Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Coder est-elle une tâche ingrate ?
Pourquoi les ingénieurs s'orientent-ils vers des profils autres que programmeur

Le , par Hinault Romaric

5PARTAGES

16  5 
La programmation de nos jours semble être une activité dont s’éloignent de plus en plus les diplômés dans le domaine de l’informatique.

Interrogez dix jeunes étudiants en dernière année dans une école d’ingénierie sur le profil de métier visé par ceux-ci. Les réponses seront diversifiées entre les gros noms comme « Chef de projet, Architecte, etc. », mais presque aucun ne vous dira qu’il souhaite être « programmeur passionné ».

Le métier de programmeur qui par définition consiste en la mise au point des programmes informations, a perdu son attrait et serait une tache réservée aux jeunes diplômés (qui ne souhaitent pas le rester longtemps et veulent devenir rapidement chef de projet), voir pour certains, au gars qui a un diplôme Bac + 2, ou au chef de projet qui a raté sa carrière.

À tel point qu’en France, être encore développeur à plus de 30 ans est pratiquement synonyme d’échec. Je vais reprendre ici une réponse de nico-pyright(c) à un billet de blog sur Développez, qui résume la situation : « Ce qui me gène surtout c’est de constater avec effroi que si t’es toujours développeur après 35 ans, tu es mal considéré, peu sujet aux augmentations et qu’en cas de coup dur (licenciement, fermeture de boite, etc.) tu auras énormément de mal à retrouver du travail. Et au chômage à 40 ans sans pouvoir retrouver du boulot, ça fait peur… »

Pourtant dans d’autres pays à l’instar des États-Unis, on peut retrouver un programmeur de plus de 40 ans, qui brandit fièrement son titre de « programmeur senior » et qui n’a rien à envier au chef de projet ou au gestionnaire de programme côté rémunération.

Un vieux et intéressant billet de blog de Nicolas Martignole avec pour titre « Développeur après 31 ans ? Ridé et chauve tu seras », a le mérite de peindre avec humour cette situation.

À qui la faute ? Aux entreprises françaises, au système éducatif ou à nous développeurs ?

Et vous ?

Écrire du code est-il une tache ingrate ?

Quel est votre ressenti sur la question ? Comment voyez-vous le métier de développeur ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de erwanlb
Inactif https://www.developpez.com
Le 05/07/2013 à 19:47
Problème franco-français qu'on retrouve dans un tas d'autres domaines...

Tu veux aller au bureau d'études ? Non je veux diriger le bureau d'études...
Tu veux être tech méthodes ? Non je veux diriger les techs méthodes...
Tu veux être ouvrier ? Non je veux être le chef des ouvriers...

Etc...

La France est une pisseuse de diplômés qui s'estiment toujours ne pas être assez haut dans la hiérarchie et qui prennent plaisir à rabaisser ceux qui sont en dessous d'eux...
30  6 
Avatar de Voïvode
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 05/07/2013 à 19:20
Ecrire du code est-il une tâche ingrate ?
Tellement ingrate qu'on refourgue ça aux Indiens !

Quel est votre ressenti sur la question ? Comment voyez-vous le métier de développeur ?
Que les jeunes (ou, devrais-je dire, les gens de ma génération) et les boites en général se font bourrer le crâne avec des visions déconnantes d'une société basée sur du service sans production de véritables valeurs.
Avoir des armées de chefs de projet sans développeur expérimenté pour faire le boulot est aussi absurde que d'avoir des armées d'ingénieurs sans ouvrier qualifié : le travail sera bâclé et avec les économies de bouts de chandelles et le manque d'expertise viendront des problèmes bien plus profondément enracinés, difficiles et couteux à résoudre.
22  0 
Avatar de Jarodd
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 05/07/2013 à 22:26
J'ai 30 ans et 6 mois, et toujours développeur. Et je me suis reconnu dans ce (bon) article. Il me reste donc 6 mois pour profiter de ma chevelure châtoyante, et pour ressembler à une pomme flétrie. Pourvu que ça dure ! Régulièrement, les commerciaux me proposent des postes de "leads développeurs, avec perspectives d'évolution" vers du management. Je ne dis pas non, sinon plus personne ne viendra me parler, mais je suis loin d'être emballé !

J'ai encore tellement de choses à apprendre... J'essaye de me maintenir à jour, mais c'est compliqué, avec la vie de famille... Il y a tant de bons développeurs qui vérifient le principe de Peter une fois qu'ils passent du côté obscur... Je n'ai aucune envie de les suivre sur ce chemin !

