Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« Les SSII ne respectent pas les développeurs »
Elles sont « un banc de requins » pour le créateur du site Visual Staff

Le , par Gordon Fowler

0PARTAGES

12  2 
Le moins que l’on puisse dire, c’est que Félix Guillemot, créateur de Delphi Staff et plus récemment de Visual Staff (société FLX), n’y va pas avec le dos de la cuillère lorsqu’il s’agit de SSII (au passage il parait qu’il ne faut plus dire SSII mais ESN pour Entreprise de Services Numériques).
Félix Guillemot est également l’auteur du livre « Le développement informatique durable » publié chez Hermes Sciences Lavoisier.

Les SSII ? Des sociétés créées par « des
opportunistes aux dents longues sortis d’ESC »

« Les SSII sont généralement fondées par des opportunistes aux dents longues sortis d’écoles de commerces, déclare-t-il ainsi à Developpez.com. Elles fonctionnent selon un business model totalement détaché de la technique ».

Un modèle qui, pour lui, aboutirait à de nombreuses « dérives ». Au premier rang desquelles « le non-respect des développeurs et le non-respect des clients, lorsque celui qui hier vendait des lecteurs MP3 dans une grande surface vend aujourd’hui des bonhommes avec une carte de visite intitulée "ingénieur commercial" ».

… « des marchands de viande »

Cet avis tranché, Félix Guillemot nous l’a livré lors d’un entretien informel - qu’il nous a autorisé à retranscrire - autour de la création d’un nouveau service : Visual Staff, une nouvelle structure spécialisée sur .NET qu’il veut à l’opposé total des SSII. Il avait déjà lancé ce concept il y a 3 ans avec Delphi Staff « qui remporte un franc succès », nous fait-il savoir.

« J’ai créé Delphi Staff pour proposer une alternative aux habituelles SSII généralistes… des marchands de viande, recogne-t-il un coup au passage. Je suis un passionné de programmation depuis 1983 et j’ai été ingénieur d’études spécialisé sur Delphi pendant 15 ans. Je suis proche de mes collaborateurs. Il fallait juste qu’un développeur prenne son téléphone et prospecte comme les commerciaux de SSII ».

… et « un banc de requins »

Delphi Staff serait la preuve que cette démarche est juste et fonctionne. « Après à peine trois ans d’existence, Delphi Staff fait travailler 30 personnes à temps plein et fournit les plus grands comptes en France, en direct. Sans aucune sous-traitance, argumente son créateur. Il est hors de question de gaver une grosse SSII juste parce qu’elle est "référencée" et qu’elle peut porter un contrat. Nous sommes très fiers d’avoir pu démontrer que des spécialistes avec une vraie éthique peuvent résister à la "World Company" ».

Côté recrutement, Delphi Staff a en effet trouvé un CDI à une vingtaine de développeurs Delphi. « Il n’y avait aucune raison de ne pas reproduire le modèle avec Visual Staff ». Et côté chiffres, la SAS FLX (qui détient Delphi Staff et Visual Staff) se révèle être une société plutôt solide avec 2M de CA annuel.

Quant au jeune Visual Staff (« une suite logique puisque beaucoup de clients ont migré de Delphi vers C# .NET »), il semble lui aussi fonctionner.

« Certains qualifieront cette extension d’opportunisme mais il n’en est rien : C# ressemble à Delphi et le framework .NET a été conçu par le créateur de la VCL Delphi. On reste dans la POO sous Windows », explique Félix Guillemot. Quoiqu’il en soit, Visual Staff « entend bien se faire une place au milieu d’un banc de requins » (sic).

Excessif, opportuniste ou réaliste, à vous de trancher. Félix Guillemot, lui, assume totalement ses propos. « Je suis prêt à défendre mes positions et à engager le débat avec n’importe quel internaute ! »

Dont acte. N’hésitez pas à lui répondre ou à réagir.

Et aussi

Visual Staff


Félix Guillemot, fondateur de Delphi Staff et de Visual Staff

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de rmaker
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/04/2013 à 16:03
Sur la forme, le manque de nuance est évident. C'est volontairement sans concession, et ça fait du bien de lire ce genre d'avis. Ok, mais une fois le plaisir passé, que reste t'il?

