Mozilla : des « extrémistes » coupés des réalités
Accuse un représentant des publicitaires qui ne veut ni filtrage des cookies ni bloqueur de pubs

Le , par Gordon Fowler

0PARTAGES

3  0 
Mise à jour du 17/07/13

Décidément, ces cookies font du bruit. Leur futur filtrage dans Firefox, le navigateur de la Fondation Mozilla, suscite des réactions ulcérées de la part de l’industrie publicitaire.

La dernière en date vient du IAB (Interactive Advertising Bureau). Son président, Randall Rothenberg, considère que la volonté de la Fondation de bloquer par défaut les cookies – utilisés pour suivre la navigation des internautes sur plusieurs sites – est la preuve que celle-ci serait « un cocon rempli de techno-libertariens et d’une élite académique qui croit en la liberté et à l’indépendance individuelle (N.D.L.R. : en vo "liberty and freedom", [mais à qui] il reste encore à définir ces deux concepts ».

En février, Mozilla a décidé ce blocage, avant de décaler sa mise en application. Une extension réalisée l’année dernière par la fondation permet de saisir l'ampleur du problème traité. Collusion modélise clairement la manière dont les cookies sont utilisés pour suivre l’internaute et partager ces données via des réseaux publicitaires croisés.


Collusion de Mozilla

À la différence de AdBlock ou du filtrage des publicités – envisagé par Free par exemple – bloquer les cookies par défaut ne retire pas les annonces. Un tel projet empêche juste de les personnaliser.

C’est déjà trop pour Randall Rothenberg.

Pour lui, les cookies tiers (N.B. : qui sont différents, dans l’usage, de ceux liés à un seul site, et dont les données de navigation ne quittent pas ce site), seraient au centre du système publicitaire du web depuis 15 ans. Ils permettent, par exemple, la mesure des retombés d’une campagne. « S’ils sont boycottés, des milliards de dollars et des centaines de milliers d’emplois disparaîtront », écrit-il. Les grands réseaux survivraient à ce blocage, mais pas les petits.


Les « techno-libertariens » de Mozilla ne travaillent pas seuls sur le projet. Le code de l’outil de blocage est réalisé en collaboration avec le CCH - le Cookie Clearinghouse – au sein de la prestigieuse université de Stanford.

La directrice du CCH - Aleecia McDonald - en prend donc elle aussi pour son grade. Cette dernière ne cache pas que, pour elle, la protection de la vie privée est une valeur supérieure à la survie d’une ou de plusieurs entreprises. Ce peu de compassion pour le secteur publicitaire ne plait évidemment pas à Randall Rothenberg qui qualifie la directrice « d’insensible » et le CCH de repère « de radicaux antibusiness » (du fait qu’aucun représentant du secteur n’y soit invité).

Quant à l'un des initiateurs – Jonathan Mayer - du projet côté Mozilla, sa virulence en ferait purement et simplement un « extrémiste ».

Randall Rothenberg termine son billet en demandant à la Fondation de revenir dans le droit chemin.

Comment ?

En abandonnant le projet bien sûr. Mais aussi en « bloquant les bloqueurs de pub » (rien à voir avec les cookies donc…). En ne se liant pas avec des personnes « dont l'histoire montre qu’elles sont peu disposées à rechercher un consensus entre plusieurs groupes d'intervenants ». En faisant la différence entre « protéger la vie privée et l’anonymat de l'utilisateur », et « isoler l'utilisateur » ce qui empêcherait la diversité du web. Et enfin en montrant clairement que Mozilla s’inquiète aussi de l’écosystème publicitaire avec des solutions qui permettent « de rémunérer les créateurs de contenus à leur juste valeur ». Mozilla qui est une fondation à but non lucratif dont le pub est de promouvoir un web « agnostique », des standards ouverts et le respect de la vie privée.


Rappelons tout de même – et une fois encore - que le CCH ne travaille pas sur un blocage de la publicité, ni sur un filtrage total des cookies.

Sa proposition s’appuie sur une liste blanche et une liste noire.

Autrement dit, il ne s’agira que d’un blocage partiel, après étude des différents réseaux publicitaires. Le blocage total des cookies, lui, peut dès aujourd’hui être enclenché sur les navigateur en allant fouiller dans les paramètres de sécurité ou avec des extensions dédiées.

Source : texte de Randall Rothenberg

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 17/07/2013 à 13:18
Ils croient en la liberté ? Ah, les salauds !
Avatar de Killing Joke
Membre actif https://www.developpez.com
Le 17/07/2013 à 13:53
Firefox est open-source.
Les gentils publicitaires, soucieux du bien-être des utilisateurs, n'ont qu'à faire un fork qui n'utilisera pas ce mécanisme de filtrage des cookies.
Les utilisateurs seront ensuite libre de choisir quelle version ils veulent.
Bref je ne vois vraiment pas où est le problème.
Avatar de Theo4016
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 17/07/2013 à 14:02
On sent que ce mec est bien embêté par Mozilla.

Son argument (le manque à gagner créé par un éventuel blocage des publicités) ne tient pas, et devrait même être caduc dans un Internet idéal. Je m'explique :
  1. Tout d'abord, on peut trouver d'autres moyens de monétiser son contenu. Par exemple, un don ou un abonnement mensuel. Cela permet à la fois de respecter la vie privée, et de récompenser les contenus que l'on juge pertinents et utiles. En somme, c'est le principe d'une entreprise "classique".
  2. Ensuite, ce problème en cache un autre bien plus profond. Pourquoi les (petits) sites devraient-ils disparaître à cause de la publicité ? Car ils doivent payer payer leur hébergement. Et pourquoi ces sites doivent-ils payer leur hébergement ? Car le modèle décentralisé de l'Internet n'est plus respecté. Si les FAI supprimaient le bridage (voire le blocage) de certains ports, s'ils mettaient tous en place un système d'IP fixe, etc, chacun pourrait héberger son propre serveur Web et contribuer à un Internet décentralisé. Dans ce cas, les frais seraient l'achat d'un petit ordinateur utilisé en tant que serveur, qui serait bien plus rapidement remboursé et ne nécessiterait pas de recettes futures pour payer un quelconque hébergement mensuel.


Par conséquent, j'espère que cette décision exemplaire de la Fondation Mozilla permettra de faire un pas vers un modèle économique des sites Web beaucoup plus proche de l'esprit d'Internet, en supprimant ces modèles centralisés qui nécessitent une rentabilité mensuelle.
Avatar de Jean-Georges
Inactif https://www.developpez.com
Le 17/07/2013 à 14:08
La publicité est l'une des principales plaies de notre monde moderne.
Firefox devrait la bloquer de base.
Le web permet de trouver d'information. La publicité est de la désinformation.
La seule bonne publicité pour un produit est celle faite par un testeur indépendant en reconnaissant les qualités objectives.
Avatar de tomlev
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 17/07/2013 à 14:23
Citation Envoyé par Theo4016 Voir le message
Si les FAI supprimaient le bridage (voire le blocage) de certains ports, s'ils mettaient tous en place un système d'IP fixe, etc, chacun pourrait héberger son propre serveur Web et contribuer à un Internet décentralisé.
Même si je suis d'accord avec toi sur le fond, cet argument ne tient pas vraiment la route... Il n'est pas difficile (en France en tous cas) de trouver un FAI qui ne bloque aucun port et utilise des IP fixes. Free fait ça depuis longtemps (pour les autres j'en sais rien)
Avatar de Theo4016
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 17/07/2013 à 14:28
Tout à fait d'accord et je suis moi-même chez Free, le problème selon moi c'est que ce ne soit pas la norme, et que certains se retrouvent "piégés" après avoir pris un autre FAI...

Si tu veux un petit état des lieux : http://wiki.auto-hebergement.fr/fournisseurs/fai
Avatar de CHbox
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/07/2013 à 14:36
Ah, ça commence à nous sortir l'argument des milliers d'emplois qui vont disparaitre, ça doit s'affoler sérieusement. Sur le principe de base, la pub n'était pas un soucis et ne l'est toujours pas pour des sites qui l'utilisent à bon escient, mais à force d'abuser et de marteler de pubs, de tracking et autres méthodes pas très jolies jolies, et bien il y a des réactions, comme d'habitude ça tire sur la corde et dès que ça casse ça vient pleurer.
Avatar de Mr_Exal
Membre expert https://www.developpez.com
Le 17/07/2013 à 14:53
Citation Envoyé par Theo4016 Voir le message
Tout à fait d'accord et je suis moi-même chez Free, le problème selon moi c'est que ce ne soit pas la norme, et que certains se retrouvent "piégés" après avoir pris un autre FAI...

Si tu veux un petit état des lieux : http://wiki.auto-hebergement.fr/fournisseurs/fai
Leur papier est loin d'être à jour sur Numéricable ...
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 17/07/2013 à 15:00
S'ils ont mis Collusion par défaut et que ça bloque les cookies je trouve ça un peu dommage. A l'instar de free, une page Web NE DOIT PAS être modifiée par rapport à sa version originale. Même s'il s'agit de cookies de traçage j'estime que c'est toujours à l'utilisateur de choisir.
Avatar de negstek
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/07/2013 à 16:09
Citation Envoyé par Theo4016 Voir le message
Si les FAI supprimaient le bridage (voire le blocage) de certains ports, s'ils mettaient tous en place un système d'IP fixe, etc,
pour info on peut héberger son site chez soi avec une ip dynamique en lui associant un nom de domaine comme par exemple avec le service gratuit proposé par dyndns...

Idem pour les ports, j'ai été chez free, bouygue, numericable et sfr et j'ai toujours réussi à exploiter mon réseau local depuis l'internet. En général on peut paramétrer sa box pour gérer le parefeu et débrider les ports...

Il suffit de chercher un peu.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web