Enfin en lisant ce billet, j'ai surtout pensé à mon client actuel. Il doit avoir 45 ans, père de 3 enfants, 20 ans de boîte. Il est reconnu pour ses connaissances et compétences. Donc il est toujours convié à toutes les réunions (il en fait 2 ou 3 par jour), même celles qui ne le concernent pas directement, juste parce qu'on veut son avis. Et parfois, le vendredi après-midi, quand on lui fiche un peu la paix, il vient nous voir, nous les futurs chauves ridés, pour nous dire "bon, vous êtes sur quoi là ? J'ai 2h avant de partir, je vais un peu coder avec vous, ça me manque". Et je suis sûr qu'il est malheureux à son poste. Ik va partir en congés en août, il est en train de se monter une copie locale du projet, pour le suivre avec nous depuis la plage. Et il compte sur nous pour qu'on lui envoie nos sources, je suis sûr que le lendemain, on aura dans nos boîtes mail "tiens, regarde ce que j'ai fait sur telle fonction, ça doit être mieux ?". Et il aura raison. Et quand on lui dit "tiens hier soir, j'ai lu un article sur Développez.com, qui parlait de tel framework, ou de tel outil, pour faire ceci ou cela". Et là il a les yeux qui brillent. Il file voir le site officiel, on en discute quelques minutes, en se demandant ce qu'on pourrait en faire, et puis le téléphone sonne, parce qu'on attend que lui pour démarrer la réunion.

Quand je serai grand, je ne veux pas être chef, comme lui. Je veux rester développeur. rouvre les yeux et décroise les doigts
22  0 
Avatar de skywaukers
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 05/07/2013 à 20:47
Citation Envoyé par _skip Voir le message
Peut être pas une tâche ingrate... A 20 ans j'adorais pisser du code, maintenant 10 ans plus tard ça m'excite déjà moins..
Ben déjà ce terme "pisser du code" est dévalorisant, inventé par ceux qui n'aiment pas ça et qui ont voulu se valoriser dans leur tâche souvent moins difficile techniquement.

Pour moi un développeur justement ne pisse pas de code, il a le sens du code bien écris, bien optimisé. Mais c'est vrai qu'à faire de "usines" de développement on a mis un peu le développeur à la place de l'ouvrier qui serre des boulons toute la journée sur une chaine de fabrication. C'est une erreur à mon sens, même si économiquement cela est viable à n'en pas douter.

Ce qui est regrettable encore plus, ce sont ces jeunes diplômés qui ne veulent pas développer. Si il ont de gros niveaux d'études ils vont être amenés à avoir des postes à responsabilité, mais qu'est-ce qu'ils vont vraiment y connaitre ?

Perso je n'ai jamais voulut lâcher complètement le code, et oui je dois reconnaitre que cela a freiné ma carrière, mais je préfère encore embaucher le matin en sachant que je vais passer au moins une partie de la journée à faire quelque chose qui me passionne, que de faire juste le boulot pour avoir le gros salaire. Bon j'ai la chance d'avoir le pied des deux côtés, et donc je suis décideur en terme de solutions à apporter aux problèmes qui me sont posés, et j'avoue que cela rend le travail plus qu'intéressant et pas rébarbatif du tout. J'ai plus le sentiment d'être dans un processus créatif que si j'étais juste chef de projet et que tout se faisait par une autre équipe. Je ne veux pas faire l'inverse et dévaloriser la partie fonctionnelle qui est très importante mais finalement c'est une phase moins créative je trouve. Disons que sans les développeur le travail du fonctionnel ne sert pas à grand chose, je trouverai cela un peu frustrant personnellement.

@++
Dany
19  0 
Avatar de bugsan
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 06/07/2013 à 3:06
Pour le bien de tous, ceux qui souhaitent dès la sortie de l'école s'échapper de la "technique", s'il vous plait, n'y rentrez tout simplement pas. Même pas un mois. Commencez par Chef, directement. Et épargnez nous des massacres du code source ...

Laissez ces choses sérieuses aux passionnés.

Merci !
20  1 
Avatar de Ev3r10st
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 06/07/2013 à 0:29
Coder, c'est hyper ingrat.

Mon frangin est web-designer. Photochiotte n'a pas de secrets pour lui, expert flash, et cie.

Son CV, c'est simple, il met des screenshots de ce qu'il a fait, et ça donne un truc cool qui fait envie.

J'ai essayé de faire pareil, et de screen des pâtés de code, mais sans succès...

Les développeurs sont incompris, et il est difficile de reconnaitre la qualité du travail d'un développeur quand on en est pas soi-même un.

Tu montres la dernière application web que tu as développé à quelqu'un, et le commun des mortels dénotera au combien c'est joli.
Tu jubileras jusqu'à ce que tu réalises que le gars parle graphisme. Et qu'il n'a même pas conscience du fait qu'il y a un vrai moteur derrière, et des mois de développement pour que les pages interagissent entre elles.

Difficile, pour un développeur, de montrer la qualité de son travail.
Ou au moins, difficile pour les utilisateurs de dénoter le "background".
18  0 
Avatar de _skip
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 05/07/2013 à 19:16
Citation Envoyé par Hinault Romaric Voir le message

Ecrire du code est-elle une tache ingrate ?

Quel est votre ressenti sur la question ? Comment voyez-vous le métier de développeur ?
Peut être pas une tâche ingrate... A 20 ans j'adorais pisser du code, maintenant 10 ans plus tard ça m'excite déjà moins. Ca me dérange pas de coder mais dans tout projet il y a des tâches intéressantes, et des tâches un peu nazes.
Perso j'adore faire de l'optimisation, trouver des solutions élégantes aux problèmes, évaluer des middlewares/outils, prendre des décisions d'architecture et les implémenter etc... Mais à côté de cela, coder des trucs de base comme des formulaires CRUD, ça m'éclate pas trop! C'est même pas que je me trouve trop bien pour faire ça mais c'est du boulot un peu rébarbatif et pas très enrichissant.

Donc je pense qu'un développeur, il sera épanoui ou non selon qu'il ait la possibilité dans son cadre de travail de faire des choix techniques, de chercher des solutions et d'apporter sa touche personnelle et d'amener son expertise et sa valeur au projet. Dans le cas contraire (et il y a des entreprises comme ça!) où on me demandrait de coder strictement des specs établies par d'autres, sans la moindre autonomie, oui je trouverai que programmeur est un boulot naze et j'aurai envie de me spécialiser dans autre chose.
18  1 
Avatar de B.AF
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 06/07/2013 à 16:18
Moi j'ai 35 ans, ma boite, ça marche, je code, j'aime ça, et mes clients aiment ce que je fais.

Le phénomène décrit au dessus est plutôt celui des grosses boites et des SSII. Les PME ou boites qui n'ont pas de rente étatique ou de monopole n'ont pas d'argent à gaspiller avec des armées mexicaines de CDP, Architecte, Cohérence fonctionnelle....et blah et blah.

On ne reste pas développeur, on devient un expert à double, triple, quadruple compétence. Ca prend du temps, c'est dur, mais c'est très valorisant. Y compris pour un de mes associés qui est plus que quinqua.

Alors c'est plutôt que si tout le monde se sortait les doigts plutôt que de chercher des CDI en management pour faire un vrai travail utile avec de la valeur ajoutée, ce fascisme ambiant n'existerait pas. Et au passage si les développeur boycottaient un peu les SSII, ça atténuerait aussi beaucoup le bruit.

Si les SSII favorisent les gamins, c'est aussi parce qu'elles se marrent bien quand le gamin négocie 2K EUR par an alors qu'elles vont se faire 20/30K sur son dos et le jeter en fin de mission : ce sont juste des vaches à lait.

La plupart de l'enseignement des écoles d'informatique Française vaut peau de balle.

C'est un business comme un autre, où on fait croire à un gosse qu'il a droit à une position dans une organisation de fait moyennant une facture annuelle élevée, avec des profs qui la plupart du temps n'ont soit jamais vraiment réussi professionnellement, voir n'ont jamais bossé tout court. J'en ai donné et j'ai vu des enseignants qui n'avait jamais bossé, mettant 6 mois à demander un augmentation de 100 EUR / mois faire des cours sur les RH...

Cela dit dans le lot, il y a aussi des créateurs d'entreprises, des inventifs, des productifs.

Ce n'est pas le rêve de tout le monde de cachetonner dans une grande boite à faire de la politique et du project. Moi ceux que je connais sont malheureux, n'ont guère de reconnaissance de ceux qu'ils nomment 'métier' (genre eux en ont un....:-) ), et finalement, ne savent pas faire grand chose sortis de remplir une paperasse avec un nom ésotérique, faire des réunions où ils expliquent l'origine du monde, faire le tour des cuisines en daubant tout le monde et sont en guerre permanente avec un machin patatoide 'MOE' ou 'Centre de Dev' et vivent dans une technocratie digne d'un Brazil version uncut. (Référence de vieux, c'est un Terry Gilliam) Sans parler du taux de réussite des projets qui doit être de l'ordre de 20%.

Si cette vie où on passe son temps à se prouver sa propre importance et à ne rien produire d'autre que du conflit, du mensonge et de la paperasse n'a rien d'intéressant. Maintenant ceux qui se sont fait avoir vont pas dire "je me fais chier toute la journée, c'est un taf de merde". Ils mordent la laisse et avancent et se valorisent comme ils peuvent.

C'est sympa l'ego à 25 ans, mais c'est surtout qu'après on vieillit et on devient adulte. Et on voit les choses autrement.

Je suis vieux, développeur, heureux de l'être, j'adore ma petite famille, ma vie, et je vous souhaite surtout de trouver le job qui vous épanouisse autrement qu'en voulant impressionner les autres. C'est ça la clef : se faire plaisir avant de vouloir plaire aux autre. Et même en développant je gagne très bien ma vie.
18  1 
Avatar de megahertz77
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 09/07/2013 à 13:40
Ecrire du code est-elle une tache ingrate ?
- C'est comme pour tous les jobs, c'est sympa quand c'est créatif ou innovant, mais chiant quand c'est du code redondant, ou quand il n'y a aucune stimulation intellectuelle.
- Si je devais écrire du code chez le client et changer de client ou de projet tous les 6 mois, oui ça deviendrait un travail ingrat. Surtout si je devais avoir plus de 2h de transport par jour (c'est peut être ça au fond le problème de désaffection du métier).


Quel est votre ressenti sur la question ? Comment voyez-vous le métier de développeur ?

J'ai bientot 41 ans, et je n'ai pas l'impression d'avoir raté ma vie. Bac+2 a 3300€Net/mois, en simple programmeur (non ingénieur), et chef de personne.

Avec tout ça, vous imaginez bien que je ne suis pas chauve, que je ne me fais pas de cheveux blancs, et que je ride uniquement lorsque je lis ce genre d'analyse surréaliste sur la notion de "réussite" ou d'échec.

Je préfère me fier au curseur du bonheur, qu'à celui de la réussite. On peut très bien être heureux sans gagner 10.000€. Être "chef de", ça rapporte parfois beaucoup plus d'emmerdes que de bonheur. Être passionné pour son taf, ne nous dispense pas d'avoir une vie de famille, et de s'épanouir à titre personnel ! Or, je doute qu'un "responsable de" ait beaucoup de temps à consacrer à autre chose que son travail. D'ailleurs cela fait écho à cette analyse (article récent sur developpez.net), qui montre qu'au delà de 40h / semaine, on produit surtout des conneries.

Rester curieux, prendre du recul, apprendre, transmettre son savoir, apprécier ce qu'on fait, c'est pour moi beaucoup plus fondamental.

Si, comme le suggère cet article, personne ne veut plus devenir programmeur, et qu'on laisse faire ça à des débutants qui n'en ont pas non plus envie, et qui n'en ont pas forcément l'expérience, ce métier à d'autant plus d'avenir, et je n'ai aucun doute sur le fait qu'on emploiera toujours des gens, même passé 40 ans dans ce domaine, pourvu qu'ils donnent satisfaction.

Pour rappel, la majorité des gens qui ont plus de 45 ans aujourd'hui, n'ont pas fait d'études d'informatique. Car ce n'était pas un secteur très représenté il y a 25/30 ans dans l'éducation nationale, à part le bac H, dont personne ne se souvient plus, et qui était une voie de garage.

Les jeunes quadras d'aujourd'hui (40-43 ans) ont grandi avec les technologies de l'information. Ce qui fait qu'on ne peut pas les comparer avec les quadras de la décennie précédente statistiquement. (pour ma part, j'ai commencé la programmation a 13 ans tout seul avec un bouquin, des revues mensuelles et un amstrad en 1985, une époque ou l'on trouvait de nombreuses revues de programmation en kiosque, preuve que la programmation s'était démocratisée).

Peut-être dans la sphère parisienne y-a t'il un problème spécifique de la conception du recrutement ? Mais dans ce cas, ça dépasse le cadre de l'informatique, et peut être faudrait-il revoir les cursus et méthodes de formations des R.H.
16  0 
Avatar de LSMetag
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 06/07/2013 à 12:39
Un de mes chefs m'a justement dit que j'allais pas rester développeur. Que j'aurai pas de carrière. Qu'à 40 ans, si je suis viré, je retrouverai pas de boulot,...

Mais le problème, c'est que moi, j'aime créer, pas manager ni vendre.
Je veux donc continuer à développer, à réfléchir à des problématiques. Je ne veux pas m'occuper de la paperasse, accepter des demandes foireuses parce que ça rapporte des sous, ni jouer au faux cul pour vendre un truc,...

Je pourrais être expert. Mais si je deviens expert, je devrai me cantonner à un seul domaine, voire à une seule technologie. Ca ne m'intéresse pas.

Il ne me reste donc que l'étiquette "architecte", qui me permettra de continuer à développer, de résoudre des problématiques et de continuer à évoluer.

Je trouve le métier de développeur (je ne parle pas des pisseurs de code mais de ceux qui réfléchissent et structurent leur code en tenant compte de diverses problématiques) plus valorisant que celui de chef de projet, de commerciaux, de MOE/MOA ou des DSI.
15  0