"Bonjour, on est une nouvelle SS2I, on veut notre part du gateau, mais on est complètement différents. En tant qu'ancien dév, je suis super proche de mes gars (ou filles, hein)."

Désolé, mais sans plus d'information, ça n'a rien de révolutionnaire. D'autant plus que ce n'est pas le seul à s'y être risqué: Octo, soat, et d'autres ont un discours similaire (et plus nuancé).

Bref, ça pose le débat, mais c'est tout. Monsieur Guillemot, si vous pouviez rentrer dans le détail, nous (au moins moi) vous serions reconnaissant.
12  0 
Avatar de pavel
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 24/04/2013 à 13:05
Avant de tirer a boulet rouge sur Félix Guillemot, je serais ouvert a ecouter en quoi ca boite est differente.

1- Ca boite marche t elle comme une cooperative ?
2- Est ce qu il y a un partage egale de benefice entre les developpeurs et le directeur ?
3-Est ce que le bilan financier de la boite est totalement transparent pour les employers ?
4- Est ce que chaque dev connait sa facturation et l argent (net) que prend la boite comme benef sur son dos ?
11  0 
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 24/04/2013 à 9:16
Bonjour,

Sans du tout vouloir denigrer les efforts de M. Guillemot (que je ne connais pas), je pense que n'importe quel entreprise dirigee par une personne issue de la technique sera beaucoup plus saine qu'une entreprise dirigee par des financiers.

Une personne issue de la technique, dans une entreprise de taille raisonnable, connait les contraintes des differents projets, et est beaucoup plus capable de defendre une position difficile que des commerciaux qui n'y connaissent rien.

Ensuite, je pense qu'il manque neanmoins une personne douee en communication pour les sites de l'entreprise : lorsqu'on se defend d'etre un marchand de viande (ce qui a l'air d'etre le cas, mais ce n'est pas mon point), il ne faut surtout pas utiliser les memes termes que les concurrents.

Nous avons (presque) tous eu au moins un entretien en SSII qui nous vantait que "nous on est different, on n'est pas comme les autres, on est vraiment proche de nos collaborateurs, on a un faible turn-over, on forme nos ressources, on est une entreprise a taille humaine, bla bla bla".
Ce discours est connu par tous, et personne n'y croit.

Comment faire lorsqu'on monte une entreprise qui est vraiment comme ca ? Je ne sais pas, et il est probable que si vous trouvez, d'autres SSII marchand de viande utilisent les memes arguments. C'est a vous d'innover pour faire la difference.
11  1 
Avatar de UnVieux
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 23/05/2013 à 16:58
Je suis d'accord sur le constat, du bassin de pirahnas, que sont beaucoup de SSII. Le pire étant que certains parmi les techniques (ceux qui vont au charbon chez les clients), se livrent également à des pratiques douteuses.

Par là, je veux dire les collégues qui ne sont pas solidaires, mais pires, ils vous caftent contre prime, meilleur placement dans la SSII ou autres avantages, voir même vous plombent devant le client.

Parce que oui, ils existent aussi des collégues ripoux. (Ceux qui sont là pour faire carriére, non pas par leurs réelles compétances, mais qui nagent mieux que vous, et font illusion auprés du client et de l'encadrement SSII, et qui se servent de vous, pour tenter de monter).

Comme le suggére mon pseudo, j'en ai vu beaucoup... beaucoup trop à mon gout... tant du coté SSII que du coté client.

Et j'ai fait aussi un constat déplorable dans les grandes entreprises. En 1, que les recrutements passent par un filtre catastrophique de "responsable achat" qui traite les intervenants extérieurs exactement de la même maniére que des stylos, des ramettes de papier, des ordinateurs, du PQ, bref, lui ne voit que des chiffres... de la comptabilité, des marges arriéres. Et il applique les mêmes demandes de réduction des couts aux humains que sur le PQ.
Cela ne peut pas aller dans le sens de la qualité. Aprés le filtre n°2, ce sont les services RH, qui ne sont pas spécialisé Informatique, donc n'y connaissent rien dans le domaine, et qui appliquent à la lettre la demande de celui qui a le besoin. (D'où des demandes ubuesques bac+45, moins de 30 ans, payé pas plus de 20 kE annuel, et avec toutes les qualités du monde).
En 3, ce sont certains chefs de service, qui lors de la définition du profil souhaité, en viens à faire une liste, qui est digne d'une lettre au pére noel. C'est impossible et totalement idiot. Sans compter qu'en plus celui qui rédige la demande, n'a parfois aucune idée du besoin réel, d'où des inflations déciles de demandes de compétance. Ensuite cette lettre au pére noel, est traité comme obligation par les RH, alors que bon nombre sont optionnels. Et les Achats, eux ajoutent une contrainte financiére en dehors de toutes considérations du marché et de valeurs.

