Porter la mention « programmeur » à son CV nuirait à la carrière d'un ingénieur
Selon le propriétaire d'une SSII

Le , par Stéphane le calme

21PARTAGES

10  3 
Avec la crise de l’emploi que connaissent actuellement la France ainsi que d’autres pays à l’échelle mondiale, il est important pour les élèves et étudiants d’avoir la meilleure orientation possible quant aux débouchés que leur offrent leurs formations.

S’intéressant au domaine de l’ingénierie, Patrick McKenzie, fondateur d’une petite SSII du nom de Kazulmeus, conseille aux étudiants de ne pas porter la mention « programmeur » à leur CV.

Pour lui, les entreprises cherchent des logiciels qui vont leur permettre de faire des économies ou d'augmenter leur chiffre d'affaires. « 90 % des postes à pourvoir aux programmeurs se trouvent dans la conception de logiciel entreprise » estime-t-il et les ingénieurs embauchés ne sont là que pour créer de la valeur, pas pour « programmer des choses » . L'objectif des entreprises est le même ; augmenter les revenus et réduire les coûts.

Se présenter comme programmeur est « suicidaire » pour une carrière car le mot en lui même est mal perçu par les décideurs selon McKenzie qui l'assimilent souvent à « un salarié anormalement surpayé qui écrit du charabia dans un autre charabia ». D'ailleurs il rajoute que si vous vous faites appeler programmeur, quelqu'un travaille déjà au moyen de vous faire congédier. Il recommande plutôt de se décrire sur son CV en référence aux précédentes réalisations faites pour un employeur en terme d'accroissement de revenus et de réduction des coûts.

Ce à quoi Jacques Mattheij, un codeur, répond fièrement « je suis un programmeur ». Pour lui, contrairement à ce que pense McKenzie, le programmeur n'est pas destructeur d'emploi, a contrario il en crée. Les programmeurs sont des hommes et des femmes capables d'analyser les problèmes du monde réel et d'y apporter des solutions ; donner un titre fantaisiste à un CV servira surtout à se faire un peu plus d'argent.

Un titre de CV pourrait faire la différence mais n'est pas un facteur déterminant pour décrocher un emploi précise-t-il. Ce qui importe ce n'est pas la façon dont vous vous qualifiez vous-même sur votre CV car, en réalité, personne ne convient parfaitement à la description d'une offre d'emploi. Analyste programmeur, ingénieur système, architecte logiciel, tous ces qualificatifs n'auront que peu d'impact sur votre salaire si la compagnie attache plus de valeur au rendement généré par vos créations qu'à votre titre.

Un métier noble pour Mattheij qui explique que programmeur est la seule fonction qui permette de toucher à plusieurs branches : biologie, finance, optique, électronique, etc. D'ailleurs, il considère les programmeurs comme les interprètes entre les désirs des humains et les représentations des machines qui sont censées effectuer le travail.

Il différencie toutefois le programmeur d'une personne qui utilise des modules développés par d'autres.

« Comme titre de CV j'ai opté pour programmeur et jusqu'à présent je ne regrette pas cette décision. » affirme Mattheij.

Sources : Kalzumeus, Jacques Mattheij

Et vous ?

Quel est votre point de vue ? Se présenter comme programmeur peut-il porter préjudice à un ingénieur ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de SylvainPV
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 30/07/2013 à 13:55
Code : Sélectionner tout
Se présenter comme programmeur est « suicidaire » pour une carrière car le mot en lui même est mal perçu par les décideurs selon McKenzie qui l'assimilent souvent à « un salarié anormalement surpayé qui écrit du charabia dans un autre charabia ».
Dans ce cas il vaut mieux se présenter comme "programmeur" pour éviter de bosser pour des cons.
50  0 
Avatar de Gugelhupf
Modérateur https://www.developpez.com
Le 30/07/2013 à 13:45
C'est drôle parce que porter la mention « SSII » peut aussi nuire à l'image de certaines entreprises.

Au téléphone :
- Vous êtes une SSII ?
- Nous sommes une société de recrutement
32  0 
Avatar de erwanlb
Inactif https://www.developpez.com
Le 30/07/2013 à 13:45
En gros au lieu de remettre en cause une mentalité à la con, il propose que les "programmeurs" se cachent...

Si en tant qu'ingénieur il élude tous ses problèmes de cette manière, il va plus y avoir de place sous le paillasson...
26  0 
Avatar de Luckyluke34
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 30/07/2013 à 23:05
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Porter la mention « programmeur » à son CV nuirait à la carrière d'un ingénieur
selon le propriétaire d'une SSII
Je trouve assez lamentable de déterrer un billet de blog de 2011 qui non seulement ne s'applique pas à notre pays et à notre époque pour mille raisons, mais en plus relance une guéguerre débile entre technique et fonctionnel en provoquant "les développeurs" là où ça fait mal afin de s'assurer que la flamewar sera au rendez-vous. Bref, ce qu'on appelle un gros troll bien épais.

La news Developpez ne fait que relayer et amplifier ce troll en rajoutant une pincée de sensationalisme via l'incorporation d'une composante nationale (la "SSII" au problème, ce qui n'est ni juste par rapport au contexte américain de la discussion de départ, ni souhaitable.

  • En France, on utilise déjà très peu le terme "programmeur" sur des CV. La dénomination "analyste programmeur" a depuis longtemps cédé la place à "développeur" et autres "ingénieur développement". Je ne suis pas sûr qu'il viendrait à l'idée d'un quelconque jeune diplômé d'aujourd'hui d'écrire "Programmeur" en gras en en-tête de son CV. A la limite on pourrait lui déconseiller de le mettre, pas du tout pour les raisons évoquées dans le post de McKenzie mais

    1/ pour éviter de passer pour un ringard, mais ça je pense qu'il le sait déjà, et
    2/ parce que les recruteurs français sont fascinés par les diplômes, et qu'un "ingénieur" ou autre a une aura incomparablement plus brillante qu'un "programmeur".

  • Le post agite comme épouvantail l'image d'un "anomalously high-cost peon" pour justifier le non-empoi du terme Programmer. En France, c'est beaucoup moins vrai qu'en Amérique où il existe effectivement des développeurs payés comme des rock star. Honnêtement, je ne pense pas que l'image que les gens ont spontanément ici quand on leur dit "programmeur" soit "coûteux". Les antagonismes entre développeurs et non-développeurs sont largement différents, peut-être parce qu'historiquement nous avons eu beaucoup moins de petits génies de l'informatique qui ont fait fortune, que l'effet Silicon Valley ne joue pas ici et que les informaticiens ont moins tendance à "se vendre". En fait, la dévalorisation de notre métier vient bien plus de la communauté informatique elle-même, où "passé 30 ans, si tu es encore développeur, tu as raté ta carrière".

  • Je ne sais pas si on se rend compte à quel degré sur l'échelle du néo-libéralisme sectaire l'auteur se trouve lorsqu'il dit :
    Solving complex technical problems is not a goal. Writing bug-free code is not a goal. Using sexy programming languages is not a goal. Add revenue. Reduce costs. Those are your only goals.
    Traduction : "faites du fric, on s'en fout de savoir comment". La qualité du logiciel est accessoire, la satisfaction du client est accessoire, la satisfaction du codeur est accessoire. Je pense qu'en Europe et dans notre pays en particulier cette mentalité est plus rare, ou en tout cas elle n'est pas érigée en doctrine. Si on pouvait éviter qu'elle le devienne, ça serait bien.

  • Le mouvement général en France ne se fait pas dans le sens du billet de kalzumeus, mais plutôt à l'inverse. Les choses évoluent et on constate une certaine inflexion vers une valorisation des métiers techniques, notamment avec le mouvement Fier d'être développeur lancé d'ailleurs entre autres par des chefs d'entreprise, ou encore l'école 42 de Xavier Niel.

  • Pour finir, je suis de l'avis exactement opposé à McKenzie lorsqu'il propose de ne plus s'appeler Programmeurs. Est-ce que vous iriez acheter votre pain chez un "fournisseur de valeur ajoutée alimentaire" ? Est-ce que vous feriez réparer votre voiture chez un "réducteur de coûts mécaniques" ? Il y a un moment où il faut appeler un chat un chat, et employer un chat pour ce qu'il sait faire : traquer les souris. Oui, certaines personnes ont des a priori sur les développeurs, mais une grande majorité les considère globalement comme bons dans ce qu'il font, et c'est à nous de prouver que c'est vrai, pas en étant honteux de nos talents de solutionneurs de problèmes techniques, mais en les mettant en avant comme pouvant résoudre des problèmes métier.


Bref, éviter de se dire "Développeur" ou "Programmeur" en France est une mauvaise solution à un problème qui existe plutôt plus rarement qu'ailleurs, et, heureusement et on espère que ça va continuer, de moins en moins.
21  1 
Avatar de Lyons
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 30/07/2013 à 16:52
Si le recruteur pense que la personne qui a utilisé le mot "développeur" est moins compétente que celle qui a utilisé le mot "ingénieur" c'est qu'il n'est lui-même pas assez compétent pour le poste qu'il occupe.
11  0 
Avatar de loufab
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 30/07/2013 à 14:50
Parfait ! Les programmeurs vont vendre des produits et les commerciaux les coder.
10  0 
Avatar de Kearz
Membre expert https://www.developpez.com
Le 30/07/2013 à 13:40
Quel est votre point de vue ? Se présenter comme programmeur peut-il porter préjudice à un ingénieur ?
Oui en France c'est préjudiciable. Les recruteurs vont voir un titre du type "Programmeur", ils vont penser "BTS/DUT" et non ingénieur.

Déjà quand j'étais en DUT et qu'on voulait mettre "développeur" sur nos CV on nous demandé de mettre "Analyste Développeur". Donc dans l'esprit des recruteur programmeur/développeur c'est le bas de l'échelle dans la programmation, c'est malheureux mais c'est le cas.
9  1 
Avatar de Golgotha
Membre expert https://www.developpez.com
Le 30/07/2013 à 15:05
un salarié anormalement surpayé qui écrit du charabia dans un autre charabia
Ont a atteint un nouveau niveau dans la connerie.
8  0 
Avatar de redcurve
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/07/2013 à 16:44
Citation Envoyé par gps10 Voir le message
Ou un train d'avance?

Moi je mets "développeur" car "programmeur" pour moi ça fait un peu "parametreur de magnétoscope"

Développeur c'est has been l'avenir est d'être programmateur


Le programmateur est magique car contrairement au développeur il ne gueule par devant des specs pourrie, le programmateur est mal payé, le programmateur est comme la pierre philosophale tu sélectionne le programme et tu as le software que tu veux quasiment gratuitement.
7  0 
Avatar de OButterlin
Modérateur https://www.developpez.com
Le 31/07/2013 à 11:56
Il me semble que tout ça illustre bien une chose : pour le métier du développement d'applications, ce ne sont pas les bonnes personnes qui sont chargées du recrutement ou du premier filtre...
En France, ce qui compte pour une majorité de recruteurs, c'est le diplôme.
BAC+2 = blaireau trop stupide pour faire des études
BAC+5 = ça c'est un bon

Pour ma part, et pour l'avoir vérifié à de nombreuses reprises, c'est la personne qui fait la différence, pas son diplôme, parce que (presque) tout ce qu'on nous a appris en cours ne sert plus depuis longtemps , l'informatique évolue vite et seules les personnes curieuses et qui font de l'auto-formation sont précieuses... allez faire comprendre ça à la majorité des recruteurs...
7  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web