La proposition Antitrust de Google rejetée par l'Union Européenne
Le Commissaire Européen demande à l'entreprise de l'améliorer

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Mise à jour du 18/07/2013

En novembre 2010, une enquête avait été ouverte par la Commission Européenne suite à plusieurs plaintes, dont celle de la coalition FairSearch qui reprochait à Google de biaiser la concurrence sur les marchés de la recherche et de la publicité en ligne, en mettant en avant ses propres services au détriment de moteurs de recherches spécialisés, par exemple dans les restaurants ou la géolocalisation.

Depuis, des négociations sont en cours et Google avait proposé une formule qui était censée régler le conflit définitivement en avril dernier. L'Europe avait donné un mois aux rivaux de Google pour jauger de la pertinence de l'offre de Google.

Dans sa proposition, Google prévoyait l’affichage de liens de services concurrents sur son moteur de recherche, mais aussi la différentiation des résultats pointant vers des services propres à Google afin que les utilisateurs puissent les distinguer et faire leur choix en toute connaissance de cause.

Seulement, après la réponse de la plupart des participants qui s'est avérée négative, Joaquin Almunia, commissaire européen chargé de la Concurrence, a annoncé hier avoir demandé au patron de Google, Eric Schmidt, d'améliorer ses propositions pour remédier aux entraves à la concurrence dont son entreprise est soupçonnée

« Après l'analyse des résultats de l'enquête de marché, j'ai conclu que les propositions que Google nous a envoyées il y a quelques mois n'étaient pas suffisantes pour répondre à nos inquiétudes. J'ai par conséquent écrit une lettre à M. Schmidt pour demander que sa société améliore ses propositions ou nous en présente d'autres », a-t-il écrit au cours d'un point de presse.


Google, qui risque une amende allant jusqu'à 10 % de son chiffre d'affaires (qui s'élevait à 37,9 milliards de dollars l'année passée), a indiqué qu’il continuerait de travailler avec la Commission pour trouver une solution au problème.

Source : Le Figaro

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de hn2k5 hn2k5 - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 18/07/2013 à 16:58
En alliance avec d'autres entreprises, dont Microsoft, ces membres accusent Google d'abus de position dominante
Qqn peut me dire combien de fois Microsoft a été accusé d'abus de position dominante svp ? Ils se foutraient pas un peu de la gueule du monde ?
Bientôt on va voir Balkany dénoncer les prises illégales d'intérêts par les élus ??
Avatar de Gojir4 Gojir4 - Membre averti https://www.developpez.com
le 18/07/2013 à 17:10
La seule chose qui me vient à l'esprit en voyant ce post c'est : La commission européenne n'as-t-elle rien de mieux à foutre ??

Tout ça parce que les concurrents n'arrive pas à faire mieux...
Avatar de pcaboche pcaboche - Rédacteur https://www.developpez.com
le 18/07/2013 à 17:13
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Google, qui risque une amende allant jusqu'à 10 % de son chiffre d'affaires (qui s'élevait à 37,9 milliards de dollars l'année passée), a indiqué qu’il continuerait de travailler avec la Commission pour trouver une solution au problème.
Étant donné que Google pratique l' "optimisation fiscale" pour éviter de payer les impôts sur les bénéfices réalisés sur sol Européen, ça paraît presque "normal" que l'Europe se récupère d'une autre manière, en faisant payer de lourdes amendes qu'on ne peut pas éviter...

(je sais, normalement, il n'y a pas de relation de cause à effet. Cependant j'aime bien l'idée : "tu refuses de payer 150 millions d'impôts ? Pas de problème ! À la place, je te fais juste payer 4 milliards d'amendes sur un truc qui n'a strictement rien à voir... ".

Non, j'admets, cette hypothèse est complètement tirée par les cheveux. Après tout, c'est pas comme si l'Europe avait urgemment besoin d'argent pour faire face à une récession économique... )
Avatar de phili_b phili_b - Expert éminent https://www.developpez.com
le 18/07/2013 à 23:40
Citation Envoyé par Nissa Comet Voir le message
sur l’activité prétendument anticoncurrentielle de Google
Si ce n'est pas de l'information "neutre"!?

Autant google a beaucoup apporté ces dernières années en terme d'innovation, autant utiliser le terme "prétendu" est complétement orienté. Il faut être aveugle pour ne pas voir que google est en situation de monopole. (A moins que ça soit un faux-ami issue de la traduction anglais-français).

Après c'est sans doute de la faute des autres qui ont des moteurs de recherche anémique, qui font que de proche en proche google est devenu un quasi-monopole de fait. Mais il n'empêche qu'en dépit des bienfaits de google, je ne trouve pas que ce monopole soit très sain.

Si AT&T, IBM, Microsoft ont vu passé le boulet des lois anti-trust de plus moins près ce sont pour les mêmes raison. Prétexter par un jugement de valeur, sous pretexte que Google est sympa et efficace, qu'on ne devrait pas étudier sa position dominante est naïf.

Après ça ne veut pas dire que je vais me mettre à utiliser des moteurs beaucoup moins efficace, surtout venant d'alliés de circonstances dans le mobile que sont Nokia et Microsoft.
Avatar de seblutfr seblutfr - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 19/07/2013 à 8:31
Citation Envoyé par hn2k5 Voir le message
Qqn peut me dire combien de fois Microsoft a été accusé d'abus de position dominante svp ? Ils se foutraient pas un peu de la gueule du monde ?
Ben non. Qu'ils soient accusés sur un marché ne les empêche pas d'accuser sur un autre. Et heureusement.
Avatar de hn2k5 hn2k5 - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 19/07/2013 à 9:39
Non, ça ne les empêche pas, mais niveau crédibilité c'est un peu limite, je trouve.
Comme Cahuzac ministre du Budget et qui met de l'argent à l'ombre...


Cdlmt
Avatar de Cedric Chevalier Cedric Chevalier - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 16/09/2013 à 17:36
Google fait de nouvelles propositions pour éviter les sanctions de la commission antitrust européenne
qui seront évaluées dans les jours à venir

Mise à jour du 16/09/2013

L’affaire qui oppose Google, le géant américain, à certaines firmes concurrentes en Europe, n’est pas prête de s’arrêter.

La firme de Mountain View a été accusée de concurrence déloyale par plusieurs acteurs européens opérant dans le même secteur d’activité.

Sous la menace de reverser 10 % de son chiffre d'affaires annuel global aux parties plaignantes, Google a fait des concessions afin de desserrer l’étau qui la maintient sur le marché des moteurs de recherche européens. Concessions qui ont d’ailleurs été réfutées énergiquement par les parties concurrentes.

Google n’est pas seulement un requin qui dévorerait à lui seul toutes les parts de marché européennes des moteurs de recherche qui lui sont accessibles, mais aussi une firme qui a permis à plusieurs startup européennes de se faire une place au soleil, comme le fait remarquer Joaquin Almunia, responsable de la commission antitrust européenne.

L’application de l’article 7 du règlement antitrust européen au géant américain (qui permet de sanctionner Google), devient logiquement de ce fait très difficile. C’est ainsi que l’autre alternative (l’article 9) est de plus en plus explorée comme possible solution de sortie de crise.

En effet, Google a fait d’autres propositions qui seront évaluées par la commission européenne antitrust dans les jours à venir. Il faudrait préciser au passage que le contenu de ces dernières n’a pas été rendu public.

Source : Financial Time

Et vous ?

D'après vous, est-ce-que la démarche adoptée par la commission antitrust européenne est vouée à l'échec ? Pourquoi ?
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 29/10/2013 à 1:55
Antitrust : Bruxelles soumet les nouvelles propositions de Google à ses concurrents,
ils ont un mois pour les tester et les commenter

C'est la seconde fois que les concurrents de Google sont invités à tester les propositions de la firme afin de mettre un terme aux accusations d'abus de position dominante. Bruxelles leur a fait parvenir lundi des questionnaires afin qu'ils testent les nouveaux remèdes proposés par Google, soupçonné de biaiser la concurrence sur les marchés de la recherche et de la publicité en ligne.

« Dans le cadre de l'enquête en cours, la Commission souhaite connaître l'opinion des plaignants et des autres acteurs de marché concernés par les propositions améliorées de Google. (...) Dans cette optique, elle leur a adressé aujourd'hui des questionnaires », a déclaré Antoine Colombani, porte-parole de Joaquin Almunia, le commissaire européen responsable de la Concurrence.

Les premiers remèdes proposés au printemps par le géant américain n'avaient pas été jugés suffisants par ses concurrents, parmi lesquels Microsoft. En conséquence, Google avait dû revoir sa copie. Début octobre, Google avait fait de nouvelles propositions pour mettre fin à une enquête qui dure déjà depuis plusieurs années. M. Almunia avait alors estimé que ces remèdes constituaient « une amélioration substantielle » par rapport à une première série d'engagements proposés au printemps.

« Nous avons apporté des changements significatifs pour répondre aux préoccupations de la Commission européenne, en augmentant considérablement la visibilité des services concurrents et en réglant d'autres problèmes », a rappelé lundi un porte-parole de Google.

Cette fois-ci, les plaignants ne disposent plus que d'un mois pour commenter et tester les remèdes améliorés. Ce délai a été jugé trop court lundi par l’organisation FairSearch, qui regroupe une partie des plaignants.

Pour Thomas Vinje, le conseil de FairSearch, « il semble aucun changement véritablement significatif n'a été apporté à la proposition initiale, si bien qu'il est difficile de voir comment ce nouveau paquet peut espérer résoudre les problèmes de concurrence ». Ce à quoi Al Verney, porte-parole de Google, a répliqué en disant que « nos concurrents semblent moins intéressés par le fait de trouver une solution que de s'emmêler dans un conflit sans fin ».

Si les propositions améliorées sont cette fois-ci jugées satisfaisantes, la Commission les rendra contraignantes. Dans le cas contraire, elle enverra une communication des griefs au géant d'internet dans les prochains mois, ce qui pourrait se traduire au terme du processus par une amende atteignant au maximum 10% du chiffre d'affaires annuel de l'entreprise.

Source : L'Expansion

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Avatar de imikado imikado - Rédacteur https://www.developpez.com
le 29/10/2013 à 9:05
accusations d'abus de position dominante.
Et la vente lié de windows sur les PCs en magasin ??

Pourquoi certaines sociétés se prennent par la main et proposent leurs pc avec/sans windows avec 100 euros de différence ?

Pourquoi, ces constructeurs ne peuvent pas respecter la loi en proposant le numero d'activation à part dans une enveloppe plutot que de la coller sur l'ordinateur ?

Dell: http://www.dell.com/fr/entreprise/p/...ps-13-linux/pd
LDLC (propose de choisir le meme pc avec/sans os) http://www.ldlc.com/informatique/ord...v403-2134.html
Avatar de Kiiwi Kiiwi - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 29/10/2013 à 10:12
Quels sont les constructeurs PC qui ne proposent pas le remboursement de la licence Windows?
Contacter le responsable de la rubrique Accueil