« Boundless Informant » : l'outil de data-mining derrière PRISM
La NSA regrette le contexte passionel autour de son programme de surveillance

Le , par Gordon Fowler

21PARTAGES

10  0 
Mise à jour du 10/06/13

Le Guardian continue ses révélations sur l’affaire des portes dérobées dans plusieurs services Cloud américains (Google, Facebook, etc.) qui permettraient, en substance, à la NSA d’accéder aux données qu’elle souhaite quand elle le souhaite.

Le quotidien britannique revient aujourd’hui sur « Boundless Informant », un outil de data-mining particulièrement puissant qui permettrait à l’agence fédérale de renseignement d’analyser les données critiques.

L’outil traiterait en temps réel les méta-données du flot quotidien de documents qui passent par les services hébergés pour en extraire et cibler les plus pertinents.

« Boundless Informant » permettrait également de localiser ces données en les modélisant sur une carte du monde - idéal pour cibler et consulter dans le détail celles qui viennent de pays potentiellement sensibles.

Une capture d’écran montre que ce sont en tout 97 milliards de documents et de fichiers qui sont passés dans les mailles du logiciel sur le seul mois de mars 2013 (autrement dit ceux qui ont fait l’objet d’un rapport ou d’une consultation par la NSA).

Les pays les plus visés par l'agence seraient, dans l’ordre : l’Iran, le Pakistan et la Jordanie (« une des plus proches alliés des États-Unis dans le monde arabe », note le quotidien britannique). Suivent l'Égypte et l’Inde.


D’autres documents que s'est procuré le journal semblent prouver que la NSA est capable d’affiner ses analyses en allant jusqu’à déterminer l’adresse IP des personnes ayant mis en ligne les données. Un point que l’agence avait nié le mois dernier.

Et c’est ce point qui crée actuellement le plus la polémique aux États-Unis.

L’agence avait en effet assuré aux sénateurs ne pas pouvoir dire avec précision combien d’américains étaient surveillés – et lesquels - justement parce que ses outils n’avaient pas une granularité d’analyse suffisante pour une localisation précise.

Une affirmation remise en cause par le Guardian.

En réponse, Judith Emmel, porte-parole de la NSA, regrette que les allégations autour du programme PRISM soient faites hors contexte et qu’elles créent un climat passionnel rendant impossible tout débat raisonnable sur les objectifs de ce programme.

Source : The Guardian

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de nikau6
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 10/06/2013 à 13:40
Ouais mais attendez... ! Hé..! Il ne faut pas oublier que c'est pour leur propre sécurité tout ça !
N'oubliez pas que nous sommes menacés , que chacun d'entre nous est menacé.., que les ennemis sont nombreux et à nos portes. Donc en situation d'urgence, mesures exceptionnelles, normal, non ?



De quel ennemi parle t-on exactement ? Quelle est cette menace nouvelle et terrible qui leur impose de prendre de telle mesure ? Quelqu'un peu répondre..?
Avatar de YvesT75
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 10/06/2013 à 13:54
Pas exactement le même sujet mais extrêmement proche, lié, et tout aussi important.
Il n'y a aucune fatalité technique ou légale à la goinfrerie actuelle d'informations personnelles sur les "profils utilisateurs", ni à l'utilisation de vrais noms plus ou moins imposée, etc.
Et *aucun besoin d'ID unique* partagé entre les services par utilisateur pour que les choses fonctionnent "sans friction".

Par contre clairement besoin d'un nouveau rôle, d'une notion de "sphère privée" ou compte pour les données clés, séparation des rôles, plusieurs organisations dans le rôle, et possibilité de déménager.
D'autre part aucune loi "défensive ou contraignante sur l'existant" ne fonctionnera.
http://iiscn.wordpress.com/2011/06/2...mauvaise-idee/
(IDeNum : dossier repris actuellement par Fleur Pellerin)
Avatar de bombseb
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/06/2013 à 14:04
De quel ennemi parle t-on exactement ? Quelle est cette menace nouvelle et terrible qui leur impose de prendre de telle mesure ? Quelqu'un peu répondre..?
Mais les terroristes bien sur
Et demain les dissidents politiques (les gens qui oseront surfer sur des sites d'information alternatives par exemple) verront débarquer les flics à 6h du mat et seront parqués dans des camps de la FEMA. Et les français ne seront pas épargnés je pense

Oh brave new world...
Avatar de r0d
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 10/06/2013 à 14:10
Derrière cette question de données privées, je pense que se cache une problématique plus profonde, mais également plus diffuse: celle du rôle de l'état.

Selon la conception d'un état démocratique à l'époque des lumières, l'état est sensé servir le peuple. C'est la vision humaniste de la démocratie: le peuple ordonne, l'état applique. C'est une vision idéaliste de la démocratie, certes, mais en tant que tel, elle permet de donner des repères. Les champs imbriqués de la politique, de l'éthique et de la morale sont trop complexes pour que l'on puisse les appréhender tel quel, c'est pourquoi nous avons besoin de repères, des marqueurs, pour nous aider à analyser des problématiques et se forger une opinion.

Et cette histoire de contrôle des citoyens par l'état montre à quel point l'acceptation originale d'un état démocratique a évolué. Car selon les lumières, c'est le citoyen qui doit contrôler l'état, et non l'inverse.

Outre les problèmes concrets (les informations qui nous concernent peuvent tomber entre de mauvaises mains), se pose la question de déterminer les formes des sociétés que nous mettons en place et que nous laisserons à nos descendants. On ne peut pas, d'un côté, prôner la liberté et la démocratie, et d'un autre laisser aux institutions le pouvoir de nous contrôler.

La liberté est un concept qui est universel sinon il n'est pas: soit tout le monde est libre, soit personne ne l'est. Et même ceux qui ont des choses à cacher doivent être autant libres que ceux qui n'ont rien à cacher. La morale, l'éthique, et même les lois évoluent continuellement. Ce qui est accepté aujourd'hui ne le sera peut-être plus demain. Nous ne pouvons refuser le droit aux citoyens de ne pas rendre public ce qu'il souhaite ne pas rendre public, c'est un droit fondamental sans lequel la notion d'état de droit disparaitrait. D'ailleurs si l'on se réfère à la notion d'état de droit, alors bon nombre de pratiques des gouvernements actuels seraient condamnable. Ce que je veux dire, c'est que les modèles de sociétés sont constamment en mouvement et que le respect de certains de leurs aspects (justice, démocratie, liberté) doivent être constamment défendus sinon rien ne nous assure qu'ils ne disparaitront pas.

Nous ne sommes plus dans des systèmes féodaux, et défendre un idéal ne signifie pas prendre les armes. Le simple fait de réfléchir à un problème, à essayer de dresser une pensée critique (critique ne veut pas forcément dire négatif, on peut critiquer quelque chose mais l'approuver) et d'exprimer son opinion est déjà un acte politique.
Avatar de athlon64
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 10/06/2013 à 14:17
Bonjour,
Si ce n'était que pour surveiller les méchants, à la limite on peut encore comprendre. Mais c'est souvent pour espionner les entreprises étrangères, leur piquer des infos confidentielles, des secrets défenses, ou encore espionner à des fins électorales.

Certaines entreprises et banques remercient même publiquement la NSA pour service rendu. Plus de la moitié des 100 plus riches entités sont des entreprises et non des Etats. Espionner un chef d'entreprise par exemple n'est donc pas anodin...

La paranoïa s'empare du monde numérique avec ces révélations, et certains pensent que les logiciels de Windows sont en partie fabriqués par des espions ou membres de la NSA. Pour linux j'ai encore rien lu dessus mais pour Windows ça ne m'étonnerait pas. Je parie même que certains cracks logiciels sont fabriqués par ce genre d'agence.

A mon avis ils doivent récolter tellement d'infos que la difficulté ne serait même pas des les trouver, mais comment analyser une telle quantité pour en sortir des trucs potables...

DSK ou Berlusconi par exemple, il suffisait de les menacer avec "vous approuvez une telle loi sinon on révèle toutes vos cochonneries" ; encore plus malin, "on est au courant qu'une certaine personne va publier ces infos, mais si vous signez ce contrat en faveur de cette entreprise US, on vous aidera à empêcher cela".

Les technologies sont censés amener l'espèce humaine à un âge d'or, mais je suis presque sûr que tout ça finira mal, si l'éthique ne s'impose.
Avatar de YvesT75
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 10/06/2013 à 14:23
Citation Envoyé par r0d Voir le message


le peuple ordonne, l'état applique. C'est une vision idéaliste de la démocratie, certes, mais en tant que tel, elle permet de donner des repères. Les champs imbriqués de la politique, de l'éthique et de la morale sont trop complexes pour que l'on puisse les appréhender tel quel, c'est pourquoi nous avons besoin de repères, des marqueurs, pour nous aider à analyser des problématiques et se forger une opinion.

Vous parlez d'un exécutif renversé là ? (sinon tout à fait d'accord sur le fond)

L'état démocratique c'est aussi beaucoup l'état de droit, c'est à dire définition de ces lois, et pouvoir judiciaire basé sur ces lois. (et aussi la police)

Or dans le contexte internet (sans doute pas mal du au viol du terme virtuel depuis les nineties) on croit que c'est ailleurs, où je ne sais quoi.

Alors qu'il y aurait vraiment besoin de lois, et en particulier dans la définition de rôles clés.

Typiquement autour de "gestionnaires de données clés utilisateurs"(ou aucun besoin d'ID unik partagé entre les services n'est nécessaire) :
http://iiscn.wordpress.com/2011/06/2...mauvaise-idee/

Et éventuellement exactement le même rôle pour :
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/1...merique-draft/

Aussi par exemple utilisable pour des choses comme :
http://iiscn.wordpress.com/2011/06/1...eparer-lemail/

La culture Américaine (que je connais pas mal), est différente par rapport à tout cela, par exemple Duns & Bradstreet est à la fois une société côté en bourse, et la numérotation même si gérée par D&B une norme ISO, et aussi le numéro "INSEE" US plus ou moins.
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 10/06/2013 à 14:28
Citation Envoyé par redcurve Voir le message
En gros si je comprends bien tout le monde s'offusque parce que les services de renseignements se renseignent ? Pwa le scoop. Ce genre de choses existent dans tout les pays, rien de nouveau sous le soleil.
L'espionnage systématique de toute la population étasunienne par leurs propres services de renseignement, rien de nouveau ?

Tu es conscient que ça veut dire que le gouvernement considère sa propre population comme un ennemi ?
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 10/06/2013 à 14:45
Citation Envoyé par nikau6 Voir le message
Ouais mais attendez... ! Hé..! Il ne faut pas oublier que c'est pour leur propre sécurité tout ça !
N'oubliez pas que nous sommes menacés , que chacun d'entre nous est menacé.., que les ennemis sont nombreux et à nos portes. Donc en situation d'urgence, mesures exceptionnelles, normal, non ?



De quel ennemi parle t-on exactement ? Quelle est cette menace nouvelle et terrible qui leur impose de prendre de telle mesure ? Quelqu'un peu répondre..?
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 10/06/2013 à 14:49
D'une manière générale, il faut relativiser ces histoires de terrorisme. Les accidents domestiques font des milliers de fois plus de victimes et que font les autorités ?

Rien.
Avatar de Loceka
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 10/06/2013 à 15:07
Citation Envoyé par athlon64  Voir le message
Pour linux j'ai encore rien lu dessus mais pour Windows ça ne m'étonnerait pas. Je parie même que certains cracks logiciels sont fabriqués par ce genre d'agence.

C'est même sûr... :
Citation Envoyé par [URL="http://reflets.info/microsoft-et-ben-ali-wikileaks-confirme-les-soupcons-d-une-aide-pour-la-surveillance-des-citoyens-tunisiens/"]un article[/URL]
Près de six mois après que l’affaire ait été publiée dans Rue89 et savament étouffée par les services de Microsoft, et à peine une semaine après la promotion de la principale instigatrice, alors DG de Microsoft Tunisie, Salwa Smaoui, l’affaire de l’aide apportée par Microsoft dans l’espionnage de la population Tunisienne rebondit. C’est la publication d’un câble Wikileaks issu de l’ambassade américaine de Tunis, qui conclu un long exposé concernant le contrat que nous avions fait fuiter avec le même constat : derrière ce contrat se cache un deal entre le géant de Redmond et le gouvernement de Ben Ali, destiné, entre autres choses, à espionner la population Tunisienne (et accessoirement, à étouffer le logiciel libre).

Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web