Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La croissance du marché de l'open source devrait-elle alarmer les éditeurs de logiciels propriétaires ?
En France le marché pèse 2,5 milliards d'€

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

7  3 
Depuis quelque temps déjà, l'open source fait couler beaucoup d'encre dans l'actualité technologique. En France, par exemple, l’open source a déjà investi tous les grands domaines du système d’information des administrations : environnements serveurs, domaines applicatifs, outils d’ingénierie, solutions de réseaux et sécurité. Des services publiques comme la gendarmerie s'organisent pour faire migrer les ordinateurs de leurs effectifs vers Linux. Face à cette montée de la popularité du libre, certains éditeurs propriétaires préparent la riposte à leur sauce. A l'instar d'Oracle qui a critiqué le choix des logiciels open source au sein d'organismes gouvernementaux.

L'open source, qui éprouvait il y a encore quelques années des difficultés à émerger, se retrouve ultra-dominant de nos jours. Grâce à Android de Google et à des partenaires solides comme Samsung, l'open source possède aujourd'hui le monopole du marché du mobile.

En 2007, le Syntec Informatique évaluait le marché de l'open source à 450 millions d'euros et prévoyait une croissance annuelle de 50 %. Un an plus tard, l'étude « Le marché des logiciels libres » de Pierre Audoin Consultants parlait d'un marché français de l’open source avec un chiffre d’affaires de 730 millions d’euros qui représentait 33 % du marché européen. Dans son étude « Panorama de l'open source en France », le CNLL (Conseil National du Logiciel Libre) le chiffre désormais à 2,5 milliards d'euros représentant 6 % des logiciels et services. La croissance en 2012 a été de 68 % et en 2013 elle est estimée à 83 %.

Aujourd’hui, les économies budgétaires liées à l’utilisation de solutions Open Source par les DSI des entreprises et du secteur public sont un des facteurs qui poussent à l’adoption de ce modèle. Dans les faits, mesurer précisément les impacts budgétaires et les réductions de coûts ne peut être fait sans tenir compte du profond changement de pilotage financier qu’implique le choix du logiciel libre.

Il faut dire que, contrairement aux logiciels propriétaires qui reposent sur un modèle de vente (licences et maintenance), le logiciel libre se tourne plutôt vers un modèle de services ; les budgets sont donc davantage consacrés au développement de projets et à l’intégration de solutions.

Le logiciel libre repose sur un modèle économique qui s’appuie sur une logique de contribution et de travail collaboratif avec les fondations et les communautés qui sont elles mêmes sponsorisées par des grands acteurs de la communauté IT. Par exemple, derrière Linux se retrouve IBM et derrière Android, Google.

L'étude du CNLL révèle que 60 % des besoins des entreprises en termes de recrutement concernent le développement de logiciel. Cela va permettre de créer des emplois de proximité dans les régions et villes de France. En 2012, le logiciel libre représentait environ 10 % des dépenses IT et la croissance du marché Open Source est plus rapide que la croissance du marché IT. En France, le logiciel libre représente aujourd’hui environ 30 000 personnes réparties chez les utilisateurs et clients majeurs (ministères, administrations, etc.) dont 3 000 chez les grands intégrateurs tels que Cap Gémini, Atos, Sopra ou dans l’une des 300 PME françaises.


Source : panorama de l'open source en France (au format PDF)

Et vous ?

Les éditeurs de logiciels propriétaires doivent-ils s'inquiéter ?

Assistons-nous à la naissance d'un nouveau modèle économique ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 29/10/2013 à 9:51
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
A mettre en parallèle avec ceci

Ma réponse sera... "je ne crois pas..." Le "propriétaire" n'a qu'à attendre que le fruit tombe tout seul,
Ce n'est pas franchement la trajectoire actuelle. Après, je serais très intéressé par des détails sur les raisons pour lesquelles il devrait tomber selon toi...

Il y a comme ça des gens qui ont attendu longtemps que les avions tombent du ciel, que les bateaux tombent du bord du monde ou que la fin du monde ait lieu parce que les homosexuels peuvent se marier...
5  2 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 29/10/2013 à 10:26
Citation Envoyé par imikado Voir le message
Il y a quiproquo: je ne dis pas que l'opensource coute plus cher, je dis qu'il faut comparer le prix de l'opensource + service vs le prix du logiciel propriétaire.
Et ce, bien sur en entreprise: pour un particulier, on télécharge son xubuntu/linux Mint et l'on installe ensuite son libreOffice/openOffice/gimp/inkscape... sans "surcout"
Est-ce que tu es en train de dire que les logiciels propriétaires n'ont pas besoin de service ?

Citation Envoyé par imikado Voir le message

Pour le particulier, graphiste "amateur" gimp/inkscape/blender sont largement suffisant, après pour les graphistes pros, je peux comprendre qu'ils préfèrent la suite Adobe qui à un très bon service R&D
Autant je suis relativement d'accord concernant Gimp et Inkscape (de moins en moins pour Gimp, quand même), autant pour Blender, tu fais complètement fausse route. Blender est utilisé pour des longs métrages, des séries télé et des jeux vidéos.

Cela dit, il reste vrai qu'Adobe a du souci à se faire, car ces logiciels s'améliorent de jours en jours. Et comme chacun le sait, il y a un plateau des fonctionnalités désirables au-delà duquel les améliorations deviennent des gadgets. Le drame de Microsoft, c'est que la plupart de ces logiciels, en commençant par Office ont atteint ce plateau il y a bien longtemps, alors qu'Adobe trouve encore des fonctionnalités utiles pour Photoshop et Illustrator (mais j'imagine que cette fuite en avant doit augmenter leurs coûts).
4  1 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 04/11/2013 à 10:13
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
On se retrouve exactement dans le même système que le logiciel propriétaire, quelques grosses pointures qui tiennent 80% du marché et puis ça et là quelques petites sociétés/associations/fondations sur un logiciel particulier.


Donc ce n'est pas le même système que le logiciel propriétaire puisque avec le soft propriétaire dans une situation de monopole il ne peut pas y avoir de concurrence alors qu'avec un code ouvert il est possible d'avoir des alternatives. Les exemples ont été nombreux au travers de la courte histoire de l'informatique (MS Office, IE, ...)

Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message

Libre = Propriétaire en fait (économiquement parlant)
Cette phrase ne veut rien dire.

A aucun moment (à ma connaissance) le libre prétend transformer le capitalisme. Les phénomènes de concentration existent dans tous les secteurs du marché que je sache.
3  0 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 05/11/2013 à 10:25
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Il n'y a pas de monopole. La concurrence n'est pas à la hauteur, et quand elle l'est, elle devient visible. Tu donnes toi-même l'exemple de IE. Et même MS Office qui a vu des solutions concurrentielle arrivées comme OOo, et qui a du réagir (de belle manière, il faut l'avouer),
Il s'agit dans les 2 cas d'une solution concurrente tuée par Microsoft (donc à ce stade MS est en monopole), puis l'éditeur d'origine ouvre le code et là miracle le produit ressuscite.

Donc comme le dit Pierre GIRARD l'opensource apporte bien une chose supplémentaire à ce niveau, il permet la concurrence alors que le proprio tends vers une sorte de totalitarisme logiciel.
4  1 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 05/11/2013 à 11:57
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Je ne sais pas de quelles solutions "tuée" par Microsoft. Je pense que tu confonds business et "série TV"
Ensuite, si tu prends le cas de IE, Mozilla a su proposer quelque chose de différent et petit à petit, il a imposé FF et TB contre IE et OE. Mais, il faut aussi se souvenir que Mozilla, sans l'aide de Google (le méchant Google), ne serait peut-être plus là. Google a su imposer son navigateur aussi, non ? Et Opéra n'est pas mort, si ? Le constat est bénéfique aussi pour nous autres utilisateurs, car Microsoft s'est remis en cause et améliorer son navigateur.

L'exemple des navigateurs est important car ce sont des logiciels gratuits, et donc que ce soit Microsoft, Google ou Mozilla, ils jouent tous dans la même cour. Le fait que IE soit installé sur Windows par défaut (ce qui me semble normal), n'empêche pas la concurrence. Par contre, étonnement, pour des logiciels payants, là, le gratuit ne passe pas. Moi, on aura beau me donner tout un tas d'explications sur "tuer la concurrence", "vente forcée", etc... je pense que si le gratuit (open-source/libre ou pas) était à la hauteur, le résultat serait le même que pour les navigateurs.
Tu as une sérieuse manie de revisiter l'histoire comme elle t'arrange.

La réalité c'est que Netscape possédait au milieu des années 90 plus de 70% des parts de marché et vendait son navigateur aux utilisateurs. Puis Microsoft installe par défaut IE sur le nouveau Windows 95 (qui est de fait gratuit). Microsoft donne également son serveur web IIS gratuitement avec WinNT alors que Netscape vend également un serveur web.

En quelques années Netscape s'effondre et son dernier geste et de publier en opensource son navigateur. La fondation Mozilla nait et le projet Firefox démarre en collaboration avec Netscape.

Et là MS qui avait mangé toutes les parts de marché du navigateur pour atteindre plus de 90% début 2000 était bien en situation de monopole.

Et c'est bien l'opensource qui permet l'émergence d'une concurrence. Et c'est cette concurrence qui contraint MS à travailler la qualité de ses produits web.

Notes bien que sur le marché des navigateurs c'est bel et bien MS qui a installé l'idée qu'un navigateur est gratuit et pas l'opensource !

Opéra est un cas un peu particulier et le moteur de Chrome (qui est arrivé bien plus tard) est opensource.
4  1 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 29/10/2013 à 9:59
Citation Envoyé par imikado Voir le message

C'est bien que ce modèle économique soit plus pris en compte, après n'oublions pas que les logiciels opensource ont souvent un cout déporté, donc c'est une concurrence entre le prix du service et le prix à l'achat d'un logiciel propriétaire.
Je n'ai toujours pas compris pourquoi les logiciels libres ou open-source devraient coûter plus cher en service que les logiciels propriétaires. C'est quoi, le raisonnement, exactement ?

Citation Envoyé par imikado Voir le message

Mais Microsoft, contrairement à Adobe doit se remettre en cause, car il est plus facile de se passer de word pour des postes (la gendarmerie et la ville de Munich nous l'ont prouvé) que d'Adobe photoshop
Concernant Gimp, les avis diffèrent. Mais j'ai l'impression que la plupart des graphistes n'ont pas essayé de version récente...
3  1 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 29/10/2013 à 11:52
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Je ne sais si tu as lu la news que j'avais mis en lien, avant de répondre, mais, la raison était que le financement des logiciels libres posaient problème. Et, que visiblement les dons n'étaient pas à la hauteur des attentes. L'argent étant le nerf de la guerre, comme on dit, on peut se dire que les sociétés tels que Microsoft ou Adobe, on les reins plus solides, et donc, que si le financement des logiciels libres devenaient trop difficiles, ils tomberaient.
Je ne le souhaite pas, bien sûr, mais il faut bien admettre que c'est un des points noirs du logiciel libre en général.
Je pense que ton lien et ton commentaire sont assez hors sujet. La FSF parle dans ton lien de logiciels libres qui ne sont pas réalisés dans un cadre d'entreprise mais par des particuliers en tant que hobbie (Gnash par exemple).

Or la news ici parle de la montée en force de l'opensource dans les entreprises. Une entreprise qui vit de l'opensource a un business model associé, ce qui n'est pas le cas des particuliers.

Donc rien à voir.

C'est un peu comme si tu disais que les restos du coeur ou le secours populaire ont du soucis à se faire par rapport à Leclerc parce qu'ils n'ont pas les mêmes moyens financiers ...
2  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 29/10/2013 à 12:13
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Je ne sais si tu as lu la news que j'avais mis en lien, avant de répondre, mais, la raison était que le financement des logiciels libres posaient problème. Et, que visiblement les dons n'étaient pas à la hauteur des attentes. L'argent étant le nerf de la guerre, comme on dit, on peut se dire que les sociétés tels que Microsoft ou Adobe, on les reins plus solides, et donc, que si le financement des logiciels libres devenaient trop difficiles, ils tomberaient.
Je ne le souhaite pas, bien sûr, mais il faut bien admettre que c'est un des points noirs du logiciel libre en général.
Je ne vois toujours pas en quoi le fait que quelqu'un ait pris sur soi de poster un appel aux dons sur developpez.com change quoi que ce soit concernant le monde du libre. Tu peux expliquer ?

Plus généralement, il reste à démontrer que des entreprises ont forcément des reins plus solides que des associations. Les exemples d'entreprise du domaine qui ont fait faillite et ont laissé leur utilisateur le bec dans l'eau sont nombreux. Parallèlement, un appel aux dons pour un projet libre très utilisé peut permettre de lever plusieurs millions en quelques jours, comme Wikipédia le prouve depuis quelques années.
2  0 
Avatar de trenton
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 29/10/2013 à 12:55
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Je ne le souhaite pas, bien sûr, mais il faut bien admettre que c'est un des points noirs du logiciel libre en général.
Oui, il y a un vrai problème, c'est qu'on a pas encore le réflexe, notamment au niveau des collectivités, de payer pour adapter le logiciel libre à ses besoins, et on préfère souvent utiliser le logiciel non libre au prétexte qu'il manque une fonctionnalité à l'équivalent libre.

Les gens qui prennent ces décisions ne comprennent pas la différence entre logiciel libre et logiciel gratuit (comment leur en vouloir, même sur ce forum on croise des gens pour qui c'est assez confus), c'est bien dommage pour le contribuable, et pour l'intérêt général également, car si un ministère améliore un logiciel Libre pour son besoin, ça profite aussi à tout le monde, entreprises comme particuliers.
3  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/11/2013 à 10:43
Citation Envoyé par Marco46 Voir le message


Donc ce n'est pas le même système que le logiciel propriétaire puisque avec le soft propriétaire dans une situation de monopole il ne peut pas y avoir de concurrence alors qu'avec un code ouvert il est possible d'avoir des alternatives. Les exemples ont été nombreux au travers de la courte histoire de l'informatique (MS Office, IE, ...)
Il n'y a pas de monopole. La concurrence n'est pas à la hauteur, et quand elle l'est, elle devient visible. Tu donnes toi-même l'exemple de IE. Et même MS Office qui a vu des solutions concurrentielle arrivées comme OOo, et qui a du réagir (de belle manière, il faut l'avouer), puis plus récemment les solutions externalisées (le nuage) avec les Google Docs, qui ont fait réagir Microsoft.
Il ne faut pas confondre monopole avec concurrence à la rue, c'est complètement différent.

Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
A aucun moment (à ma connaissance) le libre prétend transformer le capitalisme. Les phénomènes de concentration existent dans tous les secteurs du marché que je sache.
Oui, et c'est bien ce que je dit. Au final le libre, ne change pas la donne. Il y a quelques grosses boites, et puis des petites qui tentent de survivre, ou de se faire racheter ou englober dans une plus grande structure.
3  1