Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Retour sur le jeu de rôle de SUP'Internet après 5 jours de rush non-stop
Des élèves fatigués mais ravis de l'expérience engrangée

Le , par Gordon Fowler

0PARTAGES

1  0 
Mise à jour du 25/02/13

Chose promise. Intrigués par la semaine de jeu de rôle non-stop mise en place par SUP’Internet pour ses élèves - et au vu de vos réactions sur cette initiative - nous ne pouvions pas ne pas aller voir sur place.

Petite précision, le but de cette « histoire » n’était pas de faire développer un site à des étudiants de première année mais de les plonger – in situ – dans un cadre professionnel (une agence de com web) qui doit gérer une demande urgente.

Rappelons le scénario : une entreprise a fait l’acquisition d’imprimantes 3D, elle cherche une équipe de consultants pour lui dire comment optimiser son investissement.

Les élèves ont donc dû se répartir des rôles (design, développement web, marketing et business plan), monter une équipe et poser les bases d’un projet.

À ceux parmi vous qui pensaient qu’il serait un peu prématuré de demander à de jeunes élèves de monter un site de e-commerce, la surprise sera peut-être d’apprendre que cette partie est celle qui a posé le moins de problèmes aux candidats. Même si tous n’ont pas eu l’idée de reprendre des solutions qui existaient déjà (comme PrestaShop) pour gagner du temps.

Le plus dur, semble-t-il, a été de trouver une idée créative pour répondre à l’appel d’offre : comment utiliser cette imprimante et comment vendre les produits générés.

Le résultat ? Côté humain, des équipes fatiguées. Certaines ont dormi sur place plusieurs soirs, mais en étant très organisées souligne Benoit LACHAMP, le directeur de l’école.

Lors des soutenances, les candidats étaient souvent stressés (voir très stressés). Mais d'après le jury composé de membres extérieurs à SUP’Internet - et au regard des présentations auxquelles nous avons eu la chance d'assister - presque tous ont réussi à cacher leur fatigue.

Cette présentation finale - avec PowerPoint, démo du site et exposé du Business Plan à l'appui - était l’aboutissement d’une longue journée. Les projets avaient auparavant été passés au crible par trois autres jurys, plus techniques, composés de professeurs de l’école.

Détail amusant. D'après le directeur, les avis ont souvent radicalement divergé entre jury interne et externe. Ce dernier s’est montré sévère sur la forme, mais très compréhensif sur le fond en n’oubliant jamais qu’il voyait des élèves de première année en plein apprentissage. Et il a même eu des coups de cœur.

Côté projet, un de ses membres - faux directeur financier mais vrai entrepreneur dans la vie - nous avoue même que s'il était banquier, il aurait investi sur les champs dans deux idées. Ce qui ne manque pas d'étonner le directeur de SUP’Internet qui avoue, lui, avoir été séduit par d'autres projets qui ont laissé ce trio d'externes plutôt dans l'expectative.

Pas de gagnants, ni de perdants donc. Mais des élèves, que nous avons rencontrés dans les couloirs, qui se sont montrés plus que satisfaits. Fatigués (et soulagés) mais contents d’avoir appris beaucoup sur eux-mêmes et sur les multiples exigences d’une commande professionnelle.


Pour la petite histoire, l’idée de cette semaine doit beaucoup à… HEC et Google.

L’école de commerce a en effet lancé avec Google les Google Academy. Mais face au manque criant de compétences techniques Web, en référencement ou en Web-marketing pur de ses élèves, HEC a contacté la toute jeune SUP’Internet (l’école a deux ans) pour passer un accord.

Dix étudiants de deuxièmes années de SUP’Internet ont ainsi passé 3 semaines dans les murs de Jouy-en-Josas.

Fort de cette idée, Benoit LACHAMP a décidé cette année de lancer un projet similaire pour tous ses élèves. D’où cette semaine multidiscipline intensive. « Dans 6 mois ou dans un an, quand ils auront un projet de ce type, ils auront déjà une expérience. Ils pourront évaluer concrètement le chemin qu’ils ont parcouru ».

En discutant avec les principaux intéressés, on se rend très vite compte que le chemin effectué est déjà long. Lorsqu’on leur demande ce qu’ils changeraient s’ils devaient refaire cette semaine, la réponse fuse : « aller plus vite au cœur des choses, présenter plus rapidement le projet, de manière plus concrète et plus simplement ». Quatre mois seulement après le Bac, c'est une leçon énorme. Que beaucoup de seniors ne connaissent toujours pas. Mais c'est une autre histoire.

Source : Reportage Developpez.com, 23/02/2013

Et vous ?

Vous avez participez à ce rush ? Venez nous dire si vous êtes content(e) de cette expérience ou pas. Nous attendons vos témoignages !

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de quanta
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 25/02/2013 à 22:25
Citation Envoyé par Lorraine.G Voir le message
Bonjour,

élève de première année en design à Sup'Internet, et ayant donc participé à cette semaine rush, j'ai littéralement sauté au plafond en lisant certains commentaires.

Pour rétablir la vérité :
- Non, ce n'est pas parce qu'un projet est fait en une semaine qu'il sera "merdique". Si c'est le cas dans votre entreprise/école, inquiétez-vous... Nous avons prouvé vendredi dernier lors de nos passages devant le faux client que "rapidité" peut rimer avec "efficacité".

- Certes, nous avons tous été fatigué et stressé par cette semaine. Au bord du suicide ? Pas à moins d'avoir un grave problème de névrose. Restons lucide, si une semaine comme celle-ci nous achève, c'est que l'univers du web n'est pas fait pour nous.

- Oui, cette semaine nous apporte de l'expérience, quoi que vous puissiez en penser. Je ne pense pas que beaucoup d'écoles puissent se targuer d'avoir des élèves qui, dès la première année, atteignent un tel niveau.

A Sup'Internet, nous apprenons à travailler les uns avec les autres. Les filières sont très différentes (design, dev et business), pourtant ce genre de projet nous aide à comprendre les possibilités et les limites de tous. Une qualité qui, j'en suis sure, n'est pas présente partout.

Bonne soirée, j'espère vous avoir convenablement rassuré sur notre sort !
Qu'il y est des éléments positives j'en convient largement mais par contre ce qui m'attriste c'est le manque de critique vis-à-vis de l'exercice : s
Cette arrogance ("Si c'est le cas dans votre entreprise/école, inquiétez-vous.", "c'est que l'univers du web n'est pas fait pour nous.", "dès la première année, atteignent un tel niveau" est elle une conséquence d'un sentiment d'appartenance à une caste "supérieur" où c'est autre chose ? : s
En tout cas niveau com' y a encore du boulot o/
16  2 
Avatar de nnovic
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 25/02/2013 à 21:41
Ce qui me fait sortir de mes gonds, c'est qu'on essaye de faire passer ça pour "la vraie vie"... ça n'a juste aucun rapport avec le réel... Dans la vraie vie, tu as tes gosses à récupérer à la crêche à 18h15 dernier délai, ta copine qui te plaques parce que tu es marié à ton boulot, etc...
11  1 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 26/02/2013 à 10:54
Citation Envoyé par Lorraine.G Voir le message
Bonjour,

élève de première année en design à Sup'Internet, et ayant donc participé à cette semaine rush, j'ai littéralement sauté au plafond en lisant certains commentaires.

Pour rétablir la vérité :
- Non, ce n'est pas parce qu'un projet est fait en une semaine qu'il sera "merdique". Si c'est le cas dans votre entreprise/école, inquiétez-vous... Nous avons prouvé vendredi dernier lors de nos passages devant le faux client que "rapidité" peut rimer avec "efficacité".

- Certes, nous avons tous été fatigué et stressé par cette semaine. Au bord du suicide ? Pas à moins d'avoir un grave problème de névrose. Restons lucide, si une semaine comme celle-ci nous achève, c'est que l'univers du web n'est pas fait pour nous.

- Oui, cette semaine nous apporte de l'expérience, quoi que vous puissiez en penser. Je ne pense pas que beaucoup d'écoles puissent se targuer d'avoir des élèves qui, dès la première année, atteignent un tel niveau.

A Sup'Internet, nous apprenons à travailler les uns avec les autres. Les filières sont très différentes (design, dev et business), pourtant ce genre de projet nous aide à comprendre les possibilités et les limites de tous. Une qualité qui, j'en suis sure, n'est pas présente partout.

Bonne soirée, j'espère vous avoir convenablement rassuré sur notre sort !
Je me permets de réagir à ton commentaire pour une raison simple : ce que tu viens de vivre n'a absolument rien à voir avec la manière dont un projet doit être géré. On t'habitue à l'idée que c'est à toi de rattraper les merdages de planning de ta hiérarchie en faisant des heures supplémentaires de malade. Oui, on peut se retrouver en train de devoir rusher pour un projet, mais si on me demandait de dormir sur mon lieu de travail, je répondrais que ce n'est pas la peine de m'attendre le lendemain ! Les rushs, c'est quelque chose qui doit être exceptionnel et bref. Sinon, c'est que la direction du projet ne fait pas son travail. Parce que, même exceptionnel, c'est quand même le symptôme d'un merdage au niveau de la gestion de projet. Alors que ce genre d'exercice fait croire que c'est normal et régulier. J'ai l'impression qu'on confond un peu formation et dressage, en fait.

De plus, le fait que tu puisses te permettre de faire ce type de rush comme étudiant(e) ne signifie pas que ce sera acceptable pour toi une fois que tu ne seras plus étudiant(e). Les motivations n'ont strictement rien à voir. En entreprise, tu sauras que ce n'est pas de la fiction, mais des véritables projets avec de vrais enjeux derrière. Mais d'un autre côté, ton entreprise n'aura pas la même emprise sur toi que ton école, parce que, quoi qu'on en pense, en employeur se remplace bien plus facilement qu'une école (si tu loupe ton diplôme, c'est un poids que tu porteras bien plus longtemps qu'un licenciement). Et pour finir, il y aura bien d'autres impératifs personnels à ce moment-là. Tout ça pour dire que la ressemblance entre cet exercice et un projet réel me parait franchement lointaine !
10  0 
Avatar de Kihmé Xs
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 26/02/2013 à 12:09
Citation Envoyé par gbdivers Voir le message
@Aux étudiant de SUP’Internet
Vous formalisez pas trop des attaques et critiques, vous ne connaissez pas les profils et motivations de chaque intervenants. Passez à autre chose et revenez sur ce projet en fin d'année, pour faire le bilan avec du recul
Bonne continuation pour la suite
Non, revenez dessus quand vous aurez quitté votre statu junior. Vous comprendrez bien mieux les commentaires de ceux qui vous parlent avec leur expérience professionnelle et à qui ça fait bien rire que ce genre d’exercice soit mis en analogie avec le monde professionnel. Vous aussi vous rigolerez.

C'est une expérience humaine uniquement. Pour l'aspect professionnel tout à déjà été expliqué en quoi ça ne l'est que très peu. Un peu comme faire un stage commando avec sa classe ou ses collègues.
8  0 
Avatar de giragu03
Membre averti https://www.developpez.com
Le 26/02/2013 à 15:58
Je me pose une question : à SUP'Internet, il n'y a pas d'étudiants qui doivent travailler pour financer leurs études ? Ça devait drôlement désavantager leurs équipes...
Quand j'étais étudiant, je n'aurais pas pu me permettre une semaine H24 à l'école... Il fallait que je dorme un minimum pour être en mesure de travailler le week-end, et j'imagine que je n'étais pas le seul. Mon équipe aurait donc été désavantagée.
Et comme beaucoup, j'ai des doutes sur l'aspect pédagogique de ce genre d'exercice. Et je partage l'avis de Traroth2 sur le fait que ce n'est pas au développeur (ou à celui en bas de l'échelle) de rattraper les erreurs au niveau de la direction de projet (après tout, ces personnes sont payées en fonction des responsabilités de leur poste, qu'elles les assument). Je ne suis pas extrémiste et je ne laisse pas un client en plan à 18h sous prétexte que j'ai fini ma journée, mais cela doit rester l'exception et non la règle.
7  0 
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 26/02/2013 à 7:46
Bonjour,

Concernant le manque de recul, il est evident, et normal : 3 jours apres un rush, il est tres difficile d'avoir pris du recul -- que ce soit un exercice ou un vrai projet.

Ce qui m'attriste plus ce sont les commentaires peremptoires des deux cotes. Ecoutons-nous les uns les autres, et tout ira mieux.

Oui, un projet-rush d'une semaine arrivera forcement a quelque chose de problematique (mais certainement pas merdique) : le manque de temps implique des sacrifices, necessaires pour tenir les delais, mais qui peuvent se reveler couteux une fois le projet passe en maintenance/prod.

Oui, c'est une bonne experience. Non, ce genre de "rush" en ecole n'a rien de nouveau, ce qui montre d'ailleurs bien que cela a un interet, sinon les ecoles n'en organiseraient plus depuis longtemps.

Pour faire court : profitez bien de ces projets, et essayez de prendre un peu de recul lorsque vous aurez le temps.
6  0 
Avatar de gfevrier
Membre actif https://www.developpez.com
Le 26/02/2013 à 10:44
Citation Envoyé par ScroudaF Voir le message
Les désaccords -apparemment bien tranchés- entre les jurys internes (les profs etc) et externes (entrepreneurs etc) laissent un peu perplexe face à la qualité de l'enseignement de cette école, ou, tout du moins, face à sa perception du marché.
Non, ça montre simplement que comme dans toutes les écoles, il y a une énorme différence entre les enseignants qui enseignent et les professionnels qui sont en permanence au contact du marché.
Ca sera toujours comme ça. Les enseignants ont sans doute repéré des projets intéressants alors que les professionnels ont plutôt repéré des projets qui se vendraient bien.
Cet écart peut être minimisé lorsqu'une partie de l'enseignement est dispensé par des professionnels qui interviennent plus ou moins régulièrement dans le cursus.
6  0 
Avatar de Niark13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 26/02/2013 à 14:42
Citation Envoyé par Lorraine.G Voir le message
Bonjour,

Après avoir relu mon message ce matin, je tenais à vous demander de m'excuser d'avoir été hautaine et agressive.

Pour ma défense, il est difficile de voir un projet sur lequel on a donné ses tripes critiqué... Et j'avoue m'être énervée plus que de raison.
En ce qui me concerne, mes réserves ne portent absolument pas sur ton travail mais sur l'aspect pédagogique de l'exercice, que je trouve très discutable.
6  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 26/02/2013 à 10:22
La créativité nécessite du temps. C'est pour ça que les rythmes imposés par le travail en entreprise produisent souvent des résultats médiocres, où les plannings sont rarement décidés par les gens créatifs.

5  0 
Avatar de gfevrier
Membre actif https://www.developpez.com
Le 28/02/2013 à 17:01
Citation Envoyé par crf 70 Voir le message
On se demande si ce ceux qui ont critiqué le rush ne font pas partie de l'école ... bah oui, qui a dit que l'entrainement du rush était s'en suite ?

Suis-je le seul à ne pas comprendre ce que tu écris ?
5  0