PRISM : l'autorisation de la NSA pour la collecte des données téléphoniques renouvelée
Skype sous enquête au Luxembourg

Le , par Hinault Romaric, Responsable .NET
Le gouvernement américain, via un tribunal secret, a renouvelé les autorisations de la NSA de collecter en vrac les métadonnées téléphoniques.

L’autorisation qui arrivait à expiration le 11 octobre 2013 a été renouvelée par le tribunal Fisa (Foreign Intelligence Surveillance Court). L’information a été publiée par la NSA dans un souci de transparence.

Les révélations sur le vaste projet de cyberespionnage PRISM par Edward Snowden avaient indigné les Américains, qui n’étaient pas au courant de l’existence d’un tel programme de collecte des données téléphoniques et numériques à l’insu de l’utilisateur.

En aout dernier, le président américain Barack Obama avait promis de revoir les programmes de surveillance des services secrets américains et plaidé pour plus de transparence. Plusieurs Sénateurs étaient même en faveur d’une modification du Foreign Intelligence Surveillance Act pour « arrêter les surveillances domestiques et autres intrusions injustifiées sur les droits constitutionnels américains. »

Au final, rien ne change dans ces programmes, en dehors d’un peu plus de transparence de la part des agences de renseignement, qui affirment avoir publié cette information dans le cadre de « déclassifications précédentes, vu l'intérêt important et continu porté par l'opinion au programme de collecte de métadonnées téléphoniques ».

Toujours dans le cadre de l’affaire PRISM, Skype fait l’objet d’une enquête de la Commission nationale pour la protection des données du Luxembourg, pour établir si la plateforme de VoIP a collaboré avec la NSA pour lui fournir des données utilisateurs.

L’information a été dévoilée par le Guardian, qui note que Skype pourrait s’exposer à des sanctions pénales et administratives, et pourrait également être condamné à payer une amende.

Sources : communiqué de presse du gouvernement américain, The Guardian


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Chauve souris Chauve souris - Membre émérite https://www.developpez.com
le 17/10/2013 à 0:38
... L'exemple du Luxembourg est la riposte qu'il faut : taper ces sociétés là où ça leur fait mal : le fric.

Il y a aussi l'exemple de Dima Rousseff : annuler une rencontre prévue avec Obama car la présidente n'avait pas du tout apprécié avoir été espionnée dans ses relations avec Petrobras car les USA lorgnent sur le pétrole brésilien.
Avatar de SangZug SangZug - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 18/10/2013 à 18:34
Ce concept, j'adore.

Ils font n'importe quoi avec les données. Ils les voient, etc et l'Europe et tous les autres ne veulent rien savoir.

Le programme PRISM vient d'être renouvelé près d'un tribunal secret aux Etats Unis et ce qui me fait marrer, c'est que les Etats Unis prennent toujours des décisions tous seuls sur des données des autres, sur des invasions, etc.

J'ai l'impression que mon patron coupe à chaque mois le salaire d'un copain et ce dernier ne dit rien et s'en fout complètement.

Excusez-moi de quelques erreur d’orthographe possible.
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 22/10/2013 à 10:02
La NSA aurait espionné l'ancien président mexicain,
le gouvernement demande des explications à Washington

Le quotidien allemand Der Spiegel a révélé que la NSA aurait réussi il y a quelques années à pirater le serveur de messagerie du gouvernement mexicain et d'accéder entre autres aux courriels de l'ancien président Felipe Calderon ainsi qu'à ceux de plusieurs collaborateurs de son cabinet. L'agence de renseignements aurait alors eu connaissance d'informations liées à la diplomatie, à l'économie ou à la vie politique mexicaine.

Précédemment, un document daté de juin 2012 indiquait que la NSA avait espionné les courriels de l'actuel président du Mexique, Enrique Peña Nieto, avant son élection. Enrique Peña Nieto avait alors déclaré que si l'information était prouvée, il s'agirait d'un acte illégal, et son gouvernement a réclamé une enquête.

Der Spiegel affirme qu'une division spéciale de la NSA était affectée à ce type de surveillance. Baptisée « Flatliquid », l'opération est entièrement décrite dans le document que Snowden a communiqué au quotidien allemand.

A la suite de ces révélations, le gouvernement mexicain a réagi avec une demande d'explications à l'intention de Washington. Il réclame également l'ouverture d'une enquête « le plus rapidement possible ». José Antonio Meade, Secrétaire des affaires étrangères, a réédité « sa condamnation catégorique des violations de la confidentialité des communications des institutions et des citoyens mexicains ».

Il faut noter qu'il y a déjà eu un précédent en septembre ; la chaîne de télévision brésilienne Globo révélait que les communications de la présidente brésilienne Dilma Rousseff avaient été espionnées. Ces révélations vont probablement jeter un froid dans la relation qu'entretien les Etats-Unis avec ses voisins d'Amérique latine.

