Developpez.com

Plus de 2 000 forums
et jusqu'à 5 000 nouveaux messages par jour

Que pensez-vous du projet de régulation internationale d'Internet ?
193 pays réunis à Dubaï, des acteurs du Web s'inquietent

Le , par la.lune, Membre chevronné
Ce lundi à Dubaï, Emirates Ababes Unis, des délégations de 193 pays se réunissent à huis clos pour discuter de la régulation et de la gouvernance d'Internet, lors du sommet international organisé par l'Union internationale des télécoms(UIT) -l’organe de l’ONU chargé de superviser les télécommunications internationales.

Baptisée Conférence mondiale sur les télécommunications internationales (WCIT-12), tous les Etats membres de l'UIT vont débattre pendant 11 jours sur les règles internationales à appliquer à Internet.


La date du traité fondateur de UIT (1988) montre l'urgence et la nécessité d'avoir un nouveau texte pour mieux aborder la révolution Internet.

Ce traité, vieux de plusieurs décennies doit nécessairement être mis à jours, en tout cas c'est ce que pensent les membres de UIT. Cette conférence va donc s'atteler à réviser le Règlement des Télécommunications Internationales(RTI).

Pour mémoire, l'UIT est également l'organisation mondiale la plus vielle, puisqu’elle a été créée en mai 1865 sous l'appellation d'Union Télégraphique Internationale. Elle a joué un rôle important notamment dans le cadre du développement des réseaux de téléphone, des systèmes satellites ou des communications mobiles.

Depuis plusieurs mois, bon nombre de pays portaient secrètement des propositions pour réviser le RIT.

Mais grâce au site WCIT Leaks, plusieurs propositions ont fuitées. Il fût découvert dans un document publié le 3 Novembre, que la Russie avait formulé un amendement qui entendait donner aux États membres « le droit souverain de gérer l'Internet au sein de leur territoire national, ainsi que de gérer les noms de domaines nationaux ».

Pour rappel, depuis le 1er Novembre la Russie se permet de bloquer des sites sans passer par la justice. La liste noire des sites bloqués en Russiese trouve dans un article.

L'amendement fût retiré depuis, mais ceci n'a pas enterré les soupçons autour de pays comme la Chine, la Russie ou l'Iran de vouloir menotter Internet.

Leurs propositions continuent d'ailleurs à aller dans ce sens. C'est ce que l'on voit dans le document proposé comme projet finale anticipé du future des RTIs . On y trouve un article très polémique : le 8A.4.

Celui-ci affirme que "les États ne doivent pas restreindre l’accès à Internet sauf dans les cas où la souveraineté nationale, la sécurité nationale, l’intégrité territoriale peuvent être remises en cause". Cette formulation est du coup très vague, ce que souligne les détracteurs de ce texte.

Pour eux, cet article autorise "les limitations à la liberté d’expression, le contrôle des activités d’opposants politiques et de la vie privée des citoyens. C'est ce que dénonce par exemple un des vice-présidents de fondation Mozilla, Harvey Anderson, dans un billet publié sur le blog de la fondation le 2 Décembre.

Google n'est pas non plus resté les bras croisés. Ces derniers mois, Vinton Cerf, son chef du web, chercheur considéré comme un des pères fondateurs du Net, à multiplié les sorites contre la WCIT.

En mai dernier, il déclarait au New York Times que "les décisions prises à Dubaï pourraient mettre des menottes à Internet". Il a récemment créé un portail dédié pour s'exprimer et faire agir.

Tout d'abord, il y conteste le cadre de Conférence WCIT2012. "L'UIT n'est pas le cadre adéquat pour prendre des décisions sur l'avenir d'Internet". Il critique ces gouvernements, réunis pour décider du futur de Internet, qui ne sont pas tous - loin s'en faut - pour un internet libre et ouvert.


Il ajoute que "un Internet libre et ouvert est nécessaire pour un monde libre et ouvert. Les gouvernements ne doivent pas décider seuls de son avenir. Les milliards d'internautes, ainsi que les experts qui le conçoivent, doivent également participer aux discussions.". Il a ensuite appelé dans un billet de blog les internautes à défendre un internet libre et ouvert en signant une pétition anti-WCIT baptisée #freeandopenweb.

Depuis le nombre de signatures ne cesse d'augmenter. Il est aujourd'hui de 2,500,000.



D'autres points très intéressants sont à souligner.

En regardant le programme publié sur le site de l'UIT pour la conférence de Dubaï, on constate que la délégation française est attendue mardi et mercredi matin, de 8h30 à 9h30.

Pourtant, "la France n’a toujours officiellement exprimé aucune position quant à la révision du RTI. En dépit de nos sollicitations régulières, le cabinet de la ministre déléguée à l’Économie numérique, Fleur Pellerin, n’a pas souhaité nous répondre, y compris ce matin" raportait hier nos confrères de PC Inpact.

N'oublions pas que fin d'octobre, la ministre avait lancé une consultation publique, qui a pris fin en novembre, pour préparer la proposition officielle de la France. Depuis, silence radio.

De nombreux experts s’accordent à dire que ces nouvelles propositions ne mèneront de toute façon pas à un internet amélioré, mais donneront à l’UIT la possibilité d'intervenir sur les questions de fiscalité, de cyber-sécurité et de filtrage des contenus Internet.

A la vue de ce document publié, les propositions vont effectivement bien au-delà des objectifs affichés d’harmonisation du réseau des télécommunications.

Une analyse profonde du document permet de remarquer des propositions « indécentes » de certains Etats visant à faire fonctionner Internet sur le modèle du réseau téléphonique international, c’est-à-dire en facturant les sites web en fonction de leur trafic et du temps de navigation à des tarifs fixés par l'Etat et leur fiscalité locale.

Par exemple, l'Algérie pourrait réclamer à Google ou à Facebook des taxes pour avoir proposé un contenu utilisé ou visité par les algériens. La question qui se pose, au cas où une telle proposition serait votée, est de savoir qui d'autres à part les seuls géants du Web, pourraient payer. Les nouveaux entrants seraient déjà morts.

L’European Telecommunications Network Operators (ETNO) quant à lui a fait des propositions tout aussi contestables autour du principe de "sending party pays".

Soupçonné d'être dirigé par le lobby des opérateurs Télecoms européens, l'ETNO veut profiter de cette refonte des RTI pour imposer un droit d'entrée sur les réseaux sociaux.

Selon lui, les fournisseurs de contenus (Youtube, Amazon, et autres) devraient payer une taxe pour pouvoir utiliser les réseaux. Dans un document de travail de recherches, intitulé "A Giant Step Backward or the Way Forward" Dr Rohan Samarajiva, (ancien régulateur des télécommunications au Sri Lanka) souligne que les propositions des membres européens de l'ETNO pourraient même entraîner un ralentissement des progrès économiques mondiaux. Un point de vue décryptées en long et en large dans un article sur le wiki de la Quadrature du net, groupement européen de défense des libertés en ligne qui rejete les idées de l'ETNO.

En réponse aux propositions de l'ETNO au WCIT, un document a été publié par cette même Quadrature du Net. Pour elle, les positions que doivent entreprendre la France et l'Unions Européenne lors du WCIT à Dubaï sont claires.

En premier lieu, sur "La gouvernance d'Internet et le rôle de l'UIT"; la Quadrature souligne notamment que le terme "Trafic Internet" n'a pas sa place dans la définition de "service internationaux de communications". Selon elle, seules les couches « physique » et « liaison » relèvent des compétences de l'UIT. Toute couche supérieure à celles-ci doit rester en dehors des discussions. (Et pourtant, au vu du document, on constate que le nouveau traité dépasse de loin ces idées de restreindre les compétences aux couches cités). "Tout amendement qui viserait à ce que le RIT fasse explicitement référence à Internet, au protocole IP (y compris à l’adressage et au routage) doit également être rejeté".

Même sur les sujets de cybercriminalité, de la cybersécurité, de la fraude, la rétention de données n'aurait pas sa place dans les articles définissant le champ de compétence de l'UIT.

En second, lieu la Quadrature du Net alarme sur "La neutralité du Net et l'interconnexion".

"La France et l'UE doivent rejeter les propositions d'ETNO sur la neutralité du Net (article 4.7) car elles sont contraires à la protection de la neutralité de l'Internet".Selon l'association, l'amendement indiqué empêcherait les États membres d'adopter des législations interdisant aux opérateurs de bloquer, ralentir, ou prioriser certains types de contenus, applications ou services, puisque la possibilité de fournir une qualité de service différenciée sur le réseau Internet serait explicitement garantie par l'UIT.

Enfin, dans son communiqué la Quadrature du net déclare que "la France doit défendre l'Internet libre sur la scène internationale"

La Tunisie quant à elle a lancé une proposition en faveur de la liberté d'expression et de la défense des droits de l'Homme comme l'indique un article publié sur le site du Ministère Tunisien des Technologies de l'Information et de la Communication.

Pour les pays en développement, l'UIT reste cependant une alternative à la toute puissance de l’ICANN qui gère les noms de domaines de l'internet. Mais d'autres experts soulignent aussi que les nouvelles propositions des RTI ne sont pas nécessairement toutes en faveur de ces pays en développement. Loin de là.



Photos prise en pleine WCIT 2012 - voici la délégation d’Andorre


Vous pouvez suivre les actualités de la conférance sur Twitter avec le hashtag #WCIT12

Sources :
Annonce du WCIT sur le site officiel de UIT, Le blog dédié à la conférence, Le document sur le nouveau RIT, WCIT Leaks, L'article de Xavier Berne, Google | Take Action, WCIT-12| Scoop.it , Le document du Dr Rohan Samarajiva , Réponse de la Quadrature du Net, Wiki de la Quadrature du Net, Communiqué de la Quadrature du Net , flux des twitts #WCIT12, Le programme du WCIT12, MINICOM Tunisie

Et vous ?

Qu'auriez-vous aimé voir - ou ne pas voir - sur le nouveau règlement?
Comment jugez-vous les propositions de certains pays sur le fait de vouloir imposer un contrôle d'Internet sur les territoires nationaux?
Comment concevez-vous un monde où le web fonctionne comme le réseaux téléphonique?
Pensez-vous que la proposition officielle de la France comprendra la demande de taxer les moteurs de recherche comme Google?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Loceka Loceka - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 04/12/2012 à 8:55
Citation Envoyé par la.lune  Voir le message
il ne sont pas tous pour un internet libre et ouvert

C'est un euphémisme...
Avatar de pmithrandir pmithrandir - Membre expert https://www.developpez.com
le 04/12/2012 à 8:57
De mon coté, j'aurai aimé que soit créé 4 choses :
- une gestion sous l'autorité de l'ONU des noms de domaine, en particulier ceux gérés aux USA.
- Que les valeurs soient écrites noir sur blanc : liberté de pensée, accès libre à l'information, etc...
- Que l'on créé une juridiction spéciale devant laquelle plusieurs états pourraient engager des procès commun contre des acteurs réfugiés au delà de leurs frontières. (le cas de megaupload par exemple qui est très difficile à juger, parce que personne n'est vraiment légitime, ce qui induit un procès biaisé dés le début)
- Que l'on entame une refonte du système fiscal pour que les taxes soient payées non pas dans le pays ou est le serveur, mais dans celui ou l'objet / service est acheté. Quitte a ce que les états mettent à disposition des services fournissant les taux actualisés de TVA sur une plateforme(type webservice).
Avatar de gangsoleil gangsoleil - Modérateur https://www.developpez.com
le 04/12/2012 à 9:12
Citation Envoyé par la.lune  Voir le message
Ce traité de plusieurs décennie doit impérativement être mis à jours.

Ah bon ? Et pourquoi ?

Pour voir chaque etat se laisser un moyen de surveiller l'internet, de le couper librement, sous pretexte de lutte contre le terrorisme, la securite, ou je ne sais quoi ?
Ou pour en faire un espace de liberte, comme le souhaitent les utilisateurs ?

Que dit ce texte ? Qu'est-ce qui oblige les etats a s'y soumettre ? Et a supposer qu'un nouveau texte soit adopte, qu'est-ce qui obligera les etats a s'y soumettre ?
Avatar de Jon Shannow Jon Shannow - Membre expert https://www.developpez.com
le 04/12/2012 à 15:45
Moi aussi je suis pour un internet libre et ouvert, mais la liberté des uns commencent là où celle des autres s'arrêtent.

Il ne me parait pas mauvais de mettre des règles sur le net. Et je comprends très bien la restriction sur la souveraineté nationale, la sécurité nationale, l’intégrité territoriale, qui me semble une bonne chose.

Comme interdire les sites prônant la pédophilie, la haine raciale ou le terrorisme.

De même, si un site bafoue les droits de d'une ou de plusieurs personnes, il me semble normal de le condamner, voire de le fermer.

Ce que j'attends de ce genre de conférence ? Pas grand-chose, hélas. Un texte imbuvable, des règles inapplicables, bref au final, rien ne change !
Avatar de BenoitM BenoitM - Membre expert https://www.developpez.com
le 04/12/2012 à 16:07
Beaucoup confondent libre et sans lois/règles
Avatar de Aniki Aniki - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 04/12/2012 à 16:15
Citation Envoyé par Jon Shannow  Voir le message
la liberté des uns commencent là où celle des autres s'arrêtent

Et comme la liberté des lobbys est plus grande et plus influente que celle des simples utilisateurs d'internet, du coup la liberté de ces derniers pourrait se voir rétrécir...
Avatar de gangsoleil gangsoleil - Modérateur https://www.developpez.com
le 04/12/2012 à 16:38
Prenons un sujet beaucoup plus simple que l'internet, a savoir la liberte de parole.

Elle n'est garantie que dans tres tres peu de pays a travers le monde (je ne les connais pas tous), dont les Etats-Unis. En angleterre, elle est pleine a Hyde park, mais pas ailleurs. En France, souvent cite comme le pays des droits de l'homme, elle n'est pas pleine et entiere sur certains sujets (attention, ce n'est pas un troll, c'est un fait, voir par exemple la condamnation de certaines personnes pour negationisme ou equivalent).

Pour l'internet, on ajoute a ces questions sur la liberte de parole des enjeus financiers colossaux, des outils de communications difficilement controlables, et encore pleins de choses.

C'est en ce sens que je me demande s'il est raisonnable de vouloir obtenir un consensus entre 191 pays.
Ca me rappelle un dessin sur la conference pour la Terre, ou un truc du genre. Il disait "Nous sommes arrives a un accord : La Terre est ronde -- Le Vatican s'est abstenu."
Je crains, malheureusement, que ce genre de sommet ne puisse rien donner de bons, entre les pays puissants qui ont peur de leur ombre (Etats-Unis en tete), ceux qui ne revent que de limiter l'internet (Russie, Union europeenne, France, ...), les entreprises geantes qui voudraient avoir les mains encore plus libre, certains pays comme la Tunisie qui font des propositions raisonnables, et le quidam moyen au milieu, a qui on dit que tout ca c'est pour son bien, car lui il n'y comprend rien, mais heureusement, on a des ministres qui sont super-competents dans le domaine.
Avatar de Bluedeep Bluedeep - Inactif https://www.developpez.com
le 04/12/2012 à 17:35
Citation Envoyé par gangsoleil  Voir le message
Ca me rappelle un dessin sur la conference pour la Terre, ou un truc du genre. Il disait "Nous sommes arrives a un accord : La Terre est ronde -- Le Vatican s'est abstenu."

L'anedote est amusante, mais il faut préciser que, historiquement, le Vatican n'a jamais nié la rotondité de la terre; c'est l'héliocentrisme qu'il a combattu.
Avatar de Golgotha Golgotha - Membre expert https://www.developpez.com
le 04/12/2012 à 17:38
Internet est un monde en train de naître, tel un nouveau continent découvert, je suppose que ce n'est que le tout début de l'affrontement des puissances en présence. L'enjeu est énorme, ce nouveau monde est presque aussi important que le monde réel.

Je m'imagine déjà dans 40 ans, comptant à mes petits enfants notre époque libertaire, ou nous pouvions, insouciant, surfer sur la vague, libre... Ce monde maintenant disparu sous les coups de la politique et du néo-libéralisme.
Avatar de Bluedeep Bluedeep - Inactif https://www.developpez.com
le 04/12/2012 à 17:42
Citation Envoyé par pmithrandir  Voir le message
De mon coté, j'aurai aimé que soit créé 4 choses :
- une gestion sous l'autorité de l'ONU des noms de domaine, en particulier ceux gérés aux USA.

Et peut on savoir quelle légitimité cette organisation composée en grande partie de pays pour lesquels le mot démocratie est à peine une entrée dans le dictionnaire, aurait comme légitimité à controler quelques chose dont elle ne peut pas vraiment se targuer d'être à l'origine ?

- Que les valeurs soient écrites noir sur blanc : liberté de pensée, accès libre à l'information, etc...

Demande par essence contradictoire avec la première .....

- Que l'on créé une juridiction spéciale devant laquelle plusieurs états pourraient engager des procès commun contre des acteurs réfugiés au delà de leurs frontières. (le cas de megaupload par exemple qui est très difficile à juger, parce que personne n'est vraiment légitime, ce qui induit un procès biaisé dés le début)

Le propre des juridictions spéciales est que ne peuvent être dans son champ de compétence que les états volontaires pour y être.

- Que l'on entame une refonte du système fiscal pour que les taxes soient payées non pas dans le pays ou est le serveur, mais dans celui ou l'objet / service est acheté. Quitte a ce que les états mettent à disposition des services fournissant les taux actualisés de TVA sur une plateforme(type webservice).

Pour quelles raisons les pays qui hébergent les serveurs se tireraient une balle dans le pied ? pour quelles raisons les pays consommant les services encaisseraient des taxes sans motifs valable ?
Offres d'emploi IT
Assistant Systèmes d’Information H/F
Page Personnel - Bretagne - Côtes-d'Armor
Chef de projets nouvelles technologies h/f
Sogeti - Bretagne - Rennes (35000)
Lead dev C# ASP.NET H/F
Paris&Co Incubateurs - Ile de France - Paris 18

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil