PRISM : la NSA met sur pied de nouveaux systèmes de sécurité informatique
Pour surveiller les administrateurs système

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Mise à jour du 25/06/2013

Pour éviter de nouvelles fuites à l'instar de la révélation du projet PRISM, le Général Keith B. Alexander, Directeur de la NSA, a annoncé la mise en place de nouvelles procédures de sécurité informatique.

« Nous mettons en place des actions qui nous donneront la capacité de surveiller nos administrateurs systèmes, ce qu'ils font, ce qu'ils prennent » explique le Général à la chaîne ABC précisant par la suite qu'ils avaient changé les mots de passe.

Par exemple, une « two-man rule » a été mise sur pied pour limiter la capacité pour chacun des 1 000 administrateurs systèmes d'avoir des accès non autorisés sur l'ensemble du système. S'inspirant de l'identification à double facteurs, cette règle nécessitera l'aval d'un employé de la NSA pour avoir accès a une information jugée sensible. La NSA voudrait ainsi tout faire pour renforcer l'accès à ses données et compte aussi sur le soutien de ses employés.


Précisons qu'Edward Snowden, l'homme par qui le scandale est arrivé, n'était pas un analyste à la solde de la NSA mais un administrateur système employé par l'entreprise privée Booz Allen Hamilton. À ce titre, il disposait d'un accès aux bases de données de la NSA, confie-t-il au quotidien britannique The Guardian.

Cette affaire prend désormais de gigantesques proportions. Le jeune homme qui s'est d'abord retrouvé à Honk Kong a mis du sable dans les relations diplomatiques entre Washington et Pékin parce que la Chine s'est refusée à l'interpeller. Désormais les États-Unis haussent le ton contre la Russie où Snowden se trouve actuellement.

Le secrétaire d'État américain John Kerry a menacé lundi la Chine et la Russie de conséquences sur leurs relations avec Washington en jugeant « très décevant » le fait que l'ancien consultant de la CIA ait pu voyager de Hong Kong vers Moscou.

Selon des analystes, il est probable que les Russes interroge Snowden, curieux d’en apprendre le plus possible sur ce qu’il savait à propos de l’espionnage électronique américain contre Moscou.

Source : NYT

Et vous ?

Au vu de la tournure des évènements, que pensez-vous des révélations de Snowden ? A-t-il fait le bon choix ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de chiv chiv - Rédacteur https://www.developpez.com
le 25/06/2013 à 14:31
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Au vu de la tournure des évènements, que pensez-vous des révélations de Snowden ? A-t-il fait le bon choix ?
Oui. Un choix extrêmement courageux qui plus est. Si seulement les Manning et Snowden pouvaient faire des émules.
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 25/06/2013 à 15:36
Notre époque a besoin de héros. Bradley Manning et Edward Snowden en sont. Espérons qu'un jour leur bravoure désintéressée soit reconnue.
Avatar de Neckara Neckara - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 25/06/2013 à 17:03
Théoriquement pour une bonne démocratie, on doit avoir :
- un maximum d'opacité sur la vie privée des citoyens ;
- un maximum de transparence dans les affaires de l'état.

Ce qui est assez marrant c'est que beaucoup d'états qui se veulent démocratiques ont plutôt tendance à faire l'inverse

Les états-unis n'étant ni les premiers ni les derniers à faire l'inverse...

