PRISM : La NSA aurait aussi espionné l'Union Européenne
Les responsables européens choqués par les révélations

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Mise à jour du 01/07/2013

Traqué par le gouvernement américain, Edward Snowden, en cavale, continue à déballer son sac et à lui donner des sueurs froides.

L’auteur des fuites sur l’un des plus vastes programmes de cybersurveillance révèle que l’espionnage de l’Europe était également compris dans le projet PRISM.

Selon les documents révélés par l’hebdomadaire allemand Der Spiegel et fournis par Edward Snowden, ancien consultant pour le compte de la NSA, l'agence décrit dans un rapport comment elle espionnait la représentation diplomatique de l'UE à Washington en 2010. Des micros installés dans les bâtiments jusqu'à une infiltration du réseau informatique pour lire les courriels et documents internes, l'agence n'a pas lésiné sur les moyens de surveillance. À plusieurs reprises d'ailleurs, l'agence a fait explicitement des Européens des « cibles à attaquer », comme au sommet de l'ONU où elle a usé des mêmes stratagèmes pour surveiller la représentation de l'UE.

Il est possible que ces opérations se soient étendues jusqu'à Bruxelles. Der Spiegel révèle qu'il y a cinq ans, les experts en sécurité de l'UE avaient découvert un système d'écoutes sur le réseau téléphonique et internet du bâtiment Justus-Lipsius, principal siège du Conseil de l'Union Européenne, et qui remontait jusqu'au quartier général de l'Otan dans la banlieue de Bruxelles.
En 2003, l'UE avait confirmé la découverte d'un système d'écoutes téléphoniques des bureaux de plusieurs pays, dont la France et l'Allemagne.


« Si les rapports sont vrais, cela rappelle les méthodes utilisées par nos ennemis pendant la guerre froide », estime Sabine Leutheusser-Schnarrenberger, ministre de la Justice allemande. Avant de poursuivre que cela « signifierait que les Américains ont agi en violation ouverte de la Convention de Vienne qui défend l'inviolabilité des ambassades. »

Avec 500 millions de communications interceptées par jour, l'Allemagne serait classée par la NSA comme « un partenaire de troisième classe ». La France s'en sort mieux avec deux millions de connexions surveillées. La Grande-Bretagne, quant à elle, est épargnée puisqu'elle ne fait l'objet d'aucune surveillance. Concernant les ambassades, celles de France, d'Italie et de Grèce à Washington font partie des 38 ambassades sous la surveillance de la NSA.

Le ministre luxembourgeois des Affaires Étrangères, Jean Asselbron, estime que l’espionnage américain est « hors de contrôle » et que « les États-Unis feraient manifestement mieux de surveiller leurs services de renseignement plutôt que leurs alliés ».

La Commission Européenne a demandé des explications à son partenaire américain qui n'a pu que garder un silence embarrassé. Les réactions des politiques européens fusent et n'ont d'égal que leur virulence. Nombreux sont ceux qui incitent à une riposte contre Washington.

Mais certains appellent aussi à relativiser cet incident. Le Ministre de l'Intérieur français, Manuel Valls, avait insisté sur « l'excellente coopération » entre Américains et Français, faisant comprendre implicitement que les Européens profitaient de PRISM. Il avait reconnu que les Européens avaient eux aussi leurs programmes de surveillance, « de moindre ampleur », sans donner de détails.

« Tout le monde espionne tout le monde », commente Sean West, de l'Eurasia Group jugeant « ridicule » l'émoi des Européens et estimant que « tout mariage qui marche a besoin de renseignements ».

Source : Der Spiegel

Et vous ?

Au moment où sont entamées des négociations entre l'Europe et les États-Unis pour une zone de libre-échange commercial transatlantique, ces révélations pourraient-elles avoir des conséquences rédhibitoires ?

En collaboration avec Hinault Romaric


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de arnolddumas arnolddumas - Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
le 01/07/2013 à 10:56
La façon dont les hommes politiques jouent les vierges effarouchées est complètement ridicule. Partant de là, ils font semblant de découvrir cet espionnage. Les administrations continuent néanmoins d'utiliser Windows et pleins de produits made in USA ....
Avatar de Lyche Lyche - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 01/07/2013 à 11:43
Il serait peut-être temps pour l'europe de mettre en place de réels ambitions en terme de technlogies.
Développer son propre programme et de financer de la R&D. De mettre en place des structures adaptées et pourquoi pas, de lancer le développement d'un OS "Européen".

Enfin, lutter contre cette égémonie devant laquelle l'europe se prosterne depuis bien trop longtemps.

Bref, il faudrait penser à "l'émencipation" de l'europe vis à vis des USA en matière technologique
Avatar de malkav1978 malkav1978 - Membre actif https://www.developpez.com
le 01/07/2013 à 11:44
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Et vous ?

Au moment où sont entamées les négociations entre l'Europe et les Etats-Unis pour une zone de libre-échange commercial transatlantique, ces révélations pourraient elles avoir des conséquences rédhibitoires ?
A mon avis c'est un feu de paille. Ca va faire du bruit quelques jours ou semaines et après ce sera terminé. Après c'est un bon moyens pour nous pour de négocier quelques avantages dans ce traité (enfin si nos politiciens ne sont pas trop c..., mais là autant croire au Père Noël).

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

« Tout le monde espionne tout le monde », commente Sean West, de l'Eurasia Group jugeant «ridicule» l'émoi des Européens et estimant que « tout mariage qui marche a besoin de renseignements ».
Mouef... sauf que dans un mariage on se fait confiance et on se dit les choses. On s'espionne quand ça ne marche plus en général. Quelque part, je trouve ça extrêmement malsain entres nations alliées.
Avatar de malkav1978 malkav1978 - Membre actif https://www.developpez.com
le 01/07/2013 à 11:45
Citation Envoyé par Lyche Voir le message

Développer son propre programme et de financer de la R&D. De mettre en place des structures adaptées et pourquoi pas, de lancer le développement d'un OS "Européen".
On a déjà l'OS : c'est Linux.
Avatar de arnolddumas arnolddumas - Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
le 01/07/2013 à 11:51
Citation Envoyé par malkav1978 Voir le message
On a déjà l'OS : c'est Linux.
Clairement, on a déjà l'OS et les logiciels. Il manque juste de la bonne volonté. Mais quand on voit les incompétents aux ministères de l'économie numérique, et le lobbying de Microsoft, on comprend qu'il sera difficile de progresser sur ce terrain.

Il faudrait vraiment arrêter l'à-plat-ventrisme. A chaque fois qu'une tentative de migration vers les logiciels libres est engagée, on nous dit que la maintenant coûtera plus cher que les licences. Or la liberté n'a pas de prix, donc le logiciel libre restera moins cher.
Avatar de Lyche Lyche - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 01/07/2013 à 11:51
Citation Envoyé par malkav1978 Voir le message
On a déjà l'OS : c'est Linux.
Navré, mais quoi qu'en disent les utilisateurs, ce n'est pas un OS grand publique. La publicité et les négociations avec les entreprises de distribution de matériel informatique sont inexistantes.

Il faut savoir investir si on veux que ça fonctionne. Et pour le moment, mis à part 250forks de linux qui font leur bout de chemin à droite et à gauche sans aucune envie de s'imiscer dans les foyer, Linux ne sera en aucun cas un OS Européen.

Je ne suis pas contre qu'il le deviennt, mais en l'état actuel des choses, ce n'est même pas envisageable à moyen terme.

Si vous voulez que Linux devienne un OS Majeur dans les prochaines années, il va falloir éclaircir l'offre, investir, et je ne vois aucun mécène européen prêt à prendre le risque d'investir franchement dans la R&D et dans le markéting pour une distribution Linux "de masse". Négocier des contrats avec les distributeurs. D'autant que, quoi qu'on en dise, le grand publique est habitué aux outils Offices et sans réelle volonté il sera impossible de le détrôner..
Avatar de chiv chiv - Rédacteur https://www.developpez.com
le 01/07/2013 à 11:54
Le fait que les américains espionnent tout le monde n'est pas vraiment une surprise et la réaction offusquée de nos dirigeants est assez grotesque. Comme si on ne s'en doutait pas auparavant.

Ce que je trouve plus choquant par contre c'est que depuis quelques semaines que PRISM fait parler de lui, nos dirigeants européens avaient bien peu réagis au fait que les américains espionnent l'ensemble des citoyens européens mais font un scandale quand ils découvrent que les bâtiments officiels sont sur écoute.

Alors comme ça des micros dans vos bureaux à Bruxelles c'est un scandale mais qu'on espionne 360 Millions de citoyens quotidiennement vous vous en foutez ? Hmm…
Avatar de arnolddumas arnolddumas - Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
le 01/07/2013 à 11:59
Citation Envoyé par Lyche Voir le message
Navré, mais quoi qu'en disent les utilisateurs, ce n'est pas un OS grand publique. La publicité et les négociations avec les entreprises de distribution de matériel informatique sont inexistantes.

Il faut savoir investir si on veux que ça fonctionne. Et pour le moment, mis à part 250forks de linux qui font leur bout de chemin à droite et à gauche sans aucune envie de s'imiscer dans les foyer, Linux ne sera en aucun cas un OS Européen.

Je ne suis pas contre qu'il le deviennt, mais en l'état actuel des choses, ce n'est même pas envisageable à moyen terme.

Si vous voulez que Linux devienne un OS Majeur dans les prochaines années, il va falloir éclaircir l'offre, investir, et je ne vois aucun mécène européen prêt à prendre le risque d'investir franchement dans la R&D et dans le markéting pour une distribution Linux "de masse". Négocier des contrats avec les distributeurs. D'autant que, quoi qu'on en dise, le grand publique est habitué aux outils Offices et sans réelle volonté il sera impossible de le détrôner..
On pourrait s'inspirer de la démarche du gouvernement chinois : http://www.developpez.com/actu/53267...ue-pour-avril/
Avatar de Lyche Lyche - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 01/07/2013 à 12:02
Citation Envoyé par arnolddumas Voir le message
On pourrait s'inspirer de la démarche du gouvernement chinois : http://www.developpez.com/actu/53267...ue-pour-avril/
Moui, ça pourrait être une idée
Avatar de shkyo shkyo - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 01/07/2013 à 12:18
En même temps, quand on voit les effectifs de la NSA (environ 35000 pers) et ses budgets (estimés à 15 milliards de $ /an), on se doute bien qu'ils ne sont pas là pour compter les paquerettes dans les champs...
Sans oublier leurs parc informatique surpuissant, comprenant un certain nombre de supercalculateurs, et pas des moindres, Cray and co! (voir par là : http://fr.wikipedia.org/wiki/National_Security_Agency#Superordinateurs mais les infos datent un peu...)

Le projet PRISM n'est qu'une suite logique du système Echelon, qui est lui aussi à l'échelle de la planète au niveau des écoutes... (pour ceux qui ont oublié, un résumé ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Echelon)
Contacter le responsable de la rubrique Accueil