France : la presse écrite soutient la taxe sur les appareils connectés
Et espère bénéficier d'une partie des recettes

Le , par Hinault Romaric, Responsable .NET
Mise à jour du 08/07/13

La presse écrite favorable à l’instauration d’une taxe sur les appareils connectés.

Le rapport de la commission Pierre Lescure sur « l'adaptation des politiques culturelles au numérique », préconisait l’instauration d’une taxe d’environ 1 % du prix de vente d’un appareil sur les terminaux connectés.

Cette proposition a retenu l’attention du gouvernement qui, via la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, avait annoncé que cette taxe pourrait entrer en vigueur avant la fin de cette année, dans le cadre du projet de la loi des finances pour 2014.

Les bénéficiaires de cette redevance qui s’ajoute à la copie privée n’ont pas encore été formellement définis. Pour la ministre, elle pourrait aider « les disquaires, la filière musicale, les photographes qui sont pillés par de grands sites. »

Les syndicats de la presse écrite, notamment le Syndicat de la Presse Quotidienne Nationale (SPQN), le Syndicat des Éditeurs de la Presse Magazine (SEPM), le Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale (SPQR) et l’Association de la Presse Gratuite d’Information (APGI) ont apporté leur soutien au projet, espèrent bénéficier de cette manne. « La presse soutient la proposition du rapport Lescure en faveur d’une redistribution de la valeur entre les industries culturelles et les fabricants de supports technologiques », peut-on lire dans le communiqué de presse.

« Il est incontestable que les producteurs de contenus contribuent à la valeur perçue des équipements technologiques. Il relève ainsi d’un enjeu de politique publique que d’instaurer des mécanismes de compensation du transfert de valeur, visant un objectif de rééquilibrage dans le cadre d’intérêts partagés. », défendent ceux-ci, qui estiment que la presse est particulièrement lésée par rapport aux autres acteurs culturels en France.

Cette taxe devrait rapporter près de 80 millions d’euros à l’État, qui a déclaré qu’elle sera indolore pour le consommateur.

Il faut noter que les éditeurs de presse en ligne avaient déjà obtenu en février dernier de Google un fonds de financement de 60 millions d’euros pour aider les journaux et les magazines dans leur transition numérique.

Source : Le Figaro

Et vous ?

Que pensez-vous du soutien de la presse écrite à ce projet ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de HelpmeMM HelpmeMM - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 08/07/2013 à 18:02
Que pensez-vous du soutien de la presse écrite à ce projet ?

il serait temps qu'elle se remette en question et trouve un autre moyen de subsisté,les subventions et aide ce n'est pas bon quand cela s'inscrit dans la durée , une aide doit permettre d'aidé au départ d'un projet. elle ne doit pas soutenir quelque chose qui ne "marche" pas, plus.

alors oui c'est un moyen d'expression, c'est normal, complètement neutre, c'est bien d'avoir un contre pouvoir... mais un moment faut savoir arreter les frais je pense.
Avatar de Mr_Exal Mr_Exal - Membre expert https://www.developpez.com
le 08/07/2013 à 18:24
Pour ou contre cette taxe ? Pourquoi ?
Totalement contre. Je ne veux pas financer la culture poubelle. Je veux pouvoir (et si je le désire pas en me collant une taxe d'office qui vient se servir dans mon portefeuille) donner à le ou les artistes que je veux.

L’État sait-il faire autre chose que taxer ?
Les smartphones, les cds, les disques durs, bientôt le cloud ... Non l'état ne sait rien faire d'autre que taxer encore et toujours plus, résultat je n'achète plus ces appareils en France, si je me fais gauler par la douane tant pis pour moi, si ça passe tant pis pour eux.
Avatar de Model_T101 Model_T101 - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 08/07/2013 à 19:31
à une époque il y'avait une déontologie en lieu et place du copinage et du off.
à une époque il y'avait des enquêtes pour rapporter l'info en lieu et place des présentateurs vedettes qui font blala avec les présidents de l'observatoire expert en vent.
une taxe sur chaque pile pour tous les electriciens
une taxe sur chaque steak pour tous les bouchers
une taxe sur chaque livre pour les libraires...
Avatar de danman danman - Membre du Club https://www.developpez.com
le 08/07/2013 à 20:54
D'autant plus que si c'est le gouvernement qui se met à payer la presse avec l'argent du contribuable, elle peut ne pas être si neutre que ca.
Avatar de vohufr vohufr - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 08/07/2013 à 23:01
On devrait tous se mettre d'accord, et ne plus payer la redevance... Ré...vo...lu...tion !!!
Y en a marre de se faire marcher dessus !
Avatar de Carhiboux Carhiboux - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 09/07/2013 à 9:16
Citation Envoyé par Hinault Romaric Voir le message

Et vous ?

Que pensez-vous du soutien de la presse écrite à ce projet ?
Venant des syndicats de la presse écrite, ce n'est guère surprenant. En effet, ils ne survivent déjà que grâce aux dividendes, généreuses, que l'état leur verse.

Ce qui nous conduit d'ailleurs à cette presse nationale aseptisée qui est aux ordres, qui d'un parti de droite, qui d'un parti de gauche, ...

Les analyses politiques sont donc biaisées par cette allégeance aveugle, et le reste de l'information n'est que repompage des dépêches AFP ou Reuters.

De ce fait, le nombre de vente diminue en chute libre, mais plutôt que de se remettre en question, ces mêmes syndicats préfèrent accuser Google (qui pourtant redirige sur leurs sites!) plutôt que de faire un travail de fond.

Ce n'est sans doute pas pour rien si le plus grand tirage en France est un quotidien régional!

Mais bon, tant que l’État sera un État providence pour tous ces marchands de papier, ils ne changeront pas. Laissons en un ou deux faire faillite, les autres s'enlèveront les doigts du c*l.
Avatar de vampirella vampirella - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 09/07/2013 à 9:29
Citation Envoyé par Carhiboux Voir le message
Ce qui nous conduit d'ailleurs à cette presse nationale aseptisée qui est aux ordres, qui d'un parti de droite, qui d'un parti de gauche, ...

Les analyses politiques sont donc biaisées par cette allégeance aveugle, et le reste de l'information n'est que repompage des dépêches AFP ou Reuters.
C'est pour ça qu'on peut aussi choisir d'autres journaux, comme Mediapart, qui à mon avis reviennent aux sources du journalisme : réelle investigation et contre-pouvoir de l'information que nous fournit / cache le gouvernement.

Bref, pour en revenir au sujet : la taxe me parait très mal justifié et très mal pensée. Si elle est "indolore" pour le consommateur, c'est donc qu'elle ne rapportera presque rien (le volume des ventes ne compense pas le faible pourcentage). Or Mme Fillipetti nous assure que "les auteurs se font piller" : comprendre "les majors loupent des revenus se font voler des sommes astronomiques".

Même constat que les précédents commentateurs : si j'accepte de me faire taxer, je demande à voir l'utilisation faite des taxes. Et la cible des revenus de cette taxe n'est franchement pas clair.
Avatar de loufab loufab - Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
le 09/07/2013 à 10:57
l’État sait-il faire autre chose que taxer ?
Non.
Comme quoi le changement... c'est peut être pas pour maintenant.
Avatar de shkyo shkyo - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 09/07/2013 à 11:20
Ce qui me fait bien rire (ou plutôt pleurer...) c'est la petite phrase: "Cette taxe sera indolore pour le consommateur"...

Quelle grosse blague! Comme si ce n'était pas à chaque fois les consommateurs qui se font plummer!

Mais bon, ils ont voulu la mondialisation? ok, je vais acheter tout mon matos à l'étranger et puis basta!!
Avatar de nirgal76 nirgal76 - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 09/07/2013 à 11:27
La presse écrite est sous perfusion à coup de taxe. Elle sera bientôt totalement nationalisée (comme nos intermittents) car financée uniquement par l'argent de l'état. Elle est donc vouée à disparaître car une presse nationalisée (donc plus indépendante, si elle l'a été un jour...) ne sert à rien.
Je n'ai pas acheté un seul exemplaire de presse écrite depuis des années et je fais me faire taxer pour eux, c'est beau.
Quand l'informatique sera sinistré aussi, est-ce qu'on pourra taxer la presse et les artistes pour nous permettre de survivre ou on aura pas le droit à ce régime de faveur nous (et crever la bouche ouverte..ah bah tiens, je crois que c'est la réponse) ?
Contacter le responsable de la rubrique Accueil