Developpez.com

Club des développeurs et IT pro
Plus de 4 millions de visiteurs uniques par mois

Les personnels IT pas assez qualifiés ? Oui, pour 93% des employeurs
D'après un rapport de la Computing Technology Industry Association

Le , par Sarah Mendès, Membre chevronné
La Computing Technology Industry Association, CompTIA, est un organisme à but non lucratif fondé en 1982 par 5 professionnels de l’industrie informatique.

L’association s’est intéressée dans son dernier rapport aux employés travaillant dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. Pour ce faire, elle a interrogé 500 patrons et responsables informatiques de grandes, moyennes et petites entreprises sur les compétences de leurs employés en informatique. Des employeurs du Canada, du Japon, de l’Afrique du Sud, du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

Le constat est assez étonnant puisque 93% des employeurs sondés jugent que leurs employés en informatique ne sont pas suffisamment qualifiés. Pire encore, 80% d’entre eux estiment que leur manque de compétence nuit visiblement à leur entreprise.

Une conclusion qui apeure 30% d’entre eux estimant que cette pénurie de compétences IT ne fait qu’empirer.


Ce manque de compétences viendrait principalement de la multiplication et de l'accélération des technologies (Cloud, mobilité, etc.) et des nouveaux usages (vidéo-conférences, consumérisation de l'IT, etc.) plutôt que d'un manque d'implication des responsables informatiques.

Les domaines dans lesquels les professionnels IT excelleraient le moins d'après leurs employeurs seraient :

-la productivité pour 44% des grandes entreprises, 43% des moyennes entreprises et 41% des petites entreprises.

-le service client pour 33% des grandes firmes, 34% des moyennes entreprises et 26% des petites firmes.

-la cybersécurité pour 32% des grandes entreprises, 39% des moyennes entreprises et 29% des petites firmes.



Le rapport souligne également l’importance des technologies de l’information dans la réussite d’une entreprise. Il analyse également les priorités IT de 2012 des responsables interrogés. Des priorités axées majoritairement vers la maîtrise de la cybersécurité (88% des sondés), du stockage de données (88%), le renouvellement d’équipements (82%), l’infrastructure réseaux (82%) et la mobilité (66%).

"State of the IT Skills Gap"

Source : CompTIA

Et vous ?

Que pensez-vous de ce rapport ?

Trouvez-vous que les efforts des entreprises pour aider les employés à suivre l'évolution des technologies soient suffisants ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Cabos Cabos - Membre habitué https://www.developpez.com
le 21/03/2012 à 14:23
Ma première fonction en tant que responsable IT... c'est de savoir ce que je ne suis pas capable d'assumer par moi même.

Ma plus grande compétence est d'arriver à trouver ce qui me manque chez les autres !

En fait, dit comme ça, c'est un tout petit peu vantard, mais ça résume le principe. On peut facilement se planter : quand on ne connaît pas quelque chose, difficile de savoir si le type en face de vous vous dit des trucs intelligents ou vous pipeaute.

C'est donc au final, une question d'expérience : un réseau, des relations en qui tu places ta confiance (à des stades divers), tes propres recherches, ta capacité à comprendre au moins un peu de quoi on parle (en laissant forcément, à un moment ou un autre, des pans entiers du schéma technique dans la case "Mouais, je vois à peu près !"), un minimum de connaissances techniques pour te repérer dans tout ça... C'est ça qui va faire ta qualité au final (je ne parle que de mon type de poste, ultra généraliste).

Alors qu'un big boss vienne me dire "Comment, vous ne savez pas programmer du Schtroumpf ++ sur un serveur Safétou 3000 ?! Mon neveu de 10 ans, il joue à World Of Warbaf dessus, alors c'est vous dire que c'est simple !!!", ça n'est pas suprenant : ils sont complêtement largués ! Le weekend, le neveu du beau-frère de leur meilleur pote leur a dit qu'avec un ordinateur on faisait de chouettes pizzas, et le Lundi ils exigent une 4 Saisons fumante sur leur bureau dans la demie-heure...

Après, mon job consiste à lui dire que je suis informaticien, que je ne sais pas tout (entre réseau, développement et gestion du parc, c'est déjà pas si mal !), qu'il faut des sous pour avoir certaines compétences, et que pour sa pizza, il vaut mieux qu'il aille voir Aldo en face, parce que moi, au mieux je lui sors un anchois, mais il va pas aimer...

Ca ne plait pas forcément, mais il ne m'a pas embauché pour être son pote, non ?...
Avatar de arkhamon arkhamon - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 21/03/2012 à 14:34
Citation Envoyé par gangsoleil  Voir le message
Je pense que c'est a peu pres le seul domaine ou cela existe : il n'existe pas de terme generique pour ranger dans la meme categorie les plombiers, les electriciens, les macons, ... Ou bien les medecins, les infirmiers, les sage-femmes, ...

Bien vu. Encore que le choix de mettre "Médecin" dans la liste soit à mon avis un des rares autres cas d'amalgame : on appelle "médecin" une personne qui est en réalité "Docteur es médecine", et spécialiste un "docteur es médecine spécialisé". Mais un chirurgien est aussi un médecins puisque "médecin" veut dire " professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en médecine" (Wikipedia).

Citation Envoyé par gangsoleil  Voir le message
Par contre, si j'explique que je suis developpeur d'applications bas-niveau en environnement Unix, on me repond "ah oui, t'es informaticien. Tu sais pourquoi mon navigateur web a plante ?"

Ca c'est du vécu...
Avatar de souviron34 souviron34 - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 21/03/2012 à 14:41
Citation Envoyé par arkhamon  Voir le message
Sujet intéressant que celui abordé ici, ça va me permettre de redire ce que j'ai déjà dit : l'informatique est un VRAI METIER qui réclame de vraies formations et pas une vague école d'ingé option informatiqeu financière en 3eme année.
Messieurs les recruteurs et responsables, recrutez de vrai professionnels et vos problèmes informtiques iront en s'amenuisant.

Citation Envoyé par gangsoleil  Voir le message
Le probleme est a mon sens un probleme de nomenclature : il existe un unique terme connu du grand public : informaticien. Et derriere, les "sous-categories" ne sont vues que comme des specialisations internes.

Oui et non (réponse de normand )

Quand on regarde les offres d'emplois et les nomenclatures utilisées, je ne suis pas certain que le noeud du problème se situe là, mais plutôt dans justement l'abus de nomencalture...

Qu'est-ce qu'un "architecte JAVA" ne peut pas faire sur un poste de "architecte C++", ou qu'un "Chef de Projet C++" ne peut pas faire sur un poste de "Chef de Projet .Net" ???

Comme je l'ai dit ailleurs, la profession - les professions de l'informatique en général - souffre(nt) d'un trop grand "éclatement" en fonction des langages, poussés par l'ignorance des recruteurs, la diplomite aigue des universités et formations, l'ego des jeunes générations à qui on a asséné qu'ils étaient des rois, et le "politiquement correct" des derniers 15 ans voulant qu'il n'y ait plus de "secrétaires" mais des "assistantes", plus de "femmes de ménage" mais des "techniciennes de surface", etc etc (et que du coup le moindre clampin en informatique veut un titre et une appelation spécifique)...

Un CP est un CP. Un architecte est un architecte.. Qu'à la limite le langage s'immisce au niveau du poste de programmeur, puisque c'est bien là que cela se passe, ok..

A mon avis donc le problème vient d'un trop-plein de nomenclatures plutôt que d'un manque..

Du coup, oui il peut y avoir "pas assez de qualification", car en prenant cette tournure d'esprit, il est assez évident qu'un "CP .Net", qui n'a été formé/n'a utilisé que des sites Web, si on le balance sur un très gros projet industriel en C avec du temps réel, il va aller dans les décors...

(je cite ce poste et ce langage, mais ça n'est qu'un exemple sans lien avec la réalité, c'est juste pour la démo)..

Citation Envoyé par Cabos  Voir le message
Ca ne plait pas forcément, mais il ne m'a pas embauché pour être son pote, non ?...



Entièrement d'accord, mais point de vue très peu partagé : beaucoup de gens ont "la trouille" de dire non à leurs supérieurs... Et préfèrent faire de la daube que d'envisager démissionner..

La conscience professionnelle nécessitée pour oser dire "non" est (malheureusement largement) peu répandue..
Avatar de gangsoleil gangsoleil - Modérateur https://www.developpez.com
le 21/03/2012 à 16:13
Citation Envoyé par souviron34  Voir le message
Quand on regarde les offres d'emplois et les nomenclatures utilisées, je ne suis pas certain que le noeud du problème se situe là, mais plutôt dans justement l'abus de nomencalture...

C'est un mal actuel general, qui rejoint ce que tu dis sur les titres ronflants que les postes offrent a tort et a travers.

Mais si on pousse un peu plus loin, on s'apercoit que ce sont les non-techniques qui gravitent autour de l'informatique qui nous imposent ces titres : les ecoles generalistes qui expliquent a leurs etudiants qu'ils sortiront avec le titre de chef de projet (*), les SSII peu scrupuleuses qui bombardent les jeunes diplomes "expert" lorsqu'ils ont lu le titre d'un livre sur SAP, les commerciaux qui vendent des "ingenieurs specialises" pour dire des developpeurs, ...

En revanche, lorsque je discute avec des techniciens, ils me disent souvent "je suis developpeur C", ou "je suis architecte dans les telecoms", ... Bref, pas de titre, pas de vernis qui fait beau, mais des choses comprehensibles par tous.
Avatar de rhludovic rhludovic - Membre actif https://www.developpez.com
le 21/03/2012 à 16:24
Il n'est sert a rien de toujours blâmer les recruteurs, il y a bien des gens qui avec un tel ou tel diplôme ou bien des autodidactes qui savent bien tromper les recruteurs et qui sont en réalité de vrais incapables.
Je suis moi même autodidacte et je travaille très dur pour apprendre tel ou tel chose avant de prétendre connaitre quoi que ce soit. Mais il y a ceux qui lisent un tutoriel et se prétendent experts en ayant réalisé quelques lignes de codes.
Un système éducatif pourri rajoute une couche puisque certains sortent avec de beaux diplômes mais sans rien dans le cerveau finalement.

On se dit :"Avec un peu de temps, le bon grain émergera du mauvais" mais je il y a simplement des tas d'incapables qui détruisent l'image des employés de l'IT.

La solution, des tests de recrutement vraiment balaises pour que les autres voient a quel point ils sont nuls.
Avatar de gangsoleil gangsoleil - Modérateur https://www.developpez.com
le 21/03/2012 à 17:15
Citation Envoyé par rhludovic  Voir le message
Il n'est sert a rien de toujours blâmer les recruteurs,

[...]

La solution, des tests de recrutement vraiment balaises pour que les autres voient a quel point ils sont nuls.

Ceci est un peu contradictoire : faire passer de vrais tests de recrutement, c'est a la fois un entretien RH (qui est presque toujours fait), et un entretien technique, qui est beaucoup plus rarement fait, malheureusement.

J'ai eu deux types d'entretiens :
  • Le premier, ou le chef d'equipe m'a dit "Je cherche quelqu'un qui sait faire A et B. C'est marque A et B sur votre CV. Est-ce que vous savez faire A et B ? Oui ? C'est bon, vous etes pris". L'equipe etait compose de gens plus ou moins competents.
  • Le second : une grosse heure d'entretien technique face a 3 techniciens competents, couvrants des domaines divers, pour apprecier l'etendu de mes connaissances. L'equipe etait compose de gens super competents, toujours prets a repondre aux questions, ...


Bien sur, le second cas coute un peu plus cher "a l'achat", mais beaucoup moins "a l'utilisation".
Avatar de joe57000 joe57000 - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 22/03/2012 à 9:18
Pour illustrer le grand n'importe quoi du recrutement, j'aimerai prendre cette offre d'emploi

"Information sur l'offre

Offre 1465335, publiée le 22/03/2012
Lieu : Nancy (54)
Annonceur : Adia
Contrat : Intérim
Salaire : n.c
ADIA
Description du poste :

ADIA recrute pour l'un de ses clients, acteur global dans le conseil aux entreprises, un(e) :

ADMINISTRATEUR SYSTEMES ET RESEAUX (H/F)
Poste basé à Nancy

Sous la responsabilité du Système d'information et Informatique, vos missions sont les suivantes :
- Exploiter, administrer et optimiser le fonctionnement des postes de travail, serveurs et infrastructures d'interconnexion et de la sécurité de la société
- Participer au suivi des projets, de la démarche qualité, des développements internes en apportant une expertise techniques
- Participer aux taches administratives du service
- Apporter un support technique aux utilisateurs.

De formation Bac+2 minimum en informatique ou technicien confirmé, vous disposez d'une première dans le domaine.
Vous maitrisez les environnements Open Source et propriétaires (Windows server...) et vous disposez de bonnes connaissances en réseau, outils bureautiques, téléphonie, base de données, développements...
Vos qualité d'analyse, de méthodes et rédactionnelles feront la différence pour ce poste.

Vous êtes intéressé - Adressez votre dossier de candidature sur le site adia.fr."

Elle n est pas belle la vie ? le mec doit etre administrateur système microsoft et linux, admin réseau, admin de sécurité, développeur, admin de base de données, technicien téléphonie, technicien d'assistance et secrétaire au passage

si une boite veut des mecs qualifiés dans la logique du raisonnement de cet article, ca fait 5 postes à pourvoir, et pas un seul ...
Avatar de micka132 micka132 - Membre émérite https://www.developpez.com
le 22/03/2012 à 9:43
En fait ca dépend du client final... S'il s'agit d'une petite PME souvent il y a un Informaticien avec un I majuscule qui fait un peu tout!

Il est loin d'être expert en tout mais ce qu'on lui demande ne nécessite pas forcement de l'être ( faire un réseau basique, brancher l'imprimante, des macros excels simplistes, un site web fait avec un CMS...) Perso ca me gonflerait parceque je préfère "m'expertiser" mais selon les tâches il faut reconnaitre que c'est largement faisable.
Apres si c'est des plus gros réseaux avec des centaines de postes avec plusieurs immeubles éparpillés, du développement spécifiques, des règles de sécurité fine, des grosses bases de données[...] c'est là ou ça devient problématique !
Déterminer le seuil qui fait qu'un seul homme ne peux plus tout faire car manque de temps et surtout compétences n'est pas forcement évident, ni pour nous mais encore moins pour des gens externes.
Avatar de azias azias - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 27/03/2012 à 0:51
trop occupe à me perfectionner en .net (il paraît que c'est ce que cherchent les recruteurs) je n'ai pas encore eu le temps de me mettre au développement android que déjà on nous dit qu'il faut laisser tomber les deux au profit d'html5 qui n'est pas encore standardisé ...
la seule compétence que peut avoir un informaticien est d'être capables d'apprendre des nouvelles technologies en permanence suivant les besoins. En ce domaine je n'ai jamais eu l'impression que les employeurs remplissent leurs obligations en matière de formations professionnelles.
Ils n'y connaissent rien et recherche le mouton à cinq pattes sans même sans rendre compt. Avec le plus grand sérieux j'aivu récemment dans un reportage tv une chef d'entreprise qui se plaignait de ne pas trouver de développeur "java.net"... no comment
Sans compter les temps de développement systématiquement divisés par deux... et on est censé trouver le moyen de se former aux 10 nouvelles technologies majeurs qui sortent chaque année et qui seront passées de mode 6 mois après.
Avatar de arkhamon arkhamon - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 27/03/2012 à 9:08
Tout a fait d'accord avec les derniers posts : soit on est polyvalent dans une petite structure, et on fait un peu de tout, soit on est spécialiste dans une plus grosse structure, et là on ne fait qu'une chose et en profondeur.
J'ai commencé ma carrière en 1991 dans une petite banque parisienne, comme ingénieur de développement. Je suis passé 4 mois plus tard responsable informatique de la salle des marchés. Je faisais :
  • développement (Turbo pascal) d'applis financières
  • gestion du réseau Token Ring
  • gestion des serveurs Netware
  • gestion d'un serveur IBM RS 6000
  • gestion des imprimantes (y compris changement du toner et mise du papier)
  • support utilisateurs
  • Flux boursiers en temps réel
  • paramétrage des postes
  • un peu de téléphonie Etrali...

Bref l'homme à tout faire, mais ça m'éclatait bien.
Mais je pense que maintenant ce n'est plus possible : les technologies vont trop vite. A l'époque, point d'Internet (y avait juste les BBS avec Modem 1200 ou 2400), pas de Windows (ou presque), peu de client-serveur, pas de BDD (trop cher et surtout on s'en sortait avec les ficheirs typés et un peu de réflexion), pas de téléphonie IP, peu de virus (protection facile), 2 ou 3 langages de développement, pas office (juste excel et word mais brut de fonderie), Windows 3.1 était livré sur 6 disquettes (7 pour 3.11), pas de soft de mastering, disques durs de 40 Mo, 1 à 2 Mo de RAM, 4 pour les plus riches..., je vénérais John Colibri (c'est encore le cas) et dévorais Pascalissime dès le soir de sa sortie, quand j'arrivais à passer chez mon librairie avant l'autre qui me piquait l'unique exemplaire en rayon...
Maintenant, sérieux, ça va trop vite... J'ai plus l'âge... On commence à peine à se familiariser avec une techno que la suivante est déjà obsolète...
J'ai beaucoup de respect (ou de mépris) pour ceux qui se disent "multi spécialistes" : soit ils sont les purs génies de la création (respect), soit ils ont énormément de temps libre (jalousie), soit ils sont de gros pipeauteurs (mépris), pour pas utiliser un autre terme...

Nostalgie quand tu nous tiens...
Avatar de den77eu den77eu - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 31/03/2012 à 10:37
Que dire d'autre? Tout a été évoqué dans les grandes lignes, à mon avis...

Cependant, une petite brève sur le sujet de la formation continue, en prenant un exemple perso:

Changé de boite en Avril 2011, quittant une société qui me laissait un temps important pour faire du Lab et de la R&D et chez laquelle j'ai connu une montée en compétence assumée, que je pensais impossible jusque là.
Je la quittais pour des raisons, qui me font maintenant regretter mon manque de patience de l'époque: une demande unanime des équipes techniques, pour une formation planifiée sur les bases des technos .NET.
Honnêtement, le but était d'en faire profiter avant tout à l'équipe et donc aussi à moi, pour les projets communs, en plus de conforter les bases pour tout le monde y participant (moi y compris).

Je rejoins ma société actuelle, référence sur notre marché local, mais très vite, on me demande un tx de facturation "à la française" et l'activité ne me laisse presque plus de temps ni pour la R&D, pour les Labs, sans parler des difficultés pour avoir accès aux ressources.

Au fil des mois, mes compétences "non essentielles" sur ces nouvelles attributions s'effritent et c'est de manière implicite, qu'on en demande un peu plus chaque jour à nos équipes techniques, (cloud en préparation, interops entre plateformes qui s'accélèrent, etç...).
En //, gros turn-over bien violent, dans un autre team très proche.

J'ai beau avoir investi dans un serveur perso en Mars 2011, pour virtualiser "à la maison", je ne trouve pas le temps (et j'en ai pourtant) et encore moins l'envie de faire joujou avec.
il avait pourtant bien été posé les pré-requis de temps de R&D à la base de cette embauche, mais c'est vite devenu "marche ou crève".

Pas de jugement à l'emporte pièce contre qui que ce soit. Juste une expérience de plus!
Offres d'emploi IT
Architecte technique des systèmes d'information H/F
Safran - Ile de France - Évry (91090)
Consultant sap finance/controlling H/F
Safran - Ile de France - Vélizy-Villacoublay (78140)
Architecte systèmes études & scientifiques H/F
Safran - Ile de France - Vélizy-Villacoublay (78140)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil