Megaupload : le point sur la première "cyber-guerre" de 2012
Quelle technologie voyez-vous succéder au DDL et au streaming ?

Le , par Gecko

0PARTAGES

48  1 
En collaboration avec Gordon Fowler

Après cette semaine mouvementée une synthèse s'impose pour bien comprendre les enjeux des actions engagées par les Majors et la réaction de tous les Acteurs du net.

Le 20 Septembre 2010 Patrick Leahy soumet le projet de loi COICA à la chambre des représentants des Etats-Unis.

Ce projet, soutenu par plusieurs lobbyistes mais dénoncé par diverses entreprises et associations, a été accepté le 18 Novembre 2010 par le Sénat Américain avec 19 voix pour et 0 contre. Peu de temps après le sénateur Ron Wyden s'oppose à ce projet de loi et obtient qu'une nouvelle assemblée se penche sur le dossier.

Citation Envoyé par Ron Wyden
Il me semble que les violations de copyright en ligne est un problème légitime, mais il me semble également que COICA est un mauvais médicament. Appliquer cette loi pour combattre les violations de copyright en ligne équivaut à utiliser une bombe à fragmentation sur un bunker au lieu d'utiliser un missile à guidage précis. Les dommages collatéraux de cette loi pourraient êtres l'innovation, le travail et la sécurité de l'Internet.
Finalement le projet de loi COICA est réécrit par Patrick Leahy, toujours soutenu par les lobbyistes des ayants-droit, et créera par la suite le projet de loi PIPA.

Le 12 Mai 2011 Patrick Leahy soumet son projet baptisé PIPA, nouvelle version de la loi COICA, au Sénat qui, après validation, l'a déposé auprès de la Chambre des représentants des Etats-Unis. Le vote de ce projet de loi a été ajouté à l'ordre du jour du 24 Janvier 2012.

Le 26 Octobre 2011 Lamar S. Smith soumet le projet de loi SOPA à la chambre des représentants des Etats-Unis.

SOPA et PIPA sont deux projets similaires mais soumis à deux organismes indépendants différents. Ainsi si l'un ou l'autre se voyait refusé, il aurait été possible aux lobbyistes de faire pression de tout leur poids sur le second organisme. La loi américaine prévoit que deux projets similaires peuvent être soumis sans qu'ils soient regroupés en un seul projet de loi.

Le 15 décembre 2011 la liste des entreprises soutenant le SOPA a été publiée. La semaine suivante le boycott de l’hébergeur GoDaddy est organisé. GoDaddy s'est ainsi vu retirer l'hébergement de Wikipédia et a changé d'opinion après avoir perdu pas moins de 82.000 noms de domaines. Malgré ce revirement, le boycott se poursuit sur http://godaddyboycott.org.

Le 18 Janvier 2012 un blackout est suivi par les plus grands acteurs du web pour signifier leur opposition aux lois SOPA & PIPA. Parmi ces sites nous retrouvons Reddit, Google, Wikipedia ou encore en France le blog de Korben.

C'est dans ce contexte tendu que le 19 Janvier 2012 le site Megaupload est fermé par la justice Américaine. Les serveurs situés en Virginie sont saisis et la police néo-zélandaise arrête Kim Schmitz (Kim DotCom) fondateur du service d'hébergement et d'échange.

Certains doutes sur la légitimité de cette fermeture ont été émis par TorrenFreak. Selon leurs informations, un nouveau site, nommé MegaBox, aurait été lancé courant 2012 si la justice Américaine n'avait pas démantelé l'entreprise de Kim Schmitz.

Ce site, MegaBox, aurait été pensé pour proposer un modèle économique alternatif à celui des Majors ou Apple (iTunes). Ce modèle s'appuierait sur une rétribution des artistes à hauteur de 90% du montant des ventes, ce qui aurait fait entrer la MegaSphère dans la MiniSphère des producteurs/vendeurs légaux de contenus culturels.

Pour enfoncer le clou, les téléchargements gratuits à partir de MegaUpload auraient eux aussi généré des revenus pour les artistes en utilisant un nouveau système MegaClick, la régie publicitaire de MegaUpload, nommé MegaKey.

Le concept consistait à installer un logiciel remplaçant une partie des publicités vues par l'internaute par des publicités ciblées. Ce système aurait été en phase de bêta test au moment de la fermeture et se serait révélé très prometteur d'après plusieurs partenaires et différents artistes désireux de ne plus faire partie du modèle économique des Majors.

Le 19 Janvier 2012 quelques heures après l'annonce de la fermeture de Megaupload le collectif d'hacktivistes "Anonymous" lance l'opération #OpMegaUpload et s'attaque directement aux institutions gouvernementales et lobbyistes qui ont conduit à la chute du service.

En France, le Président Nicolas Sarkozy fait un communiqué ou il approuve et se félicite de la fermeture de Megaupload. Ce communiqué a suffi à attirer les foudres du collectif qui s'en est pris directement au site de l'Elysée et de l'HADOPI ainsi qu'a une multitude d'autres sites gouvernementaux.

Le 20 Janvier 2012 Harry Reid fait une annonce sur twitter suivie d'une interview publiée par le New York Times.

Citation Envoyé par Harry Reid
À la lumière des récents événements, j'ai décidé de reporter le vote de mardi sur la loi PIPA
Peu de temps après, le vote de la loi SOPA est reporté. Le blackout a réussi à faire bouger les choses. Enfin presque. Beaucoup se sont réjouis de l'abandon des projets PIPA & SOPA. Or rappelons que ces votes ne sont que reportés en vue d'un réexamen.

Entretemps le projet ACTA, un SOPA & PIPA "en pire", fait son bonhomme de chemin.

Le 26 Janvier 2012 les plus grandes puissances économiques et politiques signent en faveur de l' ACTA. Ce projet vise à créer une nouvelle instance juridique internationale qui outrepasserait l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce). Cet accord permettrait aux lobbyistes de faire condamner un pays pour "l'utilisation de contrefaçons".

Les médicaments génériques deviennent des contrefaçons et l'exemple qui en découle est consternant. Le laboratoire Novartis (Suisse) veut interdire un médicament générique qui lui fait concurrence dans le domaine de la lutte contre le cancer. Un malade devrait donc, selon ce laboratoire, débourser 2500€ pour son traitement au lieu des 150€ pour le médicament générique. La préconisation de l'OMC sur ce dossier a toujours été de faire passer les vies humaines avant les intérêts financiers des lobbyistes. Avec ACTA cela risque de ne plus être le cas.

Autre préoccupation, la neutralité du web risque d'être compromise. Le projet va même à l'encontre de récentes décisions de la Cour de Justice Européenne qui s'est opposée au filtrage d'Internet.

L'ACTA rend les FAI responsables de ce que font leurs clients, les oblige à divulguer les informations liées à ces clients et à restreindre les outils de protection de la confidentialité. Pour faire simple, si un FAI veut être en conformité avec ACTA, les internautes ne devront plus utiliser de moyen de protection comme le chiffrement. Le plus éffarant étant que les Douaniers auront la possibilité d'inspecter le contenu des appareils numériques qui sont actuellement protégés par les lois sur la propriété privée.

Le 26 Janvier 2012 le parlement Polonais affiche son opposition à la signature d'ACTA. Après plusieurs jours de mobilisation et de manifestation du peuple Polonais, le masque de Guy Fawkes s'invite au parlement sur les visages des députés. Cette image insolite est un message envoyé aux défenseurs des libertés.



Pour finir cette synthèse j'ai fait appel à Oliver Laurelli (@Bluetouff) qui nous donne son avis sur ce qui s'est passé et sur l'avenir qui se profile :

Citation Envoyé par Bluetouff
Nous sommes à une époque charnière où nous devons décider si la propriété intellectuelle va changer Internet, ou si Internet va changer la propriété intellectuelle.

Si les pros copyright s'orientent vers une censure de nœuds du réseau, le réseau pourrait tout à fait lui répondre en décidant de ne plus acheminer ses contenus, légalement ou illégalement. La culture en général n'a pas besoin des majors, c'est leur plus grossière erreur que de penser qu'elles sont indispensables. La richesse du Net, c'est les Internautes, pas les producteurs hollywoodiens.

Cette escalade est dangereuse, mais après les offensives multiples (DMCA, ACTA, PIPA, SOPA, iPred, HADOPI, DADVSI...) qui sont autant d'agressions du réseau, il fallait bien s'attendre à une levée de bouclier massive. La nature du réseau Internet fait que plus le temps passe, plus l'opposition à ces lois liberticides sera grande. Si Internet joue le calendrier, il s'assure la victoire et c'est peut être ce qui explique aujourd'hui les offensives multiples et violentes des pro copyright.
Cette affaire pose également, et à nouveau, la question de l'efficacité des mesures techniques pour lutter contre le piratage. Une simple extension de Firefox avait déjà mis à mal des mesures de filtrage imposées par les ayants-droit.

Cette fois-ci, en portant un coup frontal au téléchargement direct (ou DDL pour "Direct Download" et au streaming, on peut penser que d'autres technologies, aujourd'hui confidentielles, vont connaitre leur heure de gloire.

La question n'est pas de savoir si cela sera effectivement le cas, mais lequel de ces outils prendra la succession dans les usages grand public. VPN ? Retour en force des Newsgroups ? Démocratisation des réseaux TOR, Freenet et I2P ? Montée en puissance des clients P2P chiffrés (genre StealthNet, Oneswarm ou MUTE), ou échange sur des réseaux privés (comme Retroshare) ? Les outils ne manquent pas.

Bref, il y a fort à parier qu'avec toutes ces possibilités, le téléchargement continuera sous bien d'autres formes. Car comme le disait Montesquieu en entamant le chapitre XIV de l'"Esprit des Loix" :

Nous avons dit que les lois étaient des institutions particulières et précises du législateur, et les mœurs et les manières des institutions de sa nation en général. De là il suit que, lorsqu'on veut changer les mœurs et les manières, il ne faut pas les changer par les lois ; cela paraîtrait trop tyrannique : il vaut mieux les changer par d'autres mœurs et d'autres manières.
Mais les ayants-droit et les lobbyistes lisent-ils encore Montesquieu ?


Et vous ?

D'après vous, quels outils vont prendre le relais du téléchargement direct et du streaming ?
Pensez-vous qu'une réponse législative et technologique à un problème de société est possible ? Ou, comme Montesquieu, qu'il faut changer "l'esprit" avant "les lois" ?

Remerciements:
SpaceFrog & kdmbella pour la correction
Christouphh pour la traduction de documents officiels
Olivier Laurelli pour le temps pris à répondre à mes questions

Sources externes:
Divers articles de Bluetouff sur Reflet.info
After an Online Firestorm, Congress Shelves Antipiracy Bills Tweet du sénateur
Listes des entreprises s’opposant officiellement aux lois SOPA et PIPA : SOPA Strike et End Piracy, Not Liberty
Appels à manifester à New-York, à San Francisco et à Seattle
Appel de Google et son billet « Don’t Censor The web »
Appel de Mozilla
ACTA : signature de l'accord sur la privatisation des savoirs
COICA
PIPA
SOPA
Ron Wyden
Patrick Leahy
Lamar S. Smith

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de GCSX_
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 27/01/2012 à 21:11
Citation Envoyé par kolodz Voir le message
"Tout doit être libre d'accès et gratuit."
Ils sont bien gentils ceux qui prônent cette vision mais ils ont pas l'air de penser à ceux qui travaillent à créer ces oeuvres (les artistes, les acteurs, ...).

Si leur travail doit être "libre d'accès et gratuit", déjà ça donne l'impression que leur travaille n'a aucune valeur, et d'autre part, comment ils font pour manger si leur travail ne leur rapporte pas d'argent?

Ou alors, ils considèrent que le travail des agriculteurs doit être gratuit aussi... Et ainsi de suite jusqu'à ce que tout le monde bosse gratuitement?

Mais si on peut tout avoir gratuitement, à quoi bon travailler?

Vous voyez où je veux en venir?

Citation Envoyé par kolodz Voir le message
Il y a une monté en violence des mots dans les médias montre bien un problème...
Les journalistes qui les utilisent (ou les médias qui les emploient) ont peut-être un parti-pris?
16  0 
Avatar de TNT89
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 28/01/2012 à 4:33
Citation Envoyé par downyves Voir le message
Je ne comprends pas qu'on puisse vivre de sa passion!
Citation Envoyé par downyves Voir le message
EDIT : Sympa le coups des fana's d'informatiques mais l'informatique sur developpez.com c'est pas de l'art numérique donc aucune comparaisons possible sorry :'D


Comment est-il possible d'imaginer, ne serait-ce qu'une seconde, qu'une passion est nécessairement quelque chose issue d'un domaine purement artistique?
15  0 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 27/01/2012 à 23:20
Citation Envoyé par grafikm_fr Voir le message
Ben comment te dire... La production du CD coûte cher, la publicité aussi. Si tu regardes la rentabilité de la division de disques comme UMG, sa rentabilité finale est de l'ordre de 5%, ce qui est tout juste correct. Par rapport à celle d'une SSII, c'est absolument ridicule.
Ptet aussi qu'ils s'y prennent comme des tanches. Ou qu'ils se surfacturent entre potes. Ségolène s'est bien fait faire un site tout moisi à 1 000 000 d'euros (je sais plus les chiffres exacts) qui aurait pu être fait par pratiquement n'importe qui ici en quelques semaines.

Je crois que faut que t'arrêtes avec tes fantasmes sur les frais des majors. Il s'agit d'un tout petit groupe de grosses corporations qui se partagent gentiment leur gâteau exactement comme les géants français se partageaient la téléphonie mobile avant l'arrivée de Free. C'est un des problèmes du capitalisme, à force de fusions/concentrations/OPA il dérive en oligarchie et le jeu de la concurrence censé profiter au client disparaît comme par magie pour le seul profit des oligarques.

Bref, je connais des groupes qui ont auto-produits des CDs dont la qualité audio est identique à celle de n'importe quel groupe en vue. Et ça leur a couté un bras à leur échelle mais pour une major c'est peanuts.
15  2 
Avatar de Neko
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 28/01/2012 à 0:11
Citation Envoyé par downyves Voir le message
Bonsoir,

Quel monde de fou

Juste un petite réplique aux gens qui pensent que l'art doit rapporter des sous à son auteur... Il y a tout d'abord les concerts, le cinéma et Cie qui font venir des gens ça fait déjà un peu de sous (ou beaucoup ).
Pas "doit rapporter", mais "doit pouvoir rapporter" à ceux qui le veulent et qui ont le talent.

Citation Envoyé par downyves Voir le message

Je ne comprends pas qu'on puisse vivre de sa passion !
Avec tous les passionnés d'informatique qu'il y a ici, tu vas te faire des amis...

Citation Envoyé par downyves Voir le message

J'ai toujours adoré le monde du spectacle, les concerts et autres... Mais jamais l'idée de faire de l'argent avec cela ne m'est venue à l'esprit. Pourquoi ai-je cet opinion ? Parce qu'il existe d'innombrables exemples comme celui de notre ami Johnny Hallyday ou l'argent gagné pour une soi-disant passion est à la limite du scandaleux vous ne trouvez pas ?
Tous les artistes ne gagnent pas comme Johnny, c'est une exception.
Dans la famille salaires indécents t'as aussi tous les ministres, les patrons des grosses entreprises, les footballeurs, etc.

Citation Envoyé par downyves Voir le message

Si le but de nos artistes est d'en arriver là ... et bien je jouerai du pipo et je m'enregistrerai pour avoir une forme grotesque d'art musicale qui aura pour seul mérite de ne pas avoir un but lucratif
Le but de beaucoup d'artistes est de vivre de leur art, pas forcément d'être riche.

Citation Envoyé par downyves Voir le message

De plus beaucoup d'artistes publient leurs oeuvres sur le net car le but est de les partager ... pas de les vendre.
Et c'est leur choix de le publier gratuitement, comme c'est le choix d'autres de ne pas le publier gratuitement, au "client" de choisir ce qu'il veut et ce qu'il est prêt à payer ( ou pas ).
Que le modèle économique actuel de la musique et des films n'est plus adapté c'est un fait, mais les artistes ont quand même droit d'être rémunérés.
14  2 
Avatar de buggen25
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 28/01/2012 à 8:48
Maintenant, sur le prix d'un cd grand public...
* 50% pour le distributeur.
* 5% pour les actionnaires et les dirigeants.
* 5% à 10% pour les artistes.
* 1% pour la conception et la production.
* 5% à 15% de frais de fonctionnement (cadres, compta, RH, dettes, loyers, factures, etc)
* Le reste pour le marketing
Oui mais quand on parle de proteger les droits d'auteurs, c'est les artistes et leurs oeuvres non ? Mais la je pense qu'on est juste entrain de proteger les gens qui tirent profit de ses derniers...
13  1 
Avatar de Tryph
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 27/01/2012 à 15:20
Salut,


Ce site, MegaBox, aurait été pensé pour proposer un modèle économique alternatif à celui des Majors ou Apple (iTunes). Ce modèle s'appuierait sur une rétribution des artistes à hauteur de 90% du montant des ventes, ce qui aurait fait entrer la MegaSphère dans la MiniSphère des producteurs/vendeurs légaux de contenus culturels.
c'est peut être bien là qu'a été identifié le plus gros danger pour les majors.
actuellement, la part reversée aux artistes sur la vente de leur travail est ridicule: de l'ordre de 5% à 10% (il me semble, à vérifier) et seulement une fois que les investissements relatifs à la production ont été remboursés...
alors imaginez qu'un groupe mette en place un système alternatif ou les artistes ne sont plus arnaqués. on peut penser qu'ils pourraient délaisser les majors et causer leur ruine à terme.

autant je pense que les majors peuvent survivre au piratage (même si ça représente un gros manque à gagner), autant je pense que si elles se voient privées de leur "matière première", elles n'iront pas bien loin.

a+
12  1 
Avatar de Tryph
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 27/01/2012 à 17:04
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Sources svp ?
http://www.quechoisir.org/document/l...t-internet.pdf
page 10...


Dans les revenus tirés de la vente de supports, les droits d’auteurs ne représenteraient qu’entre 9 et 10% du produit de la vente. Or, ce qui est appelé droits d’auteurs regroupe à la fois les droits versés à l’interprète (les royalties) mais aussi aux auteurs et aux compositeurs
autrement dit, les pauvres 10% que la maison de disque consent à laisser aux artistes est à partager entre les chanteurs, les zicos, les compositeurs et les auteurs... pendant que la maison de disque se goinfre entre 50% et 60% du gâteau.


Concernant les royalties, il semblerait qu’en réalité les artistes ne touchent pas l’ensemble des sommes tirées de la vente des CD. En effet, les maisons de disques déduisent de ces revenus le coût d’enregistrement de l’album, de la promotion et de la réalisation des vidéoclips. Ainsi, seuls 5% des artistes gagneraient de l’argent grâce aux ventes de CD. Par conséquent, 95% des artistes vivent des concerts et plus marginalement de la vente de produits dérivés. (N. Curien & Moreau, 2007 ; E. Boorstin10, 2004).


suffit de demander

quelque chose pour étayer tes allégations a propos d'attirer la sympathie et faire du buzz Jon...?
12  1 
Avatar de vampirella
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 27/01/2012 à 14:28
Bon article, tranché mais résumant l'ensemble des faits.
Il aurait été bon cependant de faire un rappel pour nos lecteurs de ce qu'est exactement ACTA, SOPA et PIPA. Autant tout résumer dès le départ, tant qu'on y est

D'après vous, quel(s) outil(s) vont prendre le relais du téléchargement direct et du streaming ?
Le P2P n'a jamais quitté mon ordinateur. C'est d'ailleurs l'une des seules méthodes qui respecte totalement l'esprit du partage : pas de centralisation de données. Certes, on est dépendant du nombre d'utilisateur pour que cela soit efficace ... mais ma foi, c'est un prix bien faible comparé à la fermeture d'une entreprise et de ses serveurs, contenant en un seul endroit des To de To de données.

Par contre, je ne sais pas si on peut réellement parler de "cyber-guerre" encore. Attendons de voir les évènements à venir, notamment le "black mars", pour en juger.
9  1 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 27/01/2012 à 23:26
Citation Envoyé par Gecko Voir le message
L'ACTA rend les FAI responsables de ce que font leurs clients, les oblige à divulguer les informations liées à ces clients et à restreindre les outils de protection de la confidentialité. Pour faire simple, si un FAI veut être en conformité avec ACTA, les internautes ne devront plus utiliser de moyen de protection comme le chiffrement. Le plus éffarant étant que les Douaniers auront la possibilité d'inspecter le contenu des appareils numériques qui sont actuellement protégés par les lois sur la propriété privée.
Plus de chiffrement = plus de commerce électronique.

Elle va être belle la croissance ...
8  0 
Avatar de grafikm_fr
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 30/01/2012 à 10:52
Citation Envoyé par kolodz Voir le message
La production de CD qui coûte cher WTF ! Petit recherche sur le web pour une tour de 100 cd vierge 4€ sans compter le port... Soit 0.04€ le CD à graver.
Ça reste encore pour du tout publique.
Le coût de production du support en lui-même est ridicule.
Et les coûts indirects, ils sont sur Mars? Genre tu sais, y a les bureaux à louer, des gens de la production, de la comm, du marketing et de la compta à payer, puis l’électricité aussi, et même les informaticiens (si-si, on les paie aussi ). Tous ces coûts indirects sont pris en compte au moment du calcul du prix de revient du CD.

Citation Envoyé par DonQuiche Voir le message

Maintenant, sur le prix d'un cd grand public...
* 50% pour le distributeur.
* 5% pour les actionnaires et les dirigeants.
* 5% à 10% pour les artistes.
* 1% pour la conception et la production.
* 5% à 15% de frais de fonctionnement (cadres, compta, RH, dettes, loyers, factures, etc)
* Le reste pour le marketing.
C'est ça qui est hilarant. C'est le distributeur (genre la FNAC) qui prend la moitié du prix. Mais attention, c'est la faute aux majors si le prix du CD est élevé!
(Et pas du tout à cause de la grande distribution appliquant des marges à deux chiffres sur tout ce qui passe - et pas seulement sur les CD cf les nombreuses affaires pour les marges sur l'alimentaire dans la grande distribution).
8  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web