Newsletter Developpez.com

Inscrivez-vous gratuitement au Club pour recevoir
la newsletter hebdomadaire des développeurs et IT pro

L'espionnage de la NSA est-il hors de contrôle ?
Un employé use de ses privilèges pour écouter les communications de 9 femmes pendant 6 ans

Le , par Hinault Romaric, Responsable .NET
Dans une lettre envoyée aux Sénateurs, le général Keith Alexander, patron de la NSA a révélé quelques abus des programmes d’espionnage de l’agence de sécurité.

Depuis les révélations d’Edward Snowden sur le projet PRISM (voir le dossier complet de la rédaction) et le vaste programme de cyberespionnage de la NSA, l’agence fait face à des demandes d’explications, indignations et reproches tant des Américains que des autres gouvernements.

Depuis ce déballage en plein air, l’organisme de sécurité multiplie les explications auprès de la chambre des représentants et du gouvernement afin de présenter le bien-fondé du programme pour la sécurité des citoyens.

Dans la série des documents transmis à cette fin, on apprend qu’un employé indélicat a usé des outils de surveillance de la NSA pour intercepter illicitement les conversations téléphoniques de neuf femmes pendant près de six ans.

Les actes de l’employé ont été découverts suite à une enquête, après qu’une salariée du gouvernement américain ait confié qu’elle soupçonnait son amant de surveiller ses appels téléphoniques.

Plusieurs autres cas ont également été rapportés. Un autre personnel de la NSA avait entre 2001 et 2003 surveillé les échanges téléphoniques de trois femmes, selon l’inspection générale de la NSA. Une employée en poste à l’étranger avait admis utiliser les programmes pour « surveiller le téléphone de son mari, qu’elle soupçonnait qu’il avait une liaison. »

Un autre cas relate l’utilisation des outils de surveillance de la NSA par une salariée pour enquêter sur les personnes qu’elle a rencontrées, afin de s’assurer que « celles-ci ne sont pas louches ». Un militaire de la NSA aurait dès son premier jour de travail, effectué des recherches sur six emails d’une ancienne copine. Découvert, il a déclaré qu’il était en phase d’entrainement.

Au total 12 cas de surveillance pour des « renseignements amoureux » ont été listés par l’inspection générale. Sept des employés auraient démissionné ou pris une retraite anticipée. Pour le général Keith Alexander, il s’agit de « très rares exceptions d’erreurs involontaires ».

Source : The Guardian


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Loceka Loceka - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 03/10/2013 à 15:15
« Mais non, il n'y a aucune raison qu'on s'intéresse à moi, je ne suis pas un terroriste, je n'ai rien à cacher »
Avatar de Orgoff Orgoff - Membre averti https://www.developpez.com
le 03/10/2013 à 15:21
Citation Envoyé par Hinault Romaric  Voir le message
[B][SIZE="4"]
Au total 12 cas de surveillance pour des « renseignements amoureux » ont été listés par l’inspection générale. Sept des employés auraient démissionné ou pris une retraite anticipée. Pour le General Keith Alexander, il s’agit de « très rares exceptions d’erreurs involontaires ».

Pas de poursuites judiciaires pour ces employés détournant les moyens gouvernementaux pour espionner leur entourage ? Je trouve que c'est un peu léger de voir juste des démissions ou des retraites anticipées sans aucune condamnations. Peut-être que la NSA, célèbre par leur romantisme, passe l'éponge vu que ces renseignements sont de nature "amoureux".
Avatar de gnto gnto - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 03/10/2013 à 15:56
Citation Envoyé par General Keith Alexander
« très rares exceptions d’erreurs involontaires »

Bon ok il n'y en pas beaucoup "rare et exceptionnel" et c'est des erreurs involontaires donc légitime. Enfin une erreur volontaire, c'est un sabotage, n'aillons pas peur des mots. Il y a des pays ou la sentence aurait été pire comme quoi la démocratie a encore de beaux jours devant elle.
Avatar de redbullch redbullch - Membre averti https://www.developpez.com
le 03/10/2013 à 16:12
Citation Envoyé par Orgoff  Voir le message
Pas de poursuites judiciaires pour ces employés détournant les moyens gouvernementaux pour espionner leur entourage ? Je trouve que c'est un peu léger de voir juste des démissions ou des retraites anticipées sans aucune condamnations. Peut-être que la NSA, célèbre par leur romantisme, passe l'éponge vu que ces renseignements sont de nature "amoureux".

Ils n'ont peut-être pas envie que le tribunal se retourne contre eux en disant : "Pourquoi n'avez-vous pas mis en place des procédures qualités afin de contrôler l'accès aux informations ?"
Avatar de malkav1978 malkav1978 - Membre habitué https://www.developpez.com
le 03/10/2013 à 16:57
Citation Envoyé par Hinault Romaric  Voir le message
Pour le général Keith Alexander, il s’agit de « très rares exceptions d’erreurs involontaires ».

En fait quand tu bosses pour la NSA et que tu fais une connerie, il suffit de dire « J'ai glissé chef » et on en parle plus.
Avatar de yoyo3d yoyo3d - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 03/10/2013 à 17:03
Au total 12 cas de surveillance pour des « renseignements amoureux » ont été listés par l’inspection générale. Sept des employés auraient démissionné ou pris une retraite anticipée. Pour le général Keith Alexander, il s’agit de « très rares exceptions d’erreurs involontaires ».

trop facile, ont "avoue" (aprés avoir été découvert) qu'il y à eu quelques dérapages "sentimentaux" pour masquer et faire oublier le plus gros de la bavure....
Avatar de Aiekick Aiekick - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 03/10/2013 à 17:06
je penses surtout qu'il n'y a pas eu de poursuites parce que s'agissant d’opérations secrètes, et sachant que les salariés de la nsa ne sont pas tous militaires, une condamnation aurait éclaboussé publiquement le programme dont l'existence n'était pas avérée et ne devait pas l’être.
Avatar de HelpmeMM HelpmeMM - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 03/10/2013 à 17:40
Citation Envoyé par redbullch  Voir le message
Ils n'ont peut-être pas envie que le tribunal se retourne contre eux en disant : "Pourquoi n'avez-vous pas mis en place des procédures qualités afin de contrôler l'accès aux informations ?"

C'est toujours le problèmes ont met un niveau de sécurité supplémentaires , dans notre cas une autre instance qui contrôlerai les demandes,et au final on se rend compte que:

-soit les moyens sont insuffisants, et du coup cela n'a été mit en place que pour donner bonne conscience, ou pour faire croire qu'on contrôle la situation
-soit un humains reste un humains dont techniquement soudoyable.
-je ne parle même pas de la demande pour espionner x pour une raison Y et au final on l'espionne pour la raison z

le problème de trop contrôler , c'est aussi qu'on va rajouter de la longueur administrative, alors que la requête peut être une urgence et nécessite l'information en temps réels.

il n'y a pas de bonne solutions. mais ils y en a sans doute une moins pire je leur souhaite bonne chance pour la trouver
Avatar de Itachi_93 Itachi_93 - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 03/10/2013 à 18:55
Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.
Avatar de andry.aime andry.aime - Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
le 03/10/2013 à 19:33
Citation Envoyé par Itachi_93  Voir le message
Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

Ça, c'est toi qui le dit. Mais dans la vie réelle:
Un grand pouvoir implique de grandes abus.

Offres d'emploi IT
Responsable transverse - engagement métiers H/F
Safran - Ile de France - Corbeil-Essonnes (91100)
Ingénieur conception en électronique de puissance H/F
Safran - Ile de France - Moissy-Cramayel (77550)
Architecte et intégrateur scade/simulink H/F
Safran - Ile de France - Vélizy-Villacoublay (78140)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil