OVH Summit 2013 : OVH multiplie les outils pour les développeurs
Et affiche sa culture « de barbus », qu'avez-vous pensé de l'évènement ?

Le , par Gordon Fowler, Expert éminent sénior
OVH organisait, avant-hier aux Docks de Paris, sa première grande conférence pour échanger en direct avec son écosystème (clients, partenaires, développeurs, etc.). Developpez.com y était. Si vous n'avez pas pu vous y rendre, voici ce que l'on pouvait en retenir.

Au regard de la fréquentation du OVH Summit 2013 - deux à trois mille personnes - force est de constater que la PME de Roubaix n’a plus grand-chose à voir avec la petite start-up lancée « il y a seulement 15 ans ».


Octave Klaba sur scène

L’entreprise reste indubitablement familiale. C’est un fait. Sur la scène se sont succédés Octave Klaba, Directeur Général, son frère Miroslaw, en charge de la R&D, et Henri, le père, PDG du groupe. Toujours familiale donc, mais la société passé aujourd’hui un nouveau seuil.

Quelques indicateurs, donnés ou confirmés hier, lemontrent : un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros, une croissance de 35 à 40 % par an, 700 employés (un millier dans les deux à trois ans avec un recrutement un peu partout en France : « nous avons asséchés le bassin de Geeks de Roubaix » plaisante Octave Klaba) dont 200 personnes aux support (« pas d’outsourcing chez nous ! »), 200.000 utilisateurs d’hubiC, 130.000 lignes téléphoniques, 150.000 serveurs répartis sur 12 data-centers (dont 5 à Roubaix), et une croissance internationale entamée avec l’Amérique du Nord et l’Allemagne (« les allemands veulent les datacenters chez eux, dit-on, moi je ne sais pas… le seul moyen de savoir c’est d’y aller », explique le DG quand on le questionne sur sa stratégie).


Miroslaw, le frère

Mais chez OVH on parle surtout technique : prix du Kwh selon les pays, ping en millisecondes et kilomètres parcourus par le signal, modèle de fibres optiques et débits, distance des centrales et redondance électriques, etc. A son entrée, Klaba père plante d’ailleurs immédiatement le décor. « Moi, je suis ingénieur mécanicien ».

On parle donc aussi industrie lourde et chaîne de montage. Une des particularités d’OVH est en effet que la société fait tout elle-même : ses serveurs, son système de refroidissement, le réseau. « Nous produisons tout depuis le départ jusqu’au réseau parce que nous sommes une famille d’ingénieurs, martèle Henri Klaba, cela nous permet de réduire de 30 % nos coûts d’exploitation ».


Henri, le père

Parmi les prochains projets lourds d’OVH, un nouveau centre de données est prévu dans les deux à trois ans à Roubaix (les pourparlers sont en cours avec EDF) et un champ expérimental de six éoliennes près de Nancy. « On est fabriquant de nous propres éoliennes ! », souligne Klaba Père au cas où un doute subsisterait.

Professionnels du foncier et de l’industrie, OVH a également essayé de travailler son identité Geek et « de barbus » (mot par lequel le DG désigne avec sympathie les développeurs). « Nous sommes des passionnés d’informatique qui parlons à nos écrans noirs, lance par exemple Octave Klaba, nous essayons d’avoir le plus de feedbacks de nos clients sinon le Geek, il est malheureux, il ne sait pas quoi développer ».


Support et développeurs, un seul et même desk

Le Directeur Marketing, Alexandre Morel, est lui-même développeur. Et professeur d’informatique à l’Université de Lille.

Son mission, cette année, a principalement été de réorganiser les produits d’OVH pour les rendre plus lisibles. Il faut dire que l’utilisateur pouvait commencer à s’y perdre avec une quarantaines de produits allant du nom de domaine au Storage, en passant par les Virtual Private Server le CDN ou des VM préconfigurées. « Ceux qui pensent qu’OVH c’est juste de l’hébergement, vous avez bien fait de venir… vous risquez d’être secoués », entame Alexandre Morel.

Désormais, donc, OVH se structurera en 4 univers (Web, Dédié, Cloud et Téléphonie). Univers auxquels il faut ajouter l’activité de conseil pour « matcher » les « briques » de ces univers ou pour les clients qui souhaitent se lancer dans un projet sans avoir l’expertise interne (typiquement, les PME qui veulent une messagerie Exchange clef en main).


Les quatre « univers » d'OVH.com

Au sein de ces univers plusieurs nouveautés ont été annoncées pour les développeurs (barbus ou pas). Pêle-mêle :

  • vRack, pour interconnecter les différents services
  • une ergonomie revue en profondeur pour les portails clients et admin
  • des tableaux de bords dédiés personnalisés en fonction des besoins (des DSI, des Webagency, etc.)
  • une nouvelle API Restful pour piloter et combiner les services d’OVH (pour l’instant environ 60 % d’entre eux sont pris en charge)
  • l’API hubiC, les développeurs pourront intégrer l’accès à cet espace de stockage dans leurs applis
  • le VDSL disponible mi-octobre, qui d’après la société offre des performances similaires à la fibre mais sur des lignes classiques
  • l’arrivée des nouvelles extensions de domaines, dont le .ovh (une blague qui a reçu plus de 15.000 demandes) – validation espérée en 2014
  • PCS (Public Cloud Storage) qui devient transatlantique (un fichier peut être dupliqué en Europe et au Canada)
  • un Anti DDoS pour contrecarrer les attaques par déni de service qui, constate OVH, seraient de plus en plus nombreuses
  • Public Cloud Instance passe en version 2.0, et devient une offre de VM « as a service » entre IaaS et PaaS (un VMaaS synthétise Alexandre Morel)



Et petit déception, débordé par la demande (30.000 serveurs commandés en 6 semaines, soit l’équivalent de la demande globale sur 2012), OVH réservera ses serveurs dédiés à 3.99 € aux seuls étudiants. Actuellement « sold-out », ils donneront aux universitaires « une porte d’entrée sur Internet et un outil bon marché pour apprendre à administrer un serveur », dixit Octave Klaba

Avec toujours plus d’offres, OVH cherche toujours plus de clients. Son avenir passera à présent peut-être par les Etats-Unis. Certains prospects ont en effet une logique inverse de celle des européens : leurs données doivent être hébergées aux Etats-Unis et se conformer au Patriot Act. Qui plus est, « là-bas, tout est fait pour faire venir les entreprises », ajoute un brin admiratif le DG d’OVH.com. Sous-entendant que ce ne serait pas le cas partout…

Ce développement commercial passera en revanche à coup sûr par les SSII pour toucher des clients « moins Geeks » (banques, industriels, etc.). Une révolution sous forme de chocs culturels pour un groupe « de développeurs austères » face à des acteurs « plus habitués que nous à faire du serrage de main ».

Derrière ce succès, et ces projets, les défis ne manquent pas.

Le premier sera donc d’arriver à trouver de nouveaux partenaires / revendeurs pour passer un palier supplémentaire et élargir sa cible. Aujourd’hui ses produits vont déjà du grand public (hubiC) aux développeurs.

Mais comme le dit son DG, « OVH.com c’est un peu comme Castorama. Celui qui sait construire y trouvera tout ce qu’il veut pour faire sa maison. Chez nous c’est pareil. Mais en proposant des éléments préfabriqués, on pourrait toucher de nouveaux marchés ». Or Castorama ne propose pas de préfabriqués. OVH non plus. « Faire ce type d’offres m’embête parce que ce n’est pas notre cœur de métier, continue Octave Klaba, il va falloir que l’on trouve des partenaires de taille parce qu'on a nous aussi atteint une taille critique. On est en discussion ». Il faudra donc en premier lieu convaincre de « grosses SSII internationales ».


Octave Klaba en conférence de presse après sa plénière

Le deuxième d’entre eux – voulu - sera de conserver son indépendance. Autrement dit, de générer suffisamment de retours sur les 85 à 90 millions d’investissement annuels pour ne pas avoir à faire appel à une augmentation de capital. Ouvrir l'actionnariat reviendrait en effet à s’exposer à une influence externe et ne plus être seul à décider quels risques prendre ou quelle liberté laisser à la R&D.

Le troisième défi est d’ordre industriel. OVH pourra-t-il tenir la charge ? Les serveurs à 4 € montrent que l’entreprise peut être victime de son succès. Autre exemple, aujourd’hui, les datacenters de Roubaix sont « à 93 % full ».

En faisant tout - notamment l’assemblage de ses serveurs - OVH maitrise totalement son offre. Mais, presque seul fournisseur de lui-même, il court aussi le risque de ne pas pouvoir suivre la demande si celle-ci continue de croitre de manière exponentielle. Avec à la clef, une crise de croissance si son outil de production sature ou que des projets de constructions sont freinés.

Problème de riches et rançon du succès, dirons-nous.

Pour mémoire, OVH a été créé en 1999. Un an plus tard, l’entreprise proposait son premier serveur dédié. A cette date, elle possédait une vingtaine de machines. Aujourd’hui, OVH est numéro 1 européen avec 700.000 clients, « et bientôt n°1 mondial » clame son Twitter. Il revendique 150.000 serveurs. Et d'autres centres de données sont prévus à moyen terme sur la feuille de route.


Présences et projets d'OVH dans le monde (cliquer pour agrandir)

Le patriarche Henri Klaba a inventé un système révolutionnaire de refroidissement de serveurs. Gageons que cette famille d’entrepreneurs ingénieurs saura contenir une autre forme de chaleur : la surchauffe commerciale.

Source : Developpez.com, le 08 octobre 2013

Bonus : Octave Klaba compare l'apprentissage de la guitare et les investissements dans la R&D :



Et vous ?

Vous étiez au OVH Summit ? Qu'en avez-vous pensé ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de garheb garheb - Membre averti https://www.developpez.com
le 10/10/2013 à 21:46
Je n'étais pas au courant de cet évènement. J'y serais sans doute allé sinon.

Les chiffres sont très impressionnants, 35 à 40% de croissance pour une entreprise de plus de 10 ans, c'est quand même énorme.

Je n'étais pas au courant de l'offr epour étudiant, c'est bon à savoir, je comptais en reprendre un dans peu de temps.

J'espère pouvoir faire mon stage de fin d'études chez eux, cette entreprise a l'air d'être un environnement de boulot parfait.
Avatar de Chauve souris Chauve souris - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 11/10/2013 à 3:36
C'était le premier qui offrait un espace "cloud", j'ai donc ouvert un compte et récupéré l'utilitaire ad hoc mais je n'ai jamais rien pu y mettre. J'ai écris au service technique mais je n'ai jamais eu de réponse.

Pour ceux qui considèreraient que je suis trop nunuche pour cet exercice, je les informe qu'avec GDrive et Skydrive ça fonctionne sans souci.
Avatar de rthomas rthomas - Membre du Club https://www.developpez.com
le 11/10/2013 à 8:16
Ce qui fait défaut chez OVH c'est la doc.
Pas toujours à jours voir absente.
Voici la doc que l'on trouve
https://api.ovh.com/
pour comparaison regardez la d'Amazon AWS (http://aws.amazon.com/documentation/) ou de Google (https://developers.google.com)

De manière générale leurs idées sont bonnes mais le coté user n'aboutit jamais.
Il faudrait, comme Microsoft à une époque, stopper les nouveaux développements et finaliser tous les projets en cours.

Pour jouer dans la cours des grands il faut accompagner le client.

Rémi
Avatar de grunk grunk - Modérateur https://www.developpez.com
le 11/10/2013 à 8:39
Citation Envoyé par garheb  Voir le message
cette entreprise a l'air d'être un environnement de boulot parfait.

Quand je vois la photo de l'open space , j'ai pas pu m’empêcher de penser le contraire.
Déjà un open space de dév ça peut vite devenir bruyant , alors si t'as le support à coté qui passe sa journée au tél , j'imagine même pas le mal de crane le soir ^^

Ceci dit j'avais de l'estime pour OVH , notamment grâce à leur offre toujours au top techniquement et au prix juste. Mais j'ai du mal à cerné où il veulent en venir avec leur "sold-out" sur les dédié. Je trouve ça terriblement prétentieux d'afficher clairement la volonté de refuser des ventes pour taper sur les doigts de certains de ses clients ...
Avatar de Gordon Fowler Gordon Fowler - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 11/10/2013 à 11:33
Citation Envoyé par grunk  Voir le message
j'ai du mal à cerné où il veulent en venir avec leur "sold-out" sur les dédié. Je trouve ça terriblement prétentieux d'afficher clairement la volonté de refuser des ventes pour taper sur les doigts de certains de ses clients ...

Salut Grunk,

Octave Klaba a abordé ce sujet dans la plénière. AMHA, ce n'est pas seulement sa volonté mais aussi un des problèmes que j'évoque, liés à la croissance d'OVH .

Voici ce qu'il en a dit sur scène : "Pour les dédiés sold-out, désolé. Le but n'est pas de vous embêter. C'est un problème temporaire qui sera résolu dans quelques semaines. [...] Ce sont les effets collatéraux de l'innovation".

Après, il y a aussi clairement eu un problème de cannibalisation des offres qui n'avait (a priori) pas été anticipé par OVH. D'où l'annonce faîte cette semaine après la plénière de réserver les dédiés à 3.99 aux étudiants.

Pour ceux que le sujet intéresse, une justification complète et détaillée a été publiée fin septembre par OVH.

Cordialement à tous,
Avatar de grunk grunk - Modérateur https://www.developpez.com
le 11/10/2013 à 16:17
Le fond du problème c'est un manque de considération des plus anciens clients. Il devrait être possible pour un client sur une offre depuis X années de passer simplement à une offre récente, sans avoir à résilier le serveur courant pour profiter d'une nouvelle offre.

on pourrait imaginer un système de point fidélité comme ça peut se faire chez certains opérateur par exemple.

En tant que client c'est quand même vachement frustrant de payer la même chose que son voisin de baie alors qu'il à peut être 2x plus de ram ou de d'espace disque.

C'est pas notre cas , mais j'imagine les boites qui doivent régulièrement ajouter des serveurs , là du jour au lendemain soit ils patientent et perdent potentiellement des clients soit ils complexifient leur gestion et passe chez un autre fourniseur , pas cool.
Avatar de gph gph - Membre habitué https://www.developpez.com
le 14/10/2013 à 9:33
OVh, longtemps que j'utilise avec un bon niveau de satisfaction.

Le coté documentaire est assez médiocre (dommage surtout pour les API hubic par exemple)

Pour les dédiés, c'est eux qui vont être perdants. Online, son concurrent direct, va récupérer des clients.
Perso j'utilise les 2 pour ne pas avoir tous les oeufs dans le même panier.

Malgré ces quelques défauts (qui n'en à pas ) rapport qualité prix je trouve les services OVH bon (et même un peu plus).
Offres d'emploi IT
Architecte et intégrateur scade/simulink H/F
Safran - Ile de France - Vélizy-Villacoublay (78140)
Ingénieur conception en électronique de puissance H/F
Safran - Ile de France - Moissy-Cramayel (77550)
Architecte technique des systèmes d'information H/F
Safran - Ile de France - Évry (91090)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil