monde connecté, ensuite, des documents, des programmes, des images, des sons, des vidéos (mais pas des boîtes de chocolat, on n'est pas dans Star Trek )

Militaire, donc, ce qui veux dire que le réseau peut être espionné, contrôlé, compromis mais que, en antagoniste dialectique, nous disposons de tous les outils pour éviter cela. Le cryptage sûr (et imparable) existe (pourvu qu'on n'utilise pas des logiciels douteux qui ont des backdoors). Le seul problème consiste en la collecte des métadonnées par la NSA et le traçage des intérêts des consommateurs par les sociétés comme Google. Mais là aussi ils existe (et se développent) des filtres pour casser ces pratiques.

Le "contrôle d'Internet" est le marronnier des médias au même titre que "les rythmes scolaires" (dont j'entends parler depuis que j'avais 12 ans et j'en ai 66) et n'abouti qu'à étaler l'ignorance en la matière de quelques sénateurs gâteux (pardonnez le pléonasme). Car la seule façon de contrôler Internet est de le supprimer physiquement, pour tout le reste il existe des techniques pour assurer une communication secrète. Et la NSA le sait quoiqu'elle avance, toute sa technologie ne contrôle que des peccadilles et les attentats qui défraye les médias ricains n'ont jamais été bloqués par leurs services car ils sont plutôt moins bons que la technique à l'ancienne de l'infiltration policière.
2  1 
Avatar de SylvainPV
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 23/11/2013 à 15:36
Le chiffrement serait la clé vraiment ? C'est dit juste pour faire le jeu de mot ou dit avec un réel fond ? Lu sur un autre site.

(...)
Tout ce qu’il (le chiffrement) vous garantit, c’est que c’est bien avec lui que vous communiquez et qu’il n’y a pas de tiers capable d’intercepter votre communication. Mais il ne vous renseigne en aucun cas sur l’utilisation qui est faite de vos données. Pour résumer, rien n’empêche un site web en https d’être profondément malhonnête avec vos données à la suite de la communication.

C’est ainsi que la NSA, au lieu de s’embêter à trafiquer les certificats électroniques, a tout simplement décidé d’installer des backdoors dans les systèmes d’information de géants du web : Google, Facebook, Skype pour n’en citer que quelques-uns.. Bien évidemment, tout ceci s’est fait avec la coopération des entreprises, qui n’avaient pas vraiment le choix.

Pour conclure, ce n'est pas vraiment la cryptographie qui est en cause, mais bel et bien la confiance aveugle que l'on fait aux entités qui la gouvernent.
Bref, message codé ou non, tout dépend si son destinataire est bien celui que vous croyez être.

Je crois moi aussi que faire taire les gens va s'avérer de plus en plus difficile à l'avenir. Non pas grâce à la cryptographie mais plutôt grâce à l'omniprésence et l'instantanéité des moyens de communication. En matière de censure, un smartphone est aujourd'hui plus dangereux qu'un haut-parleur au milieu d'une place de village.
1  0 
Avatar de fbrgn
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 24/11/2013 à 18:12
La censure ne s'exprime pas seulement par l'interdiction (ie. indication de l'age minimum pour certains jeux ou film par exemple).
Pas besoin de rendre détruire un contenu pour le rendre inaccessible.

Faire oublier une information en la noyant dans un contexte sans lien est la forme de censure la plus courante dans les média.

Ordonner des résultats de recherche en fonction d'une pertinence établie par un code en est une qui nous touche particulièrement sur internet. Sans elle pas de classement des résultats.

Encore une : mettre en avant prioritairement les contenus dont les auteurs ou promoteurs paient le positionnement (ça vaut pour les promos de livre autant que pour les moteurs de recherche).

Aujourd'hui la censure est quasi exclusivement le fait d'acteurs privés ou religieux que des états fussent-ils dictatoriaux, ces derniers sont cependant responsables de leur fournir les armes juridiques pour l'exercer.

Pas de censure, donc plus de promotion, plus de ranking, plus de classement de réputation, plus d'interdiction de citer les marques...
J'achète !
Mais je suis pas sûr que Eric Schmidt n'y laisse pas des plumes.
1  0 
Avatar de fbrgn
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 24/11/2013 à 18:19
La censure ne s'exprime pas seulement par l'interdiction (ie. indication de l'age minimum pour certains jeux ou film par exemple).
Pas besoin de rendre détruire un contenu pour le rendre inaccessible.

Faire oublier une information en la noyant dans un contexte sans lien est la forme de censure la plus courante dans les média.

Ordonner des résultats de recherche en fonction d'une pertinence établie par un code en est une qui nous touche particulièrement sur internet. Sans elle pas de classement des résultats.

Encore une : mettre en avant prioritairement les contenus dont les auteurs ou promoteurs paient le positionnement (ça vaut pour les promos de livre autant que pour les moteurs de recherche).

Aujourd'hui la censure est quasi exclusivement le fait d'acteurs privés ou religieux que des états fussent-ils dictatoriaux, ces derniers sont cependant responsables de leur fournir les armes juridiques pour l'exercer.

Pas de censure, donc plus de promotion, plus de ranking, plus de classement de réputation, plus d'interdiction de citer les marques...
J'achète !
Mais je suis pas sûr que Eric Schmidt n'y laisse pas des plumes.
1  0