Source : Der Spiegel

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 22/10/2013 à 13:41
Je pense que les révélations d'Edward Snowden vont encore longtemps poursuivre les Etats-Unis...
Avatar de e-ric e-ric - Membre expert https://www.developpez.com
le 22/10/2013 à 13:53
Citation Envoyé par MacDev Voir le message
Je crois que c'est ça : ils se prennent pour le monde. Mais en plus de quoi, ils inventent et propagent des rumeurs d’éventuels attentats pour avoir le droit d'agir et légitimer leur délit. Je me demande ce qu'ils diraient s'ils apprenaient que les russes espionnent leur ambassades partout.
J'ai bien du mal de croire que ces derniers ne font pas s'ils en ont l'occasion...
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 28/10/2013 à 13:59
Les Américains manifestent contre l’espionnage de la NSA,
ils exigent d'une seule voix de « débrancher Big Brother »

Des manifestants se sont réunis en grand nombre au pied du Capitole à Washington pour protester contre les programmes de surveillance des télécommunications mis en œuvre par la National Security Agency (NSA). Ils réclament une nouvelle loi réformant les programmes de surveillance de la NSA, jugés attentatoires à la vie privée. L’événement était organisé par une alliance d’une centaine d’associations et de sociétés baptisée « Stop Watching Us » (« Arrêtez de nous surveiller »). Les organisateurs ont estimé à près de 5 000 le nombre de participants. Parmi eux, des militants de gauche mêlés à des conservateurs du Tea Party.

« Je me considère comme un conservateur et aucun conservateur ne veut que son gouvernement collecte des informations à son sujet, les conserve et les utilise », expliquait Michael Greene, un participant. Une autre manifestante, Jennifer Wynne, a déclaré que « ces derniers mois, on a appris tellement de choses au sujet des atteintes (à la vie privée), de l'absence totale de contrôle et de la surveillance massive du moindre détail de nos vies. Et nous devons dire aux élus du Congrès qu'ils doivent faire quelque chose. »

Douze ans après l'adoption du Patriot Act voté après le 11 septembre pour élargir les compétences des services de renseignement dans le domaine de la surveillance des communications, ces manifestants viennent demander la fin de « l’espionnage américain » et des « mensonges ».

Les manifestants ont remis au Congrès une pétition signée sur internet par plus de 575 000 personnes et exigeant que les parlementaires « révèlent toute l’étendue des programmes d’espionnage de la NSA », chargée des interceptions des communications.

« Ce ne sont pas seulement des Américains qui sont pris dans ce filet. Nous devons résister au nom du reste du monde également », a lancé depuis la tribune Craig Aaron, président de Free Press, l’un des organisateurs. Selon lui, « il ne s’agit pas d’une question de droite ou de gauche, mais de bien et de mal ». « Maintenant nous voulons des actes » poursuit-il. « Pour la première fois (NDLR : depuis le début de cette polémique), nous voyons les gens se rassembler pour défendre leur vie privée », se réjouit Trevor Timm, 28 ans, membre de l’Electronic Frontier Foundation (EFF), l’une des organisations membres de Stop Watching Us.

« Nous appelons le Congrès à agir immédiatement pour mettre fin à cette surveillance et pour fournir un exposé public et complet des programmes de collecte des données de la NSA et du FBI », écrit Stop Watching US dans sa lettre adressée aux élus du Congrès publiée sur internet.

Pour l'administration Obama ainsi que de nombreux parlementaires, les programmes de la NSA sont essentiels pour la sécurité des États-Unis. Ils précisent en outre que ces programmes sont soigneusement contrôlés par le Congrès et la justice. Toutefois, rappelons qu'en août dernier le président Barack Obama avait annoncé une série de mesures pour assurer plus de transparence dans les programmes de surveillance, notamment la collecte des métadonnées téléphoniques.

Source : Stop Watching Us

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 28/10/2013 à 14:22
J'en pense que la propagande officielle, qui affirmait que les citoyens étasuniens soutenaient massivement la surveillance, vient d'en prendre un grand coup dans l'aile !
Avatar de stephgil29 stephgil29 - Membre habitué https://www.developpez.com
le 28/10/2013 à 14:39
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
J'en pense que la propagande officielle, qui affirmait que les citoyens étasuniens soutenaient massivement la surveillance, vient d'en prendre un grand coup dans l'aile !
Maintenant, 575000 signatures, ça ne fait que 0.18% de la population des Etats Unis... On ne peut pas classer cela dans la catégorie du rejet massif non plus
Avatar de Nathanael Marchand Nathanael Marchand - Rédacteur https://www.developpez.com
le 28/10/2013 à 15:10
Citation Envoyé par stephgil29 Voir le message
Maintenant, 575000 signatures, ça ne fait que 0.18% de la population des Etats Unis... On ne peut pas classer cela dans la catégorie du rejet massif non plus
En France, 5000 personnes dans la rue, c'est une manif qu'a fait un flop
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 28/10/2013 à 16:04
Citation Envoyé par stephgil29 Voir le message
Maintenant, 575000 signatures, ça ne fait que 0.18% de la population des Etats Unis... On ne peut pas classer cela dans la catégorie du rejet massif non plus
C'est sûr que si tu pars du principe que tout le reste de la population approuve...
Contacter le responsable de la rubrique Accueil