A cause de cette dérive qui vient des clients (les entreprises), pour complaire aux demandes des clients, on a des commerciaux qui gonflent/traffiquent les CV pour plaire aux clients. Quand le dev convient au final au client, c'est le commercial qui se vante d'etre le plus fort, d'avoir fourgué un gus au client. Mais quand, le dev ne convient pas parce que les connaissances/compétances/possibilité d'apprentissage du dev n'est pas suffisante pour remplir le besoin du client, c'est le dev qui est viré pour incompétance... (le commercial, tout aussi incompétant, lui, aura perdu un client et du salaire (% salaire commercial), mais à moins que le client ne se fache contre le commercial, on ne le blamera pas.

Et en interne, jamais on ne blamera, la liste au pére noel, jamais on ne mettra de l'ordre devant des demandes ubuesques, en terme de prix, compétance, age, expérience.

En fait c'est toute la filiére qui se comporte de maniére "virtuelle", dans l'illusion. Quand tout se passe bien, ils se congratulent tous. Quand y a un accro dans leurs illusions, c'est le dev qui se fait virer et engueuler et qu'on ose traiter d'incompétant.

Ce sont toutes les grandes entreprises qui souffrent aussi de ce mal. La prime et l'avancement, à ceux qui font illusion, qui ne font pas de vagues, et qui peuvent monter dans la hierarchie. En interne, ces personnes font leur carriére aux dépends de la société qui les emploie.
Et même au niveau des dev qui sont des internes, certains affichent un comportement execrable avec les extérieurs. (Les externes sont vu comme des mercenaires, sur-payés, et des menaces pour les internes. Les internes accusent les externes pour se couvrir de leurs propores erreurs. Peu importe la responsabilité réelle, l'externe aura toujours tort... et même si l'interne est juste un gardien de parking chieur... déjà vécu, viré par le client pour avoir répondu au gardien aprés une journée à rallonge et exténuante... mon tort, mal garé selon le gardien...

Il y aurait également beaucoup à dire sur le fonctionnement de l'informatique aujourd'hui. Je ne sais pas ce que je veux pour mon projet informatique, je ne sais pas précisément les outils à utiliser, je n'ai pas le détail des fonctionnalités à remplir, MAIS j'exige que ce soit dans une enveloppe de autant de X € et j'exige que la mise en production soit à telle DATE.
Et demerdez vous pour tenir, la date de mise en production, demerdez vous pour tenir le budget. Déjà rien qu'accepter ce genre de postulat de départ est totalement abérant et ne choque même plus personne. Alors que ce genre de décision ne devrait même pas pouvoir exister.

Ensuite le projet est lancé. Le cout est sous-évalué systématiquement (de rallonge en rallonge, le + souvent, le cout réel est doublé), pourquoi sous-évaluer ?? Une erreur ?? Même pas, c'est une sous évaluation volontaire.
Une fois qu'on est engagé, qu'on a déjà dépensé autant d'€, personne ne veut reconnaitre l'erreur d'estimation du cout. Alors on demande une petite rallonge (maxi 50% du budget initial) pour terminer et ne pas perdre l'investissement. Et de rallonge en rallonge, le cout est doublé.
Pourquoi c'est sous-évaluer volontairement ??
Parce que sinon, un cost killer, vous explique que c'est trop cher, et le projet est refusé, alors que le besoin existe. Une abération, qui est validé, et qu'hypocritement finit par etre normal pour tous dans l'entreprise.

Comme les dev demandent de la sous-traitance, comme c'est sous-évalué, il y a de la pression sur les dev externes. On exige en plus de tout le reste, une charge de travail excessive ou irréaliste. Non pas ponctuellement mais tout le temps... bref, ils pressurent les externes comme des citrons avant de les jeter quand ils sont "burn out".

Vous etes chez le client, vous avez à peu prés les compétances/expériences requises au réel du besoin pour faire du dev chez eux, il est globalement satisfait de vous. Y a une période de creux chez le client (du fait du client), et vous décidez d'alléger vos heures chez lui. Et là c'est le drame... Y a le petit chef de service, qui ne vous trouve pas assez présent, et qui voit d'un mauvais oeil, que vous quittiez à 16H ou 17H, parce que vous etes loin de chez vous, et que cela ne sert à rien de rester plus longtemps. Vous tuez le temps, parce que le client veut avoir ses externes à disposition (il paye un prix de journée, il veut en avoir pour son argent), et donc vous etes à écouter de la musique trop souvent, à faire des pauses trop longue, ou à trainer trop sur des forums ou internet, nouveau drame pour le client.
Bien sur, malgré le temps de travail moindre que vous accordez au client, le projet ne prend pas de retard de votre fait, et la qualité de votre client est la moindre. MAIS pour le client, vous etes devenu un mauvais externe qui coute cher et ne fou rien... alors même que les internes, ont une productivité encore plus déplorable qu'un fonctionnaire qui serait en gréve larvée du zéle.

Le projet prend du retard, parce que les études qui doivent venir du client, les prises de décisions du client ne se font pas. Ils discutent à n'en plus finir sur une charte graphique et couleur (dont vous n'avez rien à foutre), mais quand on demande ce qu'on doit mettre comme info sur la page, ils ne sont pas capables de fournir, ou de prendre la décision. Du coup, la mise en production devrait en étre retardé ?? QUE NON, la date de mise en prodcution est impérative. Qui va faire des heures sup pour tenir les délais ?? Pour les internes, même s'ils sont payés, il n 'en est pas question.

Autre cas. On vous demande, de faire des propositions au client. Vous faites des tas de propositions, toutes sont refusées. Vous ne savez plus quoi lui proposer. C'est votre faute... jamais celle du client incapable de se décider.

Les études ne sont pas terminées, mais on fait comme si c'était le cas. On imagine une proposition, on définit la technique, on developpe, mais la décision sur l'étude n'a toujours pas été prise ou validée. On avance sur les fonctionnalités, on imagine à la place des fonctionnels, on imagine à la place des étude, et on avance le projet. PAF, le client prend enfin des décisions. Bien sur, vous n'avez pas de chance, et cela remet en cause votre modéle fonctionnel et technique du projet. Vous informez le client, que cela va créer un retard. Sa réponse : "mais je n'avais pas validé/approouvé votre solution, démerdez-vous", OK mais du coup retard. Réponse du client: "Ah non, la date de mise en production ne sera pas réculée". Qui va devoir s'en débrouiller ?? Le dev toujours...

Le client revient sur sa validation, ce qui remet en cause totalement le projet, et donc retard. Le client "j'ai changé d'avis, mais démmerdez vous, la date ne peut pas changer".

Y a aussi le client ne prend jamais de décision, il ne valide jamais votre solution. Vous etes de plus en plus engagé dans le projet, revenir en AR devient de plus en plus problématique. Le projet est presque fini en DEV, mais il n'a pas encore été présenté aux futurs utilisateurs.

Et là PAF, les utilisateurs (à tort ou à raison), ne sont pas en accord avec votre solution. Vous avez toujours eu le tort, d'avance le projet sans jamais avoir fait validé/approuvé, un responsable, qui se refuse de toute façon à approuvé/validé quoique ce soit. Dés fois, qu'un jour, on le lui reproche, et que cela nuise à sa carriére.

Le projet est considéré comme fini par le client, vous DEV avez quitté le client. Y a des erreurs fonctionnelles, en interne, ce sont les externes qui sont des incapables et n'ont pas fait du bon travail (les internes accusent systématiquement les externes de leur propre manque, erreur, ou les bugs qui leur incombent). Parfois même le client va jusqu'à se plaindre de votre travail (qu'ils ont supervisé, ou du moins qu'ils étaient censé supervisé) auprés de votre SSII, ruinant votre réputation auprés d'elle, et celle-ci au lieu de vous défendre, va au contraire bien noter les plaintes clients, pour s'en servir contre vous, et justifier de suite ou plus tard, votre licenciement.

Une SSII honnete, va se contenter de cela pour donner un motif (et se permettre de ré-embaucher), en vous versant ce qu'ils vous doivent (préavis, primes, salaire, etc ). Mais aujourd'hui des SSII malhonnetes, font passer cela, pour une faute lourde... pour ne pas vous payer vos indemnités légales.

Maintenant venant en plus particuliérement à cette société spécialisé et son fondateur de ce sujet.

1/ C'est votre choix, mais vous vous adressez à une infime élite, sur un domaine technique (outils) étroit. Et à priori, il semblerait qu'il faut obligatoirement une expérience récente sur le domaine technique en question et avoir une connaissance pointu de l'outil, pour satisfaire votre test.

Dans ces conditions, il me semble normal, que cette élite de personnes, attendent de vous un niveau de rémunération en lien avec vos exigences et avec leurs compétances.

J'ai employé volontairement le mot rémunération et non salaire. Bien sur, y a un mimimum de salaire que cette élite va vous demander. Mais si en plus cette élite à le choix, elle va aussi vous demander le petit plus de rémunération que vous pouvez leur proposer pour qu'ils viennent travailler avec vous. Et ces petits plus, ca passe par des choses qui n'ont rien d'abérante, comme indemnités repas, indemnités déplacement, des RTT, une participation aux bénéfices, ou autres. Ou des primes selon la conjoncture de votre société (mutualisé) ou les contrats/missions (individualisé).

Il est normal d'attendre de vous des actes, plutot que des promesses. Des façons de montrer que vous avez de la considération pour vos employés. Votre société va bien, vous leur faite bénéficier des progressions. L'entreprise va mal, alors il est normal que les petits avantages ne soient plus aussi important. Et c'est pourquoi, pour que ce ne soit pas des avantages fixes (qui se transforment en charge), c'est indexé d'une maniére ou d'une autre sur le chiffre des bénéf de votre société.

Il ne s'agit de pas de partager tous les bénéfices de votre société (que vous batissez), mais de gratifier vos employés que vous dites tous estimer. Votre société réussi bien, vos employés réussissent bien avec vous également.
Non seulement, ils n'auront pas de raisons de partir ailleurs, mais ils auront autre chose qu'une poignée de mains et une grande claque dans le dos comme témoignage de votre estime. Les employés ont alors intérets eux aussi à ce que la société marche bien. Tout le monde est gagant.
La société va mal, tout le monde est mis à contribution (part variable, prime ou autres, sont réduites, en attendant que cela aille mieux). Ceux qui n'acceptent pas ces réductions normales et logiques, partiront, c'est la vie.

2/ Même si c'est votre entreprise, sans eux, votre entreprise n'est rien. Et sans vous, ils n'ont pas de travail. Partenariat, pour que chacun recoive une juste rémunération (salaire + variable).

J'y vois un avantage de la part variable, c'est de ne pas alourdir trop les charges fixes (charges sociales nottament) quand cela va mal, et de garder le personnel autant que possible.

En étant passé de l'autre coté, vous n'etes plus un DEV. Vous etes un EX-DEV, mais plus le temps passe, quid de votre compréhension des DEV, de votre capacité à vous mettre à leur place ??

Quand on évoque le travailleur délocalisé (en Inde, au Pakistan ou ailleurs), ce n'est pas nous en France qui somme trop cher, c'est la possibilité d'avoir recours à ce dumping social qui est anormal. A ce propos, même là-bas, ils sont mal payés par rapport à leur pays et compétances, mais tellement pas de boulots qualifiés dans ces pays là.

Je trouve assez déplacé pour un Ex-DEv, de mettre l'accent sur la soit disant trop importante attente en terme de rémunération des Dev en France. Que la demande de certains DEV soit trop importante, par rapport au prix que veut payer le client, je veux bien l'accepter.
mais dans ce cas, n'est pas le prix acceptable par le client qui est trop basse ??

Si l'élite que vous incarnez avec votre société, accepte un prix notoirement trop bas, alors vous faites vous aussi comme les SSII le jeu des entreprises qui veulent imposer un prix d'achat.

Et si ces entreprises peuvent imposer des prix d'achat aussi bas, c'est qu'il y a bien trop d'informaticiens disponibles.

