Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Microsoft publie son rapport sur les requêtes des gouvernements quant aux données utilisateurs
La France parmi les cinq plus grands demandeurs

Le , par Stéphane le calme

63PARTAGES

2  0 
Microsoft a rendu public les derniers chiffres des demandes de données consécutives à des actions en justice. Au total, l'entreprise enregistre 37 196 demandes sur le premier semestre à travers le monde parmi lesquelles 7 992 en provenance d’instances américaines, touchant un total de 66 539 comptes. En 2012, Microsoft avait reçu 75 378 requêtes couvrant 137 424 comptes.


Microsoft affirme que, dans 77 % des cas, il s’est limité à transmettre des informations « sans contenu » (nom, adresse, type de souscription etc.). D'ailleurs dans 21 % des cas, l’entreprise assure n'avoir rien communiqué. Seul une petite proportion (2,19 %) a conduit à une divulgation des données utilisateurs dont 92 % provenaient des États-Unis dans le cadre d’enquêtes judiciaires. Ce pourcentage représente un peu plus de 800 demandes.

La plupart de ces requêtes affectait les comptes consommateurs. Seuls 19 demandes ciblaient les comptes entreprises et provenaient toutes des États-Unis. Microsoft a dévoilé les données utilisateurs dans quatre cas et a transmis des informations « sans contenu » dans un seul. Concernant Skype, l'entreprise affirme ne pas avoir remis le contenu des conversations.

73 % des requêtes ont été émises par cinq pays : les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne et la Turquie.

De fait, Microsoft exclut ici les demandes formulées par des organismes de renseignement américains, comme la NSA qui, dans le cadre de son programme d’écoute à grande échelle PRISM, échappe à ces procédures de requêtes judiciaires. Dans ce domaine, la société est légalement contrainte au silence au même titre que Facebook, Yahoo et d'autres poids lourds de l'industrie technologique.

Source : Microsoft

Et vous ?

L’arbre qui cache la forêt ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Uranne-jimmy
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 30/09/2013 à 12:19
Donc ! On a des cas de données apportés aux demandeurs, faible à l'échelle de la chose, mais quand même 800 cas. Et on a pas ici les cas du NSA, on a donc que la partie visible d'un iceberg monstrueusement grand ...
0  0