J'avoue, je suis en train de lire "Le droit de savoir" écrit par un journaliste
Avatar de Lyche Lyche - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 25/06/2013 à 18:10
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Au vu de la tournure des évènements, que pensez-vous des révélations de Snowden ? A-t-il fait le bon choix ?
Au vu des conflits diplomatiques qu'il se passe, je ne suis plus certains qu'il ai fait le bon choix. Tout du moins pas comme il fallait.
Chez les Russes, ce n'est pas des tendres et ils vont peut-être profité de son séjour pour en apprendre plus, et par n'importe quel moyen.
La Chine, va profiter de cette affaire pour étendre son bras déjà bien long envers les ennemies des USA sous le prétexte "vous avez vu ce qu'ils font? nous on peut vous protéger d'eux" (un truc du genre)
Les USA viennent de prendre une grosse claque et je suis pas certains qu'ils changent de comportement. Au mieux, certaines têtes vont tomber. Au pire, ils vont accroitre les filtrages et surveillances pour empêcher ce genre de cas de se reproduire.
La toute puissance des Etats, et notamment des USA peux vraiment poser problème. Ils pourraient très bien arriver à le faire passer pour le méchant de l'histoire, auprès du grand public. Et ça serait mauvais pour nous tous.
Les USA, au vue de l'article vont renforcer les contrôles, et rendre leur système d'espionnage un peu moins perméable. Ce qui limitera le champ d'action des personnes comme Snowden.

J'apprécie le fait que certains se "mouillent pour nous", mais je crois qu'il y a des façons de faire qui sont, à plus ou moins grande échelle, à ne pas faire. Et je crois qu'il s'y est très mal pris.

L'envie de "jouer les héros" donne des ailes, mais elle fait aussi agir dans la précipitation. On s'en rend compte en étudiant de plus près les révélation et la façon dont ça s'est passé. Pour moi, ça manque de réflexion à long terme et ça reste cantonné à une vision "humaine" des moyens des états de faire pression.
Il va vraiment galérer durant ces prochaines années et c'est sur ce point que je pense qu'il a mal géré.

Enfin, on verra bien ce qu'il va se passer. Mais je reste dans le doute sur l'utilité de son action sur le moyen/long terme
Avatar de LSMetag LSMetag - Membre expert https://www.developpez.com
le 25/06/2013 à 23:24
Citation Envoyé par Lyche Voir le message
Au vu des conflits diplomatiques qu'il se passe, je ne suis plus certains qu'il ai fait le bon choix. Tout du moins pas comme il fallait.
Chez les Russes, ce n'est pas des tendres et ils vont peut-être profité de son séjour pour en apprendre plus, et par n'importe quel moyen.
La Chine, va profiter de cette affaire pour étendre son bras déjà bien long envers les ennemies des USA sous le prétexte "vous avez vu ce qu'ils font? nous on peut vous protéger d'eux" (un truc du genre)
Les USA viennent de prendre une grosse claque et je suis pas certains qu'ils changent de comportement. Au mieux, certaines têtes vont tomber. Au pire, ils vont accroitre les filtrages et surveillances pour empêcher ce genre de cas de se reproduire.
La toute puissance des Etats, et notamment des USA peux vraiment poser problème. Ils pourraient très bien arriver à le faire passer pour le méchant de l'histoire, auprès du grand public. Et ça serait mauvais pour nous tous.
Les USA, au vue de l'article vont renforcer les contrôles, et rendre leur système d'espionnage un peu moins perméable. Ce qui limitera le champ d'action des personnes comme Snowden.

J'apprécie le fait que certains se "mouillent pour nous", mais je crois qu'il y a des façons de faire qui sont, à plus ou moins grande échelle, à ne pas faire. Et je crois qu'il s'y est très mal pris.

L'envie de "jouer les héros" donne des ailes, mais elle fait aussi agir dans la précipitation. On s'en rend compte en étudiant de plus près les révélation et la façon dont ça s'est passé. Pour moi, ça manque de réflexion à long terme et ça reste cantonné à une vision "humaine" des moyens des états de faire pression.
Il va vraiment galérer durant ces prochaines années et c'est sur ce point que je pense qu'il a mal géré.

Enfin, on verra bien ce qu'il va se passer. Mais je reste dans le doute sur l'utilité de son action sur le moyen/long terme
Je pense qu'il n'aurait pas dû révéler son identité avant d'être en sécurité.
Mais comme tu l'as dit de façon polie, c'est pas en embarrassant des cons qu'ils deviendront moins cons.
Tu parles de conflits diplomatiques. Mais honnêtement si j'étais à la place de la Chine et de la Russie, j'aimerais savoir si on m'espionne. Tant pis si je dois me fâcher avec celui qui espionne. C'est de leur faute. De toute façon, ces pays sont en froid depuis un bon moment déja.

Comme conséquences à court terme, il y a des types comme moi qui ont supprimé leur compte google pour un truc plus anonyme, troqué Chrome contre Chromium, troqué Outlook pour Thunderbird, mis en place un système de cryptage PGP, ajouté du PeerBlock, du Ghostery, de l'Adblock Edge, utilisent maintenant CryptoCat et autres tchats sécurisé, mis un switch TOR et troqué Facebook contre des réseaux plus anonymes et OpenSource.

Non pas que j'ai quelque chose à me reprocher, simplement que je n'aime pas me sentir en prison, où on contrôle mon courrier, épie tous mes faits et gestes, sans avoir à rendre des comptes à la justice de mon pays. Je n'aime pas qu'on se croit tout permis et ai envie de leur faire un gigantesque bras d'honneur.

Au moins, tout ce cirque m'aura permis de comprendre l'importance du Libre.
Avatar de skypers skypers - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 26/06/2013 à 9:20
Ils sont accusés par beaucoup d’espionnage, et ils décident de publier un discours dans lequel ils disent qu’ils mettent encore plus l’accent sur l’espionnage. C’est ce que j’appelle faire bonne image dis donc…
Avatar de bombseb bombseb - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 26/06/2013 à 10:22
Comme conséquences à court terme, il y a des types comme moi qui ont supprimé leur compte google pour un truc plus anonyme, troqué Chrome contre Chromium, troqué Outlook pour Thunderbird, mis en place un système de cryptage PGP, ajouté du PeerBlock, du Ghostery, de l'Adblock Edge, utilisent maintenant CryptoCat et autres tchats sécurisé, mis un switch TOR et troqué Facebook contre des réseaux plus anonymes et OpenSource.
Je suis en train de faire exactement comme toi en ce moment...
Pour le browser j'adorais Chrome, je l'ai remplacé par Opera et j'ai hésité à le remplacer par Chromium. Est-ce que Chromium est vraiment respectueux de la vie privée ? Est-ce qu'on peux synchroniser ses bookmarks ailleurs que sur les serveurs de Google ?

Edit : Je suis passé sous Linux aussi
Avatar de skypers skypers - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 26/06/2013 à 10:32
Citation Envoyé par bombseb Voir le message
Je suis en train de faire exactement comme toi en ce moment...
Pour le browser j'adorais Chrome, je l'ai remplacé par Opera et j'ai hésité à le remplacer par Chromium. Est-ce que Chromium est vraiment respectueux de la vie privée ? Est-ce qu'on peux synchroniser ses bookmarks ailleurs que sur les serveurs de Google ?

Edit : Je suis passé sous Linux aussi
J’espère que tu as bien barricadé ta maison aussi.
Avatar de bombseb bombseb - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 26/06/2013 à 10:55
T'inquiètes pas pour moi
Avatar de Gordon Fowler Gordon Fowler - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 26/06/2013 à 11:30
PRISM : « United Stasi of America »
Pour un ancien haut-fonctionnaire les « donneurs d’alertes » sont des patriotes amenés à se multiplier

Mise à jour du 26/06/13

Avant Bradley Manning et avant Edward Snowden, il y avait eu Daniel Ellsberg.

Dans les années 70, cet ancien haut-fonctionnaire et analyste militaire avait révélé, dans une affaire baptisée depuis les « Pentagon Papers », que le gouvernement américain intensifiait délibérément la guerre du Viêt Nam alors qu’il avait promis de faire le contraire.

Ce même Daniel Ellsberg vient de prendre sa plume pour défendre ceux que l’on appelle désormais les « donneurs d’alertes » et revenir sur l’affaire PRISM. Son texte, publié par le journal Le Monde, est à la fois radical, engagé et nuancé.


Radical car pour lui, « il n'y a jamais eu dans l'histoire américaine de fuite plus importante que la divulgation par Edward Snowden des programmes secrets de l'Agence de sécurité nationale américaine ».

Les révélations d’une cybersurveillance sans réel contrôle de la part d’une institution légale reviendraient purement et simplement à « un "coup d’État de l'exécutif" contre la Constitution ».

Pire, l’absence de débat au Congrès, alors qu’il était informé, montrerait « l'état misérable, dans ce pays, du système des contre-pouvoirs ».

Les États-Unis auraient-ils tourné le dos à leurs valeurs ? Daniel Ellseberg ne le croit pas, même si pour lui les amendements qui protègent les citoyens d'une intrusion du gouvernement dans leurs vies privées seraient quasiment du passé.

« À l'évidence, les États-Unis ne sont pas aujourd'hui un État policier », écrit-il. Mais laisser des structures espionner ses propres citoyens sans réel contre-pouvoir serait un danger que la démocratie ne pourrait pas se permettre.

Le haut fonctionnaire ne remet pas en cause la nécessité d’un « Secret-Défense ». Mais pour lui, ni Bradley Manning, ni Edward Snowden (ni lui) n’auraient divulgué d’informations de cette nature. Au contraire, la conscience démocratique d’Edward Snowden aurait fait qu’il « s'est engagé à ne pas divulguer la plus grande partie de ce qu'il aurait pu révéler ».


Daniel Ellsberg en 1971

Pas de remise en cause du Secret-Défense donc, mais Daniel Ellseberg n’accepte pas que la raison d’État puisse être évoquée pour couvrir des programmes qu’il qualifie d’« anticonstitutionnels ».

Et de citer un sénateur démocrate, Franck Church, qui dès les années 70 avertissait que des agences aux moyens puissants (dont la NSA) qui agiraient en dehors du cadre de la loi plongeraient le pays dans « des ténèbres d'où l'on ne revient pas ».

« Cela est désormais arrivé », affirme Daniel Ellsberg. NSA, FBI, CIA disposeraient aujourd’hui avec les technologies numériques « de pouvoirs de surveillance dont la Stasi n'aurait guère pu rêver […] Edward Snowden révèle que ladite communauté du renseignement est devenue the United Stasi of America ».

Derrière ce pessimisme et ses formules chocs, l’ancien haut-fonctionnaire montre aussi une certaine forme d'optimisme dans cette affaire PRISM. « La manière qu'a Edward Snowden de mettre sa vie en jeu pour que ces informations soient connues de tous [est] une possibilité inespérée de traverser ces ténèbres et d'en réchapper ».

L’ingénieur système, et avant lui Bradley Manning, sont pour Daniel Ellsberg des exemples de consciences individuelles, de responsabilité civique et de patriotisme qui vont certainement inspirer d’autres citoyens qui travaillent de près ou de loin sur une autre « activité dangereuse et anticonstitutionnelle ».

Certains font cependant remarquer que la fuite d’Edward Snowden risque de compromettre ce rôle de modèle. Son périple (Chine, Russie, Venezuela) et son exil en Équateur (s’il est avéré) seront certainement utilisés par ses détracteurs pour le présenter comme un traitre à la Nation, réfugié dans des pays ennemis des États-Unis. Une vision du « donneur d’alertes » à l’opposé de celle de Daniel Ellsberg.

Daniel Ellsberg qui, pour avoir livré 7 000 pages de textes et d'analyses secret-défense au New-York Times, avait subi une entreprise de discréditation.

Cette action de dénigrement - en plus des poursuites pour « vol, conspiration, espionnage et utilisation illégale de biens gouvernementaux » (les mêmes chefs d'accusation que ceux retenus contre Edward Snowden) - avait même été classée hautement prioritaire par Richard Nixon.

Il parait que l’Histoire ne se répète jamais. Mais que des fois, elle bégaie ?


Daniel Ellsberg, Crédit Photo : Mill Valley Public Library

Source : Le Monde

Et vous ?

Pensez-vous que les « donneur d’alertes » vont se multiplier ?
Ou que la lourdeur des sanctions et des moyens pour les retrouver vont au contraire les démotiver ?
Contacter le responsable de la rubrique Accueil