Une petite anedocte, un client constructeur automobile avant la crise auto qu'il traverse, proposer d'intégrer en interne des externes, en leur proposant un salaire 20% plus bas, que le salaire qu'ils touchent en tant qu'externe dans des SSII qui font déjà leur bénéfice. Est ce que le client propose des avantages en nature ou autre pour compenser ?? Même pas...
Et le client s'offusque, qu'on accepte pas de venir faire le même travail en interne (que l'on faisait en externe au même poste) mais en étant payé 20% de moins. Bien sur pas de reprise d'ancienneté. Un client dont on sait qu'il est réguliérement sujet à des soubressauts économiques avec des plans sociaux.
Mieux, on a même vu des ex-interne, etre dans un plan social avec prime pour volontariat. Ces ex-internes sont revenu en externe (ils étaient en fait indispensable par leurs connaissances fonctionnelles perdues par leur départ), à la demande des opérationnels. Au passage, avec une augmentation de 30 à 50% de leur ancien salaire, + le% de marge de la SSII par laquelle ils sont revenus.

Alors vous voulez etre plus correct, Ok, mais vous avez tout à prouver, et malgré tous les mots ou promesse que vous faites, il n'y a que le recul, le temps, qui permettra de dire, si oui, vous vous comportez toujours, X années plus tard, comme c'était votre souhaite. OU si avec les années, il y a eu des dérives...

Ne vous en déplaise, une SCOP n'a rien d'utopique, mais il y a des contraintes de nombres d'employés/associés, qui font qu'au delà d'une certaine taille, cela devient beaucoup plus délicat, difficile à gérer, et accepter. Cela demande des participants, qu'ils ne se comportent pas en individualistes, et une vrai solidarité collective.
Mais aussi cela demande que les idéaux de la SCOP, ne soient pas oubliés/trahis, par ceux qui découvrent alors le pouvoir, ou les avantages conférés par le fait d'être dans l'équipe dirigeante. Que ces dirigeants, n'en viennent pas à penser qu'ils le méritent bien d'avoir une voiture avec chauffeur, ou d'aller manger dans un excellent restaurant avec des clients de la SCOP. Ces dirigeants ne doivent jamais considérés que c'est normal et qu'ils le valent bien. Mais que ce sont des privilléges bien agréable quand on en bénéficie, et qui vont avec les charges de la direction et une sorte de compensation (sans en abuser) des nombreuses heures de travail.

Les SSII ne devraient jamais oublier par exemple, que faire voyager dans de mauvaises conditions leurs employés, non seulement, ils ne sont pas contents contre leur patron (surtout quand c'est habituel comme déplacement et non pas exceptionnel), mais cela s'en ressent obligatoirement sur le bien étre de l'employé, sur son humeur, sur sa fatigue physique et morale, et au final cela s'en ressent sur son travail chez le client.
J'ai connu des déplacements en début de carriére (qui me faisaient un complément de salaire), des déplacements plus tard pour lesquel je rentrais tout juste dans mes frais et même des déplacements avec lesquel j'en étais de ma poche. Parce que le client refusait de payer ceux-ci ou la SSII qui occtroyait une indemnité insuffisante. (par exemple indemnité fixe, ne tenant pas compte de l'augmentation du prix de l'hotel en période estival, ou du prix des billets avion/train ou d'un événement -coupe du Monde / jeux olypique ou autre, qui font que les hotels/restaurants/transports, les prix sont majorés.
10  0 
Avatar de sevyc64
Modérateur https://www.developpez.com
Le 24/04/2013 à 10:53
Citation Envoyé par fregolo52 Voir le message
Combien de sociétés utilisent les SSII comme pré-embauche ? J'en ai connu.
Selon ma propre expérience de recherche d'un poste depuis plus d'1 an, c'est environ 80 à 90% du marché en informatique. Et uniquement de l'ingénieur expérimenté même pour faire du sale boulot style saisie de données au km sous Excel.
Et de préférence un petit jeune tout juste sorti de l'école, voire encore à l'école, mais avec au moins 5 ans d'expérience et s'il a en plus plus de 10 ans d'expertise dans 7 à 8 domaines totalement différents c'est encore mieux.
( quand ils ne demande pas 10 ans d'expertise sur une techno qui n'a même pas 3 ans)

Et quant on a plus de 10 ans d'xp, mais pas ingénieur et 40 ans, ben le CV ne passe même pas la barrière de la secrétaire à l'accueil.

Pour moi, les SSII ce n'est rien d'autre que de l'interim déguisé pour le monde informatique.
9  0 
Avatar de quanta
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 24/04/2013 à 18:21
Citation Envoyé par Félix Guillemot Voir le message
Il ne m'est jamais apparu dans votre discours que la passion pour votre travail avait une importance. C'est dommage. Quand je pense à ces soirées passées à debugger et à créer durant ma carrière professionnelle, on est loin, très loin.
Par contre je trouve ça un peu effrayant...
On peut être passionné par son travail et bien faire le distinguo entre ce qui est de l'ordre du pro et ce qui est de l'ordre du temps personnel non ? Pourquoi faire intervenir de l'affect dedans ("passion" ?
9  0 
Avatar de azias
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 24/04/2013 à 9:18
Je suis entièrement d'accord avec lui.

D'ailleurs on n'arrête pas de nous rabâcher dans les journaux qu'on manque d'informaticien en France, ce qui est faux: lorsque vous cherchez du boulot en éliminant les SSII: on ne trouve quasiment rien. Il n'y a que les SSII qui ont du mal à trouver... et ça n'a rien d'étonnant.

On oubli juste de préciser qu'il y a pire que les SSII: les clients des SSI! Pour avoir travailler par exemple chez Alstom pendant quelques temps en passant par une SSII (chez Alstom il doit y avoir 50 à 60% des personnes qui y travaillent physiquement qui ne sont pas des salariés Alstom): si vous n'êtes pas salarié Alstom vous êtes traité comme de la merde. Par exemple vous n'avez pas accès aux tarifs préférentiels à la cantine, au contraire, ça revient plus cher que si vous mangiez la même chose à l'extérieur (sauf que les contraintes de travail qu'on vous impose vous empêche de manger à l'extérieur) et ils ne prennent pas les tickets restaurants!
7  0 
Avatar de rmaker
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 02/05/2013 à 12:03
Citation Envoyé par Félix Guillemot Voir le message
Si vous allez dans les grosses SSII déshumanisées, je pense que vous allez le comprendre.
Je suis désolé, mais je pense que la réponse est un peu facile par rapport à la question. Que vous soyez radicalement différent des SS2I dirigés par des commerciaux / managers qui n'ont jamais codés de leur vie, c'est très probable. Pareil pour les très grosses SS2I. Maintenant, la question, c'est plutôt: par rapport aux SS2I de taille raisonnable (disons < 300 employés), dirigées par des gens qui ont un gros bagage technique, par des passioné(e)s, qu'est ce qui vous différencie? Pourquoi vous contacter vous? Ce à quoi vous avez donné des éléments de réponse. Mais si vous voulez compléter...
7  0 
Avatar de UnVieux
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 23/05/2013 à 22:42
J'étais un passionné d'informatique ado, j'en ai fait un métier par des études longues, et j'en ai été dégoutté du métier, pas de l'informatique,
par mon expérience, longue expérience, plus de 40 ans, sur la réalité de l'informatique professionnelle dans les entreprises.

Aujourd'hui, ce n'est plus qu'un métier, dont j'essaye de vivre tant bien que mal, mais ce n'est qu'alimentaire. Aucune satisfaction personnelle, dans le sens où des millions d'informaticiens s'ennuient dans leur métier, mais je n'ai pas à me plaindre relativement, parce que lorsque je suis en mission, j'en vis bien.

Alors oui résigné, oui devenu un peu mercenaire, mais toujours pas pour autant prét à me vendre au plus offrant. J'essaye d'éviter les pires enfoirés du milieu, sans toujours y arriver. A chaque nouvelle mission, j'espére toujours le miracle, que cela se passe bien, avec les collégues, avec les internes, avec la SSII, je ne demande même plus d'avoir une mission qui m'intéresse, juste qu'on ait un peu de respect pour mon travail. Ils n'ont aucun respect ni pour ma personne, ni pour mon travail. Alors oui, je fais parti de ceux qui attendent parfois le chéque de fin de mois, et je n'en ai pas honte. Le chéque est confortable, et cela me permet aussi de sur-vivre, pendant les périodes de chomage.
7  0 
Avatar de erwanlb
Inactif https://www.developpez.com
Le 23/04/2013 à 15:59
Depuis que je bosse dans l'informatique, je n'ai jamais entendu parler en bien des SSII